Un petit marteau frappe sur des "ménés"?

Le coup de marteau!

Tribune libre


Après le coup d’épée dans l’eau de la commission Bastarache, le coup de marteau au front de l’escouade Marteau redonne espoir à l’assainissement du système de collusion et de corruption dans l’octroi de contrats municipaux à certaines firmes au Québec.
Au total, sept arrestations, soit l’ex-mairesse de Boisbriand, les deux dirigeants de la firme Infrabec et quatre cadres et employés des firmes de génie-conseil Roche et BPR devront répondre à 28 chefs d’accusation, notamment de fraude, d’abus de confiance, de corruption, de complot et d’extorsion. Somme toute, l’idée de confier toutes les allégations véhiculées au cours des derniers mois au Québec entre les mains des forces policières n’était peut-être pas mauvaise!
Et pourtant, malgré la lourdeur des accusations portées contre ces sept personnes, aux lendemains de ce coup de filet de la part de l’escouade Marteau, je suis sidéré de lire plusieurs commentaires qualifiant cette opération policière de « pêche aux ménés »! Et, du même souffle, ces mêmes commentaires suggèrent à Jean Charest de cesser de jouer avec son « petit marteau » tout en revenant frapper le clou avec le marteau d’une commission d’enquête présidée par un juge qui assisterait à la parade télévisée de plusieurs participants soupçonnés de collusion dans l’octroi de contrats municipaux et provinciaux!
Et, plusieurs millions de dollars après la création de cette nouvelle commission d’enquête et la parution de la litanie des recommandations du commissaire, les mêmes commentaires ressortiraient probablement l’argument marteau à l’effet que les « dés étaient pipés à la Bastarache » et s’empresseraient de réclamer une autre commission d’enquête!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1353 articles

  • 1 166 715

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé