Politique québécoise

Parité chez QS

Mme Chantal (suite)

Tribune libre

C’est bien connu, depuis sa création, Québec solidaire (QS) a toujours aspirer à présenter une parité de sexe entre les divers candidats se présentant à une élection générale au Québec. Ce n’est donc pas surprenant si QS occupe les manchettes par les temps qui courent suite au départ de la députée caquiste de Jean-Talon, Joëlle Boutin, entraînant de facto la tenue d’une élection partielle dans le comté de la Capitale nationale.

Dans cette foulée, Ruba Ghazal, candidate pour succéder à Manon Massé, propose rien de moins de réserver 100% des nouvelles circonscriptions gagnables pour des candidatures féminines lors des prochaines élections générales. Bref, elle souhaite que «toutes les nouvelles circonscriptions où on a des chances de gagner soient représentées par des femmes». Enfin, «Un caucus qui n’est pas paritaire, ce n’est pas démocratique, puisqu’il représente mal la société», fait valoir Mme Ghazal.

Personne n’est contre la vertu. Toutefois, je suis plutôt d’avis que les électeurs de Jean-Talon choisiront le ou la candidate ayant les meilleures compétences pour les représenter, et ce, indépendamment du fait que ce soit un homme ou une femme. Conséquemment, QS donne un grand coup d’épée dans l’eau en investissant autant d’énergie dans l’atteinte de la parité au sein du caucus du parti.

Pourtant, de nombreux dossiers sont bloqués chez les membres de QS, dont celui de son option souverainiste, un dossier qui est traité avec prudence et qui aurait nettement plus d’impact sur la scène politique québécoise que la parité… En attendant, peut-être serait-il pertinent de se rappeler la phrase mémorable de l’ex co-chef de QS, Amir Khadir, «L’indépendance si nécessaire mas pas nécessairement l’indépendance».

Mme Chantal (suite)

En guise de rappel, une enseignante du primaire, surnommée «Mme Chantal», a été prise en flagrant délit de voie de fait et d’intimidation envers ses élèves. Il appartient maintenant au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de déterminer si les preuves sont suffisantes pour porter des accusations au criminel.

À l’origine de cette histoire scandaleuse, rappelons que le parent d’un jeune garçon qui revenait de l’école en pleurs a décidé au printemps dernier de placer un enregistreur dans le sac de son enfant. Obtenu par les médias, l’enregistrement permet d’entendre clairement l’enseignante qui hurle sur les élèves de sa classe de première année primaire de l’école des Grands-Vents, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dans les Laurentides. «Toi, écrase! Ton comportement m’énerve! Pis toi, aussi! J’en peux pus!», peut-on l’entendre crier sur l’enregistrement. Depuis lors, l’enseignante a été suspendue.

À mon avis, il m’apparaît évident que Mme Chantal a dépassé outrageusement les bornes de l’autorité qu’une enseignante ou un enseignant peut exercer auprès de ses élèves en vidant son fiel méprisable sur des jeunes vulnérables de première année du primaire dont la plupart sont sûrement demeurés marqués psychologiquement par le vocabulaire acrimonieux de l’enseignante.

Conséquemment, Mme Chantal doit répondre des accusations portées contre elles au criminel… C’est une simple question d’abdication des règles élémentaires de déontologie attachées à sa fonction d’enseignante.



Henri Marineau. Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2029 articles

  • 1 417 473

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé