ARRÊTEZ L'OCCUPATION!

4 avril 2002


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ARRÊTEZ L'OCCUPATION!

Montréal : vendredi 5 avril

Plusieurs organismes de Montréal se sont réunis pour démontrer leur inquiétude face à la situation de guerre en Palestine à travers une action pacifique qui aura lieu le vendredi 5 avril à 16h00 à l’université Concordia (en face du hall Building au 1455 De Maisonneuve Ouest). L’événement prendra fin en face du complexe Desjardins (sur la rue Ste-Catherine Ouest). Pour de plus amples informations, contactez Bilal Hamideh au (514) 817-5477.

Pensez aux Palestiniens assiégés et isolés...
Protestez contre les massacres que les médias ne montrent pas...
Faites entendre vos voix...

Venez nombreux

Organisé par et en collaboration avec:

Le Conseil Musulman de Montréal
L’Association étudiante musulmane
Solidarité pour les Droits Humains des Palestiniens (SPHR/SDHP)
Fédération Canado-Arabe
Fondation Canadienne pour les Palestiniens
Le Conseil Canado-Arabe
Parole Arabe
Alternatives

----------------

Québec : samedi 6 avril

Arrêtez les massacres en Palestine
Arrêtez l'Occupation


Marche pour la paix, contre les massacres, le samedi 6 avril à 14 heures, départ au musée du Québec ( Plaines d'abraham )

Pour information :

Alternatives : Sébastien Bouchard / 418-521-4000
email : sbouchard@alternatives.ca

ADPM : Taieb Moalla / 418-261-9388
email: tmoalla@yahoo.com

Organisé par:

Alternatives, Association des Étudiant(e)s Musulman(e)s de l'Université Laval ( AEMUL ), Association pour les droit de la personne au Maghreb ( ADPM ), Centre Culturel Islamique de Québec ( CCIQ ), Objection de Conscience/Voices of Conscience ( OC/VC ), Opération Québec Printemps 2001 ( OQP 2001), ATTAC/ Québec.

Faites circuler s.v.p
--
Solidarité pour les Droits Humains des Palestiniens (SDHP)
Solidarity for Palestinian Human Rights (SPHR)
Université du Québec à Montréal
320, Sainte Catherine Est, DS-3164 c.p. 8888 succ. Centre-Ville
Montréal, Québec, H3C 3P8
Tél : (514)987-3000 # 5688
uqam@sphr.org
http://www.sphr.org/UQAM



Tract distribué à cette manifestation




Nous sommes en train d’assister à la déshumanisation collective du peuple palestinien, commise en toute impunité par le biais du terrorisme d’État israélien, avalisée et financée par la superpuissance mondiale sous l’œil attentif et silencieux des gouvernements occidentaux.

Les forces israéliennes d’occupation sont entrées dans les villes et les bourgades palestiniennes, où elles arrêtent et tuent sans discrimination, souvent par des exécutions pures et simples. Les soldats fouillent systématiquement chaque maison, pillant et terrorisant leurs habitants. Au même moment, la responsabilité d’Ariel Sharon pour les crimes commis envers le peuple palestinien n’est même pas abordée. Sharon ne devrait-il pas être arrêté pour les tueries « ciblées » de Palestiniens ? Qui sera mis en prison pour avoir tiré sur des ambulances et pour le meurtre de plus de cent travailleurs médicaux palestiniens? Ne devrait-on pas poursuivre Sharon et ses hommes de main pour avoir tué plus de 1 400 Palestiniens et blessé plus de 2 000 au cours des 18 derniers mois ? Et qu’en est-il des forces armées israéliennes, qui blessent ou tuent par balles des journalistes ? Après tout, Sharon n’est-il pas le terroriste qui a déclaré récemment : « Il faut frapper les Palestiniens et leur faire très mal; nous devons leur infliger des pertes, faire des victimes afin qu’ils paient le prix fort. »

La vaste majorité des blessés palestiniens sont des civils. Femmes, enfants et réfugiés ont été attaqués sans distinction, en violation du droit international. Il y a eu des arrestations de masse d’hommes palestiniens âgés de 14 à 50 ans ces dernières semaines. Depuis le 28 février, plus de 3 500 personnes, y compris des enfants, ont été arrêtées et détenues arbitrairement. Depuis quelques jours, on assiste à une escalade. Des méthodes inhumaines et dégradantes sont employées lors de ces pratiques, dont le bandage des yeux, la fouille au corps et le marquage des prisonniers par des numéros inscrits sur leur front ou sur leurs bras, fait qui a été dénoncé par un membre de la Knesset (le Parlement israélien). Les Palestiniens ont subi des destructions massives de biens et de propriétés publiques : maisons, magasins, hôpitaux, cliniques, ambulances, écoles et universités, églises et mosquées, ainsi que des conduites d’eau et d’électricité. Israël s’attaque également à des agences humanitaires, et refuse à des civils l’accès au matériel et aux soins médicaux.

Ces actes constituent une violation flagrante de la quatrième Convention de Genève de 1949, à laquelle Israël est lié. Plusieurs d’entre eux sont classés « infractions graves » – autrement dit, crimes de guerre –, entre autres, plusieurs cas confirmés de meurtre, de « grandes souffrances ou de graves blessures infligées intentionnellement au corps ou à la santé » et de « destructions à grande échelle de propriétés, non justifiées par une nécessité militaire et effectuées illégalement et de façon gratuite ». Tout cela dans une totale impunité et avec le soutien actif de Washington.

Quant au gouvernement du Canada, il a accordé un appui tacite à ces actes de terrorisme d’État, et devra en rendre compte. Lev Grinberg, chercheur en sociologie politique et directeur de l’Humphrey Institute for Social Research, écrit : « Qui va arrêter Sharon, celui qui donne directement l’ordre de tuer des Palestiniens ? Quand sera-t-il lui aussi défini comme un terroriste ?

Combien de temps encore le monde restera-t-il sourd au cri des Palestiniens, qui ne font que clamer leur désir de liberté et d’indépendance ?

Quand prendra-t-on conscience que le gouvernement d’Israël, loin de rechercher la sécurité, vise la poursuite de l’occupation et l’asservissement du peuple palestinien ?»