À propos de la fuite du Rapport Duchesneau

Le plan de match

Enfin, dans toute cette affaire, on est en droit de se demander si Jacques Duchesneau n’a pas un « plan de match » caché dans son jeu! C’est à suivre…

Tribune libre


À la lecture des témoignages d’ex-confrères de travail de Jacques Duchesneau publiés dans l’article d'Annie Morin paru dans Le Soleil du 24 septembre sous le titre « Jacques Duchesneau, un policier dans l’âme », on ne peut mettre en doute l’intégrité du Directeur de l’Unité anticollusion du ministère des Transports du Québec. Soit!
Toutefois, dans le même article, Laurent Lapierre, co-auteur avec Jacqueline Cardinal de la biographie intitulée « Jacques Duchesneau sur le qui-vive », ne cache pas l’intérêt médiatique que peut porter M. Duchesneau à la fuite de son rapport dévastateur sur la collusion dans l’octroi de contrats par le ministère des Transports pour des travaux routiers majeurs.
Quant au cinéaste André Melançon, qui a rencontré Jacques Duchesneau à l’occasion du tournage du film « Rafales », il affirme que la décision de M. Duchesneau de participer à l’émission « Tout le monde en parle » est dictée par « un plan de match »!
À mon sens, malgré tous ces commentaires fort élogieux et probablement mérités sur la carrière de Jacques Duchesneau, des questions demeurent en suspens. J’en retiens deux :
D’abord, comment se fait-il qu’un rapport aussi « confidentiel », contenant des révélations aussi accablantes sur un système de collusion entre des entrepreneurs en construction, certaines firmes de génie-conseil et le ministère des Transports, aient pu échapper à la surveillance d’une personnes aussi chevronnée que Jacques Duchesneau dans les enquêtes policières?
Ensuite, pourquoi, après avoir été informé de cette « fuite » concernant son rapport, le directeur de l’UAC, décrit dans l’article du Soleil comme un homme d’une intégrité exemplaire, n’a-t-il pas déclenché une enquête pour connaître l’origine de la fuite et dénoncé les coupables?
Selon moi, la réponse à ces questions se dégage implicitement dans les commentaires de Mm Lapierre et Melançon… D’une part, l’intérêt de Jacques Duchesneau pour le côté médiatique lié à la divulgation publique de son rapport et, d’autre part, son « plan de match » de s’adresser au public sur les ondes avant de le présenter en commission parlementaire.
Enfin, dans toute cette affaire, on est en droit de se demander si Jacques Duchesneau n’a pas un « plan de match » caché dans son jeu! C’est à suivre…
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1781 articles

  • 1 209 785

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé