Éducation

Cherchez l’erreur!

Les aventures de Geneviève

Tribune libre

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au «royaume» du ministère de l’Éducation. Je veux parler des enseignantes qualifiées et expérimentées qui doivent repartir à zéro après un déménagement en région et qui peinent à obtenir une tâche dans leur domaine alors que le nombre d’enseignants non qualifiés ne cesse de s’accroître.

À titre d’exemple, Léanne (nom fictif), a une dizaine d’années d’expérience comme professeure titulaire au primaire à Montréal. Quand elle a déménagé dans les Laurentides, elle croyait qu’il lui serait facile d’avoir sa propre classe dans une école du Centre de services scolaire (CSS) des Mille-Îles. Elle a postulé au printemps dernier, a multiplié les appels au CSS pendant l’été. «Tout ce qu’on m’offre, c’est des contrats d’une semaine. Ou encore, dans plusieurs niveaux différents.»

De surcroît, les enseignants qui changent de région, et donc de CSS, gardent leur salaire, mais ils perdent leur ancienneté en vertu de la convention collective nationale. En réalité, l’expérience et l’expertise accumulées à grands coûts de persévérance fondent comme neige au soleil à cause d’un simple déménagement de région...Plutôt discutable comme norme nationale, tout au moins!

Enfin, je vous laisse sur le cas de Caroline (nom fictif) qui a enseigné dans un quartier hyper défavorisé de la métropole pendant plus de dix ans en adaptation scolaire, le créneau où la pénurie sévit le plus fort. Sa clientèle était lourde et les services, insuffisants. Elle est retournée habiter dans sa région natale pendant la pandémie. Depuis, elle ne fait que sauter d'un petit contrat en suppléance à l'autre sans lien avec son expérience... Cherchez l’erreur!

Les aventures de Geneviève

Après la saga déclenchée par l’«oubli» du port de la ceinture de sécurité en voiture, la ministre des Transports, Geneviève Guilbaut, en remet une couche en publiant une photo en compagnie de Mathieu Lacombe, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Jeunesse, et son amoureux des dernières années, sur les réseaux sociaux.

Perçue comme une travailleuse infatigable, traitant ses dossiers consciencieusement, une fonceuse, certains la prétendant même comme la dauphine de François Legault, Mme Guilbault, ces temps-ci, mène une vie de «rock star» sur qui tous les regards sont tournés.

D’entrée de jeu, la ministre est en droit de choisir le genre de vie qu’elle veut vivre. Toutefois, eu égard à son siège au cabinet des ministres, elle aurait avantage à soulever le pied de l’accélérateur concernant sa vie personnelle, à défaut de quoi la crédibilité qu’elle a su acquérir en pilotant des dossiers chauds, notamment celui du troisième lien entre Québec et Lévis, risque de s’effriter passablement.

La politique pardonne difficilement les écueils de parcours. Madame Guilbault n’a rien fait de particulièrement répréhensible. Toutefois, le revirement soudain dans sa vie personnelle affiché ouvertement au grand public risque d’être perçu par plusieurs comme un erreur de jugement, une situation avec laquelle elle devra vivre et surtout qu’elle aura à défendre…


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2042 articles

  • 1 433 297

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé