Anglicisation - à l'école, dans les entreprises (affichage) (raison sociale)

Québec

CBC appelle à angliciser davantage le Québec

Is there a future for young Anglos in rural Quebec?



Growing up on a farm in Compton, in Quebec's Eastern Townships, Veronica Enright never had any doubts that she would find a way to build a life in the province.

The 26-year-old earned a degree in marketing from Bishop's University before heading to work at an advertising agency in Montreal.

 

But after just a few months, she realize...

Québec

L'anglicisation de l'espace public québécois se fait à une vitesse folle

Badass, ou le triomphe délirant des anglicismes imbéciles



Je ne reviendrai pas ici sur l’appel lancé par la Fédération des femmes du Québec à porter le voile islamique. Il est absurde, en plus d’être odieux. Mais la FFQ elle-même est une organisation qui relève de la farce.

Elle a beau prétendre rep...

Québec

L'anglicisation rampante des institutions suit la démographie déclinante des Canadiens français

Le Mouvement Québec français s'insurge contre l'anglais dans la fonction publique



Atterré par la publication du rapport intitulé Pratiques linguistiques des ministères et organismes publics du gouvernement du Québec, le Mouvement Québec français prépare sa riposte.

Ces donn&eacu...

Québec

« À Montréal, près des trois quarts des membres du personnel des ministères et organismes témoignent qu’ils doivent utiliser l’anglais dans leurs interactions orales avec les usagers. »

Chaque jour qui passe, l'administration publique québécoise fait outrage à la loi 101



Publiée cette semaine, une étude très attendue du Conseil supérieur de la langue française (CSLF) révèle des faits accablants quant aux pratiques linguistiques des ministères et organismes du Québec. « C’est e...

Québec

Parler français est une entrave à l'emploi à Toronto

La mention « bilingue » sur le CV, pas toujours un atout pour les francophones



Si le bilinguisme peut sembler être un atout de taille sur le marché du travail, certains francophones en milieu minoritaire estiment que le mentionner sur un CV ou en ligne peut s’avérer être plutôt un fardeau.

Québec

L'anglicisation frappe désormais le Vieux-Québec

Le visage francophone de Québec en perdition



À l’heure où le français est menacé partout au Canada, et même en France, notre douce mère patrie, où c’est chic de parler la langue de Shakespeare, comment se fait-il que les autorités de la Ville de Québec octroient encore des permis commerciaux à des entreprises anglophones qui viennent vendre ...

Québec

« Chaperonné, le français n’est plus une langue de culture. C’est un outil parmi d’autres pour fonctionner. »

L’obsession du Bonjour-Hi



Disons-le en bon québécois. L’usage du Bonjour-Hi dans les commerces, c’est vraiment gossant. Tellement qu’il s’est vu menacé d’une intervention législative pour l’interdire. Le ministre Simon Jolin-Barrette, responsable entre autres de la langue française...

Québec

Certes, il faut valoriser le français, mais par quels moyens ?

Québec, interdiction du «Bonjour-Hi»?: «c’est s’attaquer à des moulins à vent»



Québec a annoncé son intention d’interdire le fameux «Bonjour-Hi» dans les commerces et services publics, une formule bilingue courante à Montréal. Bonne idée ou coup d’épée dans l’eau? Nic Payne, analyste politique et Claude Simard, linguiste et professeur honoraire de l’Univers...

Québec

Quel sera le plan de la CAQ pour la langue ?

«Bonjour-Hi»: le gouvernement Legault fait volte-face



QUÉBEC — Le gouvernement Legault change son fusil d’épaule: il ne cherchera pas à interdire la formule d’accueil «Bonjour-Hi» dans les commerces, mais misera sur la sensibilisation.

Le ministre responsable de la langue française, Simon Jolin-Barrette, a précisé sa pensée, lund...

Québec

Comme chez les francophones hors-Québec, la bilinguisation annonce l'effondrement culturel

Bonjour-Hi, ce n’est pas (juste) une blague



Sugar Sammy a tweeté vendredi, au sujet de la controverse Bonjour-Hi : « Mon nouveau show québécois s’écrit tout seul ! ».

C’est sûr que pour Sugar Sammy, l’équipe du Bye Bye, et la plupart des humoristes du Qu&ea...

Québec

L'anglicisation des Québécois est une conséquence de l'effondrement culturel que nous subissons

Le bilinguisme, une affaire de Québécois, selon Statistique Canada



Le Canada compte deux langues officielles, mais le bilinguisme étatique ne se reflète pas équitablement dans la population comme le démontrent de nouvelles données publiées par Statistique Canada. Si le bilinguisme progresse au pays, c’est d’abord et avant tout une affaire de Québécois et de manière plu...

Québec

Une mollesse caquiste qui augure mal

«Bonjour-Hi» à la SAQ: la CAQ ne se mouille pas



Le gouvernement Legault refuse de dire s'il va exiger que la Société des alcools du Québec (SAQ) accueille ses clients uniquement en français.

Québec

L'anglicisation de Montréal n'est pas qu'une impression

«Bonjour-Hi, suivant-next!» à la SAQ



La formule d’accueil bilingue «Bonjour-Hi» fait son chemin jusqu’à la Société des alcools du Québec (SAQ), qui n’encourage pas cette pratique, mais ne l’interdit pas non plus.

Québec

La bilinguisation de l'espace public est le début de l'anglicisation généralisée

Que faire avec le «Bonjour-Hi»?



On croyait le phénomène en baisse. Eh non. Le fameux «Bonjour-Hi» qui égratigne tant les oreilles, celui-là même lancé aux clients médusés, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, de savoir qu’autant de commerçants les pensent incapables de comprendre à lui seul le mot «Bonjour», prend de l’ampleur.  

Québec

Les fédéralistes sont des schizophrènes : « Oui, Montréal s'anglicise ; non il ne faut rien faire au niveau législatif. »

Bonjour/Hi Montréal?



Montréal devient de plus en plus une ville unilingue anglophone. Pourtant, j’ai longtemps pensé que mes collègues qui s’époumonaient à dire que le français était en danger avaient tendance à exagérer. Je martelais que le français demeurait en bien meilleure posture qu’il y a quelques décennies.

Québec

L'anglicisation insidieuse du Québec

Oh! Ma pauvre langue!



L’autre jour, je me présente à Service Canada pour me procurer un formulaire. On m’accueille par un jovial « Bonjour, welcome ! » J’en reste bouche bée, au point d’oublier de demander si en Alberta ou en Saskatchewan, on utilise la formule « Hi, bienvenue ! »

Québec

Solidarité des minoritaires : les Acadiens et les Franco-Ontariens rejoignent les Anglo-Québécois dans leur contestation

Droits linguistiques des anglophones au Québec



On apprenait mercredi dans Le Devoir que la Commission scolaire English Montreal conteste devant les tribunaux la décision du gouvernement de transférer deux de ses écoles à moitié vides à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, qui, elle, manquera vraisemblablement de classes pour plus de 3000 élèves dès septembre.

Québec

Dubé et Fitzgibbon sont les ministres les plus antinationaux de la CAQ

Le français absent de la mission économique de la CAQ en Ontario



Le ministre de l’Économie du Québec Pierre Fitzgibbon n’a pas cru bon de s’exprimer en français mardi lors de son tout premier discours devant la communauté d’affaires de l’Ontario.

Québec

L'anglicisation du Québec par l'école

Échec et irresponsabilité du système scolaire de langue anglaise du Québec



Publié 12 ans après le précédent, alors que la loi exige qu’il le soit tous les cinq ans, le plus récent Rapport de l’OQLF sur l’évolution de la situation linguistique au Québec nous apprend qu’en 2015 seulement 27,9 % des élèves de langue anglaise fréquentaient le système scolaire de langue française du préscolaire, primaire et secondaire. Toute une avancée, mais c’est encore bien peu!

Québec

L'anglicisation rampante du Québec, jusque dans les écoles !

Formulaire anglophone aux étudiants francophones



Des parents d’une école secondaire francophone de Montréal ont reçu mercredi un formulaire de consentement entièrement en anglais à signer dans le cadre d’une sortie scolaire.

Québec

Par son laxisme sur la question linguistique, le Québec finance l'anglicisation de la jeunesse immigrée

Les anglophones minoritaires dans les cégeps… anglophones



Dans son très attendu et très en retard rapport de suivi de la situation linguistique sorti en avril 2019, l’Office québécois de la langue française (OQLF) nous livre, entre autres, une analyse de l’évolution de la langue d’enseignement au collégial.

Québec

L'anglicisation de Montréal : « le taux des salutations exclusivement en anglais a augmenté de 12 % à 17 % »

Le «Bonjour/Hi» en progression à Montréal



La proportion des commerçants qui accueillent leurs clients avec un «Bonjour/Hi» a doublé entre 2010 et 2017 dans la grande région de Montréal, révèlent des statistiques publiées vendredi par l’Office québécois de la langue française (OQLF).  

Québec

Une vérité que l'on n'ose pas dire : « Sans minorité anglophone, le problème de la francisation des nouveaux venus ne se poserait pas. »

Le dilemme du bilinguisme et de la francisation des immigrants



Les éditorialistes et chroniqueurs du Devoir reviennent souvent sur la bilinguisation du Québec, obstacle à la francisation des immigrants (exemples : Robert Dutrisac, « La bilinguisation du Québec », Le Devoir, 6 janvier 2019 ; Michel David, « Un trop faible message », 6 décembre 2018).

Québec

L'anglicisation de Montréal n'est pas une fiction

Furieux, le chanteur Marc Hervieux partage ce message qui devient viral



Le chanteur Marc Hervieux n’est pas reconnu pour être de mauvaise humeur… C’est plutôt tout le contraire. Marc semble toujours être de bonne humeur et gentil avec les gens.

Québec

L'anglicisation de Montréal doit être combattue avec fermeté

La peste de Verdun



Est-ce une conséquence de la ricaneuse à la mairie de Montréal qui est tellement bilingue qu’elle en oublie parfois de s’exprimer en français ? Est-ce plutôt la faute de Doug Ford qui tape allègrement sur les Franco-Ontariens comme pour donner raison à ma collègue Denise Bombardier qui déplorait la situation précaire, voire désespérée, des francophones hors Québec ?

Québec

Le bilinguisme de l'État québécois doit cesser

Des factures en anglais pour 400 000 clients



Hydro-Québec (HQ) enverra dorénavant des factures unilingues anglophones aux 400 000 consommateurs qui l’ont demandé, et rompt avec une tradition de 25 ans d’offrir à ces clients des documents bilingues.

Québec

Mario Dumont a tout vrai : le débat en anglais va créer un dangereux précédent

Quelle est la «vraie raison» de la tenue du débat en anglais?



À l’aube du débat des chefs en anglais, Mario Dumont souligne son opposition à une telle initiative et s'interroge sur les raisons qui ont bien pu motiver sa tenue.

Québec

L'administration Plante milite pour angliciser Montréal

Montréal, ville anglaise



Montréal est en passe de devenir une ville anglaise, selon Jean-Paul Perreault, président d'Impératif français. Dans un texte qu'il a publié sur le site Internet de l'organisme, il s'en prend dans un premier temps à la mairesse Valérie Plante qui, selon lui, « contribue de plus en plus » à l'anglicisation de sa ville.

Québec

Le régime libéral favorise l'anglicisation du Québec par l'entremise des cégeps : le PQ refuse de s'y attaquer

La bilinguisation rampante



Depuis que le gouvernement Charest a autorisé le cégep Saint-Laurent et son voisin anglophone, le collège Vanier, à mettre leurs ressources en commun pour offrir des programmes bilingues, comme il en existait déjà dans plusieurs établissements privés, cette pratique n’a cessé de s’étendre.

Québec

L'anglicisation du Québec par les cégeps francophones

La démission des cégeps francophones devant l’anglais



Les cégeps ne sont soumis à aucune norme nationale en matière de langue d’enseignement. Ils se sont pour la plupart dotés d’une politique de valorisation de la langue française, mais celle-ci peut être facilement abrogée par la direction d’un établissement. Le cégep de Sainte-Foy a ainsi modifié, en juin 2017, sa politique de valorisation de la langue française : le français n’est désormais plus la seule langue d’enseignement, mais bien la langue « prépondérante ». Ce changement permet à l’établissement de créer deux nouveaux DEC où, cette fois, c’est l’anglais qui tient une place importante…