«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Chronique de la croqueuse de mots

Vous avez dit : « La question identitaire » ?

Chronique de Thérèse-Isabelle Saulnier
mercredi 12 avril
819 visites 22 messages

Aujourd’hui, je vais croquer un mot désormais tabou : IDENTITÉ. – Tabou pour nous, les Québécois et Québécoises dits « de souche », et même pour tous ceux et celles d’origine autre qui se sont parfaitement bien intégrés à la culture québécoise et qui en font partie à part entière. Tabou, car affirmer la nôtre, c’est manifester un "repli identitaire", un "repli sur soi", un "nationalisme exacerbé", c’est souffrir de "frilosité identitaire" impliquant soi-disant la peur de l’autre et donc la xénophobie, et sombrer ni plus ni moins dans la "dérive identitaire"… !

Quelle affreuse chose, n’est-ce pas, cette question, à en croire chroniqueurs et chroniqueuses de presque toute tendance ! C’en est rendu que même le Parti Québécois craint de la mettre de l’avant ! C’en est même rendu presque un sujet interdit, malvenu et malveillant… Ne surtout pas souffler sur "les braises de l’intolérance", dixit et re-dixit notre Couillard transnational ! – Comme si parler d’identité était souffler sur les dites braises !

Affirmer son identité signifierait donc le rejet et la haine de l’autre, autrement dit serait de la xénophobie ? – Allons donc ! Quel affreux sophisme long comme le bras ! Et puis, quand on parle de "la question identitaire", que dit-on, au juste, de quoi parle-t-on et, surtout, de QUI parle-t-on ? Eh ! bien, il y a toute apparence qu’on ne parle que de la majorité du pays, du pays d’accueil. Or, la question identitaire s’étend bien au-delà de la majorité, et même, concerne davantage les minorités, ou du moins certaines minorités, qui tiennent mordicus à s’affirmer, à affirmer LEUR identité.

Gilles Proulx, dans sa chronique du 23 mars dernier (JdeM) intitulée Les farfadets de l’identité (il s’agit surtout de Couillard et de Trudeau), mentionne la présence de nombreux politiciens à la St-Patrick, fêtant une minorité avec grand éclat et grand plaisir. « Je voyais nos politiciens rampants, tout vêtus de vert, de chapeaux et de cannes, en train d’envoyer des bécots à tous les Irlandais le long de la rue Sainte-Catherine. On les voit aussi au défilé arc-en-ciel ou au Nouvel An chinois. Aussitôt qu’ils peuvent se mettre un turban sur la tête, ils sont ravis de le faire. L’identitaire, ils en mangent ! Bizarrement, ces mêmes moineaux se font invisibles à la fête bleue, qui est celle du Québec. » Il en tire la conclusion, pas fausse, avouons-le, que « la seule identité qu’ils réprouvent, c’est la nôtre ».

Il dit encore : « Les Irlandais ont droit à leur saint patron catholique (Patrick), à leurs symboles identitaires et à leur folklore musical ; les Québécois se sont fait arracher la référence religieuse (Saint-Jean) et tous leurs symboles ont été liquidés du défilé. On leur demande de jouer tous les styles de musique, y compris ceux d’autres cultures, si possible dans d’autres langues. On leur reproche quasiment de brandir leur drapeau. »

Ajoutons à cela le cas des "Grecs" de Ville Saint-Laurent qui ont récemment voté pour "l’une des leurs" parce qu’elle était "grecque". Jusqu’à "la Grèce" (et non pas la communauté grecque de Montréal) qui appuyait cette candidature ! Faut l’faire, non, comme affirmation de son identité ?

Nous aussi, et à plus forte raison parce que nous sommes chez nous et la majorité, nous avons non seulement le droit, mais aussi le devoir d’affirmer notre identité. Comme l’écrivait récemment Fatima Houda-Pepin dans sa chronique L’identité québécoise est-elle menacée ?, « les gouvernements du Québec, quel que soit le parti au pouvoir, ont le devoir de défendre la langue et la culture françaises », et « il est du devoir de toute la classe politique de veiller à la défense et à la promotion de l’identité québécoise. »
Dans Identité, diversité et appartenance, elle nous rappelle que : « Du temps où le Parti libéral du Québec était véritablement libéral, l’identité québécoise n’était pas un tabou, bien au contraire, elle était au cœur de ses orientations politiques. Claude Ryan en faisait l’une des valeurs fondamentales du PLQ. Dans son ouvrage intitulé Les valeurs libérales et le Québec moderne, il précise que tout en respectant l’égalité des droits de tous, "l’identification avec le Québec passe d’abord par l’identification avec sa majorité francophone. Elle postule que l’on assume les aspirations de cette majorité ainsi que son histoire, sa langue et sa culture, ses institutions, ses modes de vie et ses particularismes’’. Bien dit ! », ose-t-elle, elle, conclure !

Comme il ne faut pas compter sur le Parti libéral pour prendre cette défense (il nous cale et nous dénigre sans cesse), que le PQ prenne en charge la question identitaire, qu’il en soit le leader ! Lisée devrait vraiment reprendre ses propositions d’aspirant à la chefferie du PQ, particulièrement la 6e, "Identité, la concordance culturelle". Il est maintenant le chef, il a - ou en tout cas avait - d’excellentes idées sur l’identité, la laïcité, l’immigration et la langue française. Qu’il agisse donc en chef et remette au premier plan ces propositions, que vous pouvez trouver sur son blogue jflisee.org.

Mme Francine Pelletier, dans Le Devoir, vient de qualifier J-F Lisée de « la nouvelle Jeanne d’Arc de la nation québécoise ». – Eh ! bien, qu’il le soit, et qu’il en soit fier ! Nous le serons alors de lui !

http://jflisee.org/aveclisee-mes-propositions/

Commentaires

  • Pierre Bourassa, 22 avril 13h12

    L’homme abstrait(ou neutre) : du multiculturalisme à la théorie du genre

    https://www.youtube.com/watch?v=6kG2rFt2hKc

  • yves corbeil, 19 avril 12h01

    Un autre imposteur et celui-ci arrive en politique.

    http://nouvelles.stevefortin.quebec/2017/04/19/faut-pas-prendre-les-gens-pour-des-imbeciles-non-plus/

    C’est avec lui que Lisée veut converger ? Ça va de plus en plus mal le plan Lisée, y va devoir revoir son programme car l’identitaire de tous le parti en prends pour son rhume. Et il serait intéressant d’entendre Sol et Aussant à ce sujet.

  • Marcel Haché, 19 avril 11h22

    @ Pierre Desfossés

    La social-démocratie ? Bonne chance…La social-démocratie n’est plus le projet « porteur » que vous croyez. Évidemment, c’est à votre honneur de lutter pour vos valeurs et même pour l’Indépendance.

    Par ailleurs, qu’aviez-vous donc à reprocher à Pauline Marois au temps qu’elle était chef du P.Q., que vous ne pourriez pas reprocher maintenant à JFL ? Mme Marois était et demeure une « sociale-démocrate » autant que JFL, autant que vous l’êtes vous-même. Si, lorsqu’elle était p.m., elle avait pris l’engagement de ne pas tenir un référendum, allez savoir si elle ne serait pas encore p.m. Mais vous croyez volontiers maintenant, au point de reprendre votre carte de membre, ce qui est prodigieusement stupéfiant, vous semblez croire qu’un chef péquiste peut vouloir reporter et suspendre la tenue du référendum et croire les péquisteux que l’électorat consentira à se laissera entraîner dans une campagne référendaire de 4 ans ? Re-bonne chance…

    Ce dont il devrait s’agir, M. Desfossés, c’est une fois, mais toute une…c’est « lutter » véritablement. Cela implique de cesser de lutter les mains jointes, comme attachées…

  • yves corbeil, 19 avril 10h52

    http://www.journaldemontreal.com/2017/04/19/la-convergence-invisible-plq-qs

    C’est quoi son identité à Jean François ? Imposteur rien de moins rien de plus.

    Des racistes, il y en a dans toutes les cultures et toutes les races. Faut juste les neutraliser, pas faire ce que s’apprête à faire Couillard avec les QS avec sa consultation systémique biaisée au départ.

  • yves corbeil, 19 avril 10h31

    Excusez, mauvais lien pour mon dernier commentaire. Celui-ci est de cette année.

    http://www.vigilanceogm.org/marche-plus-forts-que-monsanto-2017/

  • yves corbeil, 19 avril 10h23

    Ça s’est un dossier plus sérieux à court terme ou le Québec doit affirmé son identité propre sur son territoire. Chose qu’il ne fait pas avec les gouvernements en place ni les précédents.

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/04/18/tribunal-monsanto-la-firme-americaine-reconnue-coupable-d-atteinte-aux-droits-humains_5113185_3244.html

    Le 21 Mai 2017 à 14h, à la place d’Youville à Québec.

    Tous les indépendantistes et les non indépendantistes doivent être de cette marche pour affirmer haut et fort leurs identités face à ces génocidaires environnementaux qui n’ont aucun respect pour les droits humains dans leurs pratiques aux seuls buts économiques.

    http://atquebec.org/event/marche-nous-sommes-plus-fortes-que-monsanto/

    Des marches auront aussi lieu à Montréal, Saint-George-de-Beauce et Sherbrooke. Ce sont des manifestations citoyennes, vous pouvez en organiser une chez vous ! Faites progresser le mouvement !

    Tous ces produits doivent être banni de notre territoire, n’en déplaise à Trump et Trudeau.

    Chez nous on ne fait pas de politique avec la santé des gens et l’avenir des générations qui nous survivrons.

    Le message doit être clair et sans équivoque.

  • yves corbeil, 19 avril 10h05

    Ah oui, j’ai oublié d’écrire, c’est quoi l’identité de Lisée. Vous la connaissez vraiment vous ?

  • yves corbeil, 19 avril 10h03

    M.Désfossés, j’ai aussi ma carte, j’ai jamais voté autre chose que l’indépendance depuis les années 70 et il vient un temps ou il faut s’ouvrir les yeux et constater que Lisée est prêt à se travestir pour prendre le pouvoir.

    On parle de convergence avec QS parce que GND attire la sympathie à ’’MONTRÉAL’’, en région (...) on va repasser mettons.

    La CAQ qui passe mieux en région, va-t-il faire convergence avec la CAQ pour celles-ci.

    Puis fera-t-il sa campagne dans les mosqués et le West-Island pour tenter de prendre des votes sûr aux libéraux avec GND qui semble très à l’aise avec les femmes voilées. Le verrons-nous bientôt avec un Qamis sur le dos tant qu’à se travestir aussi bien la jouer à fond la caisse, ça passe ou ça casse mon Lisée.

    Et pour finir, vous n’êtes pas député mais vous avez probablement le droit de lui faire un prêt comme il demande à ses députés pour payé la dette des versements litigieux. Ça commence à en faire pas mal, vous ne trouvez pas.

    Comment peux-tu vouloir rejoindre un public aussi large en étant indépendantiste, vous ne trouvez pas que ça ressemble à du globalisme multiculturel déguiser et qu’il va se planter aux élections car attaquer de toutes parts par l’opposition la guidoune. Je respecte quand même votre position et votre optimiste mais ne les partagent point.

  • Pierre Desfossés, 18 avril 22h52

    Gagner en 2018

    la vision rageusement désabusée de messieurs Gobeil et Haché, bien que légitime, me semble aussi exagérée que démobilisante. Que la société québécoise étouffe sous l’emprise des imposteurs, j’en suis. Mais de là à voir des imposteurs partout, au sein du PQ particulièrement, en accusant péremptoirement Jean-François Lisée d’en être un, c’est malhonnête. De mon point de vue évidemment. L’accusation, ici, est si grave qu’elle appelle à un minimum de preuves et à une solide argumentation.

    J’ai repris ma carte du PQ au lendemain de la défaite de madame Marois. Je voulais participer de l’intérieur à la remise en question des orientations et stratégies du parti.
    Il y a eu la course à la chefferie et maintenant sous la direction de JFL, le PQ prépare son congrès. J’ai participé aux débats dans mon conté sur la proposition principale. Je reste optimiste que celle-ci, enrichie par les délibérations et débats sera encore plus inspirante et stimulante. Je donne la chance au coureur. Je ne crois pas que Jean-François Lisée ne soit qu’un imposteur, qu’il instrumentalise l’option de l’Indépendance à des fins bassement personnelles. J’ai moins confiance dans le membership du PQ qui trop souvent s’est laissé aveugler et distraire de ses resposabilités premières : la sociale-démocratie et l’Indépendance. Mais je n’ai pas le choix ; encore ici je dois faire confiance. Et je compte bien faire ma part.

    En politique, rien ne sert de gémir, il faut lutter.

  • Marcel Haché, 17 avril 14h11

    JFL est un progressiste qui ne semble pas réaliser qu’il est sut la même barricade que la gang à Couillard. Et toute cette gang de pourris n’est pas beaucoup moins « progressiste » que le chef péquiste lui-même.

    À l’intérieur de la barricade du « progressisme » québécois, les positions « progressistes » de J.F.L. . ne permettront pas une seule minute, dans aucun comté qui n’est pas déjà péquiste, ses propositions ne permettront pas au P.Q. qu’il soit en mesure de bousculer la concurrence des autres « progressistes », les progressistes à la noix du P.L Q.. et de Q.S. qui, ensemble, eh oui, ensemble… seront amplement capables, (sur ce qu’ils considèrent être leur barricade bien à eux), ils seront capables de tenir le P.Q. en échec. Le P.Q. s’achemine plutôt vers un retentissant échec, quelque chose qui pourrait bien ressembler au revers historique du Bloc à Gilles, autre pathétique grande gueule anti-Nous.

    Vous souhaitez que JFL s’empare de la question identitaire ? Vraiment ? Misère, maudite misère Mme Saulnier ? Aussi bien souhaiter qu’il s’empare du dossier Immigration et qu’il se mette en frais d’affronter le West Island et Radio Canada sur ce front-là, celui que les péquisteux ont déserté depuis aussi loin que la crise de St-Léonard. On jase.

  • yves corbeil, 16 avril 13h40

    La société est devenu tellement malhonnête comme ses politiciens en place que s’est la vérité qui choque les gens. Quand certains s’avancent pour dénoncer ce sont eux qui se font ’’blaster’’ par l’opinion publique car les merdias se chargent de remettre les pendules à l’heure des corrompus.

    On a vraiment un esti gros problème d’identification finalement, on est même plus capable d’identifier le vrai du faux. Et nos politiciens sont les champions des métaphores qui confortent le bon petit peuple malléable à souhait.

  • yves corbeil, 16 avril 13h29

    I il y a un côté de notre identité qui fait front commun, c’est bien celle d’une société pacifique et contre la guerre.

    Alors comment se fit-il que nous nous laissions entrainer dans cette dérive guerrière à la remorque de ceux qui ne veulent absolument pas que cela cesse.

    Comment se fit-il que nous continuions à recevoir tous ces déportés victime de ces abbérations sous une fausse promesse de démocratisation mondiale par une bande d’hypocrites.

    On parle de nos petits problèmes et on fait rien pour les réglés à la source. Trudeau, Couillard et même ce Lisée qui se prétends indépendantiste sont pour ces combats au nom de la liberté. Liberté mon oeuil oui.

    Des imposteurs tous autant qu’ils sont. Et vous pensez qu’ils veulent votre bien, y s’en calisse de votre bien sauf pour vos taxes et vos impôts.

  • yves corbeil, 16 avril 13h17

    Ce que je voulais dire par mon précédent post, c’est quand arrivera le temps de commercialiser ces découvertes qui poindront de nos universités où seront nos investisseurs de chez nous ? Pendant que les google, microsoft et autres seront actif pour rentabiliser tout cela. Les génies vont faire leur cash en vendant au plus offrant et la population qui paye l’éducation pas cher dans nos écoles a restera sur sa faim quand ça se passera aux ’’states’’ ou ailleurs l’industrialisation de ces avancés technologique.

  • yves corbeil, 16 avril 13h07

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1016929/montreal-etudiants-etrangers-classement-paris-londres-seoul-melbourne-vancouver

    http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201611/21/01-5043595-intelligence-artificielle-google-mise-45-millions-sur-montreal.php

    Notre identité en périls mais il n’y a pas juste cela qui est en périls. Est-ce que vous croyez que le Québec va vraiment en profiter à la hauteur des attentes que ces jeunes génies va mettre à profit de ceux qui sauront commercialisé toutes ces avancés technologiques qui viendront au monde chez nous.

    Google c,est pas trop Québécois, Microsoft non plus, Où se situe nos governements et nos investisseurs de chez nous pour la suite des choses...

    Je vous le dis, nous sommes gouverné par une bande d’imposteurs qui n’ont aucune autre vision que la leur soit celle de s’en mettre plein les poches avant de retourner dans le système et en profiter avec des emplois bien rémunérer dans les entreprises étrangères qu’ils auront aidé à profiter du pactole de nos cerveaux comme ceux de notre territoire et ses ressources abondantes.

    Comment se fait-il que les gens se laisse ainsi berner avec du cash immédiat et que la suite se passera ailleurs dans ces multinationales qui viennent d’ailleurs.

    Une bande de bouffons qui gouvernent un peuple de bouffons qui vit seulement dans le présent sans ce soucier du future pour lui mais surtout pour les autres qui suivront. J’ai l’impression qu’on vit à la même époque que nos ancêtres qui ont été exploité de façon différente mais exploiter quand même.

    La position de nos bénis oui oui des jobs et des jeux, le présent, l’avenir on s,en occupera rendu là. Pourquoi le fond des génération dans ce cas là, un ’’front’’ pour épater la galerie ou ça va servir plus tard pour autres choses comme d’autres caisses qui sont disparue pour réparer leurs erreurs.

    L’identité aujourd’hui madame, c’est le nombre de ’’like’’ que vous avez sur votre téléphone intelligent sans cela vous n’existez pas, pas de vie, une pièce de musé.

    Ça va vite aujourd’hui, je serai pas là mais ceux qui le seront, rappelez-vous de tous les espoirs que le mouvement de l’intelligence artificielle suscite chez nous et qu’est-ce que cela aura rapporter pour nous.

    On a eu les trous de mines et ils auront les trous de mémoires artificielles.

  • yves corbeil, 16 avril 11h27

    Aller vous promenez dans les lieux ’’branché’’ à Montréal, les lieux fréquentés par les jeunes qui sévissent dans ces fameuses ’’start-up’’, ça parle anglais partout et même des tatas québécois, coises qui baragouinent anglais pour faire parti de la gang. J’étais justement en ville hier à me promener et écouter, le coeur me levait car je voyais la dissolution tranquille qui s’opère dans une insouciance qui me fait de la peine. Je dois être rendu trop vieux et je dois vivre dans le passé. Le monde change et c’est moi qui change pas, t’es dépassé mononcle arrive au 21e siècle, les rengaines séparatistes identitaires ça fait parti de tes souvenirs qui sont entrés dans les musés ou tu les rejoindra bientôt.

    Le monde leur appartient et nous on appartient vestiges comme les castors, les indiens pis les coureurs des bois. Les séparatistes qui se battent pour leur langue, leur distinction dans ce pays merdique qui continue sans relâche avec de plus en plus de complice des nôtres pour nous faire prendre le moule canadian, on est une espèce en voie de d’extinction comme les ours polaire pis la banquise. Faut surtout pas arrêter le progrès et bientôt yaura quelqu’un qui nous expliquera c’est quoi au juste les ’’cristal d’espace-temps’’ en attendant on eut continuer à rêver que ça s’arrête et que le monde de chez nous se ressaisisse.

    Y-a-t-il encore de la lumière dans notre tunnel. Peut-être fait-elle parti de la même série que celle-ci ?

    https://www.youtube.com/watch?v=r12mqsdcgvo

  • yves corbeil, 16 avril 11h02

    http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-fabrique-des-imposteurs-si-le-140342

    Le rapport, et bien je vais vous donné mon opinion sur le sujet. Notre société souffre de tous ces imposteurs qui prétendent être les défenseurs