Rebâtir le camp du OUI

Du sang neuf à la direction du PQ

Remobiliser la base du PQ, une prémisse indispensable à la remise en marche du navire amiral

Raison du refus:
Une tribune libre qui reprend trop de passages d'autres textes. Merci de votre compréhension.

 


La victoire de Paul St-Pierre Plamondon (PSPP) à titre de dixième chef de l’histoire du Parti québécois (PQ) lance, selon moi, un signal clair à tous les militants du parti, à savoir que le chemin vers le changement s’amorce à partir de maintenant.

« Dans son discours d’acceptation, le nouveau chef péquiste a mis l’accent sur la nécessité de rebâtir le Parti québécois. Dans cette course, estime-t-il, « le parti était à la croisée des chemins, jouait littéralement son avenir. Les membres étaient confrontés à deux options: celle de la continuité ou celle du changement. Ce soir, les membres ont tranché; ce sera le changement, le renouveau et l’esprit d’aventure qui animer[ont] le Parti québécois au cours des prochaines années…C’est le temps de recommencer à s’unir, de recommencer à rêver. C’est le temps de recommencer à y croire ».

https://www.journaldequebec.com/2020/10/09/paul-st-pierre-plamondon-devient-le-10e-chef-du-parti-quebecois


« À mes yeux, la clé de notre relance repose d’abord sur la promotion de notre idée la plus forte : réaliser l’indépendance du Québec. Cela implique un indépendantisme assumé et décomplexé. C’est pourquoi le slogan de ma campagne est « OUI » et que j’ai clairement énoncé, dès mon premier jour de campagne, mon engagement de faire de l’élection de 2022 un moment de vérité sur notre indépendance. J’ai également multiplié les propositions au soutien de ce projet : présenter une nouvelle approche en environnement qui souligne la menace que représente le fédéral pour la santé et la sécurité des citoyens, adopter un plan pour gagner le discours économique sur le projet de pays, prendre des mesures fortes afin de refaire du français une langue partagée et aimée par tous, et tenir un discours clair sur les conditions de notre vivre-ensemble. J’ai également été le seul candidat à proposer un nouveau partenariat de nation à nation avec les peuples autochtones et à mettre sur la table des idées pour l’égalité femmes-hommes. J’ai également été le candidat le plus actif durant la crise de la COVID pour démontrer les nombreuses dysfonctions du Canada. »

https://pq.org/paul-saint-pierre-plamondon/

Conclusion

Un mot pour décrire les termes utilisés par PSPP pour relancer avec conviction son intention de « rebâtir le camp du OUI » : inspirant. Il m’apparait évident que le nouveau chef du PQ porte profondément en lui le projet de l’indépendance du Québec et, de surcroît, PSPP s’est montré intéressé à explorer la voie de la confrontation avec le fédéral sur le plan de la Constitution tel que préconisée par Frédéric Bastien. À mon avis, il mérite amplement qu’on lui laisse la chance de prouver qu’il a les capacités pour remobiliser la base du PQ, une prémisse indispensable à la remise en marche du navire amiral!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1486 articles

  • 1 112 064

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé