"Je décroche de participer à Vigile" (suite)

Une idée...comme ça!

Créer des liens pour unir nos forces

Tribune libre


Suite à l’article de Gilles Bousquet sur ses intentions de ne plus participer à Vigile et ce, malgré le fait que je respecte sa décision, et aux nombreux commentaires de solidarité qui lui sont parvenus et qui lui manifestaient leur désir de reconsidérer sa décision, je dois vous avouer que j’ai ressenti un esprit de famille vigilien comme il ne m’était jamais apparu depuis le peu de temps que je fais partie de cette famille, soit la mi-janvier 2011! Un peu comme le regret que nous éprouvons tous et toutes lorsqu’un de nos proches nous quittent!
Toutefois, M. Bousquet est encore là et les réactions concernant ses intentions de décrocher de Vigile ainsi que les commentaires qui ont suivi ne doivent pas être relégués aux oubliettes! Voilà pourquoi, il m’est venu une idée! Peut-être est-ce mon côté dinosaure, voire « vieux jeu », enfin, vous en jugerez par vous-mêmes!
Compte tenu que l’événement « Bousquet » a suscité autant de réactions de solidarité en faveur de la reconsidération de M. Bousquet à demeurer dans le giron de Vigile, je me suis demandé s’il ne serait pas opportun de créer un journal, mensuel par exemple, qui pourrait s’appeler « Le vigilen », publié via le site de vigile.net, dans lequel seraient publiés des articles dont le thème central tournerait autour de la « démarche du peuple québécois vers sa souveraineté ».
En fait, n’est-ce pas là le leitmotiv qui a inspiré le père de ce site, Bernard Frappier? Et, qui plus est, ce journal viendrait contrecarrer l’effet pervers des mauvaises langues qui tentent par tous les moyens de détruire ce site qui bénéficierait, grâce à ce journal, d’une arme efficace pour répondre à ses détracteurs, sans nuire à la vocation du site actuel qui présente un éventail d’idées beaucoup plus vaste!
Les articles de ce journal pourraient traiter, entre autres, de commentaires des lecteurs du site, d’initiatives personnelles, de parutions de livres et/ou d’articles traitant de souveraineté. De plus, j’y verrais un espace accordé aux réactions des lecteurs du journal.
Comme répondait le Renard à la question du Petit Prince :
« Que signifie le mot « apprivoiser »?, après que le Renard lui ait demandé de l’apprivoiser.
«Ça signifie « créer des liens »

Peut-être aurions-nous avantage, nous aussi, à nous apprivoiser… question de créer des liens qui nous permettraient d’unir nos forces dans le combat que nous menons! Ainsi, nous aurions fait un pas en avant grâce à la leçon que nous aurions tiré de l’événement Gilles Bousquet!
En terminant, M. Bousquet, dans la lignée de beaucoup d’autres lecteurs de Vigile, je vous invite à réintégrer le navire-amiral ou… à intégrer le vaisseau que je vous offre et qui viendrait enrichir la flotte de la souveraineté en agissant, pourquoi pas, à titre de timonier!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1766 articles

  • 1 203 280

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé