Élections québécoises du 1er octobre

QS a réussi, les indépendantistes sont face à un champ de ruines!

QS danse au mileu des ruines !

D90cdf836cf8f1c04156e5c308e1184c

Tribune libre

Québec 02-10-18


QS a réussi, les indépendantistes sont face à un champ de ruines!


Je n'ai jamais porté Qs dans mon cœur, aujourd'hui encore moins! QS fête. Mais qu'est-ce qu'il y a à fêter? QS à monté et la cause de l'indépendance est dans une impasse. QS va plafonner, il ne sera jamais même proche de prendre le pouvoir. Il est trop radical à gauche, il est un parti de protestation aux solutions faciles, les créditistes de l'an 2000. QS a toujours eu pour cible principale le PQ, le seul parti indépendantiste et de centre-gauche de gouvernement pouvant aspirer faire triompher la cause. Le PQ a toujours ménagé QS, jusqu'à il y a deux semaines, mais il était trop tard. La convergence n'aurait valu que pour une campagne référendaire. Qs est un allié objectif du PLQ. QS a presque les mêmes idées que les libéraux sur la langue, la laïcité et l'immigration. Il n'a pas plus d'avenir que le NPD à Ottawa aujourd'hui.


Catherine Dorion de QS disait à Deux hommes en or qu'elle serait curieuse de voir la bourse s'effondrer, les gens auraient plus de temps pour parler! Que des gagne-petit perdent leur emploi ne lui effleure pas l'esprit dans son monde parallèle! Quand on dit que QS peut dire n'importe quoi en toute impunité, ce n'est qu'un exemple de ce triste constat! Lisée, un homme de grande valeur, dans des conditions très difficiles a mené une très bonne campagne au début, moins à la fin, il avait raison de démasquer QS, mais il ne l'a pas fait au bon moment, ni de la bonne façon. Suite à cette erreur stratégique, QS est allé chercher la sympathie des électeurs, c'en était fait du PQ. La convergence QS-PQ n'était pas possible, ni même souhaitable! Le PQ a fait gagner QS en crédibilité en s'agenouillant devant lui. Cette crédibilité le PQ la perdait automatiquement. Comment un jour les juger assez crédible pour s'entendre avec eux et le lendemain dire qu'ils sont gouvernés, ce qui est le cas, par un soviet suprême, caché dans l'ombre, qui renie sa signature au bas de l'entente électorale?


Le PQ devait rassembler au centre ou au centre-gauche. Il campait trop à gauche et de plus en plus avec Lisée et sa gauche efficace, il a laissé toute la place à la CAQ, au centre et au centre-droit, ou loge la majorité des électeurs. Le PQ a copié QS à gauche et les électeurs ont préféré l'original, soit QS. Le PQ dit rassembler de gaucher à droite, ça a déjà été vrai, il y a longtemps. Je votais PQ, moi de centre-droit et indépendantiste, mais le PQ ne m'offrait rien en retour que l'indépendance. Avec 55,000 immigrants par an, un demi million en dix ans, il faut peut-être oublier le rêve d'un Québec-pays. Ça le PQ fait mine de ne pas le comprendre avec son programme politiquement correcte sur l'immigration. Sans importer ces 55,000 électeurs, le PLQ serait tombé encore bien plus bas, c'est à dire dans l'insignifiance, ce qu'il méritait grandement. Le PQ est un parti de têtes grises, j'en suis une, les jeunes ont acheté l'évangile multiculturel et des accommodements raisonnables du cour Éthique et culture religieuse. J'ai bien peur pour l'avenir. Le PQ aurait du s'assumer, français, laïcité, réduction de l'immigration, programme de centre ou centre gauche modéré, nous n'en serions pas là. Bonne chance à la CAQ et à François Legault, nous avons évité le pire, un autre mandat du PLQ. Je ne sais trop à quoi m'attendre de ce gouvernement, les signaux sont contradictoires, mais ce serait difficile d'être plus déconnecté du Québec français que le gouvernement Couillard!


Featured 6ca6264a2e4f0ca5983e274ea8b25eb5

Pierre Boucher1 article

  • 582

Retraité de 62  ans, agent de bureau fonction publique du Québec, originaire et domicilié à Québec. 





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Jean-Charles Morin Répondre

    4 octobre 2018

    Monsieur Boucher, vous m'enlevez les mots de la bouche. Que va-t-il maintenant advenir du PQ? Voilà la question de l'heure. Pour ma part, je crains fort que sous l'influence croissante de son aile gauche, la carcasse fumante du PQ ne soit offerte en pâture à QS et que l'idée même de l'indépendance ne devienne ainsi l'otage d'une lubie idéologique menant à un cul-de-sac électoral. L'avenir le dira en temps et lieu car trop de facteurs sont ici en jeu pour se permettre de faire des prédictions à ce sujet.