CHSLD

Lettre à Marguerite Blais

Suite à l’article dans “Le Devoir” du 2 mai 2020

F50f7818586e8baa5c839cf2997514a7

Tribune libre

En fin de semaine dernière, j’ai lu l’article dans “ Le Devoir” où vous refusiez de prendre le blâme pour ce qui est en train de se dérouler dans les CHSLD. Vous avez expliqué aux journalistes que c’était une responsabilité collective de votre gouvernement. Une autre manière de dire que c’est la faute du système. Peut-être, mais depuis que vous êtes ministre, les maltraitances envers les personnes âgées dans les CHSLD se sont accentuées et vous n’avez pas fait grand-chose de concret pour y remédier, que ce soit avec les libéraux ou avec la CAQ ». À mon humble avis, tant que personne ne sera imputable de rien, les choses ne changeront pas.  


 https://www.ledevoir.com/societe/sante/578175/blais-rejette-tout-blame-pour-la-situation-dans-les-chsld


Lors de votre entrevue dans les journaux, vous avez déclaré que, lorsque vous étiez sous la bannière libérale de Jean Charest, vous n’aviez pas la responsabilité de vous occuper des gens vulnérables et que vous n’aviez pas le pouvoir de changer les choses. Vous avez quand même gardé votre poste? Vous avez continué en disant que vous releviez du ministère de la famille et des aînés et non du ministère de la santé, comme c’est le cas actuellement. Alors, peu importe le poste que vous occupez, vous ne pouvez jamais rien faire, si j’ai bien compris? Petite question madame : Une ministre qui ne sert à rien dans son ministère a-t-elle quand même droit à une limousine? Après 7 ans de politique active, aurez-vous quand même droit à votre pension à vie?


Vous êtes bien bonne pour déclarer votre amour aux personnes âgées avec la main sur le cœur et les yeux humides, mais vous ne faites pas grand-chose pour les protéger concrètement. Ne me parlez pas des miettes que votre gouvernement injecte de temps en temps dans le système bureaucratique dont nous avons vu l’ampleur, il y a deux semaines, dans le journal de Montréal. Cet argent ne sert qu’à ceux qui sont en haut de la pyramide! Quand vous étiez une libérale, vous avez regardé votre confrère Barrette déchiqueté le système de santé, en décentralisant tout et vous avez gardé le silence. Vous vous êtes installée derrière lui en faisant des signes de têtes affirmatifs, pendant qu’il déblatérait ses niaiseries en justifiant ses coupures débiles. Vous souvenez-vous quand il avait dit que les débarbouillettes étaient plus efficaces que de prendre des bains? Qui ne dit rien, consent madame!   


Moi, ce qui me jette par terre, c’est de voir votre indifférence face aux lanceurs d’alertes qui se multiplient, jours après jours et que vous ignorez totalement. Si les médecins s’étaient plaints le quart, votre gouvernement les auraient écoutés en leur donnant sûrement une autre prime pour les soulager de leur terrible misère. Sous le couvert de l’anonymat, quelques courageuses infirmières sont venues raconter les atrocités du terrain, en prenant le risque de perdre leurs emplois et vous continuez quand même à protéger ceux qui les menacent de parler. Ces dénonciations à répétitions n’allument pas de lumières en vous? Combien de morts ça va prendre dans les CHSLD pour que votre gouvernement réagisse fermement en mettant ces gestionnaires aux pas?


Avez-vous entendu le témoignage de cette enseignante qui s’était proposée d’aller aider dans un CHSLD à LCN qui est venu dénoncer les atrocités qu’elle avait vécues pendant huit jours dans l’institution de Laval? Elle a osé parler parce qu’elle ne fait pas partie de cette « Gimmick » et n’était pas obligée à cet omerta qui règne pour protéger quelques crapules gestionnaires. Vous n’avez aucunement réagi. RIEN. Quand on dit que vous n’êtes pas là, c’est ça qu’on veut dire. Nous savons bien que vous devez faire quelque chose en arrière-plan, mais il est évident que vous ne faites pas les bonnes affaires parce que ça dégénère. Pourquoi protégez-vous les gestionnaires et n’écoutez pas les cris du cœur des gens sur le terrain?


https://www.journaldemontreal.com/2020/05/02/le-pire-ce-nest-pas-de-voir-nos-patients-mourir-cest-les-dirigeants-qui-sont-des-traitres


N’avez-vous pas réalisé que c’est la dictature totale dans le milieu hospitalier et dans les CHSLD autant au public qu’au privé? Il y a une bande de débiles mentaux dangereux qui sont à la tête de certains établissements et vous vous entêtez à les protéger en pleurant constamment sur le sort de leurs victimes. Ça fait sept ans que vous braillez madame et rien n’a changé! Au contraire, c’est pire! Les personnes âgées meurent dans d’atroces souffrances en manquant de soins et en manquant d’eau. Ce n’est pas juste le covid-19 qui fait des victimes. Le personnel débordé crie à l’aide, et tout ce que vous trouvez à faire c’est de ne rien faire? N'êtes-vous pas la ministre des aînés? Eh bien! ce sont eux qui sont touchés particulièrement par ce virus, alors arrêtez de somnoler.


Avez-vous vu le reportage sur la jeune infirmière de 21 ans qui s’est vue envoyer au front. Elle travaillait dans une pouponnière. Du jour au lendemain, elle s’est retrouvée à gérer trois étages et 100 patients, toute seule. En plus la jeune fille a attrapé le covid-19 à cause des décisions de ses employeurs. Vous trouvez cela normal? Vous ne trouvez pas que les décisions des gestionnaires et des syndicats sont trop souvent aberrantes? Ce devrait être des gens d’expérience qui se retrouvent dans cet enfer, mais la séniorité prévaut sur le bon sens. Syndicats obligent! Les conventions collectives sont suspendues pendant la pandémie, mais pas les mauvaises décisions des gestionnaires.


Je ne vous tiens pas comme l’unique responsable de cette situation désastreuse, mais de grâce ne vous cachez pas derrière une responsabilité collective. C’est trop facile. En vous faisant élire comme député de la CAQ, vous auriez dû exiger, avant d’accepter le poste de ministre des aînés, d’avoir un réel pouvoir de décisions pour pouvoir prendre des moyens drastiques afin de mieux protéger nos vieux dans ces établissements, au lieu d’aller faire des signes de têtes affirmatifs derrière votre premier ministre quand il a présenté son projet idiot de construire des maisons pour les aînés qui ne seront que des CHSLD 2.0 sans qu’il n’y ait plus de préposés et d’infirmières. Vous deviez savoir comment les choses fonctionnaient, vous avez passé 4 ans comme ministre avec les crisses de libéraux?


Les gouvernements pensent toujours à l’envers du bon sens. Ça doit être un prérequis pour faire de la politique. Il y a un manque de préposés et d’infirmières et vous nous parlez de construire des maisons pour les aînés, sacrament? Commencez par régler le problème le plus important! La pénurie. Engagez-vous à ce que les préposés et les infirmières soient bien payés avec de bonnes conditions de travail. Si vous ne faites rien pour valoriser ces métiers, et si vous ne changez pas les règles concernant les rapports entre les gestionnaires versus les employés, vous allez vous retrouver avec un gros problème. Qui veut aller travailler à ce quart de métier, en étant obligé de faire du temps supplémentaire OBLIGATOIRE, pour un salaire de minable avec des boss qui vous chient dessus en vous traitant comme des moins que rien?


Des préposés et des infirmières exténués et traités comme des moins que rien, ont déserté les CHSLD et le premier ministre Legault en panique a réclamé des bras en urgence. Plusieurs enfants de certains résidents se sont proposés courageusement pour aller soigner leurs parents et on leur a refusé l’accès. Des inconnus pouvaient y aller, mais pas les gens de la famille. C’est d’une méchanceté sans bornes et d’un non-sens incompréhensible! Pourquoi n’avez-vous jamais demandé aux gestionnaires de descendre eux-mêmes sur le terrain? Vous vous êtes dépêchés (le gouvernement) d’offrir 211$/l’heure aux médecins spécialistes pour qu’ils viennent en renfort, pendant que les gestionnaires se la coulaient douce au chalet. Les gestionnaires, en manque d’employés par leurs propres fautes (Tsé quand tu traites tes employés comme de la marde, attends-toi pas à ce qu’ils te dépannent), déplacent des préposés dans des zones à risque en les interchangeant d’endroits sans savoir s’ils sont asymptomatiques. Ensuite, ils sont surpris de l’ampleur de la propagation du virus. La priorité habituelle de votre gouvernement, c’est l’économie néolibérale où les êtres humains ne représentent rien versus les chiffres et les budgets. Il y a présentement deux ennemis à combattre: Le covid-19 et la tyrannie des gestionnaires envers leurs employés. Vous, en haut de la pyramide, vous n’écoutez jamais les gens sur le terrain parce que vous connaissez trop bien les répercussions de vos coupures inhumaines. Quand vous perdez le contrôle de la situation, vous vous cachez derrière une responsabilité collective pour essayer de mieux dormir la nuit. Si c’est ça la politique, j’en décroche pour toujours. C’est comme la petite martyre de Granby : c’était la faute du système. Personne n’est responsable de rien au Québec. 


Si j’étais le premier ministre, je vous demanderais de porter un masque, non pas pour vous protéger du virus, mais pour que vous vous la fermiez et pour que vous agissiez en conséquence pour un réel changement. Sinon, démissionnez et laissez la place à quelqu’un de plus compétent que vous.


Featured f8673cb092102f4c1f4b4a992a443180

Alain Patenaude82 articles

  • 674 851

Je suis un Gatinois indépendantiste dans l'âme au-delà des idéologies poiitiques et non pas un vieux péquiste des années 70 du genre qui détestait les anglais parce que c'était cool. Je ne déteste personne. Je parle anglais et français et je trouve primordial que le Québec protège sa langue française, au détriment de ce que peuvent penser mes amis anglophones. Je suis originaire de St-Jean sur Richelieu et je vis dans l'Outaouais depuis 2010. J'ai vécu à Granby,, St-Hubert et Contrecoeur. Je crois que nous devrons, un jour, quitter ce beau grand Canada qui ne nous aime pas, pour voler de nos propres ailes. Nous sommes comme des adolescents qui doivent quitter le foyer familial pour fonctionner par eux-mêmes et ce, même si les parents ne veulent pas nous laisser partir. Je suis désillusionné de la politique d'ici et du fédéral. Écrire me permet d'évacuer mes frustrations et de structurer ma pensée. 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé