La souveraineté du Québec contre vents et marées

Pas d’chicane dans ma cabane!

Les drag queens, des cabarets aux bibliothèques

Tribune libre

En voyageant sur la toile par une journée pluvieuse, je suis tombé sur une citation de Sénèque, un philosophe, dramaturge et homme d’État romain du premier siècle qui disait ceci : « Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n’osons pas, c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur ».

N’est-ce pas ces paroles de Sénèque qui pourraient expliquer, en partie tout au moins, l’immobilisme tranquille des Québécois devant la perspective déstabilisante de l’indépendance du Québec? Se peut-il que les Québécois n’osent pas aller de l’avant parce qu’ils ont peur des changements. Et, pour pousser davantage cette réflexion, les Québécois seraient-ils moins craintifs si cette peur du changement était démystifiée?

Les Québécois, c’est bien reconnu, sont un peuple paisible qui ne veut pas de « chicane dans sa cabane », le sang du colonisé coulant dans les veines de plusieurs d’entre eux encore aujourd’hui. Souvenons-nous que lors du premier référendum, c’est par la peur que¨Pierre Elliot Trudeau a réussi à faire pencher la balance du côté du « non ».

Toutefois, lors du second référendum de 1995, notamment grâce à la stratégie de Jacques Parizeau et à son pouvoir de conviction eu égard à la capacité du Québec de se prendre en main, les Québécois sont venus à un cheveu de prendre le train pour l’indépendance.

Depuis lors, abstraction faite du regain actuel du Parti québécois (PQ) sous la gouverne de Paul St-Pierre Plamondon, les Québécois ont récupéré leur confort douillet dans un fédéralisme « sécurisant ». L’indépendance du Québec est devenu un « champ de ruines » qui a fait élire un maigre trois députés lors du dernier scrutin.

Dans ces circonstances, il est plus que temps que le chemin vers la souveraineté soit remis en état d’y circuler en exhibant aux Québécois la beauté du paysage qu’il offre comme alternative d’avenir. À mon avis, le charisme du jeune chef du PQ incarne un atout privilégié pour relancer ce vaste chantier… et cela, tout en évitant la chicane!

Les drag queens, des cabarets aux bibliothèques

Selon Wikipédia, une drag queen est une personne, généralement de sexe masculin, qui construit une identité féminine volontairement basée sur des archétypes de féminité et de rôles de genre de façon temporaire. Le monde des drag queens est généralement associé à l’homosexualité masculine, mais les drag queens peuvent être de toute identité de genre ou orientation sexuelle. Une drag queen se travestit pour exprimer son identité et/ou dans le cadre du spectacle vivant, incluant souvent du chant, de la danse ou du lip-sync. Elle se représente généralement lors d'événements comme les Marches des fiertés ou les concours de beauté, ou dans des endroits comme les cabarets ou les boîtes de nuit.

De toute évidence, la définition de Wikipédia ne réfère d’aucune façon aux enfants. Nous devons donc considérer que le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a en partie raison quand il argue que les spectacles de drag queens dans les écoles et les bibliothèques publiques s’éloignent considérablement de l’origine du phénomène drag queen.

Par ailleurs, certains intervenants pro drag queen avance l’idée que la drag Queen Badala correspond à la Fanfreluche de la Boîte à surprises animée à l’époque par Pierre Thériault, un rapprochement que je rejette de facto, les comparaisons entre les deux étant pour le moins inappropriées.

Enfin, puisqu’il est est devenu de coutume de suivre la sacrosainte évolution au risque d’être ostracisé, je propose que les parents puissent décider de la pertinence pour leur enfant d’assister ou non à un spectacle de drag queens.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2041 articles

  • 1 432 296

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé