La professeure El-Mabrouk refuse d’aller au colloque de l’Alliance

C383ea795746df0790081efa30af4f4d

Par peur des représailles physiques qu'elle pourrait subir, el-Mabrouk refuse le débat du syndicat


Elle a été invitée. Puis exclue. Et peut-être réinvitée. Elle n’ira finalement pas. La professeure Nadia El-Mabrouk refuse désormais de participer au colloque de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal, qui cherchait à la réinviter après l’avoir bannie de l’événement à cause de ses opinions controversées.


Se disant victime d’un « lynchage public », la professeure de l’Université de Montréal a informé mardi le syndicat qu’elle n’irait à « aucun colloque ou autre activité organisée par l’Alliance, de peur de représailles ».


La conférencière estime que le climat au sein des membres de l’Alliance n’est pas propice au débat serein, à cause de ce qu’elle considère comme « l’amateurisme » des dirigeants du syndicat.


Nadia El-Mabrouk a demandé au conseil d’administration de l’Alliance d’annuler la consultation lancée lundi auprès de ses délégués de toutes les écoles, visant à déterminer s’ils souhaitent réinviter la professeure au colloque prévu à la mi-février.


Comme l’a rapporté Le Devoir, la présidente de l’Alliance, Catherine Renaud, a convoqué une assemblée extraordinaire des délégués le 4 février dans l’espoir de relancer l’invitation à la professeure El-Mabrouk. Celle-ci estime que tout ce débat sur sa présumée « transphobie » nuit à sa réputation et lui fait craindre pour son intégrité. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est un texte d’opinion de la professeure où elle désignait par le mot garçon une personne trans de 14 ans qui s’identifie en tant que fille. Des enseignants ont aussi critiqué les opinions de Mme El-Mabrouk au sujet du cours éthique et culture religieuse.


« Le fait d’envoyer une lettre à vos sections en mentionnant mon nom et mes supposés propos ajoute une couche à l’atteinte à ma réputation et a pour effet de motiver des propos intimidants de la part de plusieurs personnes. Je suis maintenant l’objet de jugement dans chacunede vos délégations syndicales, et en particulier à l’école de mes enfants », a écrit Mme El-Mabrouk à la présidente de l’Alliance.


Au moment où ces lignes étaient écrites, en fin de journée mardi, la direction de l’Alliance se trouvait en réunion dans l’espoir de trouver une sortie de crise. Il a été impossible de parler à des représentants du syndicat.


La professeure au Département d’informatique avait été invitée à donner une conférence sur la laïcité lors du prochain colloque l’Alliance. Elle est favorable à l’interdiction du port de signes religieux par les enseignants, que promet d’instaurer le gouvernement Legault. Le syndicat s’oppose à cette interdiction.