COVID-19

On devrait peut-être les écouter…

Contestation des mesures sanitaires

Tribune libre

 







Le mouvement de contestation contre les mesures sanitaires, notamment le passeport vaccinal et la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, continue de faire des vagues. À cet effet, on pouvait lire sur certaines pancartes des manifestants «Non au passeport», «On exige un débat public» et «Liberté!». La foule compacte comprenait des personnes de tous âges, incluant de jeunes familles avec enfants.

Pendant ce temps, le premier ministre sortant Justin Trudeau peine à livrer son message sur la place publique, chahuté par des centaines de manifestants contre les mesures sanitaires, à tel point qu’un événement de campagne a dû être annulé à Bolton en Ontario, et qu’un point de presse a été retardé à Cambridge en raison des contestations.

« Oui, il y a des gens qui ont des perspectives extrêmement différentes, mais c’est pour ça que nous avons besoin d’entendre clairement pas juste les Canadiens qui rouspètent, mais tous les Canadiens qui vont s’exprimer en votant sur la direction que nous devons prendre en tant que pays», a déclaré le chef du parti Libéral du Canada… Mais, au fait, quels moyens Justin Trudeau entend-il prendre pour « entendre les Canadiens qui rouspètent »?

« Dans le choc des idées jaillit la lumière », nous rappelle un vieux proverbe. Je suis d’avis que cette saga ne fera que prendre de l’ampleur tant et aussi longtemps que les contestataires ne pourront s’exprimer sur leurs doléances dans un débat public, à défaut de quoi le fossé entre les parties risque de s’agrandir au profit d’une augmentation inquiétante du nombre de contestataires…  



Henri Marineau, Québec

 

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1633 articles

  • 1 146 058

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Author extra bg

« Rebâtir la confiance »


Author extra bg

Un peu de cohérence, M. Legault!


Author extra bg
Author extra bg

La question qui tue



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé