Soyez raisonnables, dit Martin Coiteux aux syndiqués de l’État

Ba5b69e8ca50df0e545e46a5317fcebe

Allez les petits, on se calme

Malgré l’important écart qui sépare les parties, le président du Conseil du trésor Martin Coiteux se dit optimiste pour l’issue des négociations qui viennent de commencer en vue du renouvellement des conventions collectives des secteurs public et parapublic.

Le ministre responsable de l’Administration était de passage à Laval, jeudi, où il s’est adressé à la Chambre de commerce et d’industrie de Laval. Et, étonnamment, contrairement à ce qui avait été le cas avec l’ex-ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, et le premier ministre, Philippe Couillard, lorsqu’ils avaient pris la parole devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, aucun manifestant ne s’est pointé, ni à l’extérieur ni dans l’enceinte.

Le ministre Coiteux a invité les représentants syndicaux du secteur public à faire preuve d’ouverture, voire à être des « agents de changement ».

Interrogé après son allocution, le président du Conseil du trésor a martelé que les propositions du gouvernement aux syndiqués sont « raisonnables » compte tenu du contexte économique, et que les choses doivent changer. Il a répété qu’il n’est pas question de repousser la date du retour à l’équilibre budgétaire, soit 2015-2016, et pas question non plus de hausser les impôts pour pouvoir financer les demandes syndicales.

Le gouvernement propose aux syndiqués 3 % d’augmentation sur cinq ans. Les syndiqués revendiquent 13,5 % sur trois ans. Le gouvernement veut également faire passer de 60 à 62 ans l’âge auquel il sera possible de prendre sa retraite sans pénalité. De même, la période de référence pour établir la rente passerait des cinq meilleures années aux huit meilleures années.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé