Langue française — la « dynamique du déclin »

La nébuleuse idéologique des Jeunes péquistes



Quand la méthode remplace le but et quand le but remplace l’idéal, ce ne sont plus des bergers qui mènent les moutons, mais des abatteurs. Et quand ce sont des Québécois eux-mêmes qui se font les plus grands défenseurs de la majorité anglophone, on mesure mieux tout le chemin qu’il reste à parcourir avant d’assurer la survie de notre langue et de nos valeurs.

Ça suffit!



Je ne demande pas 95% de chanson francos. Je demande le respect de ce que nous sommes, et de ce que le Club de hockey Canadien est censé symboliser, c'est-à-dire le seul club de hockey sur glace en Amérique du Nord dont les partisans sont très majoritairement francophones. C'est tout.

Islande - cours de langue



ISLANDE : COURS DE LANGUE La langue nationale est l’islandais (íslenska), une langue germanique apparentée au danois et au suédois. Elle correspond au vieux norois, la langue ancienne de la Scandinavie. L’alphabet l...

Le drame du nénufar



Chantal Contant - Les rumeurs sont parfois coriaces: quel est le pluriel de «cheval»? La réponse est uniquement «des chevaux», malgré les fausses rumeurs véhiculées dans les médias. Vous pensiez que c'était ça, la nouvelle orthographe? Pas du tout. Les rectifications orthographiques du français régularisent plutôt quelques accents, des traits d'union incohérents, des pluriels étrangers ou invariable...

Nouveaux arrivants: Québec continue de communiquer en anglais

Le gouvernement du Québec continue de communiquer en anglais avec les nouveaux arrivants, leur vie durant.


Olivier Caron - C'est ce qui est rapporté vendredi par Le Devoir, qui note qu'en agissant ainsi, le gouvernement fait fi de la volonté de Christine St-Pierre, ministre responsable de la Charte de la langue française. Celle-ci s'était pourtant engagée à rendre «exemplaire» l'administration publique québécoise quant à son usage du français, ajoute le quotidien. Par exemple, la Régie de l'a...

Un film de Michel Brault

Éloge du chiac



Un Rhodésien furtif et son Canada inventé - un bagel avec ça!

Franco-ontarians have reasons to be upset



Francophones in Ontario fought hard for the right to government services and documentation in French. That right was entrenched in the 1986 French Language Services Act, whose preamble affirmed the province's desire to preserve the cultural heritage of French-speaking residents. Imagine their shock when a tourist brochure from Tourisme Québec arrived at the door in English only. Instead of being appreciated b...

Langue française : état d'urgence, par un collectif d'associations



Les associations qui signent cet appel regroupent des démocrates de toutes sensibilités idéologiques. Unanimes, elles dressent un constat angoissant du sort politique fait à la langue française en France. "Langue de la République" (art. II de la Constitution), le français est une condition du vivre-ensemble national et républicain, et, selon les sondages récents, il est pour 80 % de nos concitoyens un des principaux p...

Entrevue avec Pierre Curzi



Bien que la question des cégeps ait défrayé la manchette, Pierre Curzi insiste sur la panoplie de mesures qui sont nécessaires pour freiner le recul du français, particulièrement à Montréal.

Pour la réforme de l'orthographe



La réforme de l'orthographe, qui date déjà de 1990, fait enfin parler d'elle au Québec. Or, comme c'est souvent le cas en matière de langue ou d'éducation, les débats qu'elle suscite sont confus, et les prises de position sont souvent mal informées. Ainsi, plusieurs, notamment Denise Bombardier, assimilent cette réforme à une baisse des exigences et croient qu'elle n'a pour but que de faire réussir plus d'élève...

Pris en otage dans le débat sur l'identité



Au Québec comme en France, le mois de novembre a vu repartir les débats sur l'identité nationale. En France, c'est le ...

Les faux-amis

Québec-Ottawa : les vases communicants linguistiques

Chaque année de plus avec Charest à la barre rapproche le Québec français du naufrage.


Statistique Canada forme, avec Patrimoine canadien et le Commissariat aux langues officielles du Canada dirigé par Graham Fraser, une espèce de triangle des Bermudes pour ce qui est de toute information inquiétante sur l’état du français.

Langue: l’exode et l’épicentre du séisme



Un vrai débat est ouvert sur l’importance linguistique de l’exode des francophones en banlieue. Enfin ! Cette semaine, la chroniqueuse [Lysiane Gagnon->23...

Un nouveau contrat social avec les nouveaux Québécois

Les Québécois veulent voir leurs élus défendre leur identité nationale. C’est ce que le PQ entend faire.


Hier, à la clôture du Conseil national du Parti Québécois, j’étais particulièrement heureux de constater à quel point nos militants, notre caucus et notre chef étaient unis dans leur volonté d’affirmer notre identité nationale, notre langue et les valeurs que nous partageons. J’y ai aussi apprécié le ton serein des discussions dans lesquelles nous avons réaffirmé ce que nous sommes en tant que parti politique et ce pou...

Un jugement facile et condescendant



Difficile de ne pas réagir à la récente vague d'articles et d'interviews concernant la maîtrise de la langue f...

Banlieue: la défrancisation tranquille



Il y a quelques semaines, j’écrivais un billet démontant le mythe de l’exode des francophones de Montréal vers la banlieue. À écouter certains, il aurait suffit de redonner le goût de Montréal aux francophones en y plantant des arbres et en y inaugurant des parcs pour qu’ils quittent une banlieue soi-disant hyper-francophone et reviennent dans la métropole. J’ai utilisé les chiffres de Charles Castonguay pour détruire ...

<i>What do you say?</i>

L’anglicisation subliminale des petits Québécois par l’utilisation de titres anglais.


Pulsart, Peppa Pig, Berenstain, 6Teen, Kid Paddle, Duck Dodgers, Acceleracers, RatZ, Totally Spies, Billy&Mandy, South Park, Atomic Betty et Yakkity Yak. Des titres d’émissions anglophones? Pas du tout: quelques titres seulement d’émissions francophones pour les enfants sur Télétoon. L’anglicisation subliminale des petits Québécois par l’utilisation de titres anglais. Alors que le Ministère de l...

Défense du français



Jean Di Tomaso - La défense du français ne devrait pas être identifiée ou appartenir à un parti ou à un groupe quelconque. Tous les francophones devraient se sentir concernés. Mais nous sommes divisés entre nous; ce qui fait le jeu et le bonheur de la partie adverse. Sans parler d'une certaine indifférence au sein d'une large tranche de la population. Mes grands-parents paternels et maternels son...

Les «ognons» donnent «l'exéma»



«Pourquoi vouloir alourdir les mémoires avec des futilités et souvent des anomalies historiques?», se demande Chantal Contant, linguiste patentée qui aime faire simple. Elle a même publié un ouvrage de référence, «Grand vadémécum de l'orthographe moderne recommandée». Il y a toutes sortes de linguistes, et Mme Contant appartient à la tendance «nouvelle orthographe». C'est son droit, son choix et sa coquetterie. S...

La situation du français au Québec

Certains signes encourageants!



Si on demande aux militants pour la défense du français à Montréal s’ils évaluent la situation du français de façon plutôt positive ou plutôt négative, la majorité des réponses devraient être plutôt négatives. Par contre, si on s’attarde à évaluer la situation de façon optimiste, on peut trouver plusieurs signes encourageants dont en voici quelques-uns : Il y a deux ans et demi quand le premier bulletin bimensuel...

Des mobilisations urgentes et nécessaires

Nous publions un extrait d'un discours prononcé par l'ancien chef de la FTQ devant les invités de L'Action nationale, le 30 octobre dernier.


Je ne peux accepter cet état de capitulation silencieuse. Je souhaite que soient alertées toutes les forces vives du Québec et que nous nous attelions à cette tâche collective essentielle. Nous devons nous lever et parler haut et fort pour réaffirmer nos droits. Dans chacun de nos milieux, il faut sonner le rappel des troupes, remobiliser, réanimer des coalitions larges, développer à nouveau ces rapports de force qui ont engendré le changement au Québec.

La réussite bidon



Les résultats des cégépiens à l'épreuve uniforme de français au collégial sont inquiétants. Mais ce qui l'est davantage, c'est le taux de réussite gonflé artificiellement, masquant de graves lacunes. Ces lacunes sont évidentes lorsque l'on épluche les résultats détaillés de l'épreuve de français 2008-2009 du Ministère. Comment expliquer que 83% des élèves aient officiellement réussi leur examen de français, a...

Examens de français au cégep: pire taux d'échec en 10 ans

Les anglophones réussissent mieux aux examens d'anglais


La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, reconnaît que les...

Le bilinguisme institutionnel menace le français au Québec



Il faut agir pour assurer un avenir et arrêter le déclin de l'usage du français. C'est un choix clair pour la société québécoise. Pour une question si fondamentale, il ne faut surtout pas invoquer que le bilinguisme institutionnel est un «accommodement raisonnable» et que le Québec serait intolérant autrement.

L’ennemi n’est plus que canadien



Plusieurs ont sursauté en lisant [un passage de mon dernier billet->23268], où je défendais l’idée qu’il faille se débarrasser des vieilles querelles Québec-Canada et inventer de nouvelles structures permettant d’assurer notre survie. J’ai peut-être « garoché » un peu trop vite ces idées en quelques paragraphes, mais voici ce que je veux vraiment dire: la lutte pour la survie du peuple québécois constitue une lutte rév...

Les anglophones sont-ils Québécois?

Ceux qui habitent ici mais refusent d’apprendre notre langue sont peut-être Québécois au niveau de la loi, mais ils ne font certainement pas partie du peuple québécois.


Plusieurs personnes m’ont récemment accusé d’utiliser interchangeablement les mots « Québécois » et « francophones » pour parler du problème linguistique montréalais. Les anglophones aussi sont Québécois, m’affirme-t-on. Les immigrants sont tout autant Québécois que moi le jour où ils mettent les pieds ici, ajoute-t-on. Quiconque vit sur le territoire du Québec est Québécois, m’assène-t-on dans une ultime rebuffade don...

Un rhodésien, comme on en connaît par ici...

Vers une langue commune



Notre tâche la plus importante est d’éradiquer la langue française. C’est une anomalie disgracieuse qu’au vingt-et-unième siècle, que la langue française soit perçue comme une langue mondiale. En fait, c’était déjà une anomalie à l’époque de la Ligue des Nations.

Le projet du NPD sur la langue de travail : une bouffée d'air frais



Michel Sparer - Trente-deux ans après la loi 101 (Charte de la langue française), les dispositions prévoyant le droit formel de travailler en français au Québec ne s'appliquent toujours pas aux quelque 200 000 personnes travaillant dans des milieux régis par des lois fédérales. Après diverses tentatives intéressantes pour remédier à cette situation, le projet de loi C-455 déposé récemment à la Chambre ...