Anglicisation du Québec

International students flock to West Island

'I feel very nervous about a new life'


By BRENDA BRANSWELL - International students Xia Zong Kai, 19, Zheng Jun Shen...

Philippe Leclerc: candidat contre un Québec français



« Le PQ est de retour! » lançait Pauline Marois en novembre dernier. On y a presque cru. On allait enfin récolter les fruits d’interminables « saisons des idées », de sempiternelles « discussions nationales » et le Parti Québécois, après une quinzaine d’années d’hibernation la plus totale où on était plus occupé à vouloir gérer une province qu’à se battre pour l’indépendance et la langue française, se ferait de nouveau...

Sundered family a sign of what's to come



Introducing his recycled cabinet on Wednesday, Premier Jean Charest said his ministers represent the future of Quebec. But a clearer glimpse of the future, we fear, turned up in Friday's Gazette, in our story about a family that feels forced to divide itself because of Quebec's intractable language law. To be sure, the relentless language-of-education rules are being applied, in this case, to an ang...

Le poids réel de la « minorité » historique anglaise



Nous ne sommes pas des sauvages. Les anglophones font leur possible pour éliminer la présence française en Amérique du Nord, eux qui ont interdit tout enseignement français dans la plupart des provinces canadiennes pendant près d’un siècle, mais nous confirmons des droits à la « minorité anglaise historique » du Québec. Que ce soit en santé ou en éducation, nous sommes fiers – peut-être trop fiers – de leur offrir de g...

Family of seven splits over Quebec language law



By CHLOE FEDIO - Cherie Le Blanc is moving to Delaware -and splitting up her family in the process -so her 9-year-old son, Justin (far right), who is struggling in French school, can receive an English education. Alex, 11, (far left) is staying in Chambly, while Laura, 8, will also move to Delaware.Photograph by : Marie-France Coallier, The GazetteMONTREAL - Cherie Le Blanc used to work with special n...

Fais ce que dois



Si je parle français chez moi, c’est que je pense en français, je vis en français, j’existe en français. Ensuite, je ne peux que rayonner de cette spécificité et contribuer à enrichir l’humanité de la présence de ce peuple québécois auquel j’appartiens parce que je m’identifie à sa lutte pour sa survie.

<i>Speak White</i>



Vendredi confession : il n'y a rien que j'aime plus au monde que de me faire donner des leçons de bilinguisme par des unilingues anglophones. Ou de me faire donner des leçons de tolérance par des êtres intolérants. Depuis le début de 2010, je multiplie les accrochages avec des anglophones qui m'ont traitée soit de raciste ou carrément, et c'est la meilleure, de « French terrorist ». Et pour quelle raison subis-je ai...

Where have angry anglos gone?

West Quebec group warns English rights can slip away


By Dave Rogers - English-speaking residents of the Outaouais must defend their rights or face marginalization, according to the organization th...

Irlande du Nord: 4e nuit de violences en marge des célébrations orangistes



(AFP) – LONDRES — Des militants nationalistes d'Irlande du Nord ont lancé mercredi des cocktails molotov contre la police qui a répondu par des tirs de balles en caoutchouc au co...

La croissance des entreprises québécoises se conjugue en anglais

Langue de travail : Le français perd du terrain à mesure que les entreprises étendent leurs tentacules à l'extérieur du Québec.


Pierre Théroux - Au conseil d'administration de l'épicier Metro, les réunions se déroulent maintenant en anglais. Car depuis l'aquisition de A&P Canada, à l'été 2005, le conseil compte un nouveau membre à qui la langue de Molière est peu familière : l'Américain Christian Haub, président du conseil et chef de la direction de The Great Atlantic & Pacific Tea Company, connue sous les initiales A...

The brain drain of anglos from Quebec is getting serious

Just when Quebec needs all the talent it can get, the exodus is continuing


HENRY AUBIN - Everyone knows that a serious brain drain is weakening Quebec's anglophone community. But a sobering new study shows that this exodus is more serious than widely understood. Among adults born in Quebec whose mother tongue is English, an astonishing 61 per cent of those whose top university degree was a bachelor's had moved to other parts of Canada as of 2001, the latest census year...

«Brain drain»



Voici des gens qui seraient des citoyens québécois idéaux: ils sont jeunes, instruits, avec un doctorat dans la poche; ils connaissent bien le français; mieux encore, ils connaissent bien la culture québécoise - en fait, c'est la leur. Avec ces gens dont je parle, il n'y aurait pas de choc des valeurs, pas de coutumes vestimentaires propres à donner de l'urticaire aux Hérouxvillois, pas de religion exotique ...

Anglos need calm defenders



For many Quebec anglophones, the idea of an activist group representing their interests fills them with ... well, horror, to be frank. Who can blame them? More than 25 years of lobbying later, it doesn't seem like a whole lot has been accomplished. The issues that need to be addressed are many of the same ones that Alliance Quebec first took on 26 years ago: protecting access to health care delivered in Engli...

Courage anglais...

Attending an English-rights meeting can require real courage

Young sovereignists were determined to disrupt weekend meeting


No, Quebec is not Kosovo, as sovereignists suddenly realized when violence predictably broke out in Serbia in response to the unilateral declaration of independence of its predominantly ethnic-Albanian province. By comparison, our own civil war has been remarkably, well, civil. Still, we are not entirely immune from occasional outbreaks of political violence, usually instigated by individuals or small group...

Québec

Un progrès continu

La pérennité démographique des francophones est-elle pour autant assurée? Hélas! les nouvelles sont moins bonnes de ce côté-là.


D'emblée, reconnaissons l'apport original de Calvin Veltman dans un article paru le 11 février dans La Presse (De bonnes nouvelles). Se penchant sur les choix linguistiques au foyer des personnes de langues maternelles tierces (les «allophones»), Veltman distingue celles qui ont fait un choix définitif entre le français et l'anglais, de celles qui sont en processus de francisation ou d'anglicisation.

Avoir foi en un Québec français



Le moins que l'on puisse dire, c'est que la lettre publiée dans Le Devoir d'[hier] sur l'anglicisation du Québec, signée par messieurs Dion-Goudreau et Campeón, ne me laisse pas indifférente. Le débat sur la langue suscite de multiples réactions et tout cela finit par devenir ennuyeux, même les palabres et les impolitesses de VLB. Mais cette lettre, peu importe les objectifs de ses auteurs, m'a fait sursauter. Il...

Quebecois to inspect decline of English

Conference will cover majority-minority relations


Graeme Hamilton, National Post - MONTREAL - The decline of Quebec's English-speaking community -- long looked upon with indifference, if not outright glee, by the francophone majority -- will be the subject of a major academic conference opening tonight at the province's largest French-language university. Over three days, Quebec anglophones will be subjected to the kind of scrutiny usually res...

L'intégration de l'hôpital de Lachine au CUSM soulève les craintes



André Noël - C'est décidé: l'hôpital de Lachine, qui fonctionne surtout en français, sera intégré au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), qui fonctionne surtout en anglais. L'annonce, faite par l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, a été dénoncée par le Parti québécois et divers groupes. Ils craignent que le seul hôpital francophone de l'Ouest-de-l'Île ne finisse par s'...

Avilir le Québec

Le discours réactualisé de Bourassa peut alors se traduire ainsi : non, la nation québécoise n’est pas à vendre.


Ainsi donc, au nom d’une quête effrénée de la « réussite économique » et d’un « épanouissement sans précédent ». les francophones du Québec devraient dès maintenant abdiquer en optant pour «l'anglicisation de la société québécoise, assurée par l'instauration de l'éducation obligatoire en langue anglaise pour tous les jeunes Québécois ». Le texte intitulé [« Angliciser le Québec »->12085] (Le Devoir, 27 fé...

Étienne Parent (1802-1874) - la «soumission honorable»



De plus, reprenant l'analyse classique voulant que Parent ait été découragé par l'enchaînement des événements entre 1837 et 1840, Couture et Lamonde le présentent comme prêt à une «soumission honorable» face aux décisions métropolitaines et plus tard résigné à l'assimilation.

Cette arme de domination...



Revendiquer un monde multipolaire, c’est aussi récuser toute langue unique, et donc encourager le multilinguisme. Le droit de créer et travailler dans sa langue est un des attributs de la souveraineté populaire, notion qui hérisse les dirigeants des transnationales, des institutions financières, ainsi que leurs porte-parole et porte-plumes locaux.

Grozépais

It’s Easy To Be Sick And Tired Of Quebec

When Ontario and the rest of Canada isn&#8217;t there to sign Quebec&#8217;s welfare checks, they&#8217;ll understand where their true place within Confederation has always been.


I will be in Montreal this Sunday (March 2, 2008), speaking at a meeting of Affiliation Quebec. Other speakers will include Allen Nutik who has taken the burden upon himself as being the voice of Quebec’s English speaking community by founding the Affiliation Quebec Party. The other speaker will be Brent Tyler, who has done more, and sacrificed more for the rights of all people within Quebec to b...

De bonnes nouvelles



La loi 101 a mis en place des structures d'accueil des immigrants, l'obligation de scolariser les enfants en français et un processus de francisation du marché du travail. Ce sont ces structures qui assurent la francisation des immigrants et non pas les caractéristiques de la population qui les accueille.