Langue française — la « dynamique du déclin »

Québec

PPF, Pasteur Parlait français, mercredi 23 mars

Pour le français en science, pour le Québec un pays

Organisé par la LISULF


PPF, Pasteur Parlait français, mercredi 23 mars 2011, midi.. Pour le français en science, pour le Québec un pays PPF, Pasteur Parlait français, mercredi 23 mars 2011, midi.. http://er.uqam.ca/nobel/c3410/Pourenvois10III2011.htm À cette adresse sur la toile,...

On travaille en français

Quoi de plus légitime humainement que de vouloir tisser des liens et se faire comprendre par les gens qui vivent dans la même demeure que nous


Nous continuerons à dénoncer chaque situation, donc chaque mauvais comportement raciste, antisocial ou simplement indifférent, car c’est non seulement nécessaire de rendre justice à tout ce que l’on aime, mais aussi parce que c’est notre devoir de citoyen de cultiver et de partager ce que nous avons de plus beau, c’est-à-dire tout ce qui nous unit collectivement et qui nous permet d’avancer ensemble humainement. Nous i...

Comment meurt notre langue



Notre langue ne meurt pas parce nous oublions sa valeur, parce que nous ne nous considérons plus comme des résistants francophones sur ce continent du tout-anglais. Elle ne meurt pas non plus parce nous ne savons plus apprécier sa beauté, ses rimes, sa sonorité, sa précision, ses particularités; ce n’est pas parce que nous cessons de la chérir qu’elle meurt. Elle ne meurt pas également parce que nos enfants oublient le...

Lettre ouverte à la présidente-directrice générale de l'OQLF

Halte à la dérive de l'Office québécois de la langue française



Je crois que l’Office québécois de la langue française a besoin de procéder à une sérieuse réflexion sur son travail terminologique, le modèle linguistique qui doit guider ses choix, ses méthodes de recherche, ses critères d’acceptation des termes.

Anglais: pour un apprentissage intensif



Si l'on désire réellement que tous les élèves québécois acquièrent une solide connaissance de la langue anglaise, il ne faut pas miser sur l'immersion, mais sur un apprentissage intensif.

En dédicace à Jean-Marc Léger (1927-2011)

D'abord, le français



Le Québec, c’est un petit peuple de presque huit millions d’habitants entourés en Amérique du Nord d’une mer de 350 millions de parlants anglais, dans une mouvance mondiale où l’anglais s’impose partout comme la langue des commodités. Les Québécois sont différents. Ils forment une nation, avec une langue encore majoritaire, une histoire, une culture et des sensibilités uniques. Puis, des valeurs propres. Nous pa...

Changement d'orientation à l'Office québécois de la langue française

Au-delà des mots, les termes



Les signataires de cette lettre ont tous été, à un moment ou l'autre de leur carrière, terminologues à l'Office québécois de la langue française. Ils ont pris l'initiative d'attirer l'attention de la nouvelle présidente-directrice générale, Mme Louise Marchand, sur ce qu'ils considèrent comme un changement d'orientation regrettable dans les travaux terminologiques de l'Office. Dans l'orientation actuelle du trav...

What does it take for a town to earn bilingual status?



By BILL TIERNEY This is my 54th column and I have not yet written about language. I have written about many other things, often nowhere near as important in our lives as language. I have even written about gender, twice, which is a more potentially explosive topic, but not a word about language. And yet we think about it all the time. It is central to our lives in Quebec. It is at the hea...

Le français dégringole



Qu’en reste-t-il? Au français, langue commune, qui se trouve au cœur de la Charte, la Cour suprême a opposé la nette prédominance du français. Cela nous a conduits à un Québec bilingue nouveau genre où la nette prédominance est, en réalité, celle de l’anglais.

Les meilleurs disques québécois de 2010

L'industrie se meurt, la chanson resplendit



Sylvain Cormier - D'accord, je me répète. Pas grave. Réitérons, pu...

Cessons de financer le Festival d’été de Québec



nous pouvons tout de même réclamer que ce festival ne reçoive plus un seul dollar de l’argent public et qu’il auto-finance ses activités anglophiles et dénationalisantes. Sauf que cela nécessiterait des politiciens ayant le désir de se battre pour le mieux-être du peuple québécois, au risque de déplaire à quelques colonisés qui aimeraient pouvoir continuer d’agoniser en paix.

Charest change la garde à l'Office de la langue française



Québec — La controversée présidente de l'Office de la langue française, France Boucher, a été mutée mercredi par le gouvernement Charest à la tête de la Régie du cinéma. Mme Boucher quittera l'Office pour la Régie le 10 janvier. Elle sera remplacée par Louise Marchand, depuis 2007 membre et présidente de la Commission de l'équité salariale. «Faut espérer que la nouvelle direction va insuffler un nouveau dynamisme...

Plus d'anglais ?

Réponse à M. Patelli, publié en Une de Vigile


Remarquez aussi que la France, que je cite puisqu'elle parle français, est la cinquième puissance du monde. Comparez son taux de maîtrise de l'anglais à celui du Québec. Faites le même exercice avec, disons, l'Allemagne ou le Japon... Bonne chance.

Mais quel idiot! Aucune sensibilité concernant les conséquences de la bilinguisation du Québec mur-à-mur... C'est Pauline qui va être contente! - Vigile

Plus d'anglais !

La nouvelle génération de Québécois ne veut rien savoir du sentiment d'amertume que tant de baby-boomers entretiennent envers les anglophones.


J'ajouterai qu'une grande école de commerce de la Côte d'Azur donne maintenant tous ses cours en anglais, mais n'est-ce pas ça aussi comprendre le développement du monde pour s'adapter à la réalité du travail dans ce domaine ?

FRANÇAIS

Plamondon en croisade



Michelle Coudé-Lord - Luc Plamondon estime que Montréal n’a jamais été aussi «anglicisée». Il dénonce le Festival d’été de Québec qui a une ...

Pourquoi tant de mots anglais?



Dans une récente chronique publiée dans [Le Devoir du 5 novembre->32226], Christian Rioux raconte qu'on lui a posé «la question qui tue» à propos de la situation de la langue française au Québec. Les Québécois en sont les défenseurs héroïques pour les cousins d'outre-Atlantique. Ils maintiennent encore en place quelques lambeaux de la Charte des années 1970 et ils n'hésitaient pas à monter au créneau par le passé. ...

Servitude volontaire



Jean Charest n'hésite pas à prononcer des discours en anglais à l'étranger, comme le 26 juin dernier à Bruxelles, une ville plus francophone que Montréal. Je n'ai jamais non plus entendu d'homme politique français proposer que l'on enseigne l'histoire de France en anglais.

Les habits neufs de la droite linguistique

On tente partout dans le monde de freiner l’influence de l’anglais sur les langues nationales, mais il est impossible de créer de toutes pièces une norme, Meney devrait le savoir.


L’année dernière, au printemps, Lionel Meney faisait paraitre[1] une brique – en français familier du Québec (un pavé en français familier) – de quelque 500 pages[2] et, avant même que l’on n’ait lu son livre, les médias lui accordaient l’honneur de la première page, ce qui est un phénomène assez intéressant. Dans toutes ses entrevues, l’auteur revenait sur la thèse qu’il avait déjà exposée à de nombreuses reprises d...

La langue française en danger ?



par Dimitri Boisdet - La langue française est l'objet de débats récurrents sur sa santé et son avenir. D'un côté, le post colonialisme, la perte d'influence géopolitique de la France et la mondialisation sont quelques-unes des raisons ayant mis la diffusion et la pratique du français dans une situation nouvelle. L'arrivée d'Internet et la domination de l'anglais en son sein ont aiguisé davantage encor...

Le temps des démissions, des épuisés de la langue!

" Français, pour exister, parlez English ! "

Au lieu de mener des combats rétrogrades, la France doit se mettre à parler anglais pour exister partout dans le monde.


Frédéric Martel - Pour avoir employé le mot care pour son projet du " souci des autres ", Martine Aubry est attaquée d'une manière peu fair-play. Pendant ce temps, avant sa démission, le ministre Alain Joyandet voulait nous interdire de parler de buzz, de chat ou de lire des newsletters. Sans avoir peur du ridicule, Jean-Pierre Raffarin veut aussi limiter l'expression en anglais des patrons francophon...

Le colonialisme continue



Le jour où notre jeunesse exprimera ses plus vives passions en français, nous aurons peut-être gagné le droit de survivre encore quelques siècles. Le jour où nous aurons compris que nous ne serons jamais assez anglicisés pour ceux qui ne désirent que notre disparition, nous aurons peut-être mérité d’assurer notre survie définitive en Amérique du Nord.

Les français imaginaires (et le réel franglais)

Espérons que les Français, à la suite des Québécois, ne se mettent pas aussi à parler des français imaginaires


En fait, le français québécois a subi historiquement un processus, toujours actif, de déréalisation dont l'auteur fournit des exemples, qui montrent qu'il faut aller au-delà de la description des emprunts lexicaux faits à l'anglais pour comprendre la dynamique linguistique au Québec, voire celle qui est en cours dans l'espace francophone.

En français sur un banc de parc...



Jacques Lafond, Montréal - Craint-on de parler en français à Montréal? J'étais assis sur un banc de parc au pied du mont Royal, par un superbe samedi après-midi. Une jeune femme avec un bébé d'à peine deux mois s'approcha de moi et me demanda, dans un français un peu hésitant et avec un fort accent: «Est-ce que je peux m'asseoir avec vous?» Je lui répondis un peu à la blague: «Avec plaisir, Madame. ...

De la francofrime

Tout plaidoyer en faveur de la francophonie hors Québec se heurte à un mur d'indifférence de ce côté-ci de l'Outaouais.


(Québec) Tout plaidoyer en faveur de la francophonie hors Québec se heurte à un mur d'indifférence de ce côté-ci de l'Outaouais. Même les appels solennels à des «retrouvailles» sonnent creux. C'est le cas d'à peu près tous ceux lancés par les gouvernements québécois ces dernières années. Au point où l'on peut se demander s'ils étaient sincères. Si ce n'était pas de la frime. En 1995, le gouvernement Parizeau...

Avenir de la langue française - Un geste d'éclat pour protéger le français

Ma préoccupation et mon inquiétude sont fondées sur des réalités et des faits qui annoncent un dangereux déclin de la langue française.


Je suis préoccupé par l'avenir de la langue française, mais aussi et su...

Dossier: Anglomanie

La fatigue linguistique de la France



Quand la France s'anglicise avec enthousiasme, bien au-delà de qu'exigent ses intérêts, quand elle donne l'exemple du zèle dans la soumission au nouvel empire, elle trahit ceux qui depuis Léopold Senghor et à sa suite ont cru à une universalité de la culture française qui survivrait au déclin du pouvoir politique de la France. Le prestige de la culture grecque n'avait-il pas survécu à l'affaiblissement de la Grèce? Marc Chevrier s'interroge ici sur les causes de cette fatigue linguistique de la France, dont il craint qu'elle ne soit le signe d'une fatigue culturelle plus inquiétante encore.

Notre langue à nous?



À d'autres époques, il fallait participer à la procession de la Fête Dieu ou dire le chapelet en famille. Il y a belle lurette que ces grands rituels collectifs ont été remplacés dans l'ordre symbolique par nos grandes messes télévisuelles. La plus grande de toutes, et peut-être la dernière du genre, est sans contredit le rendez-vous dominical (notez la coïncidence étonnante!) de Guy A. Lepage appelé fort justement ...