Que faire?

De la fierté du trèfle à quatre feuilles…

Jean-Louis Archambault, Paris.

TRIBUNE LIBRE 18 avril 2003


Les radios et télévisions françaises ont annoncé brièvement la nouvelle, entre crimes de sang et flashs publicitaires : «le parti libéral du Québec gagne les élections… après neuf ans de règne, les souverainistes sont écartés du pouvoir dans la province de Québec…» ou bien encore : «le troisième référendum sur l’indépendance du Québec reporté aux calendes grecques…»

Le Français moyen, ignorant des enjeux, s’est peut-être demandé comment, après neuf années, la province était restée province. Ou il ne s’est rien demandé du tout…. La lutte séculaire de la majorité historique du peuple québécois n’est rien au regard de l’image souvent superficielle et guimauve de « la belle province » transmise par nos médias.

La presse écrite, dans un bel ensemble, s’est fendue de la même analyse. Oui, bien sûr… Monsieur Charest n’est pas un indépendantiste, mais il pourrait avoir du caractère, cet homme là … et donner du fil à retordre au pouvoir fédéral. Que les Chrétien et Martin ne se réjouissent pas trop vite ! Grâce aux Libéraux, le Québec pourrait, mieux encore, affirmer son identité…

Désinformation ou ignorance profonde de la réalité québécoise ?

L’idée de l’indépendance continuera dans les prochaines années à faire son chemin dans l’esprit des Québécois, et ce, malgré les libéraux, ou à cause d’eux. Lorsque les pseudo bras de fer avec Ottawa et les postures de matamore du nouveau Premier Ministre auront fait long feu, la probabilité d’un renouvellement du fédéralisme canadien apparaîtra une nouvelle fois pour ce qu’elle est : nulle. Quelques cadeaux il y aura. Mais de concession réelle, aucune. Ni autonomie, ni société distincte pour le Québec. L’objectif à long terme du pouvoir fédéral est et restera l’assimilation.

Les organes d’information français ont tout faux. Dans un bel unanimisme, on fait mine de croire que l’avenir peut passer, pour le Québec, par le maintien du statut de province, gérée par un homme de caractère ou de conviction. Mais pas un mot sur la cynique assimilation des francophones hors Québec, et le récent rapport de « Statistiques Canada « qui rend de fait caduque toute prétention rationnelle à un Canada bilingue « from coast to coast ».

Oui, l’indépendance du Québec demeure la seule porte de sortie, et la période qui s’ouvre, paradoxalement, pourrait être propice. Le Parti Québécois ne sera plus le seul dans la ligne de mire de la souveraineté, et l’usure du pouvoir ne viendra plus ternir l’idée même de l’indépendance. La politique libérale de simple gestion d’une province rentrée dans le rang va engendrer ennui et désespérance. Et tôt ou tard, la voix du Québec se fera à nouveau entendre jusque chez nous, comme un écho oublié.

Patience…. On n’efface pas en un jour, ni même en deux législatures, les séquelles de deux cents ans de colonialisme.

Pour 50 trèfles à trois feuilles, vous trouverez dans un champ un seul trèfle à quatre feuilles. Identique est la proportion de francophones dans l’océan anglophone nord-américain…

Alors de grâce n’arrachons pas, nous Français, le trèfle à quatre feuilles par nos oublis et notre légèreté. Sans un état francophone en Amérique, la France s’apercevra bientôt qu’elle est unijambiste !

Respectons, dans un souci de vérité, la longue lutte d’un peuple dont l’orgueil, finalement, triomphera de tous les opportunismes.





PLQ
fédéralisme jovialiste


It's now OK to say no to Quebec

Paul Wells

National Post Wednesday, April 16, 2003


QUEBEC CITY - Jean Charest won a solid electoral majority by promising to fix Quebec's health care system, cut taxes, trim the public service and reform public schooling. Obviously his first priority must be an overhaul of Canada's constitution.

If that's not obvious to you, you clearly don't have what it takes to be a political analyst in Quebec.

Mr. Charest's election gives him "a chance to attempt, in another form, the reconciliation between Quebec and Canada that was aborted in the Meech Lake accord," Bernard Descôteaux, Le Devoir's publisher, wrote yesterday.

"Who knows? Maybe the next referendum will be on a new constitutional reform instead of on sovereignty."

Lysiane Gagnon wrote in the Globe that Mr. Charest will have to be "hyperactive on the constitutional front" if he wants to keep the Parti Québécois down.

So welcome to the Charest years. Shall I hold the window open for you or would you prefer to jump right through the pane?

No wonder much of my e-mail yesterday was from people who worry Mr. Charest's election will mark bigger trouble for Canada than Bernard Landry's re-election ever would. A Liberal government in Quebec, with an ornery PQ opposition, means a return to the quagmire of constitutional brinksmanship.

That's the theory, anyway. But it doesn't have to be that way.

Jean Charest and his federal interlocutor -- Paul Martin or Sheila Copps -- have the power to avoid a repeat of 1990. It all depends what choices they make.

So far, they've made encouraging noises. The federal-provincial agenda Mr. Charest described yesterday is modest and non-constitutional. He wants a transfer of "tax points" -- an agreement that Ottawa tax less so the provinces can tax more and decide what to spend the new revenues on. He wants an overhaul of equalization payments, which puts him in league with the four Atlantic premiers. (And he's guaranteed to get that overhaul, because the current equalization formula was already set to expire next year.)

Finally, Mr. Charest wants a "Council of the Federation," which is little more than a fancy name for the premiers' meetings that already take place.

Ah, but maybe that's only the public agenda. Maybe he and his pal Paul Martin have cooked a secret deal to give Quebec extra senators or call it a distinct society or something.

Don't bet on it. Mr. Martin's advisors from outside Quebec, which is most of his advisors, are almost physically allergic to anything that looks like "concessions to Quebec."

Two reasons for that. Mr. Martin's Ottawa and Toronto helpers are obsessed with making a breakthrough in Western Canada, and if they know one thing, it's that Meech Lake is not the key to Alberta's heart. Second, the Martin camp is aware their man won't be prime minister forever. Constitutional battles quickly degenerate into trench warfare, lasting months or years he simply won't have to waste if he wants to implement the rest of his agenda.

But -- but -- how can he dare say no to the Quebec Liberals? It's a matter of conventional wisdom around here that if Ottawa turns down one of Mr. Charest's requests, he will be "weakened" and "humiliated," leaving separation as the only option. Jacques Parizeau made this theory the cornerstone of his tenure as Quebec's opposition leader. The prospect of recycling the tactic probably inspired Mr. Landry's Cheshire-cat smile on Monday night.

This is where everybody involved -- Mr. Charest, Mr. Martin and legions of hidebound pundits -- will have to wrap their heads around a difficult idea: It's OK to say no to Quebec.

More precisely, the federal government has every right to consider a request from the Quebec government on its merits as public policy -- and to refuse a demand for money or a constitutional adventure if it fails the test of common sense. Believing in Canada is not a licence to extort, whether you are the federalist premier of Quebec or the federalist premier of Saskatchewan.

But -- but -- what about the backlash? If you don't do what Le Devoir's editorial page demands, won't Quebecers rise up and vote themselves a new country?

Nope. Not unless federalists in Ottawa and Quebec City endorse the absurd theory that the latest demand, whatever it is, is worth destroying a country over.

The most striking constant in Quebec politics over the last five years is the number of times the experts confidently predicted a spike in support for secession that didn't happen.

A very partial list would include the "social-union framework agreement;" the end of Quebec's deficit; the federal court challenges to secession; the 1998 budget, which gave Ontario, Alberta and British Columbia hundreds of millions of dollars that would have gone, unfairly, to Quebec; the Clarity Bill; and my personal favourite, the constitutional amendment to change Newfoundland's name to Newfoundland and Labrador.

Mr. Charest has been a faithful student of backlash theory all along. "There's going to be a major circling of the wagons," he said in 1997. "This is going to backfire." What catastrophe had befallen Quebec? Stéphane Dion had written a letter.

Quebecers are adults. They understand that life in a big country involves give and take. Only once in the last 15 years has their support for secession shown sustained growth. That was in 1989 and 1990, when the federalist prime minister of Canada and the federalist premier of Quebec launched a sustained campaign to convince them Canada could not survive the failure of their preferred constitutional amendment.

Jean Charest and Paul Martin are way too smart to do that again. Aren't they?

pwells@nationalpost.com





Irak

La nausée

Eduardo Galeano

Traduit de l’espagnol par François Lanctôt, le frère de l'éditeur, Jacques Lanctôt, ce texte est de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, qui a longtemps vécu en exil et qui est maintenant retourné en Uruguay. Il a écrit, entre autres, un ouvrage magistral sur le pillage de l’Amérique latine par les Espagnols, Les veines ouvertes de l’Amérique latine (1971). Il est aussi journaliste.


Les bombes intelligentes, qui semblent si bêtes, sont celles qui en savent le plus. Elles ont révélé la véritable nature de l’invasion. Pendant que Rumsfeld déclarait : « Ce sont des bombardements humanitaires », les bombes étripaient des enfants et rasaient des marchés publics.

Le pays qui fabrique le plus d’armes et le plus de mensonges dans le monde n’a que mépris pour la douleur des autres. « Nous ne comptons pas les morts » a répondu le général Franks quand on l’a interrogé sur les dommages collatéraux, comme on appelle les civils innocents que l’on fait éclater en mille morceaux. Babylone, la putain de l’Ancien Testament, mérite ce châtiment. À cause de ses nombreux péchés et à cause de l’abondance de son pétrole.

Les envahisseurs cherchent les armes de destruction massive qu’ils ont eux-mêmes vendues au dictateur de l’Irak, quand l’ennemi était un ami, et qui ont été le principal prétexte de l’invasion. Jusqu’à présent, pour autant qu’on le sache, ils n’ont rien trouvé d’autres que des armes de musée, dans un combat fort inégal. Mais les énormes missiles qu’ils lancent sont-ils des armes de construction massive? Les envahisseurs connaissent bien les armes toxiques et les armes prohibées : c’est qu’ils les utilisent. L’uranium appauvri empoisonne la terre et l’air et les grappes d’acier des bombes à dispersion tuent ou mutilent bien au-delà de leurs cibles.

***

En 1983, quand les marines se sont emparé de l’île de la Grenade, l’assemblée des Nations Unies a condamné l’invasion, par une majorité écrasante. Le président Reagan, respectueux, déclara alors : « Ça n’a pas troublé mon petit-déjeuner. »

Six années plus tard, ce fut au tour du Panama. Les libérateurs bombardèrent les quartiers les plus pauvres, tuèrent des milliers de civils, dont le nombre fut ramené à 560 selon les chiffres officiels, et ils désignèrent le nouveau président du pays dans la base militaire de Fort Clayton. Les membres du Conseil de sécurité, à la quasi-unanimité, exprimèrent leur désaccord. Les États-Unis opposèrent leur veto à la résolution et s’attelèrent à la tâche de préparer leurs prochaines invasions.

Les Nations unies applaudirent à ces invasions suivantes, ou firent mine de regarder ailleurs. Et ce sont les Nations Unies qui ont décrété l’embargo international contre l’Irak, qui a assassiné bien plus de gens que la guerre de Bush père : plus d’un demi-million d’enfants morts pour cause de manque de médicaments et d’aliments.

Mais aujourd’hui, quelle surprise, les Nations Unies ont refusé de participer à la nouvelle boucherie de Bush fils. Afin d’éviter la répétition de pareille mauvaise conduite lors des prochaines guerres, il n’y aura, je le crains, qu’un seul moyen : compter les votes du Conseil de sécurité dans l’État de la Floride.

***

Les premiers missiles n’étaient pas encore apparus dans le ciel de l’Irak que déjà, on préparait le gouvernement d’occupation, un gouvernement démocratique entièrement formé de militaires américains, et on se répartissait les dépouilles des vaincus. On se dispute encore le butin, qui n’est pas négligeable : les fabuleux gisements d’or noir, le grand commerce de la reconstruction de ce que l’invasion a détruit…

Les entreprises gagnantes célèbrent leurs conquêtes sur les tableaux d’affichage de la Bourse de New York. C’est là que se trouve le meilleur compte rendu de la guerre. Les indices dansent au son de la boucherie humaine.

En 1935, le général Smedley Butler avait résumé ainsi ses trois décennies passées comme officier des marines : « J’ai été un gangster du capitalisme. » Et il avait ajouté qu’il pouvait donner des conseils à Al Capone, parce que les marines opéraient sur trois continents alors que Capone exerçait ses activités dans seulement trois quartiers d’une seule ville.

***

Et moi, quelle sera ma part?, se demandent quelques membres de la coalition. Mais, quelle coalition? Les complices de cette mission libératrice, qui sont au nombre de quarante, comme dans le conte d’Ali Baba, forment un chœur où abondent les pays coupables de violation des droits humains et les dictatures pures et simples. Et d’où a-t-on lancé la croisade? Où sont les bases militaires des États-Unis? Il suffit de jeter un coup d’œil sur une carte du monde : ces monarchies pétrolières, inventées par les puissances coloniales, ressemblent autant à des démocraties que Bush ressemble à Gandhi.

***

C’est une alliance qui compte deux membres. L’un qui grandit, c’est l’empire d’aujourd’hui, et l’autre qui rétrécit, c’est l’empire d’hier. Les autres servent le café et attendent leur pourboire. Cette union des deux alliés pour libérer le pétrole, que l’Irak a nationalisé, n’a rien de nouveau.

En 1953, quand l’Iran a annoncé la nationalisation de son pétrole, Washington et Londres ont réagi en organisant, ensemble, un coup d’État. Le monde libre menacé a fait couler le sang et le schah Pahlavi, vedette de la presse du cœur, se transforma en geôlier de l’Iran pendant un quart de siècle. En 1965, quand l’Indonésie annonça la nationalisation de son pétrole, Washington et Londres réagirent encore une fois en organisant, ensemble, un coup d’État. Le monde libre menacé installa la dictature du général Suharto sur une montagne de cadavres. Un demi-million, selon les calculs les plus fiables. Pas un seul arbre qui n’ait eu son pendu. Tous des communistes, disait Suharto.

Et il continua à tuer. C’était chez lui un tic. En 1975, quelques heures après avoir reçu la visite du président Gerald Ford, il envahit le Timor Oriental et assassina le tiers de la population. En 1991, il en tua encore plusieurs milliers. Dix résolutions des Nations Unies ont sommé Suharto de se retirer « sans délai » du Timor Oriental. Lui, faisait toujours la sourde oreille. Il ne vint à personne l’idée de le bombarder pour cela et les Nations Unies ne décrétèrent aucun embargo mondial.

***

En 1994, John Pilger visita le Timor Oriental. Où qu’il regardât, dans les champs, sur les montagnes, au bord des routes, il ne voyait que des croix. L’île était couverte de croix, c’était un vaste cimetière. Personne n’avait été mis au courant de ces massacres.

L’an dernier, Ana Luisa Valdés se rendit à Jénine, un des camps de réfugiés palestiniens bombardés par Israël. Elle vit un immense trou rempli de cadavres sous les décombres. Le trou de Jénine avait les mêmes dimensions que celui des tours jumelles de New York. Mais combien l’ont vu, à part les survivants qui retournaient les décombres à la recherche des corps de leurs proches?

Les tragédies émeuvent le monde en proportion directe de la publicité qu’elles reçoivent.

***

Il y a des journalistes honnêtes qui décrivent la guerre de l’Irak comme ils la voient. Quelques-uns l’ont payé de leur vie. Mais il y a des journalistes déguisés en soldats, qui ressemblent plutôt à des soldats déguisés en journalistes, qui offrent des versions adaptées au goût des grandes chaînes de la désinformation mondiale.

Des massacres dans des marchés bondés? Les bombes étaient irakiennes. Des morts civils? Des boucliers humains utilisés par le dictateur. Des villes assiégées, sans eau ni nourriture? L’invasion est une mission humanitaire. Quelques villes ont résisté plus que prévu? La télé nous montrait chaque jour des scènes de reddition.

Les envahisseurs sont des héros. Les envahis qui leur résistent sont des instruments de la tyrannie : ils sont coupables de se défendre.

La majorité des Américains sont convaincus que c’est Saddam Hussein qui a fait s’écrouler les tours de New York. Ils croient également que leur président fait ce qu’il fait pour le bien de l’humanité et sous l’inspiration de Dieu. Les médias de masse vendent des certitudes et les certitudes n’ont pas besoin de preuves. Mais le monde en a assez qu’on l’oblige encore une fois, chaque jour, à avaler les couleuvres de ce menu.

***

Le pays qui se consacre à bombarder les autres pays, qui, depuis des lustres, a infligé à la planète une quantité innombrable de onze septembre, a déclaré la troisième guerre mondiale ininterrompue.

Le président qui, grâce à son papa, n’est pas allé au Vietnam et qui ne connaît que les guerres de Hollywood, envoie les autres tuer et se faire tuer.

Pas en notre nom, crient les parents des victimes des tours de New York.

Pas en notre nom, crie l’humanité.

Pas en mon nom, crie Dieu.





Élection 2003

Que s'est-il vraiment passé?

Nous avons assisté, en moins de 12 mois, à plusieurs revirements politiques spectaculaires, de la montée de l'ADQ jusqu'à la victoire libérale

Jean-Marc Léger
Président de la firme de sondages Léger Marketing
Le Devoir vendredi 18 avril 2003


Février 2002: le PLQ est en tête.

Septembre 2002 : l'ADQ grimpe à 40 %.

Février 2003 : le PQ prend les devants.

Avril 2003 : le PLQ gagne par 13 points.

Nous avons assisté, en moins de 12 mois, à plusieurs revirements politiques spectaculaires, de la montée historique de l'ADQ et la transformation phénoménale de Bernard Landry jusqu'à la victoire libérale.

L'électorat, bien que satisfait du gouvernement, demeurait avide de changement et rêvait secrètement d'un gouvernement libéral dirigé par Mario Dumont et appliquant les politiques sociales et économiques du PQ.

Devant tant d'incertitude et de fluidité de l'humeur populaire, les méthodes traditionnelles de sondage étaient insuffisantes. Léger Marketing a décidé d'innover en proposant une nouvelle façon de mesurer, de comprendre et de diffuser l'intention de vote : le baromètre quotidien. Cette méthode nous a permis d'être précis (voir tableau 1).



Le baromètre quotidien

En nous appuyant sur les techniques américaines de sondages avec périodes roulantes de quatre jours, ou rolling period, nous avons opté pour une nouvelle mesure auprès de 1200 répondants avec échantillon renouvelé représentatif de la population du Québec lors de 300 entrevues quotidiennes.

La méthode de quotas par région, sexe et âge a été privilégiée afin d'assurer une représentativité quotidienne de l'échantillon et surtout éviter les biais de l'échantillon aléatoire simple, tels qu'un faible taux de réponse, le filtre des répondeurs ou portables, les changements fréquents d'adresse et la non-disponibilité du répondant. Une approche directe basée sur la crédibilité de notre firme et sur celle des médias partenaires nous a permis d'augmenter notre taux de réponse de 12 %.

Avec un nouveau type de questionnaire, construit notamment pour réduire la proportion des discrets, nous avons obtenu une moyenne de 7 % d'indécis et de 2 % de refus. La diminution des indécis augmente la précision. Cette technique nous permet d'utiliser une répartition proportionnelle des indécis et évite la création d'une formule nébuleuse de répartition asymétrique des indécis.

Finalement, nous avons développé un modèle de pondération tenant compte non seulement de la représentativité échantillonnale mais également de la probabilité de la participation au vote. Ce dernier facteur contribue à éliminer la prime de l'urne (une expression de Robert Bourassa), c'est-à-dire une sous-évaluation du vote libéral.

Cette nouvelle approche a permis de suivre sur une base quotidienne et avec une précision inouïe l'impact des événements de la campagne sur les intentions de vote.

L'influence des sondages

La publication d'un baromètre quotidien a par contre des effets pervers. Le sondage devient non seulement un instrument de mesure mais aussi un acteur important de la campagne électorale. Il est certain que la publication de sondages influence l'ambiance générale de la campagne, notamment parce qu'ils servent les stratèges politiques, leur permettant d'ajuster leur campagne électorale. Cependant, nous ne pouvions pas prévoir l'ampleur de l'impact sur un tiers parti comme l'ADQ, lequel a dû se défendre quotidiennement contre les mauvais résultats, ou encore sur le PQ, qui a vu sa campagne dérailler pendant la dernière semaine.

Nous avions compté sur la présence de plusieurs firmes pour banaliser un peu ce sondage quotidien. Toutefois, la quasi-absence des maisons de sondages concurrentes a accru la puissance médiatique du baromètre.

Saga en quatre épisodes

Contrairement à la perception actuelle, le PLQ n'a pas gagné la bataille uniquement dans les derniers jours. Le PLQ a marqué des points dès la première semaine et ses gains se sont accrus au cours des deux dernières semaines. Notre sondage quotidien a permis de déterminer les moments forts de la campagne. La campagne électorale de 33 jours s'est déroulée en quatre épisodes, dont trois sur quatre ont été dominés par le Parti libéral (voir tableau 2).



L'autre avenir : la bataille PLQ-ADQ

La première semaine a permis au PLQ de se démarquer comme la seule alternative crédible au gouvernement et d'écarter définitivement l'ADQ. L'ADQ, qui symbolisait jusque-là la jeunesse, les nouvelles idées, la force des régions, bref, le vrai changement, a perdu sa fraîcheur. Il y a un pas important entre popularité et crédibilité, et cette transformation n'a pas eu lieu pour l'ADQ. Nous sommes rapidement passés d'une lutte à trois à une lutte à deux. Pendant ce temps, un lancement de campagne réussi pour le PQ avec le budget et la semaine de quatre jours ne lui a pas permis de marquer des points.

La guerre psychologique

L'invasion américaine de l'Irak a suscité beaucoup de craintes au Québec. L'image rassurante d'un chef d'État responsable et expérimenté qu'a donnée Bernard Landry lui a permis de gagner deux points et de rejoindre le PLQ. 53 % des Québécois préféraient M. Landry au pouvoir en temps de guerre alors que 39 % choisissaient M. Charest et qu'un maigre 9 % optait pour Mario Dumont. L'horrible campagne publicitaire négative inspirée de la droite américaine a mis fin au beau rêve adéquiste. La guerre faisait une victime au Québec.

Le débat sur le débat

Notre sondage a démontré que Jean Charest a gagné le débat par sa prestance et son assurance. Il a levé l'hypothèque principale qui pesait sur le Parti libéral depuis plusieurs années. Les Québécois ont vraiment compris que cette fois-ci, il était vraiment prêt. Ce n'est pas tant le débat mais davantage le débat sur le débat que Bernard Landry a perdu. L'image rassurante du premier ministre Landry toujours en contrôle depuis quelques mois a été malmenée par l'«affaire Parizeau», l'agenda caché et le déclenchement d'un référendum «à la moindre occasion», sans parler de la «république du Québec».

Les conditions gagnantes

Le PLQ a alors réuni toutes les conditions gagnantes au cours de la dernière semaine. Nos sondages ont alors démontré que les électeurs préféraient l'équipe libérale et son programme. Un moment magique pour le Parti libéral.

Étouffée par la guerre en Irak, la volonté de changement s'est d'abord exprimée dans les rues de Bagdad pour ensuite embraser le Québec. La volonté de changement a explosé à 60 % et c'était le PLQ qui l'incarnait.

Le PLQ aura battu l'ADQ pendant la première semaine et le PQ pendant la dernière semaine. Il ne manquait qu'une seule condition gagnante !

En conclusion : le vrai référendum

Ces élections se sont transformées, au cours des 33 jours de campagne, en un référendum sur Jean Charest. La grande question de la campagne était la suivante : peut-on faire confiance à Jean Charest pour diriger le Québec ? Au début de la campagne, seulement 22 % estimaient que Jean Charest ferait le meilleur premier ministre. Ce taux a grimpé à 38 % la dernière journée de la campagne. Cette fois-ci, les Québécois n'ont pas eu peur de dire oui... à Jean Charest.





Élection 2003

«Un clone des élections de 1985»

Les péquistes sont simplement restés chez eux, estime Pierre Drouilly

Josée Boileau

Le Devoir vendredi 18 avril 2003


Le résultat du scrutin de lundi tient à une grande explication: les péquistes sont restés chez eux. L'analyse du vote francophone le démontre de façon éclatante, a indiqué hier le sociologue Pierre Drouilly lors d'une table ronde organisée à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) pour dresser le bilan de la campagne électorale.

À 70,5 %, le taux de participation est le plus faible jamais enregistré pour des élections provinciales depuis 1927. Par rapport à 1998, ce taux a même chuté de 7,8 %. Ceci a entraîné une diminution des appuis de 1,8 % pour le Parti libéral du Québec mais de 10,1 % pour le Parti québécois.

Or, en analysant le vote francophone, Pierre Drouilly constate que dans l'ensemble du Québec, tant les libéraux que l'Action démocratique du Québec sont allés chercher plus d'appuis depuis 1998 : une hausse de 2,8 % pour le PLQ et de 7,8 % pour l'ADQ.

Le PQ, lui, a perdu 11,9 % de ses électeurs francophones. Ce recul est généralisé à travers le Québec, mais il ressort particulièrement dans des circonscriptions où le parti était fort. Dans la région de Québec, par exemple, le PQ avait récolté 46,5 % des voix en 1998. Cette fois-ci, cet appui est tombé à 29,5 %.

«La seule explication possible, c'est que le niveau de mécontentement des péquistes était assez élevé, mais pas au point de passer à l'adversaire libéral. Les gens sont simplement restés chez eux», a expliqué M. Drouilly.

Celui-ci récuse d'ailleurs l'analyse des médias qui ont parlé d'une vague libérale. «Il n'y a pas eu de vague en matière de votes exprimés, seulement quant au nombre d'élus, mais c'est strictement un effet du mode de scrutin», a-t-il dit.

Le mécontentement péquiste n'a pas non plus vraiment servi l'ADQ, dont la clientèle est pourtant presque exclusivement francophone, comme le rappelait hier Guy Larocque, analyste pour la maison de sondages SOM. En effet, l'ADQ a perdu la moitié de sa clientèle en un mois de campagne, «ce qui n'est pas une débandade ordinaire».

Pierre Drouilly, lui, voit les élections de cette année comme «un clone des élections de 1985». Le premier ministre péquiste de l'époque, Pierre Marc Johnson, était le chef le plus populaire dans les sondages, et le niveau de satisfaction envers le gouvernement était élevé. «Pourtant, le Parti québécois s'est fait écraser. Les gens se disaient : "On les a assez vus."» Et le taux de participation a baissé de près de 7 % par rapport aux élections précédentes. La même réaction a prévalu cette fois-ci.

Pourquoi ? Les participants d'hier citaient bien des raisons. Pour M. Drouilly, il est clair que la grogne contre les fusions municipales a été déterminante dans bien des régions. «Le Parti québécois a payé cher pour les fusions : à Boucherville, dans Chambly, à Québec, où on a vu tomber des comtés qui étaient des châteaux forts péquistes depuis 25 ans.»

Michel Venne, directeur de L'Annuaire du Québec et chroniqueur au Devoir, a aussi souligné l'importance de bien regarder les chiffres avant de tirer des conclusions. Ainsi, dans la circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, chacun croit que la présence de l'ex-député bloquiste Pierre Brien, passé à l'ADQ, a divisé le vote et empêché la réélection du député péquiste Rémy Trudel, permettant ainsi au candidat libéral de l'emporter.

La réalité, a démontré M. Venne, c'est que Rémy Trudel a perdu plus de votes depuis 1998 que ce que son adversaire adéquiste a récupéré cette année. «C'est bel et bien Trudel qui a perdu», a souligné M. Venne.

Il croit pour sa part que l'effondrement du PQ tient à différentes raisons. Il y a d'abord l'usure du pouvoir : «Même chez ses sympathisants, tout le monde avait une raison d'en vouloir au PQ !», a-t-il constaté lors d'une tournée du Québec l'an dernier.

Il note aussi que le parti a fait l'erreur de ne pas tenir de course au leadership au moment du départ de Lucien Bouchard, désignant un chef dont l'entourage sera au centre de divers scandales quelques mois plus tard. Une situation prévisible puisque -- le parti le savait -- plusieurs journalistes travaillaient sur ces dossiers.

Il note aussi, comme bien d'autres, que le PQ s'est détourné des mouvements sociaux et qu'il doit les retrouver. Mais sans verser dans la récupération politique, a souligné Pierre Noreau, de l'Université de Montréal, qui croit aussi que le Parti québécois doit s'attaquer à un certain vide générationnel. Une tâche qui n'est pas si simple : «Le problème, c'est que les gens qui ont 60 ans au PQ pensent encore qu'ils sont jeunes !», a-t-il comiquement illustré.

Pierre Drouilly, pour sa part, a ciblé l'espèce d'autosatisfaction qui régnait et dont les gens en ont ras le bol. Ainsi, il est devenu clair «que la réussite économique n'est plus un élément suffisant pour garder le pouvoir», notait Kristoff Talin, professeur français invité au département de sociologie de l'UQAM. C'est un phénomène qui s'observe dans plusieurs pays, mais c'est aussi une leçon que plusieurs gouvernements sortants n'ont pas encore comprise.

Le PQ aurait-il alors dû parler davantage de souveraineté ? Michel Venne estime que le projet souverainiste aurait pu être remis sur les rails. «Il aurait fallu un prétexte», croit plutôt le politologue Jean-Herman Guay, de l'Université de Sherbrooke. L'argent injecté par le fédéral dans la santé juste avant les élections a rendu cette option impraticable.

M. Guay estime en fait que les élections de lundi marquent «la dernière bataille d'une seconde guerre» entre Ottawa et Québec. La première a eu lieu entre 1970 et 1981; celle-ci a commencé lors de l'échec de l'entente du lac Meech, en 1990. Le PQ vient de la perdre. «Cette campagne est un épisode dans une période beaucoup plus vaste, où on voit que le Parti libéral fédéral a repris son positionnement au Québec et où l'appui à la souveraineté est en baisse.»

Guy Larocque, de la maison SOM, a appuyé cette analyse en soulignant que le PLC risque de se renforcer au Québec avec Paul Martin à sa tête, comme des sondages le démontrent déjà.

L'avenir politique du Québec passerait-il donc encore par Ottawa ? Ça dépendra de l'ADQ, dont les 18 % d'appuis ne sont pas à négliger. Le problème, c'est que ces appuis sont concentrés dans un Québec profond, où «la Révolution tranquille ne s'est pas tout à fait rendue», résumait Pierre Drouilly, qui l'a surnommé «le Québec tranquille».

Mais cet électorat n'est pas captif, a analysé Pierre Noreau par la suite. Il n'a rien à voir avec cette base de baby-boomers qui appuient le PQ ou avec la communauté anglophone acquise au PLQ. De plus, l'ADQ a toujours des problèmes d'organisation : des candidats-vedettes ne font pas une équipe.

Enfin, il manque à l'ADQ une crise, de celles qui permettent «d'imposer un enjeu qui recalibre l'espace politique et rend obsolète le reste». La grande crise des années 20 a servi le Parti libéral; les enjeux de la Révolution tranquille ont donné naissance au PQ. «Il faut des contextes très précis pour y parvenir, a indiqué M. Noreau. Il y a dix ans, c'était déjà la cause d'un échec potentiel pour l'ADQ, et elle n'a toujours pas bénéficié d'un tel contexte. Il apparaît donc très peu probable que l'ADQ occupe à l'avenir plus d'espace que ce qu'elle a là.»





Élection 2003

La vie! La vie!

Jean-Claude Rivest
Jean-Claude Rivest est sénateur.

Le Devoir vendredi 18 avril 2003


Le «bon vieux» Parti libéral du Québec est une fois encore appelé à servir le Québec. Jean Charest est un battant tenace et lucide. Il est exigeant, il a la poigne solide, il veut des résultats. Pas de doute, la santé sera sa priorité. L'éducation, la fiscalité, l'administration publique et le leadership québécois au sein du Canada suivront. Le dossier des villes regroupées est déjà là. Au passage, une réflexion: le droit de parole reconnu à ceux qui veulent quitter une ville sera-t-il accordé à ceux qui resteront? Sur le plan financier, le retrait des contribuables de Westmount de la ville de Montréal n'est pas un facteur neutre pour les résidants de Rosemont!

Pour l'heure, laissons à Jean Charest le temps de s'installer. L'arrivée de Michel Crête et d'André Dicaire augure drôlement bien.

Regardons plutôt ailleurs. Pensons à ces jours lointains ( !) où cette volonté de changement qui a si bien servi le PLQ se retournera contre l'équipe de Jean Charest. La vie, la vie, quoi ! Le PQ et l'ADQ pourront-ils dire : «On est prêts pour le changement» ?

Au Parti québécois, Bernard Landry l'a déjà indiqué, pas de précipitation. Des bilans inévitables, bien sûr, et la responsabilité de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale. La qualité de l'équipe parlementaire péquiste est au rendez-vous.

Les choses ont changé depuis qu'est apparue possible l'ambition de faire du Québec un État indépendant. Ce «nous autres» -- les Québécois francophones -- qui ouvrait le manifeste de la souveraineté-association de René Lévesque en 1967 s'est élargi sur l'horizon d'un Québec français désormais enrichi du pluralisme linguistique. Comment, alors, donner à l'idée de la souveraineté la ferveur de jadis et une signification véritable aux yeux des Québécois d'aujourd'hui, de toute origine culturelle ? Comment situer cette idée de la souveraineté dans le cadre de la mondialisation de l'économie et de la culture et dans l'espace économique des Amériques ?

Par ailleurs, quelle devrait être la nature des rapports entre un Québec souverain et le Canada : simplement l'indépendance de Jacques Parizeau, l'indépendance-partenariat de Lucien Bouchard ou l'indépendance confédérale de Bernard Landry ? Qu'est-ce que tout cela signifie ?

Aussi à l'ordre du jour de l'agenda péquiste : la modernisation de son option social-démocrate et de sa foi dans la pérennité du modèle québécois, déjà remis en cause par l'émergence d'une gauche québécoise militante.

L'Action démocratique du Québec a eu droit aux bonnes paroles de ses adversaires : «Merci d'avoir provoqué un véritable débat, merci d'avoir amené à la politique la nouvelle génération.» Félicitations pour votre beau programme, quoi ! Pour la suite du monde, les orientations du parti de Mario Dumont et son projet de société ont manifestement besoin de beaucoup plus de profondeur, de pertinence et d'enracinement.

La question centrale est simple : l'ADQ entend-elle être un véritable parti de droite, à la manière de l'Alliance canadienne ou du Parti républicain américain ?

Que comprendre, en effet, du discours entendu qui valorise la bonne conscience du vrai monde et de cette «majorité silencieuse» où le citoyen travailleur habité par des valeurs humaines et familiales solidement établies est presque simplement invité à faire preuve de compassion pour les pauvres et les déshérités ? Comment interpréter cette vision du rôle de l'État qui fait de l'administration publique quelque chose de suspect et d'inefficace, tout le contraire des vertus créatrices et productives reconnues à l'initiative privée libérée de la bureaucratie ou de l'emprise syndicale ?

La droite démocratique est une option noble et tout à fait légitime. Est-ce bien là la véritable nature de l'Action démocratique du Québec ?

L'ADQ a décrété un moratoire sur la question nationale. Quelle est son option constitutionnelle ? Le rapport Allaire ? Au moins, l'ADQ doit dire quel est le cadre de référence et d'analyse -- fédéraliste ou souverainiste -- qui guide ce parti dès lors qu'il s'agit de juger les événements qui marquent les rapports entre Québec et Ottawa.

En somme, le Parti québécois et l'Action démocratique du Québec ont tout un travail à accomplir. Paradoxalement, au prochain rendez-vous électoral, le succès de leurs efforts en fera peut-être les partis «prêts pour le changement». Le Parti libéral du Québec deviendrait alors celui de la continuité, qui invitera les électeurs à «rester forts» des réalisations libérales ! La vie, la vie, quoi !





Que faire?

La succession au Parti québécois

Bernard Descôteaux

Le Devoir vendredi 18 avril 2003


La course à la direction du Parti québécois est commencée même si son chef actuel est toujours en place et même s'il n'a pas encore arrêté la date de son départ. La bonne nouvelle, c'est que cette fois-ci, il y aura une véritable course. La mauvaise, c'est que la campagne risque de démarrer dans le désordre en raison, justement, de cette indécision de Bernard Landry sur son avenir.

Le départ de M. Landry enclenchera le compte à rebours officiel vers le congrès à la chefferie. Un congrès qui aurait lieu plus tard que plus tôt favoriserait davantage François Legault et André Boisclair, qui ont déjà du retard sur Pauline Marois. Celle-ci, à titre d'organisatrice en chef de la dernière campagne électorale, a déjà un carnet de bal bien rempli. Chacun d'eux tente bien sûr d'influer sur la réflexion de M. Landry qui, pour l'instant, est tout à fait ambivalent. Partira-t-il d'ici quelques jours ou à la fin de l'été ? Lui-même ne le sait trop.

Une démission de M. Landry avant même que l'Assemblée nationale n'ait repris ses travaux serait précipitée. Cela lui donnerait l'image d'un chef désemparé, incapable d'assumer le choc de la défaite qui, pourtant, n'a rien d'humiliant compte tenu de la façon dont il a mené la campagne électorale. S'il est l'homme d'État qu'on a toujours cru qu'il était, Bernard Landry devrait au moins s'assurer que la course à sa succession se déroule dans le meilleur intérêt non pas de l'un ou l'autre des candidats mais du parti lui-même.

S'il s'agissait simplement aujourd'hui de trouver un chef au Parti québécois, l'opération pourrait être menée rondement. On connaît les candidats, et Pauline Marois serait fort probablement couronnée chef. Elle ne serait pas un mauvais leader, loin de là, sauf que la priorité pour ce parti est ailleurs. Avant toute chose, il lui faut repenser les grands axes de son programme et, surtout, avoir des débats qui soient les plus larges possible. Cela demande que l'on s'accorde du temps de réflexion.

Les circonstances ont fait que les trois derniers chefs du PQ ont été couronnés plutôt qu'élus, faute d'opposition. Bernard Landry, au lendemain de la démission de Lucien Bouchard, a habilement manoeuvré pour que ses adversaires potentiels se rallient à sa candidature. Il croyait qu'il valait mieux éviter, puisque que le parti était au pouvoir, des débats potentiellement déchirants. Aujourd'hui, les choses se présentent différemment. Le Parti québécois est dans l'opposition, et plusieurs de ses politiques ont été rejetées par les électeurs, notamment sa démarche vers la souveraineté. Il faut refaire les consensus au sein du parti.

Le devoir de Bernard Landry est de laisser retomber la poussière au lendemain de cette défaite. Il faut que chacun puisse prendre du recul. En demeurant en poste, l'ex-premier ministre calmera le jeu. Lui seul a l'autorité suffisante pour tenir en bride les candidats qui piaffent d'impatience dans l'allée. Tout particulièrement, il pourra s'assurer de partager équitablement les rôles entre tous les membres de son caucus. M. Landry est un homme de parti, on ne saurait en douter. Rappelons-lui que les chefs de parti, trop souvent, ne savent pas partir. Généralement, ils tardent trop. Dans son cas, on peut craindre qu'il se hâte trop.





PLQ
fédéralisme jovialiste


Money and the federalist vote

JOSEE LEGAULT
The Gazette Friday, April 18, 2003


On Monday night, it was no coincidence when a victorious Jean Charest invited former premier Daniel Johnson to join him on stage. It had something to do with the weight Johnson has been pulling in Charest's transition committee. But it was also a symbol of the vision they share regarding federalism and Quebec's role in Canada.

That vision was summarized in 1993 by Johnson when he announced his candidacy to succeed Robert Bourassa: "I am Canadian first and foremost." Although at the time he paid a hefty price for those six words, he was simply acknowledging the end of an era in Quebec politics. As the words left his mouth, the Liberal Party was turning the page - closing the entire book, in fact - on decades of attempting to increase the power of Quebec within Canada and obtain for it special recognition through a renewed constitution. The fact that this "quiet revolution" on the constitutional front happened in 1993 was no coincidence either.

Bourassa had just retired after failing twice at renewing the constitution. Both the rejection of the Meech Lake Accord in 1990 and the ensuing debacle of the Charlottetown Accord in 1992 had left Quebec federalists facing a cruel reality: the constitutional game was over for good. It became clear that no one in the Rest of Canada or in Ottawa would dare throw the country into another constitutional psychodrama. Both of these failures confirmed the refusal of most Canadians to negotiate any special status with Quebec while federalists understood that another failure would help sovereignists demonstrate that Quebec will never become an "equal partner" with the ROC.

Johnson's statement illustrated the need for Quebec federalists to reconcile themselves with three new facts of life. One, that they stop making demands that would be rejected so as not feed the sovereignist dragon. Two, that they better learn fast to embrace the Canadian identity and try to communicate it to francophones. Three, that they accept the "provincial" status of Quebec and be satisfied with mostly administrative changes. That, at least, they could obtain.

This happens to be the kind of staunch federalism that Jean Charest believes in, and the kind his government will advocate. As federal Intergovernmental Affairs Minister Stéphane Dion puts it, this is no "conditional Canadian." Hence the reconciliation with Daniel Johnson, who, ironically enough, was put out to pasture in 1998 to make way for Charest as the new federalist saviour thought to be capable of defeating the PQ's own messiah of the time, Lucien Bouchard. Nothing like a common vision to heal old political wounds.

So with the PQ defeated and the Bourassa-style nationalism safely out of the way, various commentators are hailing the dawning of a brave, new era for federalism. "Make love, not constitutional renewal" could be its motto. But all that newfound affection will serve one very mundane, mercantile purpose: getting more of our money from Ottawa.

Which brings us to another irony. It's the Parti Québécois government that turned this fiscal imbalance thing - the new mother of all federal-provincial issues - into the dominant theme of Quebec politics. And it was none other than Lucien Bouchard who, in his resignation speech of January 2001, identified what he called the "strangulation" of Quebec finances as the next big struggle to undertake.

When he became premier, Bernard Landry gladly followed his predecessor's order. He named Yves Séguin, a federalist and probable minister of finance in the Charest government, to head a commission on fiscal imbalance. Landry championed inter-provincial alliances to get Ottawa to pay up and took the leadership among his provincial colleagues. And guess what? That's exactly what Charest plans to keep doing with his "bureau" on fiscal imbalance: co-operate, take the leadership and build alliances. Even the Bloc Québécois has been enrolled by the premier-designate in this oh-so-provincial quest. Just one big, happy Quebec family busy fighting for more money. Oh well. Sovereignty will just have to keep waiting.

And the family just keeps getting bigger. While Paul Martin still denies the existence of fiscal imbalance, he just opened the door to putting "more money" into health care and education. "We can work together on those things," he said. No doubt the price to pay for this blissful co-operation will be an increased role of the federal government in those same provincial jurisdictions. Even the "council of the federation" that Charest wants to create should facilitate the whole process.

It's amazing what the promise of a big cheque from Ottawa will buy you these days: greater co-operation from federalists and sovereignists alike, and further federal intrusion in our jurisdictions as an added bonus. Like the song says: "Money makes the world go around."





élections 2003

I won't miss Landry's dialectical ways

BRIGITTE PELLERIN Freelance
The Gazette Friday, April 18, 2003


I know, it's not nice to hit a man when he's down. But just this once, OK? Because the departure of Parti Québécois leader Bernard Landry would mark the end of an era that, if we're lucky, will never come back. Not sovereignty, unfortunately. But a certain type of tortuous political rhetoric.

Landry is probably the last, and far from the least adept, dialectical politician. My dictionary says dialectic is the art of resolving a conflict between two contradictory ideas logically - that is, to establish truths on both sides rather than disproving one argument. And it used to be taught in Quebec's collèges classiques, the religious schools where, up until the mid-1960s, promising male students were sent for a gruelling eight years of learning Greek, Latin, philosophy, letters, rhetoric and, yes, dialectic. The loss of the others is to be regretted, but not of dialectic.

Take, for instance, the apparent conflict between claiming to be the guy who's already doing the right things and claiming to be the one who if re-elected would implement the most extraordinarily popular changes. Normal people realize that one cannot, at the same time, ask to be elected to continue doing more of the same and ask to be elected so that one can implement change. In real life, you either keep doing whatever you were doing, or you change. Not both at once.

We already knew Landry didn't think himself an ordinary person. But when he was asked by a reporter a few days before the vote whether he had any regrets to have campaigned on stability and the strength of his record, rather than change, he dialectically refused to see a contradiction between the two and deftly confused the journalist into accepting his answer by arguing both sides at the same time. His campaign, he said, represented "a spectacular change rooted in remarkable continuity and credibility."

In other words, Landry embodies le changement dans la continuité - nice work if you can get it. Dialectic also allows him to say with a straight face that the Quebec economy has never been so strong (thanks to you-know-who) and that without full-blown sovereignty (which the same you-know-who would very much like to bring about), Quebec is condemned to lag behind economically. In Landry's weird universe, everything is possible, including its opposite. At the same time.

Landry is such a master at dialectic that I suspect he doesn't just talk this way, he also thinks this way. Like when he said, in November 2001, that "the freedom of peoples and nations and their character is an indispensable condition for global equilibrium; otherwise we will go from dominant imperialism and disappointment to deep bitterness. Since the events of Sept. 11, if there is one conclusion to draw in relation to the project of Quebec sovereignty and the sovereignty and liberty of all people, that is it." Or when he tried to convince a group of Quebec Jews, in May 2001, to embrace sovereignty by saying Quebec and Israel both use the fleur-de-lis, display the same colours on their flags, have roughly the same population, are both dependent on the high-tech sector and, most importantly, immigrants to Israel learn Hebrew just like immigrants to Quebec learn French.

Ordinary people would never in their lives see those kinds of connections. But it all makes sense to the expert dialectician, a specialist at willing his brain into connecting unconnectable and often contradictory ideas logically - and I use the word loosely.

With Landry on his way out, and (thank goodness) no dialectician of comparable talent in sight, maybe we can hope for political leaders who will recognize contradictory ideas when they encounter them and choose between them instead of weaving them into an impenetrable rhetorical web. It's high time for plain speech.

Brigitte Pellerin is a freelance writer, based in Ottawa.





élections 2003

Charest must act fast

The Gazette Friday, April 18, 2003


Éditorial - Jean Charest is wasting no time getting to work. Elected April 14, he'll have a caucus meeting next week, name his cabinet April 29 and be sworn in as premier that same day. Less than a month later, the new ministers will meet the National Assembly, Lieutenant-Governor Lise Thibault will read Charest's inaugural address and there will be a budget.

It's an energetic schedule. In May, many cabinet ministers will still be a little vague on how to get to their new offices in the morning and on the names of their senior civil servants, never mind being able to defend all the subtleties and nuances of policy. The Assembly session will likely be brief, with little major legislation passed. Then over the summer the ministers - and backbenchers, many of them brand new to all things parliamentary - can learn the ropes.

But it would be a mistake for Charest to move slowly on making real changes. It's not realistic to expect major legislation before the Assembly's summer break, and his first budget might not be very dramatic. But much can be done without legislation.

We strongly urge the Charest government to hit the ground running, and on many issues. A new majority government has a rare and precious opportunity to make a lot of progress early in its term. During election campaigns, opposition parties frequently promise "60 days of decision" or "100 days of change," or some such burst of energetic reform. There's a good reason for that: elected with a clear mandate on a clear platform, Charest and his team are today like a driver in a well-tuned car on a dry, straight highway, in perfect weather with no traffic and not a cop for miles. No matter how many terms he spends in office, Charest will never again have so few aggrieved citizens, so few cranky backbenchers, so much control of the political agenda, so few querulous allies, so little public mistrust, so much media forbearance, so much freedom of manoeuvre, such a demoralized and disorganized opposition - in short, he will never again have so much political capital.

But this comprehensive power is fleeting. Unforeseen events, mistakes, contradictions, and weak links eventually afflict every administration. The best strategy is to move fast now to get policies rolling. Make the tough decisions and the trickier changes right away, rather than waiting.

Consider two examples: When Brian Mulroney came into office in 1984, with a huge majority and a clear mandate, his first budget did just about nothing to rein in spending or cut taxes. Apparently more concerned about the next poll than sound fiscal policy, he let a precious opportunity get away. Mulroney won his place in the history books later, on free trade. But by being timorous about taxes and spending right at the start of his mandate, Mulroney left for Paul Martin the essential job of - and the political credit for - balancing Canada's books. A wasted opportunity.

Ronald Reagan, elected U.S. president in 1980, startled the whole country, within days of his inauguration, by summarily firing thousands of air-traffic controllers who had tested him with an illegal strike. It was a coup that showed the country who was in charge. His evident willingness to play hardball, demonstrated so vividly early on, surely strengthened his hand in all kinds of negotiations over his eight years in office.

Last autumn, Charest laid out a clear Liberal platform, with budget numbers that added up, distinct policy orientations and lots of specifics. Now we invite him to move quickly, forcefully and wisely to start making those changes. He will never again have such an opportunity as he has right now.





élections 2003

Chrétien an unlikely Bloc ally

CHANTAL HéBERT
Toronto Star Friday, April 18, 2003


With the election of a federalist government in Quebec, the Bloc Québécois will be left to its own devices for the first time in its history. Providentially for Gilles Duceppe and his shrinking group of MPs, Prime Minister Jean Chrétien is set to play sugar daddy to the federal sovereignist party before he goes.

Among the nightmares that are common to opposition parties, two stand out: Sinking into relative irrelevance and drowning in red ink.

With Jean Charest as premier, the first is about to become reality for the Bloc. But thanks to a codicil in Chrétien's political will, the second is unlikely to materialize.

Under the new Liberal government in Quebec, the Bloc will be a player no more; the line between the federal sovereignist opposition and the premier's office will be going out of service.

Until now, the Bloc has never found itself out of the loop. Even under Quebec's last federalist government between 1990 and 1994, the party had easy access to the levers of government in Quebec.

At its birth, then-premier Robert Bourassa had been one of the many godfathers standing over the cradle of the federal sovereignist party.

Once the Parti Québécois took power, the Quebec government and the Bloc might as well have been joined at the hip.

So close was the relationship that when Chambly MP Ghislain Lebel turned delinquent on Revenue Quebec a few years ago, the Bloc leader's office was tipped off and Lebel was ordered to make good on his income tax bill.

Bloc MPs who dared question provincial policies promptly found themselves threatened with expulsion.

Even BQ leaders found they were not immune to the Péquiste wrath. Michel Gauthier got on the wrong side of Lucien Bouchard early on in their respective tenures as BQ leader and Quebec premier and soon found his leadership challenged.

In exchange for its ready obedience, the Bloc became known as a convenient side door to the Quebec cabinet. The province's various lobbies discovered that paying attention to the Bloc to get attention from the PQ government was good business.

When Bloc MPs needed to draw well-heeled supporters to a fundraiser, a Quebec cabinet star was usually on hand to raise the event's profile. Landry himself was the keynote speaker at the Bloc convention earlier this month. Former premier Jacques Parizeau campaigned hard for the Bloc in the last two federal elections.

But now the PQ is headed for opposition, Landry is expected to be gone within weeks and the party could be consumed by a leadership campaign until the lead-up to the next federal election.

In the National Assembly, Charest's controversial plan to allow for the undoing of the PQ municipal mergers will be taking centre stage. The issue may resonate across Quebec but it will not echo loudly on Parliament Hill.

Between now and the next election, occasions for the Bloc to convince Quebec voters and donors of its lasting usefulness will be fewer and farther between.

The loss of its Quebec patrons might have put more fear in the heart of the Bloc if it had not found an unlikely substitute in the outgoing Prime Minister.

Last week, Chrétien astounded some of his MPs by describing a strong Bloc as a Liberal blessing in disguise. Its presence, he argued, prevents the rebirth of a national alternative to the government.

In saying that, the Prime Minister is doing more than playing armchair strategist for his caucus. He is about to put taxpayer money where his mouth is.

The Bloc is poised to be the big winner of the political financing regime Chrétien wants to have in place before he retires next year.

Under the plan, corporate and union political donations would be replaced by a public subsidy, one that the scheme's critics unanimously find overly generous.

In the case of the Bloc, they have a point and it has nothing to do with the party's sovereignist credo.

As Bill C-24 now stands, the Bloc would trade the modest $65,000 it had been raising from non-individual sources for a yearly subsidy of more than $2 million.

In theory, it may seem only right that the Bloc benefit from the same funding formula as the other parties. But, in practice, the party will only ever field candidates in one province. As a result, a dollar to the Bloc goes a much longer way than one given to its competition.

It has been pointed out to Chrétien that, for all of its good intentions, his plan under its current form stands to entrench regional blocs at the expense of national parties.

Liberal MPs from Quebec have been arguing forcefully that the formula will have them play financial David to a Bloc Goliath in future elections.

All so far to no avail.

Chantal Hébert is a national affairs writer. Her column appears Monday, Wednesday and Friday. chebert@thestar.ca.





le français au Canada

The real cost of Bilingualism

All Canadians share an interest in sustaining a fair and egalitarian nation. We also share responsibility to uphold our rights as citizens, and to determine how our nation is governed.

Canadians for Language Fairness
TRIBUNE LIBRE 18.4.2003


The Federal Liberal Government has just announced nearly One Billion Dollars in new spending on Official Bilingualism. This is in addition to the Billions now being spent on this misguided, unnecessary and totally divisive Program. Less than 4 % of Canada's population, outside of Quebec, is Francophone - while Quebec itself remains committed entirely to unilingualism.

This ideological foolishness when our military is almost defenseless!

We have seen the damage Official Bilingualism has caused at the national level where Anglophones and Allophones are shut-out from employment by the very Government that they fund through their hard-earned tax dollars. Regrettably, this discrimination is now rapidly expanding to both the Provincial and Municipal levels.

Recently, Ottawa, Canada's capital, adopted a Language Policy that promotes Official Bilingualism for the City and expects anyone aspiring to a promotion or being hired to be bilingual by May 2003.

I have found an organization, Canadians for Language Fairness, based in Ottawa, which advocates against the discrimination of the vast majority of Canadians on the sole basis that they do not speak French.

They are currently raising money to challenge that Policy in the Courts as being ultra vires. They are confident that they will be successful in this very important initiative but court challenges, as you know, are very expensive. They need our help. If you wish to donate to this worthy cause click on this link and pledge online www.languagefairness.org/

Anything is better than nothing! For cash donations click on the donate button. It is secure.

What happens if we don't band together? Many members of our community have already lost hope and have moved West or to the United States and this trend can be expected to gain momentum. In many respects what is now happening mirrors the exodus of non-francophones, from Quebec over the course of the last 20 years. Our once proud country is and will continue to be the poorer for it.

I urge you to get involved. Your support either as member or as a financial donor will help to make the difference.

Please contact them: www.languagefairness.org

Pledge for the court case by using the pledge button, sign the petition with the petition button and do join the organization by hitting the join button. We need to help them!