Respecter le Québec

Vivement la laïcité dans la fonction publique !

La CAQ doit aller de l'avant

94644bf10c204be1bf611069c5536fe3

Tribune libre

Personnellement, je suis pour la laïcité de l'État depuis longtemps. À l’époque de Bouchard-Taylor, j’avais trouvé que le rapport n’allait pas assez loin. À la base, je tenais mordicus à ce que le crucifix de l’Assemblée Nationale qui est positionné au-dessus du président de la chambre législative, soit banni. Si on exige des autres qu’ils délaissent leurs signes religieux pendant leur travail dans la fonction publique, les politiciens devraient donner l’exemple en commençant par exclure les leurs au Parlement. Cette législation aurait le mérite de démontrer un respect égal À TOUS LES CROYANTS DES DIVERSES ALLÉGEANCES RELIGIEUSES, puisqu’aucun employé en poste d’autorité ne pourrait étaler la sienne. Le plus beau dans l’histoire, c’est que plusieurs musulmans sont d’accord avec ce projet. De là, l’importance de tout expliquer clairement pour que tout le monde comprenne de la même façon. 


Beaucoup de mécontents manifestent leur indignation face à cette promesse de la CAQ. Surtout les fidèles extrémistes de l’Islam radical qui sont assez rapides sur la gâchette pour « démoniser » tous ceux qui s’opposent à leur radicalisme. Ils nous traitent de racistes aussitôt qu’on critique leur idéologie qui n’a aucun rapport avec la religion. Ils auraient intérêt à consulter les dictionnaires pour y comprendre le véritable sens de ce mot, à moins qu’ils y voient une fausse définition orchestrée par les infidèles que nous sommes.


L’idéologie du multiculturalisme à la Trudeau père est en partie responsable de cette débandade identitaire et religieuse qui perdurent dans ce « melting pot de bouette » que les deux gouvernements ont toléré en refusant de légiférer concrètement après le rapport Bouchard-Taylor.  


Ceux qui sont contre le port de signes religieux en position d’autorité ne se sont jamais demandés comment pourrait se sentir un homosexuel qui se ferait arrêter par un policier Islamique? Que pourrait répondre une professeure voilée à un enfant qui lui parlerait de ses deux parents du même sexe? Que pourrait dire un professeur Sikh qui voudrait empêcher un jeune élève de porter un couteau sur lui, s’il porte lui-même un Kippa? La loi sur la laïcité de Legault ne veut pas empêcher les signes religieux dans la rue. Elle veut les empêcher dans la fonction publique uniquement.


Trudeau dit que les Canadiens doivent accepter les valeurs identitaires et religieuses de ceux qui viennent vivre ici, au lieu que ce soit eux qui s’adaptent aux nôtres. Le problème pour eux c’est que nous sommes laïcs. C’est bizarre de constater que pour Trudeau, les immigrants ont le droit d’avoir une identité propre et des valeurs à défendre mais pas nous!


En ce 48 ième anniversaire des lois des mesures de guerre qu’à instaurer son père, les récentes remontrances du premier ministre Trudeau concernant la possibilité que le gouvernement Caquiste recoure à la clause dérogatoire pour faire adopter sa loi sur la laïcité, m’a laissé un goût amer concernant ces propos incohérents. Trudeau a dit : « Quand on choisit de supprimer des droits, des libertés de base à nos citoyens, c’est quelque chose de grave ». Que penser, alors du choix fait par son père lors de la crise d’octobre 1970, alors que 435 Québécois, n’ayant rien à voir avec les actions du FLQ ont été jetés en prison pour des jours et même des semaines, sans être accusés de quoi que ce soit, mise à part d’avoir avoués ouvertement être des indépendantistes. Si Justin Trudeau veut être crédible dans l’actuel débat sur le port des signes religieux, ne pourrait-il pas offrir des excuses du gouvernement fédéral au sujet de la loi des mesures de guerre en 1970? Après tout, les autochtones, les homosexuels, les Canadiens d’origine Chinoise, Italienne et Japonaise en ont eu pour des injustices comparables. Ou serait-ce trop se placer en porte-à-faux de l’opinion publique Canadienne anglaise? Ou encore Justin Trudeau ne peut-il se permettre de ternir l’aura entourant ce nom de famille auquel il doit en grande partie sa carrière politique? Sans doute les deux. 


Plusieurs personnes disent qu'il n'y pas de raisons de légiférer une loi sur la laïcité, puisqu'il n’y a personne qui porte de signes ostentatoires dans la fonction publique. Je répondrais que j’ai le droit de me faire poser un système d'alarme chez moi, même si des voleurs ne sont jamais venus me dévaliser. Tout est une question de prévention et de respect collectif. Concernant la manière de s’habiller dans la fonction publique, j’aimerais bien demander à Monsieur Trudeau, au-delà des signes religieux, quelle serait sa réaction si un de ses députés se présentait à la Chambre des communes habillé en jeans et en t-shirts troués? Est-ce qu’il lui demanderait de s’habiller convenablement ou ne voudrait-il pas lui imposer une tenue vestimentaire?


Le gouvernement de la CAQ doit aller de l'avant avec son projet, au risque d'utiliser la clause dérogatoire si Trudeau joue au finfinot. L’ado en chef a pris l’habitude de déformer le véritable sens des mots à son avantage, au risque d'avoir l'air d'un cave. Récemment, lors d’un rassemblement partisan à St-Anne de Sabrevois, une dame dans l’assistance lui a demandé s'il allait rembourser les 146 millions qu'il devait au Québec concernant l’afflux d’immigrants illégaux à Lacolle au chemin Roxham. Notre génial premier ministre n’a pas aimé la question qui était pourtant légitime et a attaqué verbalement la dame en la traitant de racistes devant toutes les autres convives. La question était sensée. L’immigration est de juridiction fédérale et c’est lui qui doit payer. Le premier ministre, pour détourner l’attention, a fait un Philippe Couillard de lui-même en traitant la dame de racistes pour s’éviter de répondre à la question devant ses partisans. Heureusement, il y avait des caméras pour filmer sa mauvaise foi. Avez-vous remarqué que tous ceux qui s’opposent à la laïcité de l’État accusent ceux qui la veulent, de racistes et d’intolérants? Qui est raciste entre les deux groupes? Ceux qui critiquent une religion ou ceux qui s’en prenne à notre identité?


Les libéraux ont tout fait pour que la laïcité se noie dans les méandres de l'indifférence. Parlez-en à Fatima Houda Pépin qui a quitté le parti libéral de Couillard, à cause de cela. Il y a eu trop d'accommodements déraisonnables pour que ça continue, cas par cas, comme en ce moment. L'État doit être laïc. Les gens doivent voter à visage découvert et les gens en position d’autorité ne doivent pas porter de signes religieux pendant leur travail. Point à la ligne. Ceux qui protestent, se rallieront par la force des choses. Comme disait Félix Leclerc: C'est comme la construction d'un pont. Au début, tout le monde est contre, mais une fois qu'il est construit, tout le monde le prend. 


Featured f8673cb092102f4c1f4b4a992a443180

Alain Patenaude89 articles

  • 810 495

Je suis un Gatinois indépendantiste dans l'âme au-delà des idéologies poiitiques et non pas un vieux péquiste des années 70 du genre qui détestait les anglais parce que c'était cool. Je ne déteste personne. Je parle anglais et français et je trouve primordial que le Québec protège sa langue française, au détriment de ce que peuvent penser mes amis anglophones. Je suis originaire de St-Jean sur Richelieu et je vis dans l'Outaouais depuis 2010. J'ai vécu à Granby,, St-Hubert et Contrecoeur. Je crois que nous devrons, un jour, quitter ce beau grand Canada qui ne nous aime pas, pour voler de nos propres ailes. Nous sommes comme des adolescents qui doivent quitter le foyer familial pour fonctionner par eux-mêmes et ce, même si les parents ne veulent pas nous laisser partir. Je suis désillusionné de la politique d'ici et du fédéral. Écrire me permet d'évacuer mes frustrations et de structurer ma pensée. 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé