Immigration - enjeux et défis

Québec

Le savoir-faire suisse en matière d'immigration

Immigration : la votation suisse qui défie l’Union européenne

Il pourrait y avoir des gueules de bois, le 9 février, lors de l’annonce des résultats. Chez moi, la bouteille de champagne est au frais.


Dimanche 9 février, il va se passer quelque chose d’inimaginable dans aucun autre pays : une votation demandera l’avis du peuple suisse, sur l’immigration de masse. En effet, depuis 2007, le Conseil fédéral, sous pression de l’Union européenne, a autorisé la libre circulation des personnes.

Québec

Il ne connaît absolument rien à la problématique économique de l'immigration

LOUIS AUDET PLONGE DANS LE DÉBAT POLITIQUE DE L'HEURE

La charte menacerait l’économie

Moins d’immigrants choisiraient le Québec, qui se priverait ainsi de leur apport à l’enrichissement de la société, croit le p.-d.g. de Cogeco


Le président et chef de la direction de Cogeco s’est prononcé contre la charte de la laïcité proposée par le gouvernement Marois, mardi, affirmant qu’une telle mesure effraierait les immigrants.

Québec

L'immigration démythifiée

MYTHES MIGRATOIRES



Quelque mythe entretenus au sujet des immigrants

Québec

« Merci pour les hors-d'oeuvres. Où est le plat de résistance ? »

Identité québécoise

Derrière le débat sur la Charte, l’enjeu véritable... l’immigration !

Le gouvernement Marois face à son plus gros défi


Voilà déjà quelques mois que nous parlons de la Charte, et à mi-chemin, le débat a déjà fait un bon nombre de victimes. Certaines sont assez évidentes, d’autres moins.

Québec

Paris : Un rapport "Bouchard-Taylor" à la française sème la zizanie dans la classe politique

France

Rapport sur l'intégration : «Les conclusions sont ahurissantes» pour Alexis Brézet



Le rapport sur l'intégration en France, s'il était passé inaperçu, aurait permis d'influencer les politiques publiques. Dévoilé et décrié, il permet au moins de montrer aux adeptes du communautarisme qu'ils sont écoutés.

Québec

Des distinctions importantes à maîtriser

Antiracisme identitaire versus antiraciste égalitaire



Pour l’oligarchie le problème n’est pas l’immigration mais le « racisme » des autochtones. Si l’on supprimait le racisme par une répression et une éducation appropriée, alors l’immigration deviendrait une vraie chance pour tous.

Québec

Une politique à revoir complètement

Grosse révolution !

Marois accueillera 50 000 immigrants au lieu de 55 000, comme sous les libéraux



Au temps de Jean Charest, les libéraux avaient un gros défi à relever. Ouvrir toutes grandes les portes de la province aux immigrants. Car ils avaient besoin de leur vote, acquis à plus de 80 %, comme l’indiquaient les sondages. Sans leur appui et celui, tout aussi massif, des Anglos, ils auraient moisi éternellement dans l’Opposition. Ils avaient donc intérêt à augmenter le poids du vote ethnique et à réduire d’autant celui des francophones qui les boudaient.

Québec

Un constat dévastateur

Qui intègre qui ? : la réalité des écoles montréalaises



Enseignant à Montréal depuis 2008, surtout dans les quartiers à forte densité migratoire, j’en suis à même de constater que les réalités montréalaises détonnent un peu de ce qui se déroule ailleurs au Québec, et ce, pour deux raisons particulières : bien sûr, les réalités de la pauvreté urbaine, mais aussi la grande présence d’enfants immigrants, très souvent allophones.

Québec

«Il s’agit seulement d’ajuster les seuils d’intégration en fonction de nos capacités réelles d’intégration. Et c’est urgent.»

Réduire les seuils d’immigration ? Oui.



Le gouvernement Marois annonce qu’il réduira les seuils d’immigration. Ils sont actuellement à 55 000. Il veut les ramener autour de 50 000. C’est une excellente idée, même s’il s’agit d’une mesure minimale, plus symbolique qu’autre chose. Il faudrait être plus ambitieux. Mais l’essentiel est là. Un tabou vient de sauter : celui du toujours plus. Le gouvernement envoie un signal : on peut légitimement réduire les seuils immigration.

Québec

Un réexamen de la politique d'immigration s'impose

Immigration - Québec révise à la baisse ses cibles d'accueil

En 2012, 55 000 étrangers ont choisi de s'installer au Québec


En 2012, 55 000 étrangers ont choisi le Québec pour terre d'accueil. C'est trop, juge le gouvernement Marois. Une révision à la baisse a donc été confirmée jeudi par la ministre de l'Immigration, Diane de Courcy, qui a déposé son plan d'immigration pour l'année à venir.

Québec

Une question existentielle

Quelles solutions reste-t-il à l’Occident pour survivre ?

Jaris Karl


L’immigration-invasion, comme disait Giscard, est maintenant comparable à une attaque de grande ampleur, sous la bénédiction du pape (qui l’a encouragée à Lampedusa !) et des obsédés du vivre ensemble.

Québec

À raison de 55 000 immigrants par an, c'est 180 000 immigrants non intégrés parce que non intégrables au bout de 10 ans

Le tiers des immigrants allophones en rétention culturelle



Dans le Grand Montréal, 30% des nouveaux arrivants allophones vivent en situation de rétention culturelle et communautaire, fidèles à la langue, aux valeurs et au mode de vie de leur société d'origine, selon une nouvelle étude du Laboratoire de recherche sur la santé et l'immigration de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Québec

Même le fédéral reconnaît que l'immigration pose problème

La criminalité des Roms inquiète Ottawa



L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) s'inquiète du haut taux de criminalité chez les demandeurs d'asile de la minorité rom venus de Roumanie, qui «place le public canadien à risque», selon un rapport obtenu par La Presse et dont l'existence même suscite la controverse.

Québec

Curieusement, ce rapport établissant le fardeau financier annuel de l'immigration au Canada à 20 milliards $ n'a eu aucun écho dans les grands médias du Québec. Cherchait-on à éviter qu'il donne un argument économique aux tenants de la Charte des valeurs ?

Immigrants a 'fiscal burden,' Fraser Institute report suggests

Those who arrived in Canada after 1986 less successful economically, author says


Une nouvelle étude affirme que l'immigration impose annuellement un poids fiscal de quelque 20 milliards $ aux contribuables canadiens et recommande un certain nombre de changements radicaux au processus de sélection des nouveaux arrivants, dont celui de mettre fin aux politiques de parrainage des parents et grands-parents.