Changement oblige!

Un gouvernement caquiste majoritaire?

Tribune libre

Si la tendance révélée par le dernier sondage Léger-Le Journal/Le Devoir se maintient, à savoir 35 % des intentions de vote pour les troupes de François Legault, nous assisterons possiblement à l’élection d’un gouvernement caquiste majoritaire. À mon sens, une vague caquiste pourrait déferler sur le Québec au lendemain du scrutin général du 1er octobre.


La vague de désertion de cinq ministres libéraux d’une part, le manque de charisme de Jean-François Lisée d’autre part, et le désir de changement de l’électorat québécois constituent à mon avis les facteurs déterminants qui influencent de tels résultats.


Après quelque quinze ans d’un gouvernement libéral marqué par les scandales politiques et les coupes drastiques, notamment en éducation et en santé, le gouvernement de Philippe Couillard a perdu toute crédibilité aux yeux des Québécois, et perd même des plumes auprès des non-francophones, un électorat pourtant historiquement fidèle au PLQ.


En ce qui a trait au PQ, la stratégie de leur chef de reporter le référendum sur l’indépendance du Québec en 2022 ne réussit manifestement pas à rallier les souverainistes « mous » qui optent plutôt pour le parti de François Legault.


En somme, les astres semblent s’aligner pour un gouvernement caquiste majoritaire. Toutefois, à cinq mois des élections, l’électorat est encore volatil puisqu’un Québécois sur deux seulement estime son choix définitif…



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1143 articles

  • 823 279

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé