"C'est le temps que tu prends pour ta rose qui fait qu'elle est si importante"

À l'école du Petit Prince

Tribune libre


En ces temps où l’école subit toutes sortes de bouleversements autant aux niveaux des approches pédagogiques que de la clientèle de jeunes qu’elle accueille, en ces temps où les enseignantes et les enseignants semblent à bout de souffle, ne serait-il pas opportun de mettre à profit un message d’espoir légué par Saint-Exupéry dans son Petit Prince.


Dans le sillon de la relation qui s’établit petit à petit entre le Renard et le Petit Prince, l’équipe-école est invitée à créer des liens avec les jeunes dans l’espoir de les apprivoiser. Alors seulement, le principe des vases communicants ouvrira la porte à la transmission des connaissances qui, ne l’oublions pas, demeure l’objectif premier de l’école. 


En prenant du temps pour les jeunes, en s’informant de leur vécu avant de les bombarder, dès le son de la cloche, de règles d’accord ou d’équations algébriques, peut-être arrivera-t-on à capter leur attention, à susciter leur intérêt, à les accrocher et qui sait…à diminuer le décrochage simplement parce qu’ils se seront sentis importants pour ce qu’ils sont, soit des êtres humains à part entière et non pas exclusivement des élèves.


Et le Renard de consoler le Petit Prince, désolé devant le spectacle de milliers de roses semblables à la sienne : « Ta rose est unique au monde…C’est le temps que tu prends pour ta rose qui fait qu’elle est si importante! ».



Henri Marineau

Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1075 articles

  • 913 866

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Henri Marineau Répondre

    25 octobre 2017

    Loin de moi l'idée de jouer la vedette et d'accumuler le nombre de visiteurs qui lisent mes articles sur l'éducation, je demeure toujours étonné de constater à quel point ces articles suscitent peu d'intérêt pour la pierre angulaire sur laquelle repose la formation des adultes québécois de demain aux yeux de lecteurs supposément intéressés à l'indépendance du Québec.


    Peut-être quelqu'un pourrait-il m'éclairer à ce sujet...