Harper veut bloquer la candidature de Jean Charest

87722113e9d32f8e43c43edbdc247d7b

Harper ne veut pas de Charest à la tête du PCC


OTTAWA | L’ex-premier ministre Stephen Harper démissionne du conseil d’administration du fonds du Parti conservateur pour avoir les coudées franches afin de contrer l’éventuelle candidature de Jean Charest dans la course à la chefferie. 


Selon ce qu’a rapporté le magazine Maclean’s mercredi, M. Harper souhaite jouer un rôle actif pour prévenir une ascension de l’ex-premier ministre québécois à la tête du Parti conservateur du Canada (PCC). 


M. Charest, qui n’a pas encore annoncé qu’il se portera candidat, aurait sollicité en vain l’appui de M. Harper avant Noël. 


Une source conservatrice confirme que M. Harper a quitté le fonds du Parti conservateur. Une autre indique que l’ex-premier ministre canadien est guidé par la volonté de «préserver l’ADN du parti». 


Les membres du conseil d’administration du Fonds conservateur sont tenus de rester neutres. En quittant son siège, M. Harper aurait ainsi souhaité se délier les mains. 


«Tout ce qu’il veut, c’est se donner la possibilité d’intervenir s’il décide de le faire», a dit une source. 








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





L’ex-stratège conservateur Tim Powers doute que l’ancien premier ministre fédéral ait réellement l’intention de militer contre la candidature de M. Charest. Selon lui, des conservateurs qui veulent nuire à l’ancien chef du Parti libéral du Québec se servent probablement du nom de M. Harper «parce qu’il a beaucoup d’impact». 


«Je vois d’où vient ce narratif et comment il pourrait être utilisé, mais je ne pense pas qu’il vienne de M. Harper directement», a-t-il commenté. 


MM. Charest et Harper sont issus de deux franges distinctes du mouvement conservateur. Certains de leurs désaccords ont été étalés sur la place publique au fil des ans. 


L’ex-premier ministre canadien n’a par exemple pas digéré que son ancien homologue québécois utilise partiellement, en 2008, l’argent d’un transfert fédéral pour financer une promesse électorale de baisses d’impôt. 


On ne sait pas si M. Harper a l’intention de donner son appui formel à un candidat. 


Plusieurs ministres de son ancien gouvernement seront toutefois de la course. C’est notamment le cas de Peter Mackay, qui a confirmé qu’il se portera candidat mercredi, et de Pierre Poilievre, qui devrait lui emboîter le pas dans les jours à venir. 


M. Powers s’attend à ce que M. Harper s’active surtout en coulisses et à ce qu’il se garde d’intervenir publiquement en faveur d’un aspirant-chef. 


La course à la succession d’Andrew Scheer a été officiellement lancée lundi et doit se conclure par l’élection du prochain leader le 27 juin.