«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Delendus est Péladeau

Encore un scandale qui va rester sans conséquence

La propagande permanente de Radio-Canada

Encore un coup fourré auquel nous ne ripostons pas

Tribune libre de Vigile
vendredi 5 février 2016
2 820 visites 26 messages

Encore un scandale qui va rester sans conséquence.

Encore un coup fourré auquel nous ne ripostons pas.

Encore une couche supplémentaire de conditionnement de la population au service de l’Empire, ce n’est pas une exagération, ça commence à être pas mal documenté.

Pendant plusieurs jours on a répété sur toutes les tribunes de la SRC que Québécor a payé seulement 12 % d’impôt. C’est le message. Toute la population du Québec a entendu ça à un moment ou un autre et la plupart n’en savent pas plus. Une grande partie s’en fout mais lorsqu’ils devront prendre position aux élections, ils se souviendront de ce mensonge.

On ne répète pas la suite : on parle de 22% en moyenne et Québécor dit avoir payé 34%. Et SRC maintient 12 % seulement, envers et contre tous les experts qui se sont prononcé. Au nom de quoi exactement la SRC se comporte-t-elle de cette façon ?

Et en plus on est tordu, on ne dit pas que les pratiques dénoncées sont en fait encouragées officiellement par le gouvernement du Canada. Alors quoi, qu’attendent les autorités responsables pour rappeler à l’ordre les journalistes et les patrons à la SRC qui lancent un message incohérent à la population ?

C’est une opération de démolition sans subtilité, une opération politique, ce qui confine Radio-Canada au rôle de propagandiste officiel du PLC. Nous sommes en guerre on le sait, on l’a confirmé à quelques reprise, et tous les moyens sont bons pour anéantir l’ennemi. Avec le temps, l’opinion publique québécoise est devenue complètement amorphe, prête à absorber tout ce qu’on lui enfonce dans la gorge sans dire un mot, c’est pourquoi on persiste et signe.

C’est un vrai scandale, même les émissions humoristiques à la radio de Radio-Canada en ont rajouté en ne faisant que répéter la conclusion de l’émission Enquête : « Québécor a magouillé pour payer moins d’impôts que les autres ».

Se rendent-ils compte de ce qu’ils font ? Ils participent à l’amenuisement constant de la société québécoise, la francophone, la grande majorité, le peuple qui fonde cette société. Ultimement ces journalistes et animateurs radio-canadiens agissent sciemment ou non pour la mise à mort lente et définitive du peuple dont ils sont issus.

Comment ces gens chez Radio-Canada peuvent-ils se regarder dans le miroir ?

Le mépris de ces colonisés m’est insupportable. Ils magnifient le multiculturalisme qui les aveugle. De façon puérile ils se cherchent une place d’autorité. Ils n’ont pas honte de chier sur les leurs pour participer à la grande nation canadian. Ailleurs c’est mieux, nous, nous sommes incapables de vivre par nous-mêmes. Alors nous devons continuer de vivre au crochet des grands, en suivant leurs règles et en croyant fort fort fort appartenir à leur peuple qui, pourtant, nous méprise ouvertement sans gêne et sans remord depuis plus de 50 ans, depuis toujours en fait.

Pourquoi les québécois ne savent-ils pas que tous les jours ou presque, un journaliste du ROC déverse on fiel contre les québécois, les traitants de tous les noms et les accusant de tous les vices ? Pourquoi les québécois ne savent-ils pas que le ROC, de manière générale et souvent même officielle (ça passe dans les grands quotidiens et à la télé), considère les québécois comme de la rapace toujours en quête d’une pitance ? Pourquoi ne savons-nous pas que nous sommes les pires racistes sur terre aux dires du ROC ? Pourquoi ne dit-on jamais aux québécois à quel point le reste du Canada les méprise ?

Comment voulez-vous que le peuple se libère s’il ne sait pas à quel point il est prisonnier ?

Ça dure depuis des décennies et on sait qu’une déclaration répétée longtemps devient une vérité dans la tête des gens mal informés. Avec les années, les canadians du ROC ont assimilé cette attitude hautaine face à ces dégénérés que nous sommes, profiteurs et paresseux. C’est pourquoi ils appuient les actes de leur gouvernement, le fédéral, celui qui compte, même s’il ne respecte pas la Constitution. Ça aussi c’est documenté.

Je suis écoeuré d’entendre ça. Je suis dégouté de voir que personne ne riposte jamais à cette propagande. Je suis terrifié à la pensée que c’est probablement parce qu’il est trop tard, que la majorité des esprits sont lessivés.

Maudit qu’on n’a pas de fierté, quand est-ce qu’on va dire que là c’est assez ? Quand est-ce qu’on va réaliser que nous ne sommes pas pires qu’ailleurs, que nous sommes adultes, que nous sommes capables de nous occuper nous-mêmes de nos affaires comme une nation responsable de son intégrité et de sa pérennité ?

On ne parlera plus de cette opération de propagande à présent, la graine est semée, elle germera en temps et lieu. C’est fini on passe à autre chose. Nous voyons toujours les libéraux récolter mais nous ne disons jamais rien quand ils sèment. Qu’est-ce que le PQ attend, qu’est-ce qu’il fait ?

C’est un grand scandale politique et le PQ lui-même (pas le BQ) doit exiger des explications du gouvernement fédéral. Que Pierre-Karl Péladeau adresse une lettre publique à Justin Trudeau, c’est très important. Il faut une rétractation formelle et publique de la part de Radio-Canada. Il faut que la population du Québec comprenne enfin que la SRC les triche et les manipule depuis des années.

Les peureux et les conformistes diront que les politiciens ne peuvent pas s’attaquer à ceux qui les mettent en scène sur la place publique. Ecoutez, même en leur léchant les bottes ils vous chient dessus sans interruption depuis plus de 20 ans. Etre gentil et pur, ça ne marche pas et ça ne marchera jamais.

À un moment donné, ouvrez-vous les yeux et réagissez ! Dénoncez-les sans interruption, ne leur accordez plus de crédibilité, ne répondez plus à leurs questions et ne leur accordez plus d’entrevue. Au bout de quelques années la SRC francophone devrait disparaitre ou s’adapter.

**********

Lundi dernier j’y suis allé d’un coup de gueule sur ma page FaceBook. Aujourd’hui j’ai voulu dire un peu plus froidement ce que je ressens.

On cible PKP parce qu’il est puissant. On veut l’abattre avant que le combat commence. On veut le « maganer » le plus possible, en faire un rejet aux yeux de la population. Qui exactement se bat comme ça contre nous ? Qui ?

Power Corporation, cette machine de guerre vouée à l’extermination du monde francophone au Québec, cette organisation tentaculaire de la famille Desmarais qui contrôle des milliers de gens importants au Québec : le PLQ et de nombreux gens d’affaires, journalistes et avocats en poste dans tous les domaines et dans toutes les institutions, au gouvernement, à la justice, aux affaires économiques, etc. Même chose au Canada et ailleurs dans le monde, personne ne les questionne, tout est beau.

Avec Power Corporation on a des gens qui agissent dans l’ombre depuis des décennies, des gens qui n’osent pas se présenter devant la population et qui préfèrent la contrôler de façon anonyme en achetant les dirigeants. Avec PKP, on a le contraire de l’hypocrisie, un homme qui se présente lui-même devant la population, sans cachette, et qui lui dit ouvertement ce qu’il veut faire.

C’est très simple, tout le monde comprend. Il y a moyen de passer ce message sans s’embourber dans les poursuites judiciaires, le répéter inlassablement comme nos ennemis le font afin de rentrer dans la tête des gens que oui, c’est normal d’exister et de vouloir durer.

Avec PKP on a un homme fort, habitué à jouer dans les eaux qui comptent réellement, cette clique de décideurs qui, au Québec, combattent notre peuple et veulent sa fin. Si nous étions tous bilingues, donc si nous étions tous, à terme, des anglophones qui parlent encore français, ce serait tellement mieux. Nous serions comme tous les autres en Amérique !

Les gens qui aiment le Québec ne veulent pas ça, ils sont au moins 75% qui ne veulent pas ça. Comment ça se fait qu’on n’arrive jamais à se comprendre à ce sujet ?

75 % au moins.

Que le PQ « s’occupe des vraies affaires » et rassemble ces gens qui aiment le Québec. Pourquoi des francophones, à la manière des femmes qui luttent contre le féminisme, votent-ils encore libéral ? C’est le parti des anglais, alors dites-le et répétez-le jour après jour, c’est votre devoir de conscientiser le peuple que vous représentez, de lui ouvrir les yeux quant à son destin.

Notre société est conditionnée, comme toutes les sociétés occidentales, mais elle est plus fortement conditionnée à cause de notre passé colonial de vaincu. Nous avons grandi pourtant mais, collectivement, nous agissons encore de façon irresponsable.

Il s’est passé quelque chose entre la Révolution tranquille et aujourd’hui, l’individualisme a pris le pas sur la collectivité comme ailleurs en Occident et la solidarité n’est plus qu’un slogan politique, sauf de rares exceptions. C’est pour ça qu’on ne peut plus rassembler les gens avec une militance intensive par exemple, c’est nettement insuffisant, il faut des actes forts et seul le chef du PQ est en mesure de le faire.

Nous sommes conditionnés à protéger nos bulles en se fiant aux autres, ceux qui sont responsables que les choses fonctionnent comme il faut. On ne sait pas exactement c’est qui, on ne sait pas vraiment ce qu’ils font, mais on se fie sur eux. On chiâle quand il le faut mais on se contente de ce qu’on a. Pourquoi ? Parce qu’on voit bien que personne ne se battra.

Gens du PQ, vous n’arriverez jamais à rien de concret, solide et permanent si vous ne comprenez pas ce sentiment, si vous n’agissez pas pour changer les mentalités.

Nous haïssons ceux qui dérangent notre quiétude, nous voulons être riches et tant pis pour notre âme. Nous sommes hypnotisés, intoxiqués, nous avons perdu de vue qu’il ne faut pas mourir, collectivement. On nous a convaincu que ce n’est pas important. Bientôt nous serons convaincus que nous n’existons pas.

Il faudrait mousser la fierté des gens mais on en est à tenter de sauvegarder notre intégrité mise à mal par les libéraux, avec le concours de la petite partie de la population francophone et francophile qui refuse la réalité de notre perte programmée (et en marche), et votent libéral, se rangeant ainsi parmi ceux qui combattent notre peuple ou y sont indifférents, et qui dirigent nos vies depuis tellement longtemps.

Les gens sans mémoire ont voulu se débarrasser des conservateurs en votant pour le PLC, le pire ennemi du Québec, celui qui lui a infligé les pires défaites et qui continue son oeuvre de démolition du peuple majoritaire du Québec.

Pourquoi le PQ laisse-t-il Power Corporation et le gouvernement fédéral (par le biais de la SRC) agir en toute impunité sans être inquiété ? Pourquoi refuse-t-il le combat que pourtant il doit mener ?

Le PQ devrait saisir l’occasion de ce scandale de l’émission Enquête pour commencer le travail de désintoxication des citoyens en dénonçant haut et fort ce comportement général et en nommant quotidiennement tous les acteurs, les politiciens, avocats, journalistes, chercheurs, artistes, sportifs et les gens d’affaires québécois, canadians, étatsuniens et européens.

La SRC n’agit pas autrement, la Presse non plus. Combattre le feu par le feu ? En tout cas cesser de feindre l’ignorance, cesser cette lâcheté. Il faudra bien un jour que les gens du PQ comprennent la nature et l’ampleur du combat dans lequel ils se sont engagés.

Commentaires

  • Michel Gay, 27 mars 2016 13h43

    “Merci Monsieur Bouchard, votre article me plait. ”

    Mais savez-vous, au PQ on n’a pas l’oreille ouverte du tout par rapport à tout ce que vous venez d’énumérer. Il y a des gens, comme mois, qui ont exprimé à la bonne place les dangers que vous citez, ...mais sans écho. Ils continuent comme avant.

    Le PQ n’est pas capable d’entendre les gens qui leur ont parlé de tout ces dangers. Ils font semblant d’écouter, mais ils n’entendent pas. C’est incroyable. Je l’ai vécu personnellement. C’est comme si vous parlez à un mur. Et en plus, on passe par un imbécile. - Ils ne veulent rien savoir de ce qu’il ce passe vraiment. Et ils ne veulent surtout rien savoir de s’adapter à la nouvelle ère.

    Quand on cultive des plantes et que ces plantes sont malades, ça ne sert à rien de les traiter avec des insecticides ou autre au niveau de la tige des feuilles, etc....parce que le problème est la qualité de la terre dans laquelle elles se trouvent. Si la terre est malade, la plante est malade. Si la terre est en santé et équilibré...la plante sera en santé.

    Mais le PQ croit encore aujourd’hui qu’il faut soigner les branches, les feuilles et la tige de la plante. - Et il n’y a rien à faire.

    C’est très dommage...C’est des bonnes personnes...mais....

  • Serge Jean, 24 février 2016 19h49

    Le prix de la sincérité quatre iris d’or, voilà ce qui me vient à l’esprit pour vous, monsieur Bouchard.
    Un texte rempli de générosité et de bon sens.

  • René K. Lavigueur, 24 février 2016 10h06

    Avec l’argent du contribuable, ces pseudo media ont :

    Supporté les rebellions en Égypte, en Tunisie, et qui se sont terminées par la destruction de la Libye. Révolutions télécommandées via Facebook depuis McGill University.

    Ces medias ont supporté : le Kosovo (declaration d’indépendance illegal), des groups comme le LFIG en Libye, M Kerry donc le KLA, le MEK, et ainsi tout de suite. De plus les deux gouvernements ont armé ces groups affiliés a Al-Quaeda.

    Il suppportent des groups néo-nazis comme Svovoda en Ukraine.

    Ils supportent M Mikail Sakashvili en Georgie. Faire une petite recherche sur ce type svp, cela en vaut la peine. Maintenant maire en Ukraine (responsible de plus de 2000 morts en Georgie en 2008 quand ce Sakashvili, Bush et compagnie ont attaqué l’Ossétie, et ont tenté d’utiliser le Canada pour déclencher une 3e guerre (documenté dans le journal Espritdecorps). Pourquoi vois-je une photo de ce monster dans une publication de 2008 de PC ?

    SNC a remis de l’argent aux libéraux et aux conservateurs, suivant la destruction de la Libye et le vol de plus de 100 milliards aux Libyens par l’Ouest (É. U., UK, Canada, France, Italie).

    Ces journaux restent totalement silencieux sur Fukushima, dont les conséquences sont cent fois pires que celles de Chernobyl.

    Ces journaux restent totalement silencieux concernant les 10 milllions de morts qu’ont entraîné la destruction et le bombardement de plus de 7 pays du Moyen Orient lors des deux dernières décennies.

    Ces journaux continuent de mentir pour aller ’’terminer la job’’ en Syrie, puis en Iran.

  • André Gignac, 12 février 2016 18h00

    Monsieur Bouchard

    Un gros merci pour votre commentaire à mon égard ! Vos textes sont toujours inspirants et ils me stimulent à continuer le combat.

    André Gignac 12/2/16

  • Jean Brilland, 12 février 2016 10h18

    Merci monsieur Bouchard pour votre générosité, elle transpire à souhait dans votre commentaire (11 février, 23h36).

    Quelques remarques : J’allais aussi dans mon commentaire au texte de monsieur Paiement (http://vigile.net/Le-desir-maladif-de-plaire-aux ), parler de la difficulté de réaliser une thérapie collective au sein de la société québécoise dans un contexte où près de 50% des québécois sont des analphabètes fonctionnelles. Puis je me suis suis ravisé en lisant l’article suivant : https://jeanneemard.wordpress.com/2012/10/31/analphabetisme-fonctionnel/ - qui nuance l’analyse de la journaliste de La Presse.

    Aussi, à votre réponse au commentaire de madame Danielle Gagnon, qui se demande quand les citoyens vont se décider à passer en mode solution, je complémentairais votre réponse en rappelant qu’aucune révolution ne s’est réalisée avec un peuple le ventre plein. Nous devrons attendre la prochaine crise mondiale. http://vigile.quebec/Crise-mondiale

    Enfin, je retiens ceci de vos réponses à vos commentateurs :

    "Il faut refaire les règles du jeu, oui. Par exemple, à travers une Constitution à valider par la population, le PQ devrait mettre en chantier la République. Que cesse enfin notre régime parlementaire anachronique qui fait en sorte que les autres, ceux qui veulent notre disparition, nous gouvernent depuis trop longtemps et bloquent toutes les possibilités."

    Le PQ ou/et tous autres partis qui en ont le courage...

  • Pierre Bouchard, 11 février 2016 23h36

    Merci à tout le monde pour vos commentaires.

    M. St-Pierre,

    C’est triste à dire mais nous faisons ce constat depuis tellement longtemps. Je ne pardonnerai jamais au PQ de Bouchard, Landry, Boisclair et Marois ce laisser-aller qui va finir par nous tuer.

    Il me semble que si PKP tombe, ce sera fini. Une génération passera puis nous n’aurons plus aucune velléité d’indépendance, nous serons complètement domestiqués. Nous serons de bons petits canadiens. 1 ou 2 générations subséquentes suffiront pour anéantir notre culture, notre façon de vivre. Nous accéderons alors au bonheur dans le paradis des white people.

    M. RenéP,

    Vous le savez, Radio-Canada ne s’embarrasse pas de ne pas dépasser les limites. Le PLC est en guerre avec 80% des québécois * alors elle « exécute les ordres » ; même s’il n’y a pas d’ordre ni même de contact direct entre les personnes, chacun sait ce qu’il a à faire, il sait quoi faire pour avoir une longue carrière remplie de succès. Ces gens se prostituent, ils vendent leur âme, ils ont choisi de vivre comme ça.

    Depuis 1995 la SRC a systématiquement contrecarré les tendances de l’opinion publique (les accommodements raisonnables, la Charte de la laïcité, chaque campagne électorale, PKP, …) réussissant, avec le temps, à ramollir l’esprit critique à force de présenter la réalité à l’inverse du gros bon sens. On a réussi à nous rendre confus. Aujourd’hui nous acceptons tout, plus rien n’est assez grave pour réfléchir à ce qui se passe.

    * la guerre se fait contre le peuple même si un petit pourcentage de ce peuple vote encore pour son ennemi, ne comprenant pas qu’il vote pour sa mort.

    M. Lachapelle,

    Vos bons mots sont appréciés.

    Même si le travail de réveil des consciences est commencé ailleurs, ce n’est pas encore le cas ici au Québec, nous sommes plutôt dans la phase finale du conditionnement. Notre malheur est qu’aucune de nos élites ne partage cette vision des choses, personne parmi eux ne semble voir l’urgence de la situation.

    Même si toute la société est tricotée « libéral », que toutes les institutions sont canadian avant d’être québécoises, même s’il est difficile d’imaginer pire comme prison « démocratique », on ne peut pas baisser les bras, on ne peut pas se laisser mourir.

    M. Gignac,

    Vous dites : « Ce qui nous nuit énormément, nous Québécois, c’est cette maudite rectitude politique qui culpabilise les gens et qui les empêche de verbaliser leurs vraies pensées et de passer à l’action. Ce sont des séquelles de notre passé religieux encore très imprégné dans notre inconscient collectif. »

    Vous avez raison. Tout le monde vous dira qu’il est libéré de tout ça mais la plupart des dirigeants et des décideurs à tous les niveaux ont conservé cette vieille mentalité.

    Et puis, quand on sait que près de 50% des québécois sont analphabètes, et que
    plus de 50% des autres ne parviennent pas à comprendre le sens d’un texte qui est trop long, quand on manque de vocabulaire, de mots pour s’exprimer, ça aussi ça empêche de raisonner et de verbaliser. Le massacre de notre système d’éducation, qui a commencé il y a longtemps, c’est une pièce maitresse de la machination de nos ennemis.

    On a aussi agi fortement pour réécrire l’histoire et on a laissé faire. Deux générations ont été sacrifiées. Aujourd’hui ces gens sont sans mémoire collective. Tout ça est extrêmement grave. Fabriquer le consentement, on fait ça minutieusement au Québec, on est comme un laboratoire.

    M. Drouin,

    Il y a moyen de se défendre et de répliquer intelligemment, vous avez raison.

    Jusqu’ici depuis Bernard Landry, c’est le silence radio au PQ, on ne réplique jamais. Et après l’époque de Lucien Bouchard, sous Bernard Landry, le droit à l’indignation s’est éteint. Les médias se sont fait les dents sur Bernard Landry.

    Aujourd’hui il y a longtemps que les médias interdisent cela, s’indigner, c’est ancien, on ne fait plus ça. Comme si ce n’était pas un réflexe involontaire, comme si ce n’était pas intrinsèque. C’est comme si la SRC voulait « guérir les homosexuels » ?? Encore un comportement induit à l’envers du bon sens, encore ce conditionnement qu’apparemment, nous ne sommes pas nombreux à dénoncer.

    Parait qu’habituellement, Pierre-Karl Péladeau ne s’en laisse pas imposer alors on verra bien.

    M. Ricard,

    J’ai un collègue de travail qui est indépendantiste mais qui relativise trop souvent les choses et il fait cet amalgame : la Presse est fédéraliste et le Journal de Québec/Montréal est indépendantiste. Il ne veut rien entendre. Je ne comprends pas comment il en arrive à cette conclusion, lui, un indépendantiste.

    M. Simard,

    M. Charron nous décrit bien le contexte.

    Si on veut imiter l’ennemi, il faut le faire correctement. Il ne faudrait pas donner des ordres et des directives directes, il faudrait plutôt montrer à tous ces commentateurs des médias qu’ils se trompent, leur montrer qu’il y a une autre façon d’envisager les choses.

    Le mieux à faire est d’occuper la place publique en tout temps. Si tôt le Pouvoir acquis, imprégner la narration des événements de notre vision des choses. Passer souvent à la télé (à TVA ou à V mais pas à la SRC) et montrer qu’on est du monde ordinaire, attachant et tout et tout.

    Avec les années, avec les cotes d’écoute, avec la popularité des élites indépendantistes, les journalistes en viendraient par eux-mêmes à entendre le bon sens et à le défendre.

    Sans croire que Québécor se mettrait à faire de la propagande indépendantiste, on peut espérer que les plus intelligents et les plus talentueux parmi les journalistes profiteraient de l’occasion pour « renverser l’ordre ancien » et laisser entrer l’air dans la maison. Ils n’auraient pas besoin de se faire expliquer les choses.

    On atteindrait un seuil marquant le jour ou cette façon de voir serait partagée par un nombre significatif (et visible) de journalistes chez Gesca et à la SRC.

    Ce n’est pas un processus rapide mais en ce domaine, ce n’est pas possible autrement. Ainsi fait Power Corporation. Remarquez que dans un commentaire au texte de Robert Barberis-Gervais, Tentative de meurtre politique, Ouhgo St-Pierre nous fait des suggestions concrètes pour combattre l’ennemi : « Comment faire ? Le rejoindre là où il est, quand il est réceptif ! Les grands publicistes sont experts en la matière ! Coûte que coûte ! L’argent n’a plus d’importance quand il s’agit de révéler une vérité bafouée ! Le temps qu’il faut y mettre ? Dégager nos grands talents pour qu’ils passent le message. Au bon endroit, avec contrôle de la qualité par après, comme la mafia : le travail a-t-il été bien fait ? Sinon, repenser la méthode, sans relâche !  »

    Mme Labonté,

    On n’imagine pas cela mais, comme je le disais à M. Gignac, l’abrutissement des gens fait partie des moyens qu’ils utilisent pour nous dissoudre. Le PQ a participé à ce massacre sur le plan de l’éducation, il en a même été l’instigateur. Aujourd’hui (depuis Jean Charest) on se déchaine, on agit sur tous les plans, on attaque jusqu’à la dignité des gens.

    Comment faut-il le dire à nos élites indépendantistes pour qu’ils allument et comprennent l’urgence ?

    Mme Gagnon,

    vous avez raison. Cependant, je ne sais pas pour vous, moi je ne crois pas qu’un soulèvement de la population soit possible, il est trop tard. Les Occidentaux sont individualistes. En plus au Québec, nous sommes soumis à une propagande intensive depuis quelques décennies.

    Il me semble que seul le PQ a les moyens de procéder, encore faut-il qu’il le veuille lui-même. Il faut des actes forts, des actes courageux. Je sais bien que ça sonne comme « il nous faut un messie ».

    Il faut refaire les règles du jeu, oui. Par exemple, à travers une Constitution à valider par la population, le PQ devrait mettre en chantier la République. Que cesse enfin notre régime parlementaire anachronique qui fait en sorte que les autres, ceux qui veulent notre disparition, nous gouvernent depuis trop longtemps et bloquent toutes les possibilités.

  • André Gignac, 10 février 2016 07h17

    Erratum Erratum

    On apprend que le gouvernement Couillard veut couper de moitié l’aide aux entreprises québécoises pour leur francisation. Devrait plutôt lire : ...couper de moitié l’aide aux entreprises québécoises pour la francisation des immigrants. Merci

    André Gignac 10/2/16

  • André Gignac, 9 février 2016 12h44

    Monsieur Bouchard

    Ma patience a atteint sa limite face à ces provocations de Couillard, Radio (Pravda) Canada et les autres groupements fédéralistes de tout acabit (PLC. PLQ, CAQ, QS etc...) Ce matin encore, dans le Devoir, en grosse manchette, on apprend que le gouvernement Couillard veut couper de moitié l’aide aux entreprises québécoises pour leur francisation. Je ne serais pas surpris, qu’à un moment donné, la coupe déborde et qu’on assiste à de la casse au Québec, à une renaissance du FLQ et même à une guerre civile.

    Les fédéralistes "canadian" ne peuvent bloquer plus longtemps l’évolution du peuple québécois qui est en train de se désagréger, de se ratatiner petit à petit avec toutes ces provocations fédéralistes à outrance, à commencer par celles de Couillard avec cette immigration massive pour nous diluer comme peuple et forcer notre assimilation.

    Ce type est un dangereux, c’est un TRAÎTRE à sa nation ; il ne travaille pas pour la majorité québécoise mais pour le compte des fédéralistes "canadian", du néolibéralisme, du West Island et des immigrants qui se joignent automatiquement à eux. Ça prend vite de l’action au Québec ! Il faut se prendre rapidement en main, la provocation a assez duré. VIVE LA RÉPUBLIQUE DU QUÉBEC !

    André Gignac 9/2/16

  • Danielle Gagnon, 8 février 2016 12h00

    Je me demande quand les citoyens vont se décider à passer en mode solution. La dénonciation a fait son temps. Plus rien ne fonctionne, tout le monde le sait ! Dénoncer, dénoncer, dénoncer encore et mourir en dénonçant n’est pas un projet de société. La dénonciation libère l’âme, mais elle ne libère pas des chaînes sociales. Passons à l’action. Il faut refaire les règles du jeu politique !

  • Louise Labonté, 8 février 2016 11h42

    Après le reportage bâclé d’Enquête, où ils ont présenté de faux chiffres que l’économiste Pierre-Yves McSween trouvait erronés, voilà que le sondage défavorable à l’endroit de M. Péladeau est publié en une de La Presse. Gage que ce sera claironné par leur partenaire « d’affaire » Radio-Canada.

    Un gouvernement qui ne cesse de couper chez les plus démunis, dans l’éducation, les services de garde en CPE, la santé, les service à la population, et c’est M. Péladeau qui écope, vous ne trouvez pas ça étrange ?

  • René Girard, 7 février 2016 14h33

    Merci monsieur Bouchard, je vous rejoins entièrement sur vos propos. Radio-Canada est anti-québécois comme le Parti Libéral tant fédéral que celui d’ici au Québec qui est, ce parti, comme un corps étranger, un virus, une plaie gangrenante.

  • Richard Génois Chalifoux, 6 février 2016 20h05

    Il ne faudrait pas oublier que Radio-Canada n’est rien d’autre que la version francophone de la CBC ; un organisme qui doit défendre les intérêts du fédéral, son patron.

    Suite aux coupures de Harper, les journalistes de SRC ont paniqué et en voyant Trudeau arriver au pouvoir, ils étaient prêts à n’importe quelles formes de compromissions pour faire plaisir au nouveau boss et tenter de sauver leurs jobs.

    Ils vont continuer à ramper comme ça pendant encore un bon moment et si les francophones du Québec, ceux qui savent lire et écrire, ne réagissent pas ; fiston Trudeau va crier haut et fort : Papa avait raison ; la nation québécoise ça n’existe pas ; il n’y a que des mangeux de hot-dogs

  • Claude G. Charron , 6 février 2016 18h12

    D.Drouin a raison. TVA ne peut se transformer en officine de promotion de l’indépendance du Québec. Le CRTC veille au grain. Ce n’est pas pour rien que le gouvernement fédéral contrôle tous les groupes de communications audio-visuelles au Canada.

    Avec les journaux, dont il a la propriété, PKP est allé aussi loin qu’il a pu en engageant des chroniqueurs aussi indépendantistes que les Josée Legault, Mathieu Bock-Côté et Joseph Facal. Il est jadis allé encore plus loin en permettant au regretté Pierre Falardeau de fulminer à sa guise dans ICI, plusieurs mois avant que cet l’hebdo gratuit ferme boutique.

    Mais jamais l’administration actuelle de Quebecor ne se risquerait à offrir à notre ami Bock-Côté, si performant et si brillant qu’il soit, l’animation d’une émission quotidienne sur TVA, comme elle s’est permise de le faire avec Richard Martineau et Mario Dumont, des animateurs ne mettant aucunement en danger – c’est le moins qu’on puisse dire – la survie du Canada.

    Chez Quebecor, on sait quoi faire pour ne pas perdre son permis de diffuseur.

  • François Ricard, 6 février 2016 15h54

    Québécor ne peut, que Péladeau en soit prorpiétaire ou pas, se permettre d’endosser l’indépendance.
    Les médias traditionnels, journaux et télévisions, comptent sur la publicité pour vivre. Surtout la publicité de grosses boîtes:les concessionnaires d’autos ; les fournisseurs d’équipement technique, électronique ; les brasseries ; les gouvernements.
    Le Jour était un journal fort bien fait. Il n’a pu vivre parce que tous ces gens ne voulaient pas s’afficher dans ses pages. Québécor commettrait un suicide.

  • Claude G. Charron , 6 février 2016 14h54

    @ M. Simard,
    D. Drouin a raison. TVA ne peut se transformer en officine de promotion de l’indépendance du Québec. Vous oubliez, monsieur Simard, que le CRTC veille toujours au grain. Ce n’est pas pour rien que le gouvernement fédéral contrôle tous les groupes de communications audio-visuelles au Canada. Avec les journaux, dont il a la propriété, PKP est allé aussi loin qu’il a pu en engageant des chroniqueurs aussi indépendantistes que les Mathieu Bock-Côté et Joseph Facal. Il est jadis allé encore plus loin en permettant au regretté Pierre Falardeau de fulminer à l’époque sur une colonne de l’hebdo gratuit ICI. Mais vous pouvez être certain, monsieur Simard, que jamais l’administration actuelle de Quebecor ne se risquerait à offrir à Bock-Côté, si performant qu’il puisse être, l’animation d’une émission quotidienne sur TVA, comme elle s’est permise de le faire avec Richard Martineau et Mario Dumont, des gars pas du tout dangereux – c’est le moins qu’on puisse dire – quant à la survie du Canada. Chez Quebecor, on sait quoi faire pour ne pas perdre son permis de diffuseur.

  • D. Drouin, 5 février 2016 23h05

    M. Simard, ce que vous proposez est impensable. Ça ne pourrait que nuire davantage à PKP. Déjà qu’on lui reproche d’être en conflit d’intérêts alors que la majorité de ses journalistes sont fédéralistes, imaginez ce que ce serait. Une autre affaire que ses adversaires vont éventuellement ressortir : le fait qu’un propriétaire de médias ne puisse devenir PM. 

  • M. Simard, 5 février 2016 20h01

    M. D. Drouin, vous terminez votre exposé par : La seule façon de contrer la propagande c’est par la propagande. Malheureusement, nous ne sommes munis d’aucun média de masse pour la faire.
    Moi je crois qu’il reste une dernière solution. Que Québécor par ses journeaux et télévision deviennent des médias indépendantistes au même titre que la presse et autres qui sont fédéralistes. Qu’on réplique a pleine page aux mensonges de radio Can et autres. Je ne vois pas d’autres solutions pour réveiller le peuple engourdi par le Hockey, la bière et les télé romans.

  • Jacques Lamothe, 5 février 2016 17h33

    Les émissions de variété et d’information (ou de désinformation devrais-je dire) à Radio-Canada en sont rendues à n’être plus qu’une mise en scène propagandiste visant à discréditer la noble option indépendantiste québécoise. Voilà où en est bassement rendue cette pauvre télé payé à même les poches des contribuables québécois... Minable. Cette télé n’informe plus depuis longtemps, elle désinforme en tentant de formater l’opinion publique à leur option : faire du Québec une province canadian comme les autres... Tout est dit.

    Vive le Québec libre !

  • François Ricard, 5 février 2016 14h19

    Depuis 1995, l’indépendance est pratiquement sans voix.
    Avant le dernier référendum, certains journalistes à Radio-Canada se permettaient des reportages, sinon carrément favorables, du moins passablement impartiaux. Les médias de Pierre Péladeau de façon assez régulière commettaient des articles qui soutenaient l’option indépendantiste.
    Puis tout a changé. La Presse s’est alliée à Radio-Canada dans le but évident de faire la propagande du fédéralisme. Puis, surtout après le départ de Pierre Péladeau, les médias Québécor sont devenus beaucoup plus frileux. D’ailleurs la remarquable poussée initiale de la CAQ a été l’oeuvre des médias de Québécor qui, pendant presque deux ans, n’en avaient que pour Legault. Et même aujourd’hui, sur la scène politique, ce sont des commentateurs fédéralistes qui ont le haut du pavé.
    Pour le grand public, l’indépendance est vraiment sans voix.

