Peuplier ou peuple plié

De quel bois se chauffe la francité québécoise?

Jean-Luc Gouin

Printemps 1999

«Fil des Événements» (Univ. Laval) du 8 avril
et dans «L'Action nationale» de mai 1999

" Tribune libre "




«L’être qui peut être compris est langue.»
H.G. Gadamer, Vérité et Méthode


Le constat général de la maîtrise relâchée et approximative de la langue française au Québec est re/devenu un poncif de salon. Plus d’un - dont Georges Dor, le fameux auteur entre autres des beaux textes musicalisés Pays et paysages, Un homme libre et La complainte de la Manic - y sont en effet revenus dans les dernières années. Aussi je n’entends pas dans ces lignes procéder de nouveau à la démonstration de l’évidence. J’irai donc droit à la question conséquente au diagnostic: Mais comment diable! avons-nous pu accepter, comme collectivité, une démission sinon une capitulation aussi généralisée, profonde, intériorisée?

C’est notre propre humanité - notre dignité d’être pensant - que nous foulons aux pieds en accordant une valeur si relative à l’instrument de la pensée. Instrument du penser d’abord, certes; mais non moins outil fondamental, essentiel, à une vie émotive et affective «intelligible» (intellegere => ligare, lien), et notamment génératrice de rapports compréhensibles et compréhensifs entre les individus et les nations. Quand on ne peut s’exprimer correctement, il ne reste plus en effet que le cri ou le coup. Et ultimement, la griffe du loup. Au mieux (quoique la chose ne soit pas même certaine), et à l’instar des morts déambulant de Félix: l’incommunication. Forme d’excommunication par l’intérieur.

Il est à se demander - sérieusement - si l’humanité n’est pas en pente sur le versant descendant de l’asymptote de l’évolution. Car il faut dire que si le problème se révèle singulièrement prégnant chez nous, nous n’en sommes pas pour autant les uniques «victimes» - quelque soumis et consentants que nous fussions. Quand des sociétés entières refusent en quelque sorte (le phénomène est documenté) d’assumer adéquatement la fonction suprême de l’être intelligent, qui est le langage, c’est qu’il y a taire en homme comme il y aurait ver en pomme. Par delà même des valeurs douteuses, voire criminelles (ave Saddam! ave Slobodan!), et/ou des comportements ponctuels extrêmement discutables chez certains individus ou sociétés, il m’est d’avis que c’est le coeur même de l’Homme que l’on atteint ainsi à la faveur d’un pareil relâchement. Comme si le «délangagement» (ou délanguissement) constituait le prodrome d’une forme de désengagement vis-à-vis de notre statut phylogénique d’homo sapiens sapiens. Retour à la barbarie? Et bientôt à l’animalité...?

De fait nous recommençons ici, au Québec, à déployer la langue molle, incertaine, que nous utilisions massivement il y a maintenant plus de trente ans. Toutefois, nous étions alors en pente ascendante - en voie de sortie d’un long tunnel obscur et jusque-là embourbé dans un marasme collectif bicentenaire. Il y avait donc espoir: on se dégluait progressivement. «On se promettait», si je puis me permettre d’inoculer une modalité intransitive à ce verbe. Or l’espèce de renoncement qui nous habite désormais - de machouillement en déstructuration syntaxique, de promiscuité confuse des genres (masculin/féminin, singulier/pluriel) en pauvreté de vocabulaire, de l’anglaisement sytématique en parler anacoluthe (aphérèses et apocopes incluses) -, et que d’ailleurs nous semblons moins subir que sciemment «choisir» (à l’instar de nos “caricatures d’humoristes” à la Martin Matte, François Morency et autres Maxim Martin * made in TQS), m’apparaît participer de cette reddition contemporaine plus globale.

Aussi, et en outre par opposition à l’enseignement de l’anglais dès la première année de l’élémentaire (ainsi que le suggérait godichement Jean Charest dans la dernière campagne électorale), il faut, me semble-t-il bien modestement, amorcer sur-le-champ les plus grands efforts en vue de la promotion de la qualité de notre langue derechef cruellement enchevêtrée dans nos cordes vocales. Et ce à commencer par l’embauche de maîtres et d’enseignants qui aiment celle-ci, la parlent et la possèdent correctement ensuite et qui, enfin, la respectent véritablement. C’est là une question éminemment politique dans l’acception la plus noble, voire démosthénienne, du terme.

La connaissance réelle, solide, affinée de la langue française n’est pas ici affaire d’élites ou de hauts-lettrés débranchés du «vrai monde». Ni de coterie. Moins encore de coquetterie. C’est une question de vie, farouche, ou d’inanition. Drûment.

Mais serait-ce au fond l’absence d’un vrai pays qui en dernière analyse nous interdirait, ainsi prostrés dans un No man’s land, l’appropriation gourmande, entière et légitime de notre propre personnalité collective? Laquelle personnalité se voit définie d’abord par cette langue que nous semblons, du bout des lèvres, refuser à moitié.

* Maxime, c’est sûrement trop français...

Jean-Luc Gouin
Mai 1999