Cela n'a rien à voir avec l'islam?

L'attentat de trop

Il est temps de s'ouvrir les yeux

Tribune libre

Cabu, Charb, Tignous, Wolenski, tous morts! Et pour quelle raison? pour avoir simplement défendu l’art de la dérision et de la satire afin d’assurer la suprématie de notre liberté d’expression sur celle de la dictature du blasphème. Ce droit, ce fondamental acquis de haute lutte depuis nos révolutions libertaires, a été bafoué et abrogé, pour un temps bref, par l’islamisme rampant, rance et radical. Le résultat de trente années de laxisme, d’angélisme et de conformisme au pays des droits de l’homme, au nom de la démocratie et de la tolérance républicaine : du voile intégral à l’attentat de cette semaine, que de chemins parcourus dans la capitulation, dans l’altération de la laïcité et la subversion de la démocratie. Autrement dit, quel recul des Lumières face à l’obscurantisme!

Pauvre Charlie, les mêmes chantres de la bien pensance qui se lamentent aujourd’hui, s’étaient indignés en 2006 que les dessinateurs aient osé toucher au « sacré » en reproduisant les caricatures de Mahomet… Cessons de nous leurrer, à partir de maintenant, le sempiternel axiome « cela n’a rien à voir avec l’islam » ne peut plus incarner un automatisme de bonne conscience. Au contraire, il faut se rendre à l’évidence : il y a un problème avec l’islam!

Au fond, l’affrontement qui eut lieu en ce mercredi funeste, c’est ni plus ni moins Voltaire contre Mahomet! Les deux socles de deux civilisations incompatibles dans leur essence ontologique même. L’islamisme d’un côté, émanation du livre et de la charia, représente une religion égalitaire où les êtres humains ne sont libres que dans la soumission totale à Dieu : sorte de communisme accompagné d’Allah en quelque sorte. Une religion représentant un mode de vie, un art de vivre prenant en charge le quotidien de tous les fidèles autour d’une sacralisation suprême.

Voltaire, quant à lui, représente le sarcasme et l’ironie gauloise qui se moque justement des religions afin de mieux les désacraliser, et qui fait de la sanctification de la liberté, la quintessence de la civilisation occidentale : son fameux « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » résonne particulièrement à nos oreilles aujourd’hui.

Par conséquent, le culte du sacré est, en démocratie, une atteinte à la liberté de pensée et les religions sont, aux yeux de la loi, des régimes de croyance au même titre que les idéologies profanes. Le droit d’en rire et d’en débattre, comme celui d’y entrer et d’en sortir, est un droit de tous.

L’islamisme refuse évidemment cette désacralisation, d’où le rejet inévitable d’une société civile basée sur un contrat social faisant de la liberté individuelle son fondement juridique. Nos caricaturistes martyres, eux, continuaient le combat de Candide en désacralisant ainsi le prophète et ses signes religieux ostentatoires pour démontrer au monde entier que ce n’est certainement pas à notre justice laïque de défendre Mahomet, Jésus ou Moïse, dont les attaques relèvent de la liberté d’expression, mais que l’interdit dans nos sociétés consiste plutôt en l’injure personnelle contre une communauté, un groupe, une personne…

Cependant les fanatiques ne l’on pas entendu ainsi, trop content de nous démontrer une fois de plus que leurs exactions allaient en amont du texte sacré : « alors saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez. Contre ceux-ci, nous vous avons donné autorité manifeste. » Une guerre de civilisation alimentée de longue date à coup de prêche et d’endoctrinement salafiste souterrain transformant les nouvelles générations en fondamentalistes remuants et agissants : véritables taupes éventuelles magnétisées par la mystique irrésistible de la Oumma!

Paradoxalement, le silence de plus en plus inquiétant de la majorité sunnite devant ces événements atroces a de quoi surprendre. Faut-il à ce point préserver l’unité et serrer les rangs contre les «ennemis de l’islam» qui chercheraient à diviser les croyants? En fait, le mutisme de certaines autorités religieuses musulmanes à l’heure de ce qui semble être un conflit de civilisation en dit long sur les soumissions. Ce mutisme est simplement insupportable, car passé un certain point critique, «silence» devient presque «allégeance».

Et ne soyons pas dupe de dénonciations orchestrées pour plaire à l’opinion publique, comme ici à Montréal avec le sempiternel ballet des mêmes porte-paroles, ou cette courageuse communauté Ahmadiyya – des hérétiques proche de la théologie chrétienne selon la doxa islamique – souvent les seuls et les premiers, avec certains centres Soufi, à monter au créneau pour dénoncer l’innommable. On aurait peut-être préféré voir les mosquées de quartiers, le Conseil musulman de Montréal, le Centre islamique du Québec ou les imams sunnites eux même dénoncer des actes de barbaries supposément contraire aux préceptes de leur doctrine et de leur foi. Pourtant, leur capacité de mobilisation a été éprouvée cet été lorsqu’ils étaient tous dans les rues pour Gaza. Silence radio de ce côté-là!

En France, ce sera la même configuration, seul l’islam « institutionnel » s’exprimera : le Conseil du culte musulman, la Grande mosquée de Paris, les portes paroles régaliens d’office, Dalil Boubakeur, l’imam de Drancy et autres « fonctionnaires ». Mais qu’en est-il des « mosquées » en général, des imams prêcheurs devant leur foule médusée, de cet islam des Buttes Chaumont à Gennevilliers, de Seine-Saint-Denis jusqu’aux faubourgs de Marseille? Là aussi cet été, il n’y avait pas 60 morts côté Palestinien dans la bande de Gaza que déjà, des dizaines de milliers de manifestants saccageaient tout sur leur passage dans les rues de Paris au cri de « mort aux juifs », « à bas la France » et « vive le Hamas ».

Et que dire aussi de cette minute de silence en la mémoire de Charlie Hebdo qui dégénéra complètement dans les écoles où des élèves de primaire et de secondaire, refuseront de respecter le recueillement en répliquant plutôt par des arguments complotistes et des injonctions de type : « ta gueule sinon je t’éclate à la kalach… ma mère m’a dit que c’est bien fait pour eux… quand on insulte le prophète, faut s’attendre à le payer de sa vie… » et autres déversement de haine devant des professeurs médusés dont certain iront jusqu’à demander un changement d’affectation. Évidemment, la rectitude inclusive des médias français n’insistera pas trop sur ce « fait divers » en esquivant encore une fois la source du clivage, ce cancer islamo-terroriste qu’on laisse se métastaser dans les banlieues, les associations et les écoles.

La vérité est que l’endoctrinement d’un nombre sans cesse grandissant de musulmans a atteint un niveau tel, que leur haine de l’occident n’a d’égal que leur dévotion absolue à une doctrine radicalisée. Du reste, combien y a-t-il de radicaux et d’extrémistes dans le monde musulman? 10-15 % dites-vous? Sur 1.7 milliard, cela fait tout de même 250 million, à peu près la population des États-Unis : bien sûr que d’autres attaques auront nécessairement lieu! D’autres actions coordonnées comme celles des frères Kouachi, comme celles de ces chauffards en décembre dernier qui se mettaient quotidiennement à foncer sur la foule des marchés, ou encore plus près de nous, comme celles d’Ahmad-Rouleau et Zehaf-Bibeau à Saint-Jean-sur-Richelieu et Ottawa, auront également lieu. Tel des somnambules de la foi répondant à l’appel d’une guerre sainte appuyées par les prophéties et les versets concordants, ces soldats de Mahomet bien installés en occident, se réveillent et s’expriment chaque jour davantage.

En réalité, l’attentat de Charlie Hebdo, en frappant dans le plus fondamental de nos valeurs, aura eu comme effet pervers de braquer l’occident sur l’islam dans son ensemble en provoquant plus que jamais amalgame et confusion. Pire encore, il aura eu comme effet pervers de réveiller la bête fasciste européenne qui commence à se sentir menacée, capable de non seulement mettre Marine Le Pen à Matignon mais, hantise de tous les peuples, de réarmer les milices souterraines de l’extrême droite qui sommeillaient depuis longtemps dans la contre-culture, pour venir combattre œil pour œil cet islamisme assassins faisant rage actuellement. On ne peut tout bonnement entrer dans les locaux d’un journal en plein Paris, massacrer la galerie, s’enfuir en criant Allah Akbar et terminer dans la gloriole du martyr tant désiré! « Quelqu’un doit payer » disent-ils, et malheureusement, ces groupes ont de quoi nous le rappeler en se faisant justice eux-mêmes; il n’a qu’à faire le tour des médias sociaux pour s’en rendre compte. Le jour où un commando néo-nazi entrera dans une mosquée pour y tuer tous les fidèles n’est peut-être pas si loin; et là, il n’y aura plus de retour en arrière possible, nous serons en plein choc de civilisation si cher à Samuel Huntington.

Mais toutes ces considérations sont à mettre à l’actif de la main occulte de « l’empire » évidemment : la CIA et le Mossad sont certainement à la manœuvre de cette dérive, il n’y a plus rien à redire! Les théories du complot auront, pour le moment, une foulée d’avance, mais pas indéfiniment…. Alors serions-nous tous les dupes des « tireurs de ficelles? » Non! nous sommes simplement tous Charlie…


Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    29 juin 2015

    Depuis 10 ans, les censures constamment rencontrées dans le cadre de la bataille de l'orthographe et dans celui de la bataille de l'entropie (concernant la politique énergétique) ont très largement démontré que l'argument des caricatures de Mahomet servant soi-disant à défendre la liberté d'expression n'est qu'une farce grotesque, une pantalonnade
    La chape de plomb de l'information française est tellement bien organisée qu'elle réussit à faire croire qu'elle n'existe pas
    La seule raison d'être des caricatures de Mahomet, c'était donc de développer entre les populations occidentales et les populations musulmanes un conflit aux retombées juteuses pour les industries de la guerre et de la reconstruction
    Voir par exemple dans les blogs de Mediapart:
    "Après l'attentat contre Charlie Hebdo: les leçons que nos grands médias ne risquaient pas de tirer",
    et aussi:
    "Pour l'anniversaire du 7 janvier 2015, préparez dès maintenant la Grande Fête de l'Effet Boomerang"

  • Traversy Marc Répondre

    13 janvier 2015

    Monsieur Pierre Cloutier, j’espère que votre commentaire n’était qu’un sarcasme ! pcq je ne crois pas que vous ayez bien lu l’article. Le dernier paragraphe se moque justement des complotistes "évidemment"... La fureur dogmatique des conspirationistes n’a plus de borne lorsqu’il s’agit de débattre ; et la-dessus, je me fais un plaisir de vous citer : "Argument classique des imbéciles qui n’y connaissent rien et qui pullulent sur l’Internet"... Peut-être n’ai-je pas été assez ironique au premier degré ? S’il faut le dire avec un dessin, comme Cabu, pour que ce soit plus clair : le complotisme sur internet est le plus grand cancer des idées qui soit, un véritable fanatisme, au même titre que l’islamisme radical ! Vive Charlie... et vive la France !

  • Archives de Vigile Répondre

    13 janvier 2015

    Vous devriez vous retenir plus souvent M.Cloutier.Si le fait, de savoir, que deux hommes bien entrainés, oublient leur carte d'identité dans le véhicule, ne vous questionne pas, peut-être êtes-vous aveuglés.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 janvier 2015

    M. Mario Roy, anciennement de La Presse, a repris sa plume, sur un blog privé.
    Hé, les belles âmes !…
    Il écrit; …j’ai une statistique intéressante pour vous. Elle est tirée de The Guardian, ce journal britannique que vous aimez beaucoup: il est songé, de gauche, multiculturaliste, n’aime pas beaucoup la civilisation occidentale. Exactement comme vous, en somme.
    Alors voici ces chiffres.
    En novembre 2014, les islamistes ont fait 5000 victimes au Moyen-Orient et en Afrique. Ce sont en quasi-totalité des musulmans. Ça s’est fait surtout en Irak (1770 morts, État islamique) et au Nigeria (786 morts, Boko Haram).
    En novembre 2014, en Occident, les ont fait zéro victime. Zéro. Nada. Aucune. Et zéro avant novembre 2014. Et zéro depuis novembre. Même en France. En France, ce sont des juifs qui sont assassinés (mais ça, on s’en fout, n’est-ce pas?). Pas par des satiristes, ni par des .
    http://marioroy.info/2015/01/09/he-les-belles-ames/

  • Pierre Cloutier Répondre

    12 janvier 2015

    Je me doutais bien que ça allait finir avec les "Amaricains" et le Mossad. Argument classique des imbéciles qui n'y connaissent rien et qui pullulent sur l'Internet. "Cela n'a rien à voir avec l'islam". Bien sûr que non! Alors cela a à voir avec quoi? Le communisme? Les Femen? L'animisme? Le boudhisme? Le confusianisme? Les Chinois? Les Russes7 Les adeptes du culte du vaudou?
    Je me retiens à deux mains....sur mon clavier. Voyons ce qu'en pense lui-même le président égyptien. Voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=DEhNarfrlec
    Pierre Cloutier