La persévérance au tableau d'honneur!

Une rencontre déterminante!

Tribune libre


Les adolescents sont souvent dénigrés! Leurs comportements bousculent nos habitudes! Leur rébellion nous irrite! Bref, rares sont les situations où on leur reconnaît un certain mérite! Et pourtant, en parcourant le site de Forces AVENIR, qui reconnaît, entre autres, la persévérance d’élèves du secondaire pour qui l’engagement est un moyen de surmonter des épreuves, de poursuivre leurs études et de vivre des réussites, j’ai découvert des jeunes dont la détermination a eu raison d’un parcours de vie pour le moins pénible!
À titre d’exemples, je vous présente deux témoignages qui se passent de commentaires:

« Car la vie est si fragile… », chantait Luc De Larochelière. Quand on a 16 ans et que l’on se passionne pour le théâtre, que l’on chante dans la chorale de l’école, que l’on milite dans le comité environnement et que l’on réussit très bien à l’école, on ne saisit probablement pas la portée de ces paroles. C’était le cas de Stéphanie avant qu’elle n’apprenne qu’elle était atteinte d’une forme très rare d’un cancer des os. Maintenant en rémission et de retour à l’école, elle profite de l’instant présent, poursuit ses engagements et persévère pour obtenir son diplôme en même temps que ses amis. »

« Apprendre à vivre avec un trouble déficitaire de l’attention, d’hyperactivité et d’anxiété est un défi quotidien pour toute personne et encore plus pour un enfant. Jérôme, étudiant de 5ième secondaire, peut en témoigner. Élève brillant dès le primaire, il a longtemps été victime des préjugés, des regards inquisiteurs et du rejet. Puis un jour, il en a eu assez et a décidé de faire face à la musique. Son engagement dans différents projets est alors devenu sa source de motivation pour combattre ses difficultés de sociabilité, et sa persévérance, son principal atout. »

En ces temps où de nombreux efforts sont déployés par tous les intervenants en éducation, y compris les parents, pour maintenir les adolescents, particulièrement les garçons, sur les bancs d’école, j’ai cru bon de vous partager quelques extraits d’un témoignage fort révélateur que j’ai reçu d’un de mes anciens élèves :
« J’étais un adolescent qui n’avait pas vraiment de défense contre les moqueries…Un jour, vous aviez attrapé quelques jeunes qui me menaient la vie dure et vous les aviez convoqués à votre bureau…J’avais alors décidé de tout laisser tomber, je ne voulais plus aller à l’école…Vous m’avez fait venir à mon tour…Vous m’avez alors encouragé à me faire confiance et à ne pas abandonner…Ces paroles m’ont profondément marqué et j’ai compris ce jour-là que je devais avoir une certaine importance à vos yeux puisque vous aviez pris du temps pour moi…Et pendant 30 ans, j’ai gardé en mémoire ce moment que vous aviez pris la peine de me consacrer. Et il restera en moi encore bien des années! »

Bien sûr, ce témoignage ne représente pas la panoplie à tous les problèmes que vivent les adolescents mais il ouvre la voie, à mon sens, à un dialogue prometteur dans lequel le jeune trouvera peut-être l’élan nécessaire pour repartir en avant! De toute façon, je ne vois pas de risque à expérimenter une telle démarche avec un adolescent qui n’a peut-être besoin que d’une parole d’encouragement pour reprendre confiance en lui!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1800 articles

  • 1 220 749

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé