Langue française — la « dynamique du déclin »

Réplique à Pierre Curzi

Institutions en péril

Pouvons-nous demander aux francophones de revenir sur l'île quand la vie s'y passe de plus en plus en anglais?


La [lettre récente de Pierre Curzi au Devoir sur l'anglicisation de Montréal->22205] a retenu mon attention. M. Curzi y souligne le recul du poids démographique de la langue maternelle française, qui a dégringolé de plus de 10 % dans les 40 dernières années. Il associe ce fait principalement au départ de nombreux francophones pour les banlieues et appelle ceux-ci à revenir sur l'île! Si une analyse effectuée à parti...

The Fabulous

Ou l'art de se tirer dans le pied


Puis, j’apprends que les organisateurs de la Corporation du théâtre du palais municipal offrent désormais La Fabuleuse histoire d’un royaume en ANGLAIS. J’étais totalement renversée.

Réplique à Pierre Curzi

Partir, c'est mourir



Plutôt que de supplier les Québécois de revenir en ville, parlez leur donc d’un moratoire sur l’immigration, de l’obligation pour tous de fréquenter les cégeps français, de l’obligation d’apprendre le français, de la nécessité de faire l’indépendance du Québec. Valorisez le français plutôt que de faire la promotion de l’anglais. Et prêchez donc par l’exemple.

Franciser Montréal

La seule façon de franciser Montréal et l’Outaouais, c’est l’indépendance du Québec.


Si le PQ veut perdre son temps à essayer de faire consensus sur tout sauf l’indépendance, comme QS, je n’ai pas l’impression que sa cote va remonter de beaucoup auprès des Québécoises et des Québécois.

La solution pour l’avenir du français à Montréal

suivre l’exemple de Pierre Falardeau en se tenant debout


On peut ne pas aimer certaines vérités ou certaines critiques qu’énonçait Pierre Falardeau, on peut haïr sa façon de parler et même le fait qu’il soit un indépendantiste, mais si seulement nos dirigeants fédéralistes et souverainistes se tenaient debout comme lui, il n’y aurait pas ...

L’État québécois bafoue sa propre loi et anglicise les allophones



Montréal, le 28 septembre 2009 — Le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), le Mouvement Montréal français (MMF), Impératif français et la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM) ont tenu une conférence de presse au siège social de la SSJBM, afin de présenter leur plan d’action et de lancer une campagne pour que le gouvernement du Québec respecte sa propre politique linguistique dans ses ministèr...

Services gouvernementaux au Québec

Un plan d'action pour le français



La lutte contre l'anglicisation des services publics québécois a rallié le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et plusieurs mo...

La récréation est finie, le français doit reprendre sa place!



Des groupes de défense du français et le SFPQ s’unissent contre l’anglicisation des services gouvernementaux du Québec Montréal, le 27 septembre – Le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) se joint au Mouvement Montréal français (MMF), à Impératif français et à la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM) afin de lancer une grande offensive pour contrer le bilinguisme institutionnel qui se r...

Le président de l'entreprise Mirik accusé de voies de fait simple et armé

Un inspecteur de l'OQLF rudoyé par un entrepreneur



Louis Denis Ebacher - Un entr...

Anecdote linguistique en cinq temps



Gatineau (secteur Aylmer), le mardi 8 septembre 2009, 7h45. Circuit d'autobus... (Archives, LeDroit) Jean Beaudin - Gatineau ...

au Québec comme en Algérie

Questions de langues



Il est donc légitime que les Québécois agissent pour l’avenir de leur langue mais il est aussi du devoir des nouveaux arrivants et surtout des francophones de se solidariser avec eux dans les initiatives démocratiques prises pour protéger cette langue. Cela, parce que c’est une cause juste et… cerise sur le gâteau : il s’agit aussi sauvegarder l’acquis que représente le privilège de vivre en français… à quelques heures de route de New York : cette mégapole anglophone.

Despite language zealots, Montrealers get along



The Société de transport de Montréal, which runs city buses, has chosen to hide behind narrow legalism, at least for now, in the aftermath of last Friday morning's incident on the 66. A driver ejected 20 passengers from her bus that day after one of them had the temerity to ask her for the time - in English. We hope the STM will be more forthcoming about its policy and practices after its own investigation is...

Les cours en anglais à l'UQAM - Passage obligé ou «défrancisation» ?

Le mandat initial de l'UQAM à sa fondation en 1969 consistait à contribuer au renforcement de la différence québécoise en Amérique du Nord


Lisa-Marie Gervais - L'anglais fera son entrée à l'UQAM à travers six cours offerts aux étudiants à l'École des sciences de la gestion. Un «passage obligé», a dit la ministre de l'Éducation en invoquant la forte compétition à l'échelle nationale et internationale. D'autres y voient le début d'une «défrancisation» de l'université d'un peuple, d'un égarement peu salutaire de son mandat premier. La fin ju...

L'UQAM en anglais : full 1996



Ce n'est pas que l'anglais n'a pas d'utilité dans le monde académique et dans le monde des affaires, mais aux dernières nouvelles, il n'y a pas de pénurie d'anglais au Québec. Tenter de se distinguer en attirant une nouvelle clientèle uniquement avec de l'anglais? Tellement 1996...

Schizophrénie bilingue



«Les Danois sont bilingues avec les autres. Nous sommes les seuls qui sommes bilingues avec nous-mêmes», disait Miron. Nul n'a mieux compris la complexité de notre situation linguistique. Ces mots n'ont pas pris une ride.

«Vers une louisianisation du Québec»?



Pour la ministre de la Culture, Christine St-Pierre, la présence marquée des allophones dans les é...

Bilinguisation de l'UQÀM

Un précédent dangereux



Le Forum jeunesse du Bloc Québécois demande à l'administration de l'Université du Québec à Montréal de revenir sur sa décision, d'annuler les six cours en question pour ensuite les offrir en français. Sinon, son irresponsabilité nous coûtera cher, collectivement.

Les francophones manquent à l'appel



Ces enfants fréquentent l'école de la Petite-Bourgogne, où la langue maternelle la plus commune est le benga...

Do you speak «business»?



ce n'est pas le Québec qui cherche ici à s'«ouvrir» sur le monde. C'est le «monde» qui vient le voir. Qui vient le voir dans ses classes d'université. Et qui vient le voir dans des universités dont la langue est le français...

L'UQAM, une université bilingue ?

Six cours de gestion seront donnés entièrement en anglais cet automne


Pour Mario Beaulieu, président de la SSJB, donner en anglais des cours inscrits au programme contredit la politique linguistique de l'UQAM qui «dit accorder la plus haute importance au français, langue officielle et langue d'expression commune». Selon lui, c'est le sous-financement des universités francophones qui est responsable du faible nombre d'étudiants étrangers.

Lettre pour le français à l'UQÀM

Bienvenue à la « Montreal School of Economics and Politic Science » !

cet acte constitue une odieuse trahison


Ceux qui vivent vraiment, sont ceux qui luttent ! Victor Hugo

Le 16 juin 2003, Pierre Bourgault terminait son voyage sur Terre. Avant de nous quitter vers l’au-delà, il nous adressa deux messages. À ceux qui ont l’expérience, il leur dit « il faut toujours rester fidèle à ses rêves de jeunesse ». Quant à nous, la génération montante, il nous lègue la tâche immense, voire héroï...

Le français, langue du commerce

Avant de recourir à la « police de la langue » qui a parfois mauvaise presse, il serait sage que la ministre mette fin à l'immobilisme face à la loi 101 et demande qu'on ne joue plus sur les mots à sa place.


Infatigable militant pour le français, Jean-Paul Perreault a fait sentir sa présence de façon utile en rappelant à Québec son engagement à sensibiliser les marchands de l'Outaouais à l'importance de faire commerce dans la langue de Molière. Certains s'offusquent parfois de ses manières cavalières, mais M. Perreault a raison de secouer l'inertie à la fois des commerçants insensibles à l'importance de la Charte d...

L'UQAT, une université bilingue?

Le bilinguisme et la médiocrité

L’UQAT peine à trouver des enseignants pour enseigner en anglais à des Cris dont la langue maternelle est le cri.


Si on enseigne à des étudiants dont l’anglais est déjà approximatif - leur langue maternelle étant le cri - dans un anglais approximatif, ne risque-t-on pas de former des étudiants d’une qualité comparable à la qualité de la langue d’enseignement, c'est-à-dire des professionnels approximatifs ? N’aurait-il pas mieux valu offrir une formation en français à ces étudiants cris afin qu’ils s’intègrent plus facilement au marché du travail québécois (...)

J’ai mal à mon français 2



Je voudrais bien qu’André Pratte sorte de son bureau et aille se promener dans son quartier, le Vieux-Montréal, où loge La Presse. Je lui conseillerais d’aller manger dans ce restaurant italien, à quelques coins de rues de son bureau, que je boycotte depuis plus d’un an. À ma dernière visite, l’hôtesse était une unilingue anglophone, fraîchement débarquée de Toronto. Mais ce que je vous dis, c’est sûrement « caricatural ».

La lente agonie du français hors Québec



Où en est le français à l’extérieur du Québec en ce 40e anniversaire de la Loi sur les langues officielles du Canada? L’enseignement du français comme langue seconde dans les écoles du Canada anglais a certes connu quelque s...

Rappel

Important don d'Hydro-Québec à McGill



18 oct 2007 - L'Université McGill est heureuse d'annoncer qu'elle reçoit un généreux don d'Hydro-Québec, lequel servira notamment à la création de trois nouvelles chaires industrielles reliées au domaine de l'énergie et à l'octroi de bourses d'études. Le don a fait l'objet d'une annonce à l'occasion du lancement de la Campagne de financement McGill, à savoir le plus ambitieux projet de levée de fonds dans l'histoire ...

L'Université McGill reçoit près de 63 millions grâce à la FCI

Les fonds soutiendront des initiatives en chimie verte, large bande, embryologie, traitement du cancer et de la maladie


Le Pr Denis Thérien, vice-principal (recherche et relations internationales) de McGill, a accueilli avec enthousiasme l'investissement de 32 649 184 dollars octroyé par la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) pour soutenir cinq projets dirigés par les Prs David Plant, Paul Lasko, David Thomas et Chao-Jin (C. J.) Li, et par le Dr Vincent Giguère. Le gouvernement du Québec a confirmé aujourd'hui qu'il ...

Un investissement de 10,5 millions de dollars au Collège Dawson



Un investissement de 10,5 millions de dollars au Collège DawsonMontréal, le 10 novembre 2006 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada et ministre responsable de la région de Montréal, l’honorable Michael M Fortier ainsi que le député de Westmount-St-Louis, Jacques Chagnon et le directeur général du Collège Dawson, Richard Filion, ont an...

J’ai mal à mon français

Mais je me pose une question : pourquoi êtes-vous si nombreux à plier l’échine et à accepter de vous faire servir in English sans dire un mot?


Chaque jour à Montréal, je me fais apostropher en anglais dans des commerces. Chaque jour je me bats pour me faire servir en français. Et chaque jour je vote avec mon porte-feuille : je REFUSE de faire affaire avec des gens qui REFUSENT de me parler dans ma langue. C’est raide mais c’est la seule façon de me faire respecter.