COVID-19

Je réclame la démission de Justin Trudeau

Dans un geste symbolique

81e11b32b7a4a6493606cf7d73791d16

Tribune libre

Texte écrit quelques heures avant la décisions de fermer le chemin Roxham.


Vu son laxisme éhonté, en ce qui a attrait à la crise sanitaire du COVID-19, je réclame symboliquement la démission de Justin Trudeau au poste de Premier ministre du Canada. Je sais très bien que ma demande est non-conforme aux procédures démocratiques établies par notre pays. Je sais également qu’elle ne sera pas prise au sérieux dans la réalité, mais le but ici, étant de démontrer l’incapacité du Premier Ministre du Canada à protéger nos frontières. Que peut-on faire d’autre contre l’incompétence de quelqu’un d’aussi haut placé, à part de réclamer sa démission? Voilà la réalité du vide juridique que nous impose cette démocratie maganée et en morceau, qui fait qu’un élu puisse continuer à gouverner, même s’il démontre une incapacité évidente.


En ces temps incertains, le peuple a besoin de dirigeants qui prennent des décisions claires et qui répondent aux questions des citoyens sans tout remettre au lendemain. François Legault est l'exemple parfait du leader qui prend les choses en main. Les gens n’ont pas besoin de se faire dire que le gouvernement travaille d’arrache-pied. Ils n’ont pas besoin d’un premier ministre faible, qui a l’air plus sonné qu’un boxeur, pour faire partie de l’équation des éventuelles solutions. Un boxeur sonné ne continue pas de se battre sur le ring. Il abdique et retourne au vestiaire.  


Trudeau a pris une éternité avant de réagir pour bloquer les frontières aux aéroports, signe de son incompétence et de son incapacité à prendre des décisions claires. Sa femme est revenue du Royaume-Uni avec la maladie, qu'ils disent. Il aurait dû comprendre la nécessité de tout fermer temporairement, le temps de voir la suite. Il n’a rien fait de cela. S’il est vrai qu’une personne infectée en contamine trois sans qu’elle le sache, imaginez les dégâts encourus face à ce laxisme impardonnable.


Pendant qu’on nous impose des restrictions et un confinement dans nos maisons, pour amoindrir l’impact majeur de la pandémie, le fils de l’autre se vante de travailler d’arrache-pied pour nous, pendant qu’il fait le contraire dans la réalité. Il se refuse à fermer le chemin Roxham, cette passoire de migrants clandestins, à qui, il a quasiment envoyé des faires-parts pour qu’ils viennent la franchir. Cherchez l’erreur!


Il force, par le fait même, les agents frontaliers en place, à mettre les bouchées doubles pour s’assurer que ces gens soient mis en quarantaine. Ce qui signifie qu’il faut les faire manger, leur fournir les commodités à leurs détentions préventives. Quelle surcharge de travail inutile! Pourquoi s’acharne-t-il à laisser cette passoire ouverte? La brèche doit être colmatée. TOUT DE SUITE.  Qu’est-ce que Trudeau gagne à faire cela?


Il s’est mis en quarantaine chez lui pour ne pas contaminer les autres, et il laisse les autres nous contaminer, justifiant une entente débile entre les tiers pays sûrs. Cette entente n’a pas l’air d’avoir trop d’importance pour Trump, puisqu'il n'y a personne qui franchit le territoire des USA par ce même chemin.


Cet entêtement se transforme en un danger éminent pour nous. C’est comme si l’exterminateur qui vient chez vous, vous laisse quelques souris dans la maison. Trudeau n’a-t-il pas la responsabilité de protéger ses frontières? En parole, il nous déballe de belles phrases, mais dans la réalité, il fait le contraire de ce qu’il dit. Que dit la constitution, que le Québec n’a pas signée en passant, concernant l’inaptitude d’un Premier ministre?


Par cela, je réclame sa démission. Il nous démontre son incompétence. Ses décisions sont dangereuses pour l’équilibre sanitaire du Canada et du Québec. Je lui demande donc, respectueusement, de reconnaître qu’il n’est pas apte à prendre des décisions pour le peuple Canadien et Québécois, en ces temps de crise mondiale.


Featured f8673cb092102f4c1f4b4a992a443180

Alain Patenaude94 articles

  • 1 011 883

Je suis un Gatinois indépendantiste dans l'âme au-delà des idéologies poiitiques et non pas un vieux péquiste des années 70 du genre qui détestait les anglais parce que c'était cool. Je ne déteste personne. Je parle anglais et français et je trouve primordial que le Québec protège sa langue française, au détriment de ce que peuvent penser mes amis anglophones. Je suis originaire de St-Jean sur Richelieu et je vis dans l'Outaouais depuis 2010. J'ai vécu à Granby,, St-Hubert et Contrecoeur. Je crois que nous devrons, un jour, quitter ce beau grand Canada qui ne nous aime pas, pour voler de nos propres ailes. Nous sommes comme des adolescents qui doivent quitter le foyer familial pour fonctionner par eux-mêmes et ce, même si les parents ne veulent pas nous laisser partir. Je suis désillusionné de la politique d'ici et du fédéral. Écrire me permet d'évacuer mes frustrations et de structurer ma pensée. 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé