«« TERRORISME - conflit israélo-palestinien

Manifestation à Concordia à l'occasion du passage de Benjamin Nétanyahou

Manifestation inacceptable à Concordia

(Réaction à l'annulation de la conférence de Benjamin Netanyahu à la suite des manifestations violentes à Concordia)

Philippe Barbaud, Julien Bauer, Claire Gélinas, Stephen Schecter, U. du Qc à Mtl ; Jean-Charles Chebat, Jean Ouellette, U. de Mtl ; John J. Furedy, Michael R. Marrus, U. de Toronto ; Annette Paquot, Reneo Lukic, U. Laval ; Michaël Laughrea, U. McGill

Le Soleil jeudi 12 septembre 2002

Au nom des valeurs qui fondent l'université, les universitaires devraient exprimer leur indignation devant ce qui s'est passé à l'Université Concordia : si la liberté d'expression est chassée de l'université, où se réfugiera-t-elle ? La liberté de déplaire, de ne pas hurler avec les loups, de dire que le roi est nu et que, oui, le terrorisme est un mal.

En tant que citoyens d'un pays libre et démocratique, soucieux du respect des droits fondamentaux, nous devons tous protester contre de tels agissements. Ils sont la négation des principes qui nous font vivre. Et c'est pourquoi nous demandons que les auteurs de ces actes injustifiables soient arrêtés et punis.

Les émeutiers ne pouvaient tolérer la tenue d'une simple conférence. Pourquoi ne pas accepter que leur adversaire parle et, ensuite, argumenter et débattre ? De quoi avaient-ils peur ? Ils défendent une cause, disent-ils. Celle des Palestiniens. Leur comportement d'aujourd'hui est-il à l'image de l'État qu'ils veulent pour eux ? Cet État qu'ils prétendent vouloir construire là-bas garantira-t-il les libertés qu'ils foulent aux pieds ici ? On nous permettra d'en douter.