COMMISSAIRE À LA SANTÉ

Robert Salois inquiet pour l’indépendance dans le réseau de la santé

D7c9c75a17e7613f5e8a3dcfe9e1f701

L'effet Barrette

Le Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE) Robert Salois dénonce la perte d’indépendance et de transparence qui découlera de l’abolition de l’organisme qu’il dirige.

« Il y a un danger, a averti ce dernier lors d’une entrevue avec Le Devoir, lundi. Ce n’est pas une bonne décision pour la population. »

« Le plus grave, c’est qu’on perd l’indépendance. C’est pour cette raison que le commissaire a été créé, pour éclairer le public de façon transparente. »

Si Québec avait la volonté de fusionner le CSBE à une autre instance tout en préservant son indépendance, il aurait pu l’envoyer du côté du protecteur du citoyen ou du vérificateur général, estime M. Salois.

Avec un budget de 2,7 millions, le CSBE dégageait des surplus et était bien géré, ajoute-t-il.

Créé par Philippe Couillard

À l’aube de la retraite, prévue pour août, c’est pour l’institution et pour le système de santé que Robert Salois s’inquiète. Il est le seul à avoir occupé ce poste depuis la création du CSBE il y a dix ans. Philippe Couillard lui-même a créé cet organisme alors qu’il était ministre de la Santé.

C’est dans les détails du budget déposé jeudi qu’on apprend que le CSBE doit être aboli et que ses activités seront confiées au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). Un document budgétaire stipule que cela a pour objectif d’éliminer les « chevauchements ».

« Je ne vois pas en quoi il y a un dédoublement ou un chevauchement de mission », rétorque Robert Salois.

Relevant du ministre de la Santé, il affirme avoir pu travailler en toute indépendance depuis dix ans. « Je n’ai jamais eu de problème d’ingérence d’un ministre en dix ans, même si parfois les rapports ne faisaient pas leur affaire », affirme-t-il. « Nous ne nous sommes jamais demandés si ce qu’on fait dérange, mais plutôt si c’est pertinent pour le système de santé ».


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé