PQ - Changement de paradigme

Québec

Le PQ se dirige vers une énième « refondation »

La grande cassure



La souveraineté du Québec est-elle inéluctable ? Réponse courte : non. Le Parti québécois est-il éternel ? Non plus. Au bout de 20 ans de déclin, ces questions, le Parti québécois devra se les poser. Sans complaisance ni déni.

Québec

« Sans le ciment de l’indépendance, courtiser la gauche radicale était un grave danger que le PQ a pourtant choisi de braver. »

Les raisons de la défaite du Parti québécois



Le 1er octobre dernier, le Parti québécois a subi une dure défaite. Avec d’autres, nous réfléchissons aux suites à y donner et nous rendrons public le fruit de notre réflexion prochainement. Nous croyons cependant qu’avant toute chose, il est nécessaire de comprendre ce qui a conduit aux récents résultats. Les raisons expliquant notre défaite sont nombreuses.

Québec

Trudeau traite les Québécois comme une communauté culturelle parmi d'autres

Hommage douteux à Bernard Landry



Voici la déclaration du premier ministre du Canada Justin Trudeau à l’annonce de la mort de Bernard Landry, mardi dernier : « Ce fut un homme qui a bien servi le Québec pendant de nombreuses années dans différentes positions (sic). On doit reconnaître d’abord aujourd’hui son dévouement envers sa communauté (sic), envers son pays. »

Québec

« En fait, il faudrait carrément tenir des états généraux du mouvement souverainiste. »

Refonder le PQ?



Il y a des coïncidences qui prennent valeur de symbole. Bernard Landry s’est éteint sans avoir vu naître le pays qu’il a espéré toute sa vie.

Québec

« Le PQ et QS ont eu des résultats semblables, mais il n’est pas difficile de voir lequel des deux est en ascension et lequel est en chute. »

PQ: laisser le temps au temps



C’est un euphémisme de dire que le mouvement souverainiste est en panne et qu’il a besoin de réfléchir, comme l’a déclaré Pauline Marois sur les ondes de QUB radio. Après l’hécatombe du 1er octobre dernier, le Parti québécois ne peut plus fermer les yeux sur une désaffection progressive qu’il a préféré ignorer pendant vingt ans. Quant au Bloc québécois, la crise de l’an dernier a simplement été le reflet d’une recherche d’identité qui est demeurée vaine depuis que la vague orange de 2011 a révélé qu’un grand nombre de Québécois ne le tiennent plus pour essentiel.

Québec

Le destin funeste de l'Union nationale hante le Parti québécois...

Une thérapie de groupe se prépare au PQ



Le tant attendu bilan des péquistes sur la campagne électorale, qui s'est soldée par un revers historique, se tiendra dans un peu plus d'une semaine. Les présidents d'associations, députés, candidats défaits et représentants des jeunes du Parti québécois (PQ) seront appelés à discuter d'enjeux fondamentaux, qui iraient au-delà de choses « cosmétiques » comme un changement de nom.

Québec

« Dans quelques jours, lorsque nous inhumerons monsieur Landry, plusieurs auront l’impression d’enterrer aussi le PQ. »

Le dernier chevalier



Je sais que c’est une coïncidence, mais difficile de ne pas y voir un signe. Juste comme le PQ jongle avec l’idée de changer de nom et de refondre complètement son programme, le dernier des grands (avec Lucien Bouchard, qui est toujours parmi nous, mais qui a enterré ses illusions souverainistes depuis longtemps) disparaît.

Québec

« Le Parti québécois n’a jamais été dans le coup. »

Le PQ doit revoir sa manière de faire de la politique



Le 17 novembre prochain, le Parti québécois doit tenir un conseil national à Montréal ayant pour objectif de dresser un bilan électoral. Il est admis que cette occasion militante doit être le début d’une « grande corvée ». Néanmoins, les dernières communications postélectorales diffusées en interne par l’équipe nationale laissent sceptiques, comme s’il fallait encore que les membres se comportent de manière candide en gardant le sourire.

