Langue française — la « dynamique du déclin »

La loi 101 bafouée

Alerte, citoyens !

Attention, dérapage incontrôlé…


Dans les derniers jours de la semaine dernière, mon fils a subi une intervention très délicate au cœur à l’Hôpital Sacré-Cœur de Cartierville. Comme elle a été pratiquée par voie non invasive et qu’elle s’est bien déroulée, il a pu quitter l’hôpital dès le lendemain. Au moment de se faire signifier son congé, on lui a remis un bilan d’intervention entièrement rédigé en anglais sur un formulaire anglais...

Nicolas Sarkozy veut faire de la Francophonie une arme anti-monoculture



"Défendre notre langue, défendre les valeurs qu'elle porte, c'est au fond se battre pour la diversité culturelle de notre monde", a déclaré le chef de l'État français. "Le problème n'est pas l'anglais, le problème c'est le monolinguisme, c'est le prêt-à-porter culturel, c'est l'uniformité." "En défendant le français, vous défendez toutes les identités culturelles du monde", a-t-il ajouté. "Si on cède sur le français, c'est qu'on cèdera sur toutes les autres cultures et toutes les autres langues du monde."

Dégringolade du français



La minuscule place réservée au français à la cérémonie d’ouverture des Jeux de Vancouver invite à bien prendre conscience de la dynamique linguistique qui sévit au Canada en ce début du XXIe siècle. Plaçons d’abord dan...

An Anglo truce

Is the era of fighting over Quebec language laws officially over?


by Martin Patriquin - Quebec, so the cliché goes, is home to poutine, smoky bars and maddening language debates, and indulging in all three is something of a rite of passage. Alas, a recent government health initiative means ...

Le français recule dans les institutions européennes



En quelques années, la retraite ordonnée du français dans les institutions européennes s'est transformée en sauve-qui-peut et l'anglais règne en maître presque incontesté à Bruxelles. On note bien ici ou là quelques îlots de résistance (comme à la Cour de justice de l'UE). Pour combien de temps? Désormais, les documents en français de la Commission représentent moins de 20 % des textes, le reste étant en anglai...

Gatineau

Crossing the bridge

Ottawa families benefit in Gatineau <br>But should your family move there?


Theresa Mantha, shown here with her four children, moved to Gatineau's Aylmer district from Ottawa in 2003, drawn by the lower house prices. (Kate Porter/CBC) Cheaper houses with bigger lots, $7-a-day daycare and generous tax breaks for parents are drawing many families with young children to Gatineau from Ottawa. "I feel we have more than if we lived in Ottawa," said Theresa Mantha, a mother of four childr...

Une nation, une langue, un pays: ce n'est pas orwellien!



«Social cohesion...perhaps Orwells 1984, correct speak, thought police. Yes Quebec again is attempting to make English against it's Laws...still to this day they have an unconstitutional bill (101) as a cornerstone of anti-English Social Cohesion, much to their own detriment!» Un des commentaires méprisant lu sur de Globe and Mail

Quebec must fix its lack of diversity

Immigration policies and poor record of integration put province on the wrong side of the demographic divide


John Ibbitson - .For proof that Quebec is headed for a demographic reckoning, you need only cross the Alexandra Bridge. Ottawa and Gatineau are inseparable: bound by their history, their bridges and their shared role as national capital. But while 19 per cent of Ottawa residents belong to a visible minority, according to a Statistics Canada report released this week, in Gatineau the figure is 6 ...

Une occasion ratée pour Statistique Canada



Dans son étude sur la diversité de la population canadienne d'ici 2031, Statistique Canada a manqué une excellente occasion de jeter plus de lumière sur l'évolution linguistique du pays au cours des 20 prochaines années. On y parle d'ethnies, de minorités visibles, de confession religieuse et on fait allusion aux allophones. Pourquoi, alors, ne pas avoir extrapolé des projections pour l'évolution du français et ...

