Aliénation dans l’Ouest: Scheer fustige Blanchet

B47438a6821c2931bc6595655ab71c9e

Blanchet est fou : il se solidarise de Trudeau au-lieu d'essayer de le déstabiliser


(Ottawa) Les propos « insultants et fallacieux » du chef Yves-François Blanchet au sujet du sentiment d’aliénation dans l’Ouest du pays n’ont d’égal que la « mesquinerie » de Justin Trudeau en cette même matière, fustige le chef conservateur Andrew Scheer.


Cette sortie au vitriol survient au lendemain d’un point de presse du leader bloquiste, lequel a critiqué les motivations qui, selon lui, animent le mouvement séparatiste du « Wexit » et poussent les premiers ministres de l’Alberta et de la Saskatchewan à bomber le torse.


« Les propos tenus par M. Blanchet hier sur l’Ouest canadien sont à la fois insultants et fallacieux », a déclaré le chef Scheer dans un communiqué de presse transmis aujourd’hui.


« Ils sont insultants parce qu’il a accusé l’Ouest de faire croire à une crise de l’unité nationale […] Ils sont fallacieux parce qu’il refuse de reconnaître combien sa province bénéficie de la réussite économique de l’Ouest », a-t-il enchaîné.


 

Mais il n’est guère étonnant que le leader du Bloc québécois adopte cette posture, d’après Andrew Scheer. Car selon lui, il ne fait que suivre les traces du premier ministre Justin Trudeau, qui « tient une rhétorique mesquine […] depuis des années ».


Le premier ministre « diabolise les travailleurs de l’énergie, met des centaines de milliers d’entre eux au chômage et dit dans le monde entier qu’il veut éliminer progressivement le secteur énergétique du Canada », a accusé le chef de l’opposition.


« Alors que MM. Trudeau et Blanchet continuent à diviser le pays, les conservateurs croient que le secteur énergétique a le pouvoir d’unir les Canadiens. Seuls les conservateurs peuvent garder le Canada fort et uni », a conclu Andrew Scheer.


Le chef bloquiste s’est demandé hier à voix haute si « la volonté d’extraire le pétrole du sol de l’Ouest canadien [était] en soi un motif pour vouloir faire l’indépendance ». Il argué que les premiers ministres de l’Alberta et de la Saskatchewan tentaient d’exploiter la situation actuelle pour « se donner une position de force ».


Il n’en fallait pas plus pour que le premier ministre albertain Jason Kenney monte aux barricades et accuse Yves-François Blanchet « d’attaquer le secteur de l’énergie de l’Alberta qui finance grandement les 13 milliards que le Québec reçoit en péréquation ».


« Vous ne pouvez avoir le beurre et l’argent du beurre. Il est temps de faire un choix », a pesté le dirigeant.


L’élue fédérale Michelle Rempel a aussi critiqué le chef du Bloc québécois sur Twitter. « Votre province est littéralement financée par notre secteur énergétique. Si notre industrie vous dérange autant, libre à vous de nous retourner [les milliards] que vous recevez chaque année », a dénoncé la députée de Calgary.


Les députés rentrent au travail à Ottawa le 5 décembre prochain, date à laquelle le discours du Trône sera prononcé par la gouverneure générale du Canada, Julie Payette. Les grandes priorités du gouvernement minoritaire de Justin Trudeau y seront énoncées.