«« Affaires internationales



Québec approuve les résolutions des Nations unies sur le Proche-Orient

NORMAN DELISLE
PC 18.4.2002


QUEBEC (PC) - Le Québec favorise la création d'un Etat palestinien et réclame qu'Israel se retire des territoires occupés. En revanche, les Palestiniens sont incités à mettre fin au terrorisme contre les citoyens juifs.

"On approuve les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Les Palestiniens ont droit à leur Etat. Mais, l'Etat israélien doit aussi pouvoir vivre en sécurité", a déclaré la ministre des Relations internationales, Louise Beaudoin, en marge de l'étude des crédits de son ministère devant une commission parlementaire.

Mme Beaudoin a aussi plaidé en faveur de la non violence dans le règlement de ce conflit. "La violence ne mène nulle part", a-t-elle dit. Cette prise de position indisposera-t-elle la communauté juive, qui compte plus de 100 000 membres au Québec?

"C'est une position raisonnable et équilibrée. La communauté juive n'est pas unanime en tout. Il faut faire la distinction entre ceux qui appuient Ariel Sharon et ceux qui ne l'appuient pas", a dit la ministre Beaudoin.

Israël doit se retirer des territoires qu'elle occupe depuis la guerre de juin 1967, a signalé la ministre. La coexistence pacifique entre Juifs et Palestiniens demeure possible mais "les derniers événements ne l'ont pas rendue plus facile".

Mme Beaudoin a aussi reproché au leader palestinien Yasser Arafat d'avoir "raté" une excellente occasion d'avoir réalisé la paix à l'occasion des Accords de Camp David. "J'essaie que le Québec ait sa propre politique, qui est très équilibrée, par rapport au Moyen-Orient", a dit la ministre des Relations internationales.

Cette position québécoise est d'ailleurs appuyée sur les résolutions des Nations unies et de leur Conseil de sécurité, résolutions toutes appuyées par les Etats-Unies.

"La paix ne peut pas se faire sans les Américains mais je souhaite que l'Europe soit la plus impliquée possible, car la position de l'Europe est aussi très équilibrée", a ajouté la ministre.

Le conseil des ministres du gouvernement québécois n'a pas officiellement débattu de ce dossier international en séance régulière. Mais Mme Beaudoin en a parlé avec le premier ministre Bernard Landry et avec son collègue à la Santé, David Levine, lui même d'origine juive.

Au sujet de ce dernier, la ministre ajoute: "Quand j'en ai parlé avec lui, dans un cadre informel, je n'ai pas senti chez lui de réticence par rapport à cette position. Les résolutions des Nations unies sont des positions sur lesquelles nous sommes d'accord", a conclu la ministre Beaudoin.

La position du Québec est délicate car on retrouve sur son territoire un nombre à peu près équivalent de Québécois d'origine juive et d'origine arabe, soit à peu près 100 000 de chaque côté.