Vivre en français - La quête de la normalité

Un des premiers effets de la Révolution tranquille a été de séculariser le débat sur la langue


Depuis l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867, aucune législation adoptée par le parlement du Québec n'a eu un effet aussi déterminant que la Charte de la langue française. La loi 101 est la seule dont on peut dire qu'il y a le Québec d'avant et celui d'après. Plus de deux siècles après la chute de la Nouvelle-France, elle en a refait une société à peu près normale. Ceux qui n'ont pas connu le Montréal d'i...

Au-delà des chiffres avec Léo-Paul Lauzon

Le PQ et l’anglais



«Il faut faire reculer l’anglais, dit Marois. L’inaction de Charest risque de “semer le désordre” à Montréal», titrait Le Devoir. Complètement incohérent : il ne peut y avoir de pouvoir linguistique et politique sans un minimum de souveraineté économique. L’ONU et l’OMC mettent continuellement en garde les nations contre les risques de «recolonisation» par les transnationales étrangères qui achètent les ...

La France de Sarko, la France des "losers"

Raffarin dans l'antre de la bête anglophone

« quand on défend la francophonie, c’est prendre le risque de la ringardisation »


Nicolas Sarkozy a nommé un preux chevalier pour venir au secours de la belle francophonie que l’ogre anglophone mena...

Un rapport sur la francophonie, et un rapport sur l’anglais à l’université

Favoriser l’anglophonie pour « défendre » la francophonie ?

Cent-seize pages qu’on peut résumer en trois mots : « Pas de vagues » !


Dans un récent rapport du Conseil économique, social et environnemental sur la francophonie, présenté l’été dernier par la psychanalyste Julia Kristeva, professeur à Paris 7, parmi 133 propositions et recommandations pour défendre et soutenir la francophonie, on en trouve une stupéfiante : développer les cursus anglophones dans les universités françaises ! C’est formulé d’une façon alambiquée, en recommandant une ...

Seule l'indépendance du Québec peut contrer l'anglicisation de Montréal

Une bataille perdue d&#8217;avance dans le contexte canadien


Devant cette implacable réalité de l’anglicisation de Montréal, combien de temps pourra-t-on maintenir le mythe de la prédominance de la langue française à Montréal d’abord, au Québec ensuite?

Jean-Roch Villemaire plaide non coupable



Louis-Denis Ebacher - L'activiste Jean-Roch Villemaire...

Langue française

Encore un incident isolé...



J’habite Ahuntsic, un arrondissement francophone du nord de Montréal. Quelques jours avant la fête de Noël, le 23 décembre dernier, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres une circulair...

English boards deserve credit for stressing French



The English Montreal School Board's "tout en français" marketing campaign, launched this week, reflects a well-conceived desire to produce graduates whose French is fully good enough for the job market. This added emphasis on French is a responsible initiative which could well help stem the decline in English-school enrolment. The EMSB is not the only one of Quebec's nine English school boards trying to im...

Parler français à Montréal



Voilà donc ce que j'aimerais nous proposer comme résolution collective pour 2010: parler français partout au Québec, toujours et en toutes circonstances. Point final. Deux seules exceptions: pour les touristes en visite, et pour les situations d'urgence ou à caractère humanitaire. Bien sûr qu'en cas d'urgence, on sauve une vie sans égard à la langue. Mais le reste du temps, on sauve un peuple.

Après l'enseignement de l'histoire en anglais à l'école française, voici l'enseignement du français à l'école anglaise. Le Québec en folie!

Les écoles anglaises feront de l'oeil aux francophones



Sébastien Ménard - Déjà victimes de la compétition du réseau privé, les écoles francophones de Montréal devront dorénavant se méfier de leurs collègues anglophones, qui lanceront aujourd'hui une offensive visant à aller gruger une partie de leur clientèle. Selon ce qu'a appris le Journal, la Commission scolaire English- Montréal (CSEM) tentera de convaincre des élèves éligibles à l'enseign...

L'anglais, langue unique ?



Pis : le refus de tout débat public accompagne cette politique linguistique inavouée portée par une élite dé-territorialisée qui, à droite comme à « gauche », méprise ouvertement ses origines et rêve d’un monde uniformisé dans lequel elle pourra enfin ressembler parfaitement à ses maîtres.

L'évangélisation bilingue

Quant à nous, catholiques de Montréal, nous devons nous montrer solidaires pour mettre fin à cette politique de bilinguisation de notre Église.


Quelle n'a pas été notre stupéfaction d'apprendre, par la voix de quelques pasteurs, que la politique linguistique de l'Église de Montréal s'alignait présentement sur le bilinguisme et le biculturalisme de la politique fédérale plutôt que sur celle du Québec. Courriels, revue et communications du diocèse sont devenus bilingues, laissant ainsi croire aux immigrants catholiques que l'État du Québec l'est aussi et q...

Le discours de Bourassa au Congrès Eucharistique de 1910



Eminences, Messeigneurs, Mesdames, Messieurs, Depuis deux jours, dans ces séances mémorables, des apôtres de l'Eglise universelle vous ont énoncé les vérités de la foi et prêché le culte de l'Eucharistie: des chefs de l'Eglise canadienne ont rendu témoignage à la religion vivante de leur peuple (applaudissements); des prélats étrangers ont glorifié les magnificences du congrès de Montréal; l...

Racisme canadian

La langue de chez nous

«Oh! You are one of those. Fuck you.»


Maurice Leduc - Outremont - Lundi 21 décembre 2009. Je marche dans une rue de mon quartier. Un homme m'interpelle de l'autre côté de la rue. Je m'approche. Il me demande en anglais où est la rue Bloomfield. Je lui dis: «Parlez-vous français?» Il répond oui et me pose sa question en français. Je lui indique le chemin. J'ajoute ensuite: «Puis-je vous demander pourquoi vous vous êtes adressé à moi en ...

Henri Bourassa dégage le sens de l'événement

Est-il bien certain, même après l'interview du 13 septembre, que les préoccupations anglicisantes, impérialistes même, soient totalement étrangères à la thèse de Mgr l'archevêque de Westminster ?


D'aucuns ont cru voir dans le discours de Mgr Bourne et le mien un débat contradictoire, une sorte de dispute nationale. D'autres ont accepté l'interview de Sa Grandeur comme une explication complète et satisfaisante de son attitude. Ce sont là des opinions de surface. L'importance de la question mérite une étude plus approfondie. Pas de contradiction fondamentale Il n'y a pas, entre la th...

Discours de Mgr Bourne au Congrès Eucharistique de Montréal (1910)



Eminentissime Cardinal Légat, Eminences, Messeigneurs, Révérends Pères, Mesdames et Messieurs, C'est' à peine une exagération de dire qu'à l'heure actuelle, les regards du monde entier sont tournés vers le Canada. Il est au moins absolument vrai que chez nous, en Angleterre, il y a des hommes de toute condition qui pensent au Canada comme ils n'y ont jamais pensé encore. P...

Bilinguisme de l'Église - Bienvenue! Welcome!

Présentés comme des compromis charitables, ces arrangements laissent transparaître un inquiétant reniement de soi.


À quel étrange asservissement succombons-nous donc, collectivement et individuellement, en oubliant qu'au Québec la langue officielle n'est pas en partage avec l'anglais et que l'exemple doit venir de haut, donc des institutions?

Des prêtres inquiets du bilinguisme de l'Église



Alec Castonguay - A Montréal, la plupart des communications de l'Église catholique sont maintenant bilingues, c...

La nébuleuse idéologique des Jeunes péquistes



Quand la méthode remplace le but et quand le but remplace l’idéal, ce ne sont plus des bergers qui mènent les moutons, mais des abatteurs. Et quand ce sont des Québécois eux-mêmes qui se font les plus grands défenseurs de la majorité anglophone, on mesure mieux tout le chemin qu’il reste à parcourir avant d’assurer la survie de notre langue et de nos valeurs.

Ça suffit!



Je ne demande pas 95% de chanson francos. Je demande le respect de ce que nous sommes, et de ce que le Club de hockey Canadien est censé symboliser, c'est-à-dire le seul club de hockey sur glace en Amérique du Nord dont les partisans sont très majoritairement francophones. C'est tout.