Serment d'allégeance à Charles III

Position mi-figue, mi-raisin de QS

Tribune libre

Après avoir renoncé à prêter serment d’allégeance au roi Charles III lors de la cérémonie d’assermentation, les députés de Québec solidaire (QS) virent leur capot de bord et prêteront serment à la couronne britannique afin de pouvoir siéger à l’Assemblée nationale et, de ce fait, déposer un projet de loi pour rendre le serment au roi facultatif. De leur côté, les députés du Parti québécois maintiennent toujours la ligne dure en refusant sans fioriture de prêter serment au roi d’Angleterre.

Deux stratégies qui, à mon sens, divergent complètement eu égard aux moyens retenus par chacun des partis pour atteindre un objectif commun. D’un côté, une stratégie que je qualifierais de mi-figue, mi-raisin de la part de QS qui emprunte la voie du serment d’allégeance au roi Charles III pour modifier la teneur du dit serment, et de l’autre, une démarche franche et honnête de la part du PQ qui refuse d’aller contre ses convictions profondes sous le couvert d’un faux serment.

Dans toute cette saga, je demeure convaincu que le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, a agi comme la bougie d’allumage qui a permis de mettre la lumière sur le paradoxe du serment d’allégeance au roi et de lancer le débat sans lequel nous en serions encore au statu quo aujourd’hui dans ce dossier. Et, à cet effet, on ne peut que se réjouir de la sincérité et de la détermination dont le jeune chef du PQ a fait preuve depuis les tout débuts de ce débat.

Enfin, même si François Legault semble démontrer une certaine ouverture sur la possibilité d’abolir les liens avec la monarchie, il m’apparaît souhaitable, voire essentiel, que les députés péquistes maintiennent leur position afin d’aspirer entrer fièrement et dignement, au salon des élus la tête haute et... par la grande porte.

Riposte de Paul St-Pierre Plamondon 

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/serment-qs-vivement-critiqu%C3%A9-par-le-pq/ar-AA13HCwu?ocid=EMMX&cvid=9d397b640628490e9004c5eff7a501a0


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2041 articles

  • 1 432 775

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé