Humour et politique

"HISTRION" : «Comédien, au sens péjoratif», comique, clown, fada, ti-clin, toto, coco, etc... L'idée de cet index est née du commentaire cinglant de Jean Dion à propos du Reform Party : Pensez gros

Jean Chrétien craint que les enfants s'amusent avec des armes nucléaires dans la maison ; c'est tellement dangereux... (petit audio du MEF)



Les KIKI censeurs... -
Quand PRATTE + MACPHERSON nous font rire aux larmes !!! - Juste pour rire?
André Pratte La Presse mardi 4 octobre 2005 - Vendredi soir dernier, TVA diffusait un des galas Juste pour rire tenus l'été dernier. On a pu admirer un numéro mettant en vedette l'humoriste François Morency et le cinéaste Pierre Falardeau. Ceux-ci présentent d'abord leur co-animateur: "Voici Kiki le fédéraliste!" C'est un singe.

It's still safe to make fun of anglos
Don MacPherson The Gazette (Montreal) October 6, 2005 Thursday - On Tuesday in La Presse, chief editorialist Andre Pratte described a recent comedy show on the TVA network on which a dummy representing an "anglais" was planted head-first in a pot of earth and watered - bigotry for laughs. "When a federalist or an 'anglais' is attacked," Pratte commented, after describing other examples of what sometimes passes for humour, "there isn't the slightest protest. Worse, people laugh."

L'humour en état de siège
Ahmed Mezouri, Le Devoir lundi 13 juin 2005

Le rire français triomphe
Hubert Lizé Le Parisien (France) 22 juillet 2004 - LES ORAGES qui arrosent Montréal depuis une semaine n'entament pas la bonne humeur légendaire des Québécois.

Paul et Paul... et Paul
Denis Lessard La Presse samedi 29 mai 2004 - Bien sûr, mis de côté, les supporters de Jean Chrétien rient sous cape quand le nouveau maître trébuche...

La leçon de logique
Jean-Simon Gagné Le Soleil lundi 7 juin 2004 - Si vous me le permettez, je vais conclure abruptement ce chapitre avec la réflexion très terre à terre qu'un militant libéral m'a confiée la semaine dernière : "En politique, c'est simple : quand tu es au fond du trou, il faut absolument que tu arrêtes de creuser".

Des failles dans la "carapace" de l'homme politique
Gilbert Leduc Le Soleil mercredi 7 avril 2004 - Des sobriquets comme "le frisé" et "Patapouf" ne laissent pas le chef du PLQ insensible



À l'assaut de la télévision
Paul Cauchon Le Devoir samedi 7 février 2004 Avec Les Zapartistes on monte au front contre le pouvoir des puissants, au premier rang desquels se trouvent les politiciens, les gens d'affaires et les barons des grands médias.

Humour Québec.com

Après Bush et Gates, Charest victime de "Google bombing"
Michel Corbeil Le Soleil mardi 27 janvier 2004 - Tapez "mouton insignifiant" sur le moteur de recherche Google

L'humour qui ne fait plus rire
Philippe Bernier Arcand LD 19.7.2003 Ces jours-ci à Montréal, on entend rire dans ses rues sales et transversales grâce aux humoristes venus de partout dans le monde pour le Festival Juste pour rire. Au même moment, à Rabat, l'humour est à son plus bas. Un humoriste, dont l'humour n'a pas plus au roi Mohammed VI, se retrouve désormais en prison.

Contre les stand-ups politiques
Antoine Robitaille Le Devoir mercredi 19 mars 2003 - Pourquoi de plus en plus de politiciens se présentent-ils à nous comme des humoristes? La campagne actuelle consacre l'avènement au Québec d'une politique où le slogan implicite est «une joke, un vote». Avant-hier, nous avons tous vu le pitre douteux qu'est devenu Jean Charest avec sa bande de candidats-clowns s'esclaffer en troupeau après une blague du chef à propos de poulets et du colonel Sanders ou quelque niaiserie du genre.

La politique dans une société humoristique
Philippe Bernier Arcand dans LeDevoir 13.7.01 «Nous vivons dans une société humoristique. Comme le remarque Lipovetsky dans L'Ère du vide, l'humour est l'une des caractéristiques de la postmodernité. L'humour est devenu omniprésent. Nous n'avons qu'à penser à la radio, à la publicité, à la télévision et au cinéma, pour ne nommer que ceux-là. »

Écrans de fumée
Pierre Falardeau, LeCouac 8.00 - «Pour comprendre l'offensive politique que les loyalistes canadiens mènent contre le peuple québécois...»

Un Québec juste pour rire ?
Claude G. Charron dans LeDevoir 31.3.2002 (version intégrale) - L'humour est mal en point au Québec parce que détourné de sa fonction historique, celle d'écorcher les puissants.

La fuite dans l'humour - Entre médiocrité et complaisance
Christian Dufour 28.3.00 - (...) nous avons aussi besoin d'un humour sauvage et fort, bête et méchant, loin de cette horreur absolue qui a pour nom «humour de bon goût»



Un trou
Jean Dion LD 3.5.2003 - C'est à cause de ce trou de 4,3 milliards. Troublant trou, en vérité, d'autant plus troublant que voici notre dollar qui monte et qui monte et dont vous ne devriez pas vous étonner qu'il atteigne sous peu les 2,50 $US. L'économie est comme ça: il ne se passe rien, et paf, on se retrouve riche. Pourtant, on aurait pu penser qu'avec toutes les tuiles qui nous tombent sur la fiole (SRAS, VDFR, télé-réalité mettant en vedette Michèle Richard, fin de Store Épidémie), nous étions bons pour la casse.

Rual, un air de chien!
"Joualvert" Tribune libre 3 mai 2003 - À l'automne dernier, je me suis amusé à écrire des textes sur différents sujets. Mon talent, c'est le dessin, ce n'est pas l'écriture mais j'ai du plaisir à m'exprimer dans cet art. Voici un qui se moque du poste de gouverneur général.

Aimer un Anglais
Stéphane Laporte La Presse Le dimanche 15 décembre 2002

Le ministre de la Défense confond la bataille de Vimy et le régime de Vichy
Presse Canadienne Le mardi 3 septembre 2002

  • Defence Minister ignorant of Dieppe: 'I never learned any of this in school,' McCallum says of 1942 battle - Chris Wattie National Post Thursday, August 29, 2002
  • Vimy or Vichy? - The Gazette Wednesday, September 04, 2002
  • A nation that doesn't know Vichy from Vimy - Susan Martinuk National Post Thursday, September 05, 2002

    Jean du pays
    Stéphane Laporte La Presse Le dimanche 25 août 2002

    la bêtise politicienne

    Collenette invoque l'incertitude politique...
    PC 3.5.01

    Le maire de Mont-Royal a gonflé son CV
    « Devant le Tribunal, il est fuyant, cache la vérité et ne répond jamais aux questions », écrit le juge. « En contre-interrogatoire, il reconnaît qu'il a une mémoire sélective et peut-être déficiente. »

    Vingt mille dollars pour une chanson qui ne servira pas
    Le gouvernement fédéral affirme que le Canada n'aura pas de chanson officielle pour le millénaire, et pourtant les contribuables ont déboursé 20 000 $ pour en avoir une.

    Logique dionesque : insinuer, insinuer...
    Le triste ministre Stéphane Dion accuse le mouvement souverainiste québécois d'être un «nationalisme d'exclusion», laissant entendre un côté raciste, une tare congénitale des «Québécois pure-laine»... Mais l'exclusion dont il parle consiste plutôt à dire que «le nationalisme de nos chefs indépendantistes est exclusif: ils nous demandent d'être Québécois, mais de ne plus être Canadiens.»

    quel affligeant mélange!

    Histoires de terroristes
    Lysiane Gagnon La Presse Le mardi 9 juillet 2002

    Lisez bien cette chronique. Vous apprendrez beaucoup sur l'Arabe stupide, sur l'Américain plus stupide encore - et sur la Blondasse-à-GESCA, qui nous fait la démonstration sans cesse réitérée que «La bêtise conjuguée à la rectitude politique: quel affligeant mélange!»


    Les débats «spectacles»

    Robert Aird - LE DEVOIR mardi 19 novembre 2002

    Lettres: À la télévision, il arrive parfois que nous puissions assister à des débats. Or, les questions profondes, les idées de fond sont pratiquement toujours ignorées. On mise sur la polémique pour la polémique pour faire un bon show. Pour bien comprendre, il suffit de ressortir les prémisses que partagent les protagonistes et non l'inverse.

    Par exemple, Gilbert Rozon à l'émission Franc-tireurs. Martineau s'est acharné comme un diable dans l'eau bénite sur Micheline Charest, engagée par Rozon. Ensuite, il a questionné celui-ci à propos de ses liens avec les gouvernements. Rozon s'est très bien défendu et pour cause. Il n'est qu'un homme d'affaires, un entrepreneur qui a très bien réussi et qui joue simplement le jeu du libéralisme économique.

    Or, les véritables travers de l'humour n'ont pas été soulevés : sa marchandisation, son institutionnalisation et l'humour comme valeur commerciale. Ces phénomènes contribuent à instaurer une censure qui ne semble pourtant pas se manifester, puisque ceux qui oeuvrent dans l'industrie du rire ont complètement intériorisé les normes, valeurs et représentations du libéralisme économique.

    L'humour, par définition iconoclaste, est un acte de résistance devant l'ordre établi, demeure un produit commandité par les entreprises et subventionné par les gouvernements. On ne peut alors se surprendre que l'humour traite seulement du quotidien banal de la vie sans rien brasser, sans porter de véritable critique politique et sociale. Tout ça n'a pas été mentionné aux Franc-tireurs. On s'attaque aux personnes comme Rozon, alors que le problème est structurel et beaucoup plus complexe. Mais l'important est de transformer la discussion en match de boxe. Vive la société de spectacle !


    L'esquive ou twittologie 101...

  • Quand Mordecai Richler, embêté par des questions portant sur ses textes anti-québécois, ne sait plus comment se justifier, il quitte tout simplement la table...

  • Quand le ministre Boudria s'est vu incapable de défendre le "triplicatat" du rapport de Groupaction, il s'est dérobé derrière un "on trouve pas le document"...

  • Quand la Corporation de développement du Canada sent la soupe chaude, elle se dérobe derrière un "on trouve pas le document"...

  • Quand Jean Chrétien ne sait plus comment esquiver les questions sur les agissements troubles de son ministre Gagliano, il se réfugie derrière un "on trouve pas le ministre", métamorphosé en ambassadeur...

  • comme il avait remplacé le ministre de DRHC, P. Pettigrew qui pouvait dès lors se cacher derrière un "je ne suis plus le ministre responsable" de la dilapidation des fonds publics...

  • La méthode "démocratique" du PLQ...

    Ces clowns qui prétendent avoir la compétence de gouverner le Québec !

    Incapables d'un semblant d'honnêteté...
    Assemblée de mise en candidature du PLQ dans la circonscription de Westmount-Saint-Louis

    MONTREAL, le 6 mars /CNW/
    - Veuillez prendre note qu'une assemblée pour le choix du candidat officiel du Parti libéral du Québec de la circonscription de Westmount-Saint-Louis en vue de la prochaine élection générale aura lieu le lundi 25 mars 2002.

    Lors de cette assemblée, monsieur Jacques Chagnon, deviendra le candidat officiel du PLQ pour le comté de Westmount-Saint-Louis.
    Un montage de Jean-Daniel Cossette, 25.10.01 (Cliquer pour agrandir)
    En souvenir de l'épisode «Chiffons rouges»...

    VIGILE DÉCERNE SES PRIX...

    PRIX E'ratus
    - pour l'Année 2001

    En nomination:


    Stéphane Dion
    Minissss-de-la-subordination

    Pour son très instructif discours en Russie, dans lequel il fait l'éloge du fédéralisme canadian en vomissant sur le Québec qu'il associe au «fascisme» des années '40 et qu'il accuse d'être un «assimilateur» intolérant. Que vaut donc ce fédéralisme canadian qui ne peut surmonter son problème québécois qu'en alimentant la méfiance des minorités à l'égard d'une majorité qu'il démonise sans vergogne. Discours haineux qui témoigne de l'Esprit canadian.

    Et pour les conclusions révélatrices qu'il tire du voyage de Bernard Landry en Europe, qu'il accuse de "salir le Canada"... alors que celui-ci n'a exprimé que son désir d'une réforme du fédéralisme dans le sens des réformes européennes en cours, dans un discours constructif qui témoigne de l'Esprit québécois




    PRIX B'tiz Mouchard
    - pour la semaine en cours

    En nomination:

    Jacques Chagnon
    Député libéral souffrant d'incertitude chronique
    Pour se poser en porte-parole des Québécois

    Pour avoir fait tourner la turlutte plquistre bien connue:

    les Québécois ne veulent pas de référendum
    les Québécois sont fatigués de la question constitutionnelle
    les Québécois préfèrent le «pain sur la table»
    les Québécois sont tannés de l'incertitude...



    PRIX E'moro-Ides
    - pour le mois en cours


    En nomination:

    Marcel Proulx
    Député libéral fédéral souffrant de rectitude comique

    Pour avoir déclaré que la décision de choisir GATINEAU, un nom français, à l'occasion de la fusion municipale dans l'Outaouais était une décision inspirée par le racisme... le nom anglais étant sans doute un choix plus pas-raciste...




    PRIX B'tiz Perpétuelle
    - pour le siècle en cours...


    Le lauréat:




    Jean Chrétien
    PM libéral fédéral souffrant de rectumite comique

    Pour l'ensemble de son oeuvre, de ses déclarations, moins drôles cependant que l'ensemble de ses politiques -

    scandale d'un aubergiste amateur
    scandale d'un propagandiste tapageur (BIC-FRIC-à-Gagliano; centaines de millions-à-Sheila pour "l'unité nationale")
    scandale d'un administrateur épandeur (subventions dilapidées par la DRH)
    scandale d'un fiscaliste voyageur (fiducie familiale)
    scandale d'un fiscaliste receleur (pillage de la caisse de l'Assurance-emploi)
    scandale d'un fédéraliste batailleur (invasion des champs de compétences des autres "souverains")




    Jean Chrétien,
    champion toute catégorie



    L'incontinence mentale de Jean Chrétien...

    Pépère Chrétien ne peut plus "retenir" ses pensées profondes sur le Québec...

    L'homme qui dit ce qu'il pense sans penser à ce qu'il dit...

    «Au président du Nigeria Obasanjo qui lui demandait la signification de la feuille d'érable qui ornait la «pin» dorée que M. Chrétien venait de lui épingler au veston, ce dernier s'est expliqué en ces termes: «Ben, la feuille d'érable vient de l'érable et est l'emblème du Canada. Et cet arbre, au printemps, produit de l'eau et cette eau peut être transformée en sucre et c'est du sirop d'érable qui est très bon pour la santé.»

    Il paraît que les présidents du Ghana, du Bénin, de la Côte d'Ivoire et de la Sierra Leone, présents à la cérémonie, avaient l'air complètement interloqué. On les comprend.»
    Lysiane Gagnon La Presse 9.4.2002

    Confronted with one of the great human tragedies of the modern age, what did Prime Minister Jean Chretien do and say? He shrugged and he mouthed platitudes.
    A shocking shrug
    G&M éditorial 9.4.2002

    «Il n'est pas question d'aller dire à chaque pays comment administrer un hôpital dans un village. On a le même problème chez nous: on ne peut pas aller dire au gouvernement du Québec quoi faire dans les hôpitaux»!
    - Jean Chrétien, «Chrétien refuse de critiquer la position du président sud-africain», LeDevoir 8.4.2002.

    xxx

    Merci à Claude Morin d'avoir porté
    à notre attention cette déclaration:


    «Pour Chrétien, le Québec ne serait donc qu'un village? On s'en doutait un peu, mais c'est la première fois à ma connaissance qu'il le dit aussi nettement.

    Cette citation m'a l'air si révélatrice que je me permets de vous la signaler au cas où elle vous aurait échappé. Au cas, également, ce qui serait pas mal plus grave, où elle aurait échappé à nos représentants du PQ et du Bloc... Vous pourriez la reproduire dans votre site, si ce n'est pas déjà fait. (...)»

    Claude Morin, Tribune libre 8.4.2002

    Phrases célèbres du premier ministre des Canadians...
    "Tout le monde essayait d’être politiquement correct en évoquant la règle de 50 pour cent plus une voix, a-t-il expliqué. Imaginez-vous, briser un pays avec une voix et que cette personne meurt pendant la nuit. On retourne à la case départ. En 1171, le Vatican a décidé qu’il fallait que le pape soit choisi par deux tiers des cardinaux. Et il est mort éventuellement. Et on ne parle pas d’un pays." [????]

    «Ben, ils sont pour le libre-échange. Alors, s'ils ne sont plus pour le libre-échange, ils ne sont plus pour le libre-échange. C'est leur grand modèle politique: ils ont défendu le libre-échange.»

    - Jean Chrétien hautement inspiré se moque des politiciens québécois... 2.3.01

    Jean Chrétien, champion toute catégorie pour la bêtise politicienne

    «Si mes vieux amis avaient eu la chance de bénéficier des Bourses du millénaire, dans notre temps, ils n’auraient pas passé leur vie dans des usines et seraient peut-être devenus d’honorables citoyens !»

    Jean Chrétien, en début de campagne électorale, octobre 2000


  • "Rien ne nous force à rester au Canada"
    - L'épakinoumène 1999

    Le menteur de l'Année

    Jean Chrétien gagne le Prix Pinocchio
    «Est-ce à cause de sa promesse d'abolir la TPS, celle de déchirer le traité de libre-échange ou encore à cause des subventions accordées en sous-main à ses amis de Shawinigan ? Toujours est-il qu'une « claire majorité » des lecteurs du SOLEIL ont choisi Jean Chrétien comme récipiendaire du Prix Pinocchio, très loin devant Lucien Bouchard et Paul Bégin.»

    - LeSoleil 28.12.00

    Le gaffeur de l'Année

    «LA DÉCLARATION LA PLUS AFFLIGEANTE: Il y en a quatre, en fait, mais comme elles viennent de la même personne, on n'en fera qu'un seul beau bouquet.

    C'est Jean Chrétien débarquant en mission officielle à Jérusalem, au coeur même de la poudrière du Proche-Orient, et expliquant pourquoi il ne va pas à Jérusalem-Est, où se trouve le bureau de l'Autorité palestinienne: «Je ne sais même pas où je suis... Au nord, au sud, à l'est, à l'ouest?» Les Palestiniens sont furieux.

    Le lendemain, histoire de réparer sa gaffe, il déclare que les Palestiniens seraient justifiés de déclarer l'indépendance unilatéralement en cas d'échec des négociations avec Israël. Ah tiens! Et pourquoi pas le Québec, alors?

    Troisième jour. Pour réparer sa deuxième gaffe, M. Chrétien explique que le Québec est un cas différent puisque la province n'est ni occupée ni opprimée. Cette fois, ce sont les Israéliens qui sont furieux.

    Quatrième jour. Pour réparer sa troisième gaffe, M. Chrétien justifie les visées israéliennes sur le lac de Tibériade en ces termes: «Au Canada, on a beaucoup de lacs. Eux autres, ils n'en ont qu'un...» Au tour des Syriens d'être furieux.

    Cinquième jour. Pour réparer sa quatrième gaffe, M. Chrétien déclare que les 30000 soldats syriens stationnés au Liban ne sont pas une force d'occupation. Cette fois, ce sont les Libanais qui sont fâchés.

    Heureusement, le sixième jour, M. Chrétien rentrait au pays, où, comme on l'a vu le 27 novembre, il est en terrain nettement plus solide qu'à l'étranger. M. Chrétien ne fait peut-être pas la différence entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest, mais il connaît son Canada, c'est le moins qu'on puisse dire.»

    - Le beau son du Québec nouveau, Lysiane Gagnon, LaPresse, 6.1.01


    Élections fédérales - 27 novembre 2000

    JOUR 1:

    Jean Chrétien gaffe trois fois plutôt qu'une

    La journée d'hier a été particulièrement laborieuse pour le premier ministre Jean Chrétien. Ce dernier, qui fait campagne en Ontario, a en effet multiplié les gaffes.

    En voulant défendre les Bourses du millénaire, il a déclaré que ses amis de Shawinigan, obligés de travailler à l'usine, auraient pu être des citoyens respectables, si seulement ils avaient pu étudier.

    Plus tard, à Kitchener, M. Chrétien a tenté de réparer son faux pas en indiquant qu'il avait simplement voulu dire, qu'il trouvait cela dommage que ses amis n'avaient pas eu la même chance que lui d'aller à l'Université et qu'il n'y avait pas, à l'époque, de programmes comme les Bourses du millénaire.

    À son arrivée à Saint-Thomas, il a commis un autre impair lors de son discours. Il a attaqué un député de l'Alliance canadienne en lui donnant le nom d'un sénateur libéral.

    Il a aussi promis des réductions d'impôt en terminant sa phrase par «Monsieur le président», comme s'il se trouvait à la Chambre des communes. (TVA 24.10.00)




    Ti-Jean-de-Shawinigan en voyage

    (Premier jour de son voyage au Moyen-Orient):
    "Écoutez, je ne sais même pas où je suis! Au nord, au sud, à l'est, ou à l'ouest, c'est la même chose" <--- (Les Palestiniens sont profondément choqués.)

    (Le lendemain):
    "Si vos négociations avec Israël échouent, vous seriez justifiés de déclarer l'indépendance unilatéralement" <--- (Cette déclaration fait bondir les Israéliens.)

    (Un jour plus tard):
    "Il n'y a pas de rapport entre le Québec et les revendications palestiniennes, puisque le Québec n'est pas occupé ni opprimé" <--- (Les Israéliens redoublent de colère.)

    (Le même jour):
    "Les Israéliens devraient garder le lac Tibériade pour des raisons de sécurité" <--- (Ce lac est en Syrie. Khadafi saute la coche.)

    (Dernier jour):
    "Je continue à faire mon voyage au meilleur de mes capacités. Les gens ici sont très heureux de voir que je suis venu établir les meilleures relations possible"

    (Il n'assiste pas aux obsèques du roi Hussein de Jordanie);
    "Personne ne savait quand ça allait survenir. Je n'étais donc pas pour arrêter mes vacances et attendre sa mort"

    (Extraits tirés de "Les chrétienneries")




    Des armements nucléaires...
    «Fidèle à lui-même, M. Chrétien fit [élections de 1997] quelques déclarations surprenantes dont il a seul le secret. Comme celle-ci pour justifier le contrôle des armes à feu: "Mais l'achat de revolvers va être rendu très difficile. Pourquoi acheter des carabines à répétition, des armements nucléaires pour s'amuser? C'est dangereux, et quand c'est dans la maison, il peut y avoir un enfant qui se serve de ça." » (PC 23.10.00)


    Un twit à Auschwitz !!!

    Jusqu'où Jean Chrétien ira-t-il dans la bêtise?

    Jusqu'à quand l'AUTORITÉ du poste de premier ministre du Canada permettra-t-elle à ce twit de dire des stupidités? Des conneries comme celle qu'il a proférée à Auschwitz hier, comparant son combat contre la souveraineté du Québec au combat contre la Bête immonde - dont furent victimes les juifs de Pologne entre autres.

    Et ceux-là se déshonorent qui profitent de ses errances séniles pour en tirer argument. Comment peuvent-ils feindre d'ignorer que Chrétien, pleurant avec les victimes à Auschwitz, dénonce les sentiments qui pourrissent sa propre lutte contre le souverainisme québécois...

        Mon combat = votre combat à Auschwitz contre le racisme, Hitler, le nazisme
    Mon combat = anéantir le mouvement souverainiste québécois
    le mouvement souverainiste québécois = le racisme, Hitler, le nazisme

    Ce grand champion de la «primauté du droit» a la mémoire courte, il a oublié que le mouvement souverainiste québécois a été reconnu comme légitime par la Cour suprême elle-même. Alors comment peut-il, cet homme sans mémoire, se joindre effrontément au travail de la mémoire des victimes juives d'Auschwitz? Et comment le National Post peut-il "utiliser" ce message sans le dénoncer? La défense de l'unité canadienne exige-t-elle de telles bassesses?



    Le «modèle fatigué»... ou le bêtise ordinaire



    "Si par magie, les Gaspésiens étaient remplacés par des Lavallois, il n'y aurait plus de problèmes d'emplois en Gaspésie". David Cliche, 22,6,01

    «Je présente mes excuses aux Gaspésiennes et Gaspésiens qui auraient pu être vexés par mes propos.» - David Cliche, 22.6.01


    Gaspésiens en colère
    Naomie Briand et Gilles Gagné - LeSoleil, 24.6.01 - «La Gaspésie a un « ami » de plus. En affirmant hier que les problèmes économiques de la péninsule seraient réglés si on remplaçait les Gaspésiens par des Lavallois, le ministre québécois délégué à la Recherche, à la Science et à la Technologie, David Cliche, rejoint le président de la Banque Nationale, André Bérard, au rang des gaffeurs obligés de s'excuser auprès des Gaspésiens.»





    «M. Lastman s'est rapidement excusé après la publication, mercredi, de ses propos, mais la grogne à Toronto et dans le monde s'est poursuivie, et la couverture médiatique s'est étendue.

    Le Seattle Times a donné le ton en titrant: «Le maire de Toronto admet sa stupidité». Les grands quotidiens américains ont évoqué l'affaire, notamment les influents New York Times, Washington Post et Los Angeles Times. Les grands réseaux de télévision ont été plus discrets au petit écran, mais pas sur leur site Internet: ABC a qualifié l'affaire de «désastre diplomatique».

    Le Comité de candidature de Toronto pour les Olympiques de 2008 a indiqué qu'il ne souhaitait pas écarter le maire Lastman des démarches à venir.» - (Le maire Lastman embarrasse bien des Torontois, PC 24.6.01)
    «The buffoon who passes for Mayor of Toronto»


    Mel Lastman s'excuse pour ses propos sur l'Afrique - «Pourquoi, Dieu du ciel, voudrais-je me rendre à un endroit comme Mombasa?, a-t-il ajouté plus tard. Je m'imagine dans une marmite bouillante avec tous ces indigènes dansant autour de moi.»




    Melled down - Éditorial du G&M 23.6.01
    «What has Toronto done to deserve Mel Lastman as mayor? Is there some bad karma it hasn't worked through, some penance it is compelled to perform? How is it that Canada's most populous city, the engine that drives much of Ontario's and Canada's economy and a multicultural success story chooses as its mayor the Mount Vesuvius of populist politicians?»

    The good and the bad in political correctness - Éditorial du G&M 22.6.01
    «Political correctness is not always a bad thing. Consider the case of Mel Lastman, the buffoon who passes for Mayor of Toronto. Mr. Lastman distinguished himself by suggesting that he was afraid of going to Africa because he imagined himself in a pot of boiling water as natives danced around him. Just for good measure, he added: ''Snakes scare the hell out of me.''»

    Toronto v. Beijing - Éditorial du G&M 28.6.01
    «Earlier this month, Toronto's Mayor, Mel Lastman, joked stupidly that he might be cooked and eaten by cannibals during a trip to Kenya.'»



    Sottiser





    Montage produit par Vigile en octobre 2000 en vue des élections fédérales. Ce "vingt piasses" pourra être reproduit maintes fois sur papier et distribué à des milliers d'exemplaires. Même les frogs de service devraient en recevoir copie...



    Montage produit par Vigile en septembre 1995 en vue du dernier référendum sur la souveraineté du Québec (Le recto a été "modernisé" en remplaçant la face du banquier feu-Bélanger par la Stie-face-à-claques...). Ce "cinq piasses" a été reproduit maintes fois sur papier et distribué à des milliers d'exemplaires. Même Lucien Bouchard en a reçu copie!



    Un gars, une fille
    Richard Martineau VOIR, 18 au 24 septembre 1997 - «L'Histoire du Québec à l'intention des enfants et des nouveaux arrivants. Avec Guy A. Lepage dans le rôle de monsieur Canada, et Sylvie Léonard dans celui de mademoiselle Québec. »

    Neige Blanche et les neuf Nains
    Gilles Néron 8.2.99

    Le P'tit Chaperon bleu
    Gilles Néron 24.1.99

    Garnotte - LeDevoir

    L'enfer référendaire...

    L'Empire contre-attaque
    AIS, 24.6.98

    Daniel Johnson

    Pas vrai! Tu n'es pas nationaliste!
    Gilles Archambault

    Peuple à genoux, laisse faire l'indépendance...
    Jean Chrétien chante «Minuit chrétien»...
    (Le module [Shockwave] doit être installé sur votre fureteur pour visionner Minuit Crétin. Un module supplémentaire Xtra (Animated Gif) vous sera proposé pour téléchargement s'il n'a pas déjà été ajouté à Shockwave.)

    Le festival du déménagement de Montréal, unique au monde, 30.6.99

    Dictionnaire des idées reçues (édition québécoise)
    Gilles Archambault

    Déménager le Québec
    Stéphane Laporte

    Vive la fête libre!
    Stéphane Laporte

    "Just Right"
    Pierre Foglia