Langue française — la « dynamique du déclin »

Québec

Le français à Montréal : urgence en la demeure !

Évolution de la situation linguistique au Québec: un sombre portrait



Vous avez eu l'audace d'affirmer, le 18 décembre, qu'il y a «un sérieux problème» dans la langue d'affichage à Montréal.

Québec

Nous attendons un peu plus de vigueur de la part d'un parti « nationaliste » sur la question linguistique !

Chère Nathalie Roy



Si quelqu’un a été heureux de vous voir devenir la ministre responsable de la loi 101, c’est bien moi. Mais je commence à avoir hâte que vous me donniez l’occasion d’aller me battre pour vous !

Québec

La politique actuelle de francisation des immigrants est une véritable catastrophe

Parlons francisation



Pendant la dernière campagne électorale québécoise, et de façon récurrente d’ailleurs, il a beaucoup été question d’immigration, de francisation et d’intégration. J’aimerais apporter le point de vue de quelqu’un qui, pendant plus de 30 ans, a côtoyé quotidiennement nos nouveaux arrivants.

Québec

La sécession culturelle de Montréal : c'est une conséquence du Plan B d'Ottawa pour faciliter la partition du Québec en cas de déclaration d'indépendance

Bilinguisation du Québec… ou de Montréal?



Alors que l’éditorialiste en chef d’un autre quotidien estimait récemment que « la montée du bilinguisme à Montréal [constituait] une grande richesse », Robert Dutrisac regrette, lui, « La bilinguisation du Québec » (Le Devoir du 5 janvier).

Québec

Il faut mettre fin au bilinguisme institutionnel de l'État québécois

Langue française: la bilinguisation du Québec



François Legault a eu beau exprimer ses craintes quant à l’avenir du français au Québec, son discours d’ouverture ne mentionnait aucune mesure pour défendre ou promouvoir la langue française.

Québec

« L’assimilation à l’anglais menace toujours les Franco-Ontariens. »

L’année des Francos



2018 fut l’année des Franco-Ontariens. Personne ne l’avait vu venir. Pendant qu’au Québec, le mouvement souverainiste poursuivait sa lente agonie, l’éveil politique des Franco-Ontariens fut soudain et puissant. Sa bougie d’allumage portait le nom de Doug Ford.

Québec

Il y a encore des gens pour s'indigner de l'hostilité des Anglais à notre endroit

Réveil passager ou reprise en main du destin des francophones?



La crise linguistique ontarienne fait comprendre que le compromis linguistique canadien est bien fragile.

Québec

Le réseau anglophone continue d'être surfinancé au Québec

Année difficile pour la francophonie, dit Impératif français



Impératif français estime que la dernière année a été difficile pour les francophones de plusieurs provinces au pays, notamment en Ontario.

Québec

Rien n'est jamais acquis, surtout pas la langue

Tenir le français pour acquis



La récente mobilisation des francophones de tout le pays pour protéger les droits des Franco-Ontariens, bafoués au nom des contraintes économiques, revêt pour plusieurs des allures de première : c’est la première fois que la jeunesse québécoise est directement confrontée à la fragilité de la langue française dans le Canada actuel.

Québec

L'anglicisation des élites québécoises préfigure celle du peuple

Le français, qu’ossa donne?



Pitoyable. Lorsqu’on est mairesse de Montréal, donner un discours en anglais seulement dans la seule grande ville de langue française en Amérique est une honte. Le sujet du discours de Valérie Plante, ironiquement, était l’« intelligence artificielle ».

Québec

Montréal devient un territoire étranger au reste du Québec

La colonisée de Montréal



Valérie Plante fait vraiment tout ce qu’elle peut pour nous faire comprendre qu’elle aimerait bien avoir un rôle dans un remake du Temps des bouffons. On l’aura compris au fil des mois, la mairesse préfère l’anglais au français, comme si elle se grandissait en parlant sans accent la langue des puissants.

Québec

Lettre d'Impératif français aux élus responsables

Le français menacé en Ontario et au Québec !



En raison des événements qui ont eu lieu en Ontario, soit l’abolition du Commissariat aux services en français et du projet d’une université de langue française, j’estime que nous avons le devoir d’appuyer les francophones non seulement de l’Ontario, mais tous les francophones hors Québec.

Canada

Mobilisation franco-ontarienne

Les Franco-Ontariens sont montés aux barricades: 14 000 personnes ont dénoncé les compressions antifrancophones



Une foule record de 14 000 Franco-Ontariens en colère est descendue dans les rues aux quatre coins de la province, samedi, pour forcer le gouvernement Ford à annuler ses compressions en francophonie.   

Québec

Le français en recul au Québec également

L’illusion francophone



Les intentions du gouvernement Ford, hormis qu’il a un peu retraité, et les propos servis lors de la présentation du budget ontarien traduisent la pensée profonde des « white anglo saxon protestant » du Canada. Les communautés francophones hors Québec sont de plus en plus perçues comme un héritage folklorique et vivent la majorité du temps dans la langue de Shakespeare. Leur association se compare à un club social au même titre que les associations des autres communautés ethniques.

Canada

Chronique de Charles Castonguay

La catastrophe canadienne

L’état du français hors Québec et en Ontario entre 1996 et 2016

Il faut cesser d'entretenir le jovialisme linguistique


Mme Francine Pelletier soutient dans sa chronique du Devoir du 21 novembre que le pourcentage de francophones hors Québec se maintient à peu près au même niveau depuis 20 ans, soit à environ 4 %.

Canada

Il faut relire « L'appel de la race » de Lionel Groulx pour comprendre la schizophrénie franco-ontarienne

Crise linguistique en Ontario: La rebelle franco-ontarienne claque la porte de Doug Ford



 En deux semaines de soulèvement et de colère, la jeune députée Amanda Simard est devenue le visage de la contestation franco-ontarienne.  Celle qui manifestait déjà à 8 ans pour le français a décidé jeudi de claquer la porte du parti conservateur plutôt que d'avoir à appuyer des mesures anti-francophones.  Un geste rarissime. 

Québec

La ministre Roy a la légitimité pour agir

Office, réveille-toi!



À l’Office québécois de la langue française (OQLF), on sort d’une longue période de glaciation libérale où l’on s’est fait le plus inerte possible. N’est-il pas temps de réveiller la bête ?

Québec

La base électorale antifrancophone de Ford comblée

Nouvel affront à l'endroit de la communauté franco-ontarienne



Malgré le tollé provoqué par sa décision d'annuler la création d'une université de langue française en Ontario, l'administration Ford va de l'avant avec ses coupes budgétaires tous azimuts et visant les francophones de la province. Cette fois-ci, c'est le centre de théâtre francophone La Nouvelle Scène Gilles Desjardins à Ottawa qui écope alors que l'organisme culturel se voit retirer la subvention de trois millions de dollars promise par le dernier gouvernement libéral ontarien.

Québec

L'université francophone mise à la poubelle

Ford recule… un peu



Après une semaine de contestation, le gouvernement Ford a jeté du lest en fin de journée vendredi. Certains services aux francophones seront ainsi rétablis… mais pas le très attendu projet d’université francophone à Toronto.

Québec

Le surfinancement des universités anglophones doit cesser

Université francophone en Ontario : Proposition de riposte à Doug Ford



Le gouvernement de Doug Ford en Ontario vient de mettre la hache dans le projet de la mise sur pied d’une université de langue française en Ontario. Non seulement cela, mais il abolit du même coup le Commissariat aux services en français. Une journée noire pour les Franco-Ontariens. Une autre, car ils en ont eu plusieurs…

Québec

Un long combat s'engage pour les Franco-Ontariens

Bastarache lance un appel au combat juridique



Les coupes du gouvernement Ford dans les services aux francophones mériteraient d’être contestées devant les tribunaux, estime Michel Bastarache, ancien juge à la Cour suprême et spécialiste des droits linguistiques. Une option que les Franco-Ontariens gardent pour le moment dans leur manche.

Québec

La solution ? Couper les services aux anglophones du Québec

Une université de langue française en Ontario



Les incartades de Doug Ford donnent actuellement lieu à de nombreuses analyses. Ce gouvernement supprime ce que certains de ses électeurs perçoivent comme des irritants. La réaction viscérale tout à fait justifiée des Franco-Ontariens ne devrait que consolider cette base hostile à la francophonie pendant que les autres provinces anglophones regardent ailleurs.

Québec

Cela rappelle l'année 1913 et l'ignoble loi 17

Francophobia is donning new populist clothes in Canada



In the next few weeks in New Brunswick, Blaine Higgs’ Progressive Conservative Party will form the new government with the support of three MLAs from the People’s Alliance of New Brunswick (PANB).

Québec

Aujourd'hui l'Ontario, demain le Québec

Le français coûte trop cher



C’est avec un argument économique que Doug Ford, le premier ministre de l’Ontario, justifie sa décision de mettre la hache dans le projet de l’université ontarienne francophone souhaité par le Parti libéral dirigé par sa prédecesseure.

Québec

Il faudrait adandonner le financement des universités anglophones du Québec

Au Québec de financer une université francophone en Ontario



Tout le Canada français s’entend : la décision du gouvernement Ford d’annuler le projet d’université francophone et de supprimer le Commissariat aux services en français constitue une attaque frontale contre la nation canadienne-française. Le Québec, seule province majoritairement francophone, ne peut se contenter de critiquer publiquement le gouvernement ontarien. Nous avons le devoir moral de soutenir les francophones hors Québec, et des mesures concrètes s’imposent.

Canada

Et pourtant, l'anglicisation se poursuit dans l'indifférence générale

Pas de compromis sur les langues devant les tribunaux, tranche la Cour suprême



Aucun compromis ne peut être fait sur le droit des témoins de s'exprimer dans la langue de leur choix devant un tribunal fédéral, a tranché vendredi la Cour suprême du Canada.

Canada

Le poids proportionnel des francophones est en constant déclin partout à travers le Canada

Une nécessaire mise au point sur la francophonie canadienne



Saviez-vous qu’il y a quatre millions d’anglophones au Québec ? C’est pourtant en suivant la même méthode qui permet de conclure qu’il y a 2,7 millions de francophones canadiens vivant à l’extérieur du Québec qu’on arrive à ce nombre… surprenant.

Québec

Lutter contre la tyrannie de l'anglais

L’anglais, trop fort



Je suis tombé hier par hasard sur un texte intitulé « Is the English language too powerful ? ». (La langue anglaise est-elle trop puissante ?)

Québec

Même Le Devoir reconnaît que Bombardier a raison sur le déclin francophone au Canada

Francophonie canadienne: le verre à moitié vide



Denise Bombardier a jeté un pavé dans la mare en affirmant à l’émission Tout le monde en parle qu’« à travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu ». La remarque n’est pas sans rappeler les « dead ducks » de René Lévesque et les « cadavres encore chauds » d’Yves Beauchemin. Mais c’est aller un peu vite en affaires que d’enterrer les minorités francophones hors Québec, dont la situation — précaire, on doit le reconnaître — est beaucoup plus nuancée.

Québec

Les Anglais, minorité privilégiée au Québec

Les universités anglophones avantagées, soutient l’IRIS



La déréglementation des frais de scolarité chargés aux étudiants étrangers favorisera les universités anglophones et montréalaises au détriment des autres, soutient l’IRIS, dans une analyse publiée jeudi.