Québec

Aussant veut fusionner le PQ avec QS : c'était tout le sens de l'opération « Faut qu'on se parle » de Nadeau-Dubois

Aussant prêt à changer le nom du Parti québécois



Associé au racisme par une partie de la population depuis l’épisode de la Charte des valeurs, le Parti québécois devrait songer à une refondation complète et repartir sous un nouveau nom, estime Jean-Martin Aussant.

Québec

Sans la défense de l'identité québécoise, le PQ n'est rien

Elle a le dos bien large la «Charte»...



La « Charte des valeurs » a le dos large. Et si on se penchait aussi sur ceux qui ont l’accusation de racisme si facilement aux lèvres...

Québec

C'est en raison de son incapacité à se positionner clairement sur l'échiquier politique que le PQ a perdu

PQ: autopsie d’une défaite annoncée



Comment expliquer la débandade du Parti québécois? Au-delà des vicissitudes de la dernière campagne électorale, il faut effectuer un long retour en arrière.

Québec

Le charabia universitaire n'aidera en rien le PQ à sortir de sa torpeur

Sortir de l’électoralisme, prise II



L’élection du 1er octobre dernier n’a cessé de se donner comme l’ultime parole démocratique dont nous devrons nous accommoder pour les quatre années à venir. Or, la scène électorale n’est pas seulement absolue, elle est aussi relative.

Québec

Il faut faire du français la langue d'État

Pour une refondation du mouvement indépendantiste qui inclut la question linguistique



La place qu’occupe l’anglais dans le système scolaire québécois ne cesse d’augmenter depuis les 15 dernières années. Au primaire, l’école a quasi basculé dans la diglossie (Utilisation de deux systèmes linguistiques ayant chacun un statut sociopolitique différent) avec « l’anglais intensif ». Au secondaire, hors de l’anglais « langue maternelle », point de salut. Au cégep, les cégeps anglophones sont pleins à craquer et l’anglicisation des cégeps francophones va bon train.

Québec

Le PQ retrouvera-t-il un second souffle pour le XXIe siècle naissant ?

Le Parti québécois met le cap sur l'indépendance



Le nouveau chef par intérim du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, a livré un discours vendredi dernier lors de la cérémonie d'assermentation des membres de la formation politique, au cours de laquelle il a semblé remettre le projet de souveraineté du Québec au premier plan.

Québec

Refuser toute alliance avec QS, une question de survie pour le PQ

Parti québécois: revenir à l’essentiel



 octobre ont été difficiles pour les péquistes: avec 17% des appuis et 10 élus après recomptage, le parti a atteint les bas fonds avec le pire score de son existence, lequel lui est insuffisant pour constituer un groupe parlementaire aux yeux du règlement de l'Assemblée nationale.

Québec

Les péquistes doivent sortir des vœux pieux et faire un réel mea culpa sur les raisons de leur défaite

Le défi considérable du Parti québécois



C’est avec beaucoup de perplexité, un brin d’amertume et même de tristesse que je me résous à tenter d’expliquer la descente aux enfers non méritée du Parti québécois, en ce premier jour d’octobre 2018. Dix députés élus, 17 % des voix, soit pratiquement deux fois moins qu’en 2014 et à peine un peu plus que QS.

Québec

Pascal Bérubé fera face à Jolin-Barrette sur la laïcité

Cabinet fantôme du Parti québécois: Hivon à l’éducation, Gaudreault à la santé



Le Parti québécois dévoile son cabinet fantôme, qui fait la belle place aux potentiels aspirants au trône péquiste.

Québec

« Fondamentalement, la souveraineté se justifie parce que le régime fédéral et son multiculturalisme radical nient notre identité nationale et notre capacité à nous gouverner nous-mêmes. »

Le PQ a-t-il un avenir?



Le PLQ et le PQ furent les deux grands perdants de la dernière élection.

Québec

Lisée a raison : le PQ devra faire son mea culpa avant de se lancer dans une énième course à la chefferie

Lisée refuse de prendre position sur l'avenir du PQ



L’ancien chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, défait le 1er octobre, refuse de prendre position sur l’avenir de sa formation politique.

Québec

Le PQ doit réfléchir intelligemment à son avenir

Alliance PQ et QS? Rien ne presse...



L’encre qui imprimait les résultats de l’élection du 1er octobre dernier n’était pas encore sèche que déjà, certains au PQ voulaient annoncer leur volonté de «collaborer», voire de fusionner avec Québec solidaire.

Québec

Michel David se trompe : c'est en raison de son virage gauchiste que le PQ a perdu des plumes et non parce qu'il n'est pas assez progressiste !

Le rendez-vous manqué



Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Personne au PQ ne peut plaider la surprise face à ce qu’il est devenu 50 ans après sa création. Son histoire des 15 dernières années se lit comme la chronique d’une mort annoncée.

Québec

« Lors de la prochaine campagne électorale, le PQ ne pourra plus essayer d'être partout en même temps. Sinon, il risque plus que jamais de se retrouver nulle part. »

Quel avenir pour le PQ?



En regardant le résultat des élections, les indépendantistes de gauche se disent : quel gaspillage de votes! Quel gâchis! Si les péquistes et les solidaires avaient additionné leurs appuis, ils auraient soufflé dans le cou de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Québec

« Lisée a réussi en moins d’un an et demi à éloigner le parti de René Lévesque de sa base électorale traditionnelle. »

La chute du PQ



Octobre 2018 restera pour longtemps dans les annales du PQ. Deux évènements historiques marqueront ce mois fatidique  : la pire défaite électorale du parti depuis sa création et la célébration de son 50e anniversaire. 

Québec

Misère de la pensée : les perdants heureux du PQ s'autocongratulent de leur défaite

Les candidats du Parti québécois font le point en famille



Une soixantaine de candidats du Parti québécois (PQ) aux dernières élections, élus et défaits, se sont rassemblés à Montréal pour faire le point sur l'échec du parti aux élections, dans le cadre d'une rencontre privée « informelle ».

Québec

Le renouvellement du PQ : un éternel recommencement qui dure depuis 50 ans...

L'éternel renouvellement du Parti québécois



La messe n’est pas dite; l’histoire n’est jamais écrite d’avance. Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a raison.

Québec

Lévesque n'aimait pas le nom du parti qu'il a fondé

Il y a 50 ans, René Lévesque lançait le Parti québécois



Du 11 au 14 octobre 1968, plus de 2000 personnes se sont réunies au Pavillon de la jeunesse de Québec pour créer un nouveau parti politique : le Parti québécois (PQ). Ancien journaliste et député du Parti libéral, René Lévesque y prononce alors un discours vibrant, qui sera la clef de voûte de la future organisation. Des militants, présents durant ce congrès, se rappellent cet émouvant moment.

Québec

50 ans de Parti québécois

Bonne fête PQ?



Le 11 octobre 1968, commençait le congrès de fondation du Parti québécois. Il célèbre aujourd’hui ses cinquante ans, et pour le dire poliment, il ne les fête pas en très bon état.

Québec

Pas de fusion avec QS : « Ç’a déjà été essayé. Le Parti québécois l’a fait de bonne foi, Québec solidaire a refusé. C’est la fin du chapitre là-dessus »

Pas question de fusionner le PQ et QS



Le Parti québécois et Québec solidaire rejettent l’idée de l’ex-ministre péquiste Réjean Hébert de fusionner les deux formations politiques afin d’unir les souverainistes progressistes du Québec.

Québec

En le nommant chef intérimaire, la gauche du PQ s'assure qu'il ne deviendra pas candidat à la chefferie

Pascal Bérubé est nommé chef intérimaire du PQ



Le caucus du Parti québécois a choisi Pascal Bérubé pour diriger ses destinées à l’Assemblée nationale durant la période de reconstruction du parti qui mènera à l’élection de son prochain chef.

Québec

Quel avenir pour le Parti québécois sous le gouvernement caquiste ?

Souveraineté: la victoire de la CAQ ouvre la porte à quatre années de reconstruction



Les théoriciens de l’impasse souverainiste, qui cautionnaient la mise en veilleuse par le PQ de son option fondatrice en affirmant qu’il s’agissait là du seul choix raisonnable possible, ont aujourd’hui, plus que jamais, le résultat de leurs enseignements sous les yeux.