  • Jean Brilland, 5 février 2016 10h26

    « Depuis 1763, nous n’avons plus d’histoire, sinon celle, par réfraction, que nos conquérants veulent bien nous laisser vivre, pour nous calmer. Cette tâche leur est d’autant plus facile que nous sécrétons nos propres bourreaux. » Léon Dion - Cité par Michel Charlebois

    « Nous haïssons ceux qui dérangent notre quiétude, nous voulons être riches et tant pis pour notre âme. Nous sommes hypnotisés, intoxiqués, nous avons perdu de vue qu’il ne faut pas mourir, collectivement. On nous a convaincu que ce n’est pas important. Bientôt nous serons convaincus que nous n’existons pas. »

    PB Cité par Francois A. Lachapelle

  • D. Drouin, 4 février 2016 19h55

    « Qu’est-ce que le PQ attend, qu’est-ce qu’il fait ? »

    On a vu ces dernières semaines ce que ça donne quand le PQ ou PKP, se défendent. Les médias sont ravis car ça leur fournit une occasion de plus de surchauffer les cerveaux en répétant jour après jour leurs mensonges, insinuations, accusations, etc. sous prétexte de rappeler les faits. Et ça fait diversion des magouilles du gouvernement que le PQ dénonce en point de presse ou à l’Assemblée nationale. Les menaces de mise en demeure sont ridiculisées. On en fait la Une et pendant ce temps, un discours sur l’indépendance dans une université ou ailleurs passe totalement inaperçu.

    La propagande c’est excessivement puissant. Je ne dis pas que le PQ et PKP ne doivent pas se défendre, loin de là. Dans une certaine mesure ils le font. Il faut juste éviter que ça dérape. Si vous saviez, monsieur, comme je rage autant que vous. Mais comme vous le dites si bien dans votre titre la propagande est permanente et s’il fallait que le PQ ne laisse jamais rien passer, il ne lui resterait pas une minute pour s’occuper des vraies affaires.

    Une lettre à Justin Trudeau n’aurait aucun effet, selon moi. On aurait droit à un discours sur la liberté d’expression, la liberté de presse comme l’un des principes fondamentaux du système démocratique et tout le tra-la-la. Et bien entendu, il nierait l’existence même de toute propagande à Radio-Canada.

    La seule façon de contrer la propagande c’est par la propagande. Malheureusement, nous ne sommes munis d’aucun média de masse pour la faire.

  • Michel Charlebois, 4 février 2016 12h29

    Ce qui me vient en tête c’est la citation du père du Ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion.

    « Depuis 1763, nous n’avons plus d’histoire, sinon celle, par réfraction, que nos conquérants veulent bien nous laisser vivre, pour nous calmer. Cette tâche leur est d’autant plus facile que nous sécrétons nos propres bourreaux. » • Léon Dion,

  • André Gignac, 4 février 2016 12h23

    Monsieur Bouchard

    Votre excellent texte me stimule à reprendre le bâton du pèlerin afin de continuer à faire évoluer le combat de l’indépendance du Québec ; j’espère que Vigile gardera votre texte en vue plus longtemps sur son site. Je l’ai fait parvenir à 3 ou 4 députés du PQ et au journaliste de Radio (Pravda) Canada, Patrice Roy. Vous avez tout dit ce qu’il fallait sur cette chaîne fédéraliste "canadian" qui est de pair avec Power Corp pour laver le cerveau des Québécois en les désinformant et pour empêcher par tous les moyens possibles, l’indépendance du Québec. Ce qui nous nuit énormément, nous Québécois, c’est cette maudite rectitude politique qui culpabilise les gens et qui les empêche de verbaliser leurs vraies pensées et de passer à l’action. Ce sont des séquelles de notre passé religieux encore très imprégné dans notre inconscient collectif. C’est tellement ancré en nous, cette maudite culpabilité collective, que nous n’osons même pas critiquer cette immigration massive qui dilue de plus en plus notre tissu social québécois et qui menace la survie de notre peuple et de notre langue, deux sujets très tabous au Québec. Pourtant, c’est une question de vie ou de mort !!!

    À votre questionnement : Qu’est-ce que le PQ attend ? Qu’est-ce qu’il fait ? Comme plusieurs indépendantistes, j’ai hâte en maudit que ce parti fasse acte de présence et qu’il cesse d’être continuellement sur la défensive pour passer à l’offensive afin de dénoncer tous les coups bas dirigés contre le Québec. La meilleure défensive, c’est l’offensive ! C’est rendu que la CAQ, ce parti insignifiant, a plus de visibilité que le PQ dans les médias. Si le PQ ne veut pas faire l’indépendance, qu’il nous le dise carrément : nous nous brancherons autrement. Si les nouvelles générations n’embarquent pas pour le combat de l’indépendance, c’est parce que qu’elles ne peuvent pas s’identifier à des perdants, c’est aussi simple que ça. Nous avons eu 2 chances de nous en sortir et de devenir libres et nous les avons ratées avec ces 2 référendums tenus en 1980 et 1995. C’est une formule perdante, qu’attendent les dirigeants du PQ pour la remplacer par une élection référendaire en 2018 avec une déclaration d’indépendance suivie de l’élaboration d’une constitution QUÉBÉCOISE à être approuvée et votée par le peuple. C’est pas sorcier ça ! Je vous le dis, la Catalogne va être indépendante avant le Québec à cause du manque de "guts" des dirigeants du PQ. Très bon texte que je vais relire pour l’assimiler davantage.

    André Gignac 4/2/16

  • François A. Lachapelle, 4 février 2016 11h51

    Pierre Bouchard, j’aime votre texte rempli de sens. Il exprime la culture vivante et en lutte du peuple du Québec.

    Avec l’extrait que je rappelle ci-dessous, c’est comme si vous sortiez de la lecture du livre " CAPITALISME ET PULSION DE MORT " de Gilles Dostaler et Bernard Maris.

    « Nous haïssons ceux qui dérangent notre quiétude, nous voulons être riches et tant pis pour notre âme. Nous sommes hypnotisés, intoxiqués, nous avons perdu de vue qu’il ne faut pas mourir, collectivement. On nous a convaincu que ce n’est pas important. Bientôt nous serons convaincus que nous n’existons pas. » PB

    Le travail au Québec de réveil des consciences est colossale. La consolation, c’est que ce travail est le même partout dans le monde. On ne peut pas y échapper. Je vous conseille de visionner le documentaire intitulé " Oncle Bernard — L’anti-leçon d’économie" réalisé par Richard Brouillette. Nous l’avons vu à la cinémathèque québécoise de Montréal.

    Lorsque vous vous révoltez contre Power, contre Radio-Canada/CBC etc, vous affrontez le mur synergique de 3 pouvoirs : le pouvoir financier qui contrôle le pouvoir politique et le pouvoir médiatique.

    Il est clair que ces 3 pouvoirs sont notre perte. À titre de consommateurs compulsifs, déambuler dans les allées de nos supermarchés aux tablettes toujours remplies est une thérapie qui calme nos pulsions de mort ... Il faut s’en sortir, mais comment ?

    Bernard Maris, économiste, avouait qu’il lisait beaucoup Freud et Keynes, lors d’une conférence que j’ai écoutée sur youtube. La mondialisation et tous les traités de libre échange ( une pensée ici pour le traître Pierre-Marc Johnson ) n’ont aucune valeur pour la libération des humains sur terre. C’est l’enfoncement de leur esclavage. Je ne comprends pas que Pierre-Marc Johnson soit à ce point robotisé aux mains de l’argent.

    Permettez une répétition : il faut lire CAPITALISME ET PULSION DE MORT. Rappel : Bernard Maris a été tué avec l’équipe de rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

    Pierre Bouchard, à cause de votre grande indignation, j’ai espoir. Nous sommes des fourmis. Certaines fourmis, les charpentières, sont plus voraces que d’autres. J’estime que votre texte a valeur "anthologique" pour le Québec 2016.

  • RenéP., 4 février 2016 11h27

    Les partis politiques québécois devraient être les premiers à dénoncer Radio-Canada pour la malhonnêteté de ses interventions car ce qui arrive au PQ pourrait bien leur arriver le jour ou m’importe lequel d’entre eux menacerait sérieusement d’obtenir le pouvoir. Evidemment, c’est tentant pour eux de profiter de la situation pour augmenter leur membership mais c’est aussi dégradant que de se faire les complices de Radio-Canada et du mouvement fédéraliste en ne dénonçant pas les manoeuvres malhonnêtes de ceux-ci. Et c’est faux de dire qu’à la guerre tout est permis car "tout est permis" ça veut dire qu’il n’y a plus de limites et que les comportements les plus barbares sont permis et ainsi, la légitime défense barbare est permise. Alors, pour éviter d’aller trop loin, il est impératif que tous les "leaders" des différents secteurs sociaux s’élèvent pour dénoncer Radio-Canada pour incitation à la violence.

  • Ouhgo St-Pierre, 4 février 2016 09h01

    Vous suggérez :

    "Le PQ devrait saisir l’occasion de ce scandale de l’émission Enquête pour commencer le travail de désintoxication des citoyens en dénonçant haut et fort ce comportement général et en nommant quotidiennement tous les acteurs, les politiciens, avocats, journalistes, chercheurs, artistes, sportifs et les gens d’affaires québécois, canadians, étatsuniens et européens."

    Ceci parle de dénationalisation !

    Cette mission canadienne, désormais dévolue à la Société Radio-Canada, la promotion de l’unité canadienne... c’est ça : One Country, One Language, One Banner, One Anthem, One Song in the Bell Center... Une Nation de Trop ! Dans leur tête, celle de trop, c’est pas le Kénada !

    La plus grosse publicité, dans le commerce, c’est celle que tout le monde fredonne ! Sommes-nous hésitants à sortir notre passeport Kanadian ?... à nous balader avec un sac à dos portant la feuille rouge ? à voir nos Vieux Ports peinturlurées de la pourpre cardinalice ? Na... c’est notre quotidien. Par ailleurs, la fête du Drapeau fleurdelisé, pavoisons-nous spontanément, dans nos fenêtres ? plutôt pas, de peur de susciter une guerre de drapeaux... afficher le drapeau du Québec, le gouvernement du Québec, l’endure sur ses papiers officiels...autrement, en sortie d’apparat, en représentation à l’étranger ?... on le camoufle, comme aux olympiques, dans l’armée, au bureau de postes...

    De plus en plus minorisés (arrivants n’apprennent pas le français), les québécois de descendance française sont intoxiqués, dénationalisés, javellisés, canadianisés, intimidés, refoulés, brain washed.

    Sinon, ils liraient les bons textes, regarderaient les bonnes télé, se parleraient entre eux, découvriraient que LES AUTRES votent en bloc contre eux. Surtout, quand il voyagent vers l’Ouest, s’ils trouvent qu’on les accueille "pas si mal"... qu’ils tendent l’oreille, en tournant les talons, pour entendre ce qu’on dit d’eux, en bloc.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Propagande fédéraliste
L’enchaînement docile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 920$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/08 André Lepage: 5$
  • 23/08 Éric Haddad: 5$
  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités