Le gouvernement albertain exige une plus grande liberté d'expression sur les campus

31a1290efccdc8f1ae81a2c4a5cc1a08

Jason Kenney voit juste : il faut mettre fin à la censure de l'extrême gauche sur les campus universitaires


Le gouvernement conservateur exige que les établissements d’enseignement postsecondaires en Alberta se plient aux principes de Chicago d’ici la fin de l’année. Si l’objectif est de favoriser la liberté d’expression, certains s'inquiètent déjà de voir les partisans de théories racistes ou d'idées choquantes tirer profit d'une plus grande visibilité.




Les principes de Chicago ont été rédigés en 2014 par le Comité sur la liberté d'expression de l’Université de Chicago et publiés en janvier 2015. Ils réitèrent l’importance de la plus grande liberté d’expression possible sur les campus. Selon ses promoteurs, les universités, par nature, doivent s’abstenir de limiter la propagation d’idées mêmes blessantes ou désagréables.


La limite, car il y en a bien une, c’est que les lois soient respectées et qu’il n’y ait donc ni diffamation, ni menaces, ni harcèlement.


La rectrice de l'Université de Calgary, Dru Marshall, explique que celle-ci a choisi de rédiger une déclaration sur la liberté d'expression qui fait référence aux différentes politiques en place plutôt que d’élaborer une nouvelle politique à part entière.


« Je ne pense pas que cela fera un grand changement », dit-elle. « Les Universités sont un endroit où on se heurte parfois à des idées qui ne sont pas les siennes et qui mettent mal à l'aise de temps en temps, c’est normal », ajoute Dru Marshall.



La beauté des universités, c’est que ce sont des endroits où l’on peut élargir ses horizons, sa pensée, et admettre que tout le monde ne pense pas de la même façon et que, si on a une opinion, elle doit pouvoir être énoncée et exprimée clairement pour pouvoir être discutée respectueusement.


Dru Marshall, rectrice de l'Université de Calgary


Le revers de la médaille, selon Shama Rangwala, chargée de cours à l'Université de l'Alberta, c’est que des idées intolérantes sont renforcées ou « légitimés par la crédibilité des établissements qui les accueillent ». Elle estime en outre que les étudiants qui sont déjà victimes de discrimination pourraient se sentir encore plus exclus.



Pour être très claire, ce n’est pas afin de promouvoir la liberté d’expression, c’est pour créer des espaces de paroles très conservateurs pour promouvoir des théories comme le génocide blanc ou des théories nationalistes blanches, très anti-immigrantes.


Shama Rangwala, chargée de cours, Université de l'Alberta


Dans le passé, des groupes antiavortement se sont plaints que leurs propos étaient muselés. Avec les changements annoncés, plusieurs des restrictions qui leur étaient imposées par les universités pourraient tomber.


Le gouvernement Kenney donne aux universités jusqu’au 15 décembre pour établir des politiques claires qui suivent les principes de Chicago. D’ici là, ces agoras du libre débat doivent vivre avec de l’incertitude au sujet de leur financement. Un récent rapport gouvernemental sur l’état des finances publiques suggère même de fermer certains établissements.


Avec les informations de Laurent Pirot