De la liberté d’expression

Ne touchez pas à Mahomet!

12c0e980d325992eb93206bef13f1e06

Tribune libre

 


La décapitation sordide de l’enseignant français en histoire Samuel Paty par un réfugié russe de 18 ans, d'origine tchétchène, après avoir discuté avec ses élèves des caricatures de Mahomet en classe, vient faire la preuve à la face du monde que la liberté d’expression est loin d’avoir atteint ses lettres de noblesse, notamment dans le monde de l’éducation, une triste réminiscence de l’attentat du 7 janvier 2015 qui a coûté la vie à huit personnes dans la salle de rédaction du magazine Charlie Hebdo dans la foulée de la publication de caricatures de Mahomet.


Selon un scénario envisagé, ce serait le père d’un élève de la classe de Samuel Paty qui aurait dénoncé aux terroristes la démarche de l’enseignant qui n’avait d’autre intention que de discuter de la libre expression avec ses élèves en relation avec la tuerie de Charlie Hebdo. C’est dire à quel point Mahomet exerce une pression inouïe sur les droits fondamentaux à la libre expression.


Par ailleurs, le procureur a confirmé la création d'un compte Twitter, sous le nom Abdoulakh A, par l'auteur du meurtre. Après le crime, un gazouillis sur ce compte adressait un message au président français Emmanuel Macron dans lequel il indiquait: « J'ai exécuté un de tes chiens de l'enfer qui a osé rabaisser Mahomet ». En termes clairs, « ne touchez pas à Mahomet »!


Un vieil adage nous dit qu’une image vaut mille mots… Encore faut-il que le « mot » ne soit pas interdit de caricature sous peine de mort!


Circonstances du drame


« Le procureur est également revenu sur le contexte du cours donné par le professeur assassiné, sur la liberté d'expression. "Un débat avait été organisé sur la publication des caricatures de Mahomet […] dès le 7 octobre au soir, le père de l'une des élèves publiait sur son compte Facebook un récit des faits faisant état de la diffusion d'une image du prophète nu et appelait à la mobilisation contre le professeur."


Le lendemain, "le père de l'élève accompagné d'un second individu, ont été reçus par la responsable de l'établissement. Et ils ont exigé devant la principale le renvoi du professeur. Le soir même, le parent publiait sur son compte Facebook un texte dans lequel il nommait le professeur et incitait à 'dire stop''", a complété le procureur. » 


https://www.france24.com/fr/france/20201017-en-direct-suivez-la-conf%C3%A9rence-de-presse-du-procureur-de-la-r%C3%A9publique-antiterroriste


Influence des réseaux sociaux


"Je suis convaincu que ceux qui ont participé à ce lynchage public de cet enseignant - il y a des vidéos qui ont été postées sur les réseaux, il y a peut-être d'autres mobilisations qu'on n'a pas vues - sont d'une certaine manière responsables de ce qui s'est passé…Les choses ont démarré sur les réseaux sociaux et se sont terminées sur les réseaux sociaux".


https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Assassinat-de-Samuel-Paty-les-reseaux-sociaux-ont-une-responsabilite-estime-Gabriel-Attal-1707969


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1514 articles

  • 1 120 905

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé