Sceptiques confondus

Tribune libre

12 décembre 2012
Depuis un certain temps on lit plusieurs lettres dans l’opinion des lecteurs décrivant le gouvernement minoritaire du Parti-Québécois (PQ) comme un gouvernement de recul. Pour ma part j’appelle plutôt ça un gouvernement de compromis et d’écoute. En effet c’est dans un contexte minoritaire où bien des gens croyaient que le gouvernement serait incapable d'avancer qu’il y a eu au contraire beaucoup d'action.
Il va de soi qu’avec près de 10 ans dans l’opposition les attentes étaient grandes et les projets nombreux. En plus le gouvernement du PQ est formé de ministres juniors qui ont tout à apprendre et c’est avec un gouvernement minoritaire qu’ils apprendront le mieux.
Par contre comme la première ministre Pauline Marois l’a dit, devant l’ampleur du travail à accomplir et les nombreuses promesses faites ils sont allés trop vite.
Malgré tout à l'Assemblée nationale, les choses se sont déroulées assez rondement et le gouvernement a pu faire adopter une dizaine de lois. Comme promis son premier engagement fut la loi favorisant l’intégrité en matière de contrats publics et le plafonnement des contributions aux partis politiques. Pour la fin de session l'adoption du budget Marceau et le dépôt des crédits fut un bon coup.

Featured 5d4b9830e9ed61f29f0177d07a35a609

Jocelyn Boily152 articles

  • 89 166







Author extra bg

Contrat social brisé


Author extra bg

Harper le cancre en environnement


Author extra bg

Ils l'ont voulu


Author extra bg

De quoi j'me mêle



Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    14 décembre 2012

    J'applaudis à cotre opinion pleine de sagesse. Vivement d'autres personnes aussi éclairées que vous car des personnes auant négatives et étouffées par l'orgueil que ces MM. Monnière et P. Tremblay, cela ne fait qu'alimmenter la division et retarder notre marche traquille mais réelle vers la souveraineté,
    Bravo!
    Mme M. Otis

  • Archives de Vigile Répondre

    14 décembre 2012

    C'est le déni absolu ici. On navigue de déception en déception depuis l'élection du PQ d'une façon évidente et on retrouve encore des péquistes qui tiennent leur rang comme si la ligne de parti se rendait jusqu'à eux, tellement que c'est devenu de la langue de bois lorsqu'on les écoute défendre le PQ aveuglément. Ce déni des péquistes est sans doute ce qui fait le plus mal à la société québécoise et au mouvement indépendantiste en ce moment.

  • Archives de Vigile Répondre

    14 décembre 2012

    Le problème grave avec ce gouvernement ce n'est pas qu'il n'a pu faire beaucoup mais plutôt les orientations qu'il a donné à ces politiques et son positionnement.
    Il a démobilisé les souverainistes en leur disant qu'étant minoritaire il ne peut rien faire.
    Il a mis sur les questions linguistiques la barre tellement basse qui lui sera impossible de la relever sans un tolé de protestations.
    IL S'EST MIS DANS UNE POSITION DÉFENSIVE ET C'EST ÇA LE PROBLÈME GRAVE DE CE GOUVERNEMENT.
    IL EST EN MANQUE DE CRÉDIBILITÉ.
    ÇA PREND DES HOMMES ET FEMMES DE LA TREMPE DE LAURIN ET PARIZEAU ET DÉFINITIVEMENT NOUS NE LES AVONS PAS. ILS FONT DANS LEUR CULOTTE LORSQU'ILS LISENT LES JOURNAUX DE PÉLADEAU ET DE GESCA LE MATIN.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 décembre 2012

    Votre opinion est un baume sur mes plaies...
    Mon coeur et ma tete venant de passer dans le tordeur des articles de D Moniere et P Trembay: perversion et alienation, d£moralisant et suicidaire.
    Des propos constructifs, de l'argumentaire, de l'objectivite; c'est ce que j'aimerais lire sur vigil.net. Et aussi des propos qui inspirent et qui
    suggere l'espoir qu'on peut le realiser ce reve d'avoir son pays

  • Archives de Vigile Répondre

    13 décembre 2012

    C'est un des trop rares commentaires qu'on a pu lire sur Vigile depuis un certain temps et qui "ose" trouver un esprit positif à nos élus du 4 septembre; j'en suis un et j'appuie ce mot de Monsieur Boily quand il écrit au sujet de l'écoute et du compromis.
    Comme disait Madame la juge Charbonneau qu'on ne pouvait pas tout faire en même temps, on a vu et revu le gouvernement se précipiter sur la tâche à accomplir qui n'a pas fonctionné comme prévu et qui a démontré son côté minoritaire avec si peu d'assurance comme un jeune qui vise encore et encore dans le plafond.
    Posément, les pierres s'entassent les unes aux autres et qui sait si l'avenir en 2013 nous garantira pas de bons tirs groupés.
    Gaëtan Faubert

  • Archives de Vigile Répondre

    13 décembre 2012

    Vous êtes sérieux ou c'est une blague ?!?