Langue française — la « dynamique du déclin »

Québec

Le Nouveau-Brunswick est-il l'avenir du Québec ?

Quand il ne reste plus que le «hi» du «bonjour/hi»



Une semaine après l’adoption d’une motion unanime à l’Assemblée nationale condamnant le «bonjour/hi», la controversée formule de bienvenue reste de mise au centre-ville de Montréal.  

Québec

La trahison de nos élites explique l'effondrement du fait français

Langue française: «we’re getting over it»



Nous apprenions dernièrement qu’Adidas n’a pas respecté le caractère français du Québec en tenant une conférence de presse presque exclusivement en anglais. Pourquoi ? C’est la question à laquelle plusieurs chroniqueurs essaient de répondre. C’est pourtant bien simple ! Ce qui s’est produit à l’ouverture du m...

Québec

Le Québec ne doit pas devenir le Nouveau-Brunswick

Svp, please, lisez-moi, read me



Être chroniqueur est un immense privilège, mais qui comporte son lot de frustrations. L’une d’entre elles est de réaliser que le débat public, que vous cherchez à faire avancer, charrie les mêmes confusions en 2017 qu’en 2007 ou 1997.

Québec

C'est bien la moindre des choses !

L’Assemblée nationale souhaite que les clients soient accueillis avec un « bonjour »



L’Assemblée nationale invite tous les commerçants à accueillir leurs clients avec un « bonjour » bien senti. Fini le « bonjour-hi ».

Si rien n'est fait, l'avenir du Québec sera l'Acadie

Reveillez-vous!



Disons-le clairement. L’abandon de la protection de la langue française par nos gouvernants est un phénomène révoltant.

Québec

Imposer le CÉGEP français serait plus efficace que n'importe quelle autre mesure

Une analyse des données de l’OQLF sur la langue de travail



L’Office Québécois de la langue française (OQLF) a publié le 23 novembre dernier, soit ironiquement le jour même où a éclaté « l’Adidasgate », une étude de suivi de la situation linguistique portant sur la langue de travail au Québec en 2016.

Québec

L'effondrement national se poursuit dans l'indifférence généralisée

Recul du français comme langue de travail principale au Québec



Les milieux de travail bilingues sont plus courants au Québec qu’il y a dix ans, si bien que l’usage du français comme langue prédominante a quelque peu reculé, selon les plus récentes données du recensement.

Québec

Au contraire, c'est l'échec d'une génération « multiculturalisée »

La langue des milléniaux



Selon plusieurs, les milléniaux ne sont pas intéressés par la promotion de la langue française. La preuve ? Ils ont été nombreux à faire la file pour l’ouverture du magasin Adidas cette semaine.

La catastrophe linguistique

Culture & Société - L'anglicisation du Québec



L'affaire Adidas révèle l'effondrement du fait français au Québec. Loin d'être anecdotique, l'anglicisation rampante de Montréal est un symptôme de l'effondrement national ambiant.

Québec

« La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert », disait André Malraux.

Français: ne pas lâcher



Avec les difficultés auxquelles fait face le français, la posture du catastrophisme, voire de la démission, se porte bien au Québec. Trop bien.

Québec

« Les nouveaux « Nègres blancs d’Amérique » textent en vêtements griffés et espadrilles de luxe. Mais ce sont encore des domestiques. »

La nouvelle négritude



On pourra casser tout le sucre que l’on veut sur ce gérant de la boutique Adidas à Montréal, qui a pensé dire « un mot en français » pour « accom­moder » lors de l’ouverture­­­ officielle.

Mais le jeune homme voulait bien faire. Et c’est là le drame : son inconscience de la signification pro...

Québec

Adidas, c'est l'Empire Desmarais, comme Lafarge-Holcim qui a trafiqué avec Daesh en Syrie

Usage du français dans les commerces: des Québécois résignés



Pendant que certains commerces peinent toujours à servir des clients en français à Montréal, des organismes n’hésitent pas à dénoncer l’inertie des Québécois à revendiquer leurs droits.

Québec

Le gouvernement Couillard est responsable

Langue de minoritaire



Certains pensent que tout a été réglé lorsque fut adoptée une loi qui devait faire du français « la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires ».

Québec

L'anglais aurait toutefois son utilité pour dire au gérant fautif « You're fired ! »

Les propos du gérant du magasin Adidas font réagir à l'Assemblée nationale



Adidas garde le silence le plus complet, jeudi, au lendemain d’une gaffe linguistique commise lors de l’ouverture de son nouveau magasin de Montréal qui a mené plusieurs personnalités publiques à boycotter l’entreprise.

Québec

Un événement révélateur

Le français est-il de trop à Montréal ?



La scène s’est passée aujourd’hui à Montréal, mais soyons honnêtes, des scènes comme celles-là, il y en a tous les jours. Après quelques mois de fermeture, la boutique Adidas rouvrait ce matin au centre-ville, sur la rue Sainte-Catherine. L’essentiel de la présentation s’est déroulé en anglais.

International

En France, le ministre de l'Éducation tranche

Le ministre de l'Education applaudi lorsqu'il s'oppose vivement à l'écriture inclusive



Opposé à une tribune d'enseignants refusant la règle du «masculin l'emportant sur le féminin», le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer affirme ne vouloir qu'«une grammaire», sous les bravos de l'Assemblée nationale.

Québec

L'anglicisation des Inuits est une conséquence de notre soumission au Canada

Étudier en français, un grand défi pour les Inuits du Nunavik



Étudier en français ou en anglais ? Les Inuits du nord du Québec peuvent poursuivre leurs études collégiales dans l’une des deux langues officielles du Canada, un choix qui peut s’avérer déterminant pour leur avenir.

Québec

Un autre recul du français

Le français en déclin dans Saint-Henri



À l’occasion des élections municipales, notre équipe sillonne certains quartiers de Montréal pour raconter des enjeux, parfois négligés de la campagne. Aujourd’hui: Saint-Henri, l’un des quartiers qui s’est le plus anglicisé dans les dernières années.

Québec

«L'usage tranchera»

Le français est une polémique



Dans la controverse sur l’écriture inclusive et celle sur la nouvelle position de l’Office québécois de la langue française (OQLF) en matière d’anglicismes, j’aimerais rappeler un fait essentiel : l’idée de la norme du français est une fiction, peut-être le plus grand roman jamais écrit.

Québec

Consternant !

101 façons de s’aplatir



Lorsque je me promène dans l’aéroport Trudeau, je peux me repaître en attendant l’avion chez les restaurateurs Pork & Pickle et Urban Crave, ces beaux noms évocateurs du Québec.

International

En voilà au moins un qui n'a pas perdu la boussole et qui se tient debout pour défendre le français

Jean-Michel Blanquer ne veut pas de l'écriture inclusive qui «abîme notre langue»



La promotion de l'écriture inclusive à l'école n'est pas une priorité pour le ministre de l'Education qui préfère porter ses efforts sur l'enseignement de la lecture, de l'écriture et du calcul. Sa position détonne au sein du gouvernement.

Canada

Le fédéral tente de cacher son génocide en douce

Statistique Canada masque le déclin du français



Statistique Canada a récemment prétendu que le poids du français comme langue d’usage au Québec serait en légère hausse, étant passé de 87 % en 2011 à 87,1 % en 2016. Or, selon sa méthode habituelle d’analyse, le français n’a jamais frôlé de tels sommets.

International

La trahison des élites

Les JO de Paris au prix de la mort de la langue française



Ils étaient huit à Lima pour représenter la candidature de Paris. Cinq d’entre eux : Valérie Pécresse (résidente de la région Île-de-France, ancienne ministre de droite), Guy Drut (ancien champion olympique, ancien ministre de droite), Tony Estanguet (triple champion olympique de canoë), Youssef Halaoua (vidéaste), Anne Hidalgo (maire solférinienne de Paris), se sont exprimés en anglais alors que le français est la première langue officielle de l’olympisme et que, lorsqu’il y a conflit entre la traduction d’un document en français et en anglais, c’est la version française qui fait foi.

Québec

Le retour en arrière de l'OLQF

IDÉES

Ceci n’est pas un «grilled cheese»



Depuis environ deux semaines, un débat qui peut paraître réservé à des initiés bat son plein dans les médias. La grande question semble être de savoir si l’Office québécois de la langue française doit ou non permettre maintenant l’utilisation du mot « grilled cheese ». Or, l’enjeu est ailleurs.

Québec

Très juste observation

LETTRE

Changement de cap à l’OQLF



Les réactions qu’a suscitées la nouvelle politique de l’Office québécois de la langue française semblent confirmer que nous ne voyons pas l’autre danger qui menace la langue française au Québec.

Québec

Autrefois, dans les bonnes maisons d'enseignement, on faisait la même chose sans support technologique

LIBRE OPINION

Et si le numérique permettait vraiment aux apprenants de mieux maîtriser leur langue?



Deux sujets liés à l’éducation ont retenu l’attention des médias récemment : la piètre qualité du français des futurs enseignants et la question de l’innovation, voire de l’intégration du numérique à l’école. Dans le premier cas, il m’a semblé que l’on avait effleuré le sujet en s’attardant au taux d’échec (53 % en 2016) du TECFFE (test de certification en français écrit pour l’enseignement) et en s’interrogeant sur les modalités de passation dudit test.

Québec

Retour à 1960 !

LANGUE FRANÇAISE

Un détournement de la mission de l’OQLF



La nouvelle politique de l’emprunt linguistique (dont faisait état Le Devoir le 18 septembre) a été adoptée par l’OQLF le 31 janvier 2017 sans réelle consultation du milieu ; elle n’a fait l’objet d’aucun communiqué, d’aucune diffusion dans les médias. Elle a été discrètement mise en ligne dans le site Internet de l’organisme sous l’onglet « Politiques et guides ».

Québec

Une assurance mal inspirée

IDÉES

L’OQLF tient compte de l’évolution du Québec



Parce que, tel un cardiologue, l’Office québécois de la langue française traite du coeur même de l’identité québécoise, la langue française, ses interventions provoqueront toujours une gamme de réactions allant de l’approbation à la réprobation, comme c’est le cas pour la politique de l’emprunt linguistique adoptée en janvier 2017.

Québec

À quand un recours collectif des parents contre les commissions scolaires ?

Des documents truffés de fautes envoyés aux parents

L’enseignante en cause a pourtant réussi son test de certification en français


Des parents d’élèves fréquentant l’école de la Primerose à Beauport ont reçu des documents expliquant les consignes pour l’accompagnement de la lecture à la maison... truffés de fautes de français. Une situation jugée « inacceptable » par la Commission scolaire.

Québec

Le joual de Troie de l'asservissement volontaire

L’OQLF ouvre la porte aux anglicismes



Les anglicismes ne sont plus ce qu’ils étaient. Une nouvelle Politique des emprunts linguistiques adoptée sans tambour ni trompette par l’Office québécois de la langue française (OQLF) ne les « condamne plus systématiquement ».