Québec ne demande plus 1 G$ par année aux médecins spécialistes

B1fc4e4e32aee3b622fabffdf55d099b

La république des médecins toujours triomphante


Le gouvernement Legault ne demande plus 1 milliard, mais 650 M$ par année aux médecins spécialistes. La loi spéciale qu’il brandit pour imposer sa volonté est toutefois impopulaire, selon un sondage obtenu par Le Journal.  


Mardi, le président du Conseil du trésor Christian Dubé a laissé planer le spectre d’une loi spéciale si aucune entente n’est trouvée d’ici vendredi avec la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ), avec qui il est en plein bras de fer.   


La FMSQ a offert de rendre 400 M$ par année, une somme que Québec juge insuffisante. Selon nos informations, Québec exige plutôt 650 M$ par année, une somme moins importante que le milliard promis en campagne électorale. Sur une durée de 4 ans, il y a un écart de 1 milliard entre les deux parties.   


Rejet des médécins  


Cette proposition a été rejetée par l’assemblée des délégués de la FMSQ lundi. Ils ne veulent pas donner plus de 400 M$. Ils reprochent au gouvernement de se prévaloir «impudemment de chaque geste d’ouvertures» pour leur soutirer davantage de concessions, selon un document obtenu par Le Journal. Ils estiment que Christian Dubé a renié sa parole en n’attendant pas l’étude indépendante commandée à l’Institut canadien d’information sur la santé.   


Les délégués pensent également qu’une loi spéciale «plongerait inévitablement le réseau de la santé dans un chaos et provoquerait un affrontement désastreux avec le gouvernement du Québec».   


Québécois pas favorables  


Les Québécois ne sont d’ailleurs pas très chauds à cette idée. Seuls 19 % des répondants à un sondage sont favorables à ce que le gouvernement Legault mette fin au bras de fer avec une loi spéciale, selon un sondage Léger commandé par la Fédération et obtenu par Le Journal .  


Mardi matin, Christian Dubé a sonné la charge en imposant un ultimatum aux négociations. «Je ne vous dis pas qu’on veut une entente pour vendredi, mais on veut avoir une perspective d’entente», a-t-il affirmé. Sans perspective d’entente, il envisagera d’autres alternatives. François Legault a déjà menacé les médecins d’imposer une loi spéciale dans le passé.   


De son côté, la présidente de la FMSQ Diane Francoeur déplore la sortie du ministre. «S’il y a une loi spéciale vendredi, c’est “goodbye”. Il n’y a plus de rencontre, il n’y a plus d’amis, il n’y a plus de proposition, plus de solution, il n’y a plus de pertinence, il y a juste de la guerre. Ce n’est pas ça qu’on veut», a lancé Diane Francoeur à QUB radio.   








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.