«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les "invités de justin Trudeau"

"Welcome to Canada !"

Une tempête dans un verre d’eau...

Tribune libre de Vigile
mercredi 6 septembre
204 visites 2 messages

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la dernière déclaration du chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, eu égard à l’utilisation des « invités de Justin Trudeau » pour désigner les demandeurs d’asile, monopolise les réactions de l’ensemble des partis politiques de la scène provinciale, en particulier Québec solidaire (QS) et la Coalition avenir Québec (CAQ).

Or, si on regarde froidement l’argumentaire du chef péquiste, force est de constater que les mots qu’il utilise n’ont rien de mesquin et qu’ils dépeignent la situation telle qu’elle est, à savoir qu’ils vont dans la continuité du « Welcome to Canada » de Justin Trudeau. En réalité, le « problème » de Jean-François Lisée réside dans le fait qu’il n’est pas le champion de la « langue de bois » et qu’il dit souvent tout haut ce que plusieurs pensent tout bas.

Quant à la facture à payer entourant les frais reliés aux demandeurs d’asile, il va de soi qu’elle doit être assumée par l’hôte, à savoir le gouvernement canadien. À ce sujet, on ne peut qu’acquiescer à la demande de Jean-François Lisée… C’est une simple question de « gros bon sens ».

Enfin, il m’apparaît évident que la CAQ et QS usent de démagogie dans cette affaire qui, en réalité, a toutes les allures d’une tempête dans un verre d’eau !

Henri Marineau
Québec

Commentaires

  • Chrystian Lauzon, 7 septembre 15h49

    La conscience est le premier pas vers une indépendance réelle et la Cause a ses exigences propres et c’est à les servir, non à les asservir que tout parti ou mouvement politique doit œuvrer activistement. À ne plus servir la Cause, se produit dé-représentation du peuple et de sa libération, séparation du peuple et de la classe politique fonctionnant pour elle-même, servant son profit et ceux d’obscurantistes prédateurs, trahison multipliée en sauvegarde exclusive du pouvoir pour le pouvoir, démobilisation militante et, devenue inutiles, ce parti et ses faussaires deviennent leur auto-fossoyeur.

    Dans ce sens critique et respectueux du point de vue de la Cause, reprenons l’événement relaté par M. Marineau ici.

    La manoeuvre consiste à créer consensus lors du vote de confiance en fin de semaine au Conseil national du PQ, en récupérant la base des militants flattés démagogiquement dans le sens du poil. La stratégie vient-elle de Lisée ou de l’establishment ? De Bouchard le lulu, M. Énergie Est et Landry, le chroniqueur permanent de la revue ultrafédéraliste Forces (comme dans Power Corp), tous au service des multinationales climatobanksters, du privé et des lobbies suceurs des fonds de l’État, néolibéraux et globalistes mondialistes à traités prison de « libre »-échange ?

    La chronologie est toujours la même, en 3 temps, voici le plan :

    1- thèse : sortie de Lisée le pied à terre, enfin guéri subitement de son mal de dos-reptation et se levant enfin se dit-on enthousiasmé par si peu, si tard, si synchro avec le Conseil national, contre l’immigration illégale massive et incessante quotidiennement, provoquée stratégiquement par miniPET Trudeau au service de l’État profond canadian, lui-même à la remorque de l’Empire d’État profond américain clintonien-sorosien ;

    2- antithèse : sortie-réplique de remontrance-doxa de l’establishment péquiste manipulateur-prédateur du parti contre la sortie de Lisée via Harel et cie ;

    3- synthèse : récupération en vote de confiance unanime envers Lisée par double conditionnement. Dans le premier temps, en ayant flatté le patriote identitaire logé dans le militant de la base, puis, dans le second temps en braquant l’establishment rappellant la doxa comportementale à Lisée envers les migrants, provoquer par ce renforcement la réaction style « montrons à l’establishment qui mène vraiment ce parti ! Appuyons Lisée en votant pour lui ! ».

    Rappelons que Lisée, pour l’establishment péquiste, était le plan B lors de la course à la chefferie, Alexandre Cloutier ayant été le pistonné-favori officiel du clan Landry et politicien.nes carriéristes associé.es. Que l’establishment s’en prenne à Lisée n’est donc pas crédible, vrai-semblable, sauf en tant que jeu stratégique de pouvoir et contrôle des militants de la base préalablement en vue d’un Conseil unifié et d’un vote de confiance fort pour Lisée.

    La même tactique standard, dialectique en 3 temps (révélée par Hegel et applicable à tout, pensée, texte, loi, Histoire, événement ou révolution, etc.), fut donc utilisée lors de la course à la chefferie du PQ. Lisée élu chef, dès le lendemain de l’élection,autosabota progressivement son programme pour reprendre celui d’Alexandre Cloutier – celui de l’establishment en fait. La même trahison de l’électorat se produira au lendemain du vote de confiance au Conseil national, Lisée reprenant la croisade pro-migration massive diversitaire (le mot camouflant le multiculturaliste chez les communautaristes… péquistes).

    Lisée a explicitement, délibérément et intentionnellement (au profit de qui ?), campé le PQ du côté néolibéral globaliste- mondialiste anti-républicain et anti-identité nationale (le français étant réduit à un bilinguisme national égalitaire avec l’anglais), pro-clintonien-sorosien anti-Trump dès la victoire de celui-ci. Il suffit de revisionner son point de presse d’alors fait au parlement : un acte de foi et de trahison à la fois, on sent même un petit malaise de s’adresser au prédateur contre le peuple, acte de foi à l’endroit du double État profond anglo américano-canadian et le privé, les lobbies et ses prédateurs en chef, les sionistes, les saoudiens et les Desmarais/Groupe gazo-pétrolier Total bien sûr. Lisée ne s’oppose donc pas à l’establishment péquiste : il en est le représentant missionnaire de consolidation ! Plus grand générateur de divisions au sein d’un parti, jusqu’à Jeunes vs Vieux et exiger l’autoexclusion des partisans de Marine Le Pen/FN, cette anormalité (anti)stratégique relève du record mondial sans doute.

    Rien de très catholique ou de républicain social-démocrate dans tout cela. Mais les moutons péquistes zen n’ont pas le choix : sauter dans le vide sans « direction » ou se laisser tondre jusqu’à nudité, voire l’échec électoral annoncé, par Lisée le Grand Zen.

  • François Ricard, 6 septembre 15h55

    Il est à souhaiter que J-F Lisée continuera de cette façon. Les gens, même si cela les choque, apprécient qu’on leur dise la vérité. Pour un changement, cela en serait tout un.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités