Victime de la sacrosainte inclusion

Congédiement de Nathalie Lemieux

« Je persiste à dire que la société québécoise est loin d’être une société islamophobe »

C66a3027850239c9ee8d9e5d0b2f3ace

Tribune libre

Deux éléments attirent mon attention eu égard au congédiement de la mairesse suppléante de Gatineau, Nathalie Lemieux.


En premier lieu, son intervention à l’effet que la communauté musulmane ne s’intègre pas à la société québécoise. À cet effet, on ne peut le nier, la réalité donne raison à Mme Lemieux dans la mesure où la communauté musulmane, une fois installée au Québec, continue de vivre selon ses us et coutumes, alléguant la sempiternelle inclusion si chère à Justin Trudeau, une inclusion qui, il faut bien l’admettre, est tout à fait à sens unique.


En second lieu, je ne peux que donner raison à laA conseillère municipale de Gatineau au sujet de son adhésion à la décision de François Legault de ne pas tenir de journée contre l’islamophobie considérant qu’une telle Journée ne viendrait qu’amplifier démesurément l’islamophobie au Québec en lui dédiant une Journée spéciale annuelle au calendrier.


En bref, Nathalie Lemieux a probablement dit à voix haute ce que plusieurs pensent tout bas, et cela, au risque de choquer le politically correct… Ce qu’il ne faut pas faire quand on occupe un poste en ligne d’autorité dans notre Québec que l’on qualifie d’« inclusif »!



Nathalie Lemieux s’explique…


« Je persiste à dire que la société québécoise est loin d’être une société islamophobe ».


Au contraire, dit-elle, je pense que nous faisons généralement preuve de beaucoup d’ouverture, de générosité et de tolérance.


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1150879/gatineau-conseillere-nathalie-lemieux-explique



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1323 articles

  • 1 173 635

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé