«« Affaires internationales



Des juifs pro-Palestiniens occupent les bureaux d'un député

Ariane Desrochers
La Presse Le vendredi 19 avril 2002


Les manifestants ont été emmenés un à un par la police hors des bureaux d'Irwin Cotler.

Armée de sacs de couchage et de nourriture, sept jeunes juifs pro-Palestiniens ont pris d'assaut les bureaux du député libéral de Mont-Royal, Irwin Cotler, jeudi midi. L'occupation n'a duré que quelques heures. Elle a pris fin lorsque les sept individus dans la vingtaine ont été tour à tour arrêtés par la police.

«Le Canada appuie Israël dans la violation des droits humains des Palestiniens», pouvait-on lire sur un drap suspendu aux fenêtres de l'immeuble. À l'extérieur, un étudiant juif s'est fait le porte-parole du petit groupe: «On est ici parce qu'on s'oppose à l'occupation des Palestiniens par Israël.» Le jeune homme de 23 ans, Aaron Maté, a expliqué qu'ils avaient choisi de s'en prendre «pacifiquement» aux bureaux du député Irwin Cotler parce que ce dernier «fait du bon travail pour les droits humains». Ils veulent donc qu'il agisse pour défendre ceux des Palestiniens.

Présent sur les lieux, le président de la section québécoise du Congrès juif canadien, Joseph Gabay, a qualifié le geste de «manoeuvre de diversion médiatique». D'après lui, ce petit groupe de marginaux a voulu détourner l'attention de l'appui massif qu'a manifesté la veille la communauté juive de Montréal à l'État d'Israël. «C'est une forme de miniterrorisme», a-t-il ajouté.

Le périmètre de sécurité mis en place par les policiers a attiré bien des curieux à l'angle des rues Kent et Victoria. Bon nombre de juifs n'ont pas hésité à condamner le geste des jeunes pro-Palestiniens. De vivants échanges ont d'ailleurs eu lieu entre eux et le jeune Aaron Maté.

Il aura fallu l'intervention de la police de Montréal pour que prenne fin l'occupation. Les policiers ont dû défoncer une porte pour parvenir à rejoindre les sept manifestants, quatre hommes et trois femmes. Ceux-ci n'ont montré aucune résistance lors de leur arrestation. Ils ont été emmenés au Centre opérationnel nord de Montréal et devront répondre à des accusations de voies de fait.