Effets pervers du multiculturalisme

Trudeau part en guerre contre l’islamophobie

Marc Tanguay, le renégat

Tribune libre

On aura tout vu! Justin Trudeau vient de nommer, pour un mandat de quatre ans, une représentante spéciale du Canada chargée de la lutte contre l’islamophobie. Amira Elghawaby sera « porte-parole, conseillère, experte et représentante dans les efforts du gouvernement fédéral pour lutter contre l’islamophobie, le racisme systémique, la discrimination raciale et l’intolérance religieuse », indique le communiqué émis par le bureau du premier ministre. 

Par les fruits du « hasard », les termes utilisés par le bureau du premier ministre, tel que « islamophobie » ou « racisme systémique » réfèrent mutatis mutandis au vocabulaire appliqué aux Québécois francophones dans les médias anglophones du Canada et chez une pléiade d’anglophones du Québec qui se plaignent d’être traités comme une minorité victimisée vivant à l’ouest de l’île de Montréal.

Wikipédia souligne qu’Amira Elghawaby est une militante des droits de la personne et journaliste. Elle a agi comme employée responsable des communications pour la Fondation canadienne des relations raciales (FCRR), et est une journaliste indépendante qui contribue aux chroniques du Toronto Star. Elle a auparavant travaillé à CBC News, et en tant que coordonnatrice des droits de la personne pour le Conseil national des musulmans canadiens. Elle a été l'un des membres fondateurs du conseil d'administration du Réseau canadien anti-haine. 

À la lumière de ces informations, on ne peut que constater qu’Amira Elghawaby est une militante aguerrie contre l’islamophobie. Comme « par hasard » encore une fois, sa nomination arrive au même moment où la loi 21 sur la laïcité de l’État québécois est contestée devant les tribunaux… À n’en pas douter, le hasard fait bien les choses au pays du multiculturalisme de Justin Trudeau.

Marc Tanguay, le renégat

Marc Tanguay, le chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale et chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), a déclaré qu’il appuyait Justin Trudeau dans son intention d’aller de l’avant eu égard à un renvoi devant la Cour suprême pour restreindre l’utilisation de la clause dérogatoire.

En bref, Marc Tanguay, lui qui occupe une haute fonction politique au sein de sa nation, en vertu d’une charte qui nous a été imposée, travaille ouvertement avec les fédéraux pour réduire l’autonomie de son propre peuple.

Avouons que nous sommes à des années-lumière du slogan « Maître chez nous » du premier ministre libéral des années 60, Jean Lesage, et de la révolution tranquille qui s’ensuivit au Québec.

Et ce n’est sûrement pas avec des déclarations aplaventristes comme cette sortie inopportune du chef intérimaire du PLQ que le parti va se sortir du maelström dans lequel il s’enlise et qu’il va pouvoir rejaillir de sa défaite cuisante des dernières élections.

Vivement un congrès au leadership avant que Marc Tanguay n’enfonce le dernier clou dans le cercueil du PLQ...


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2031 articles

  • 1 418 467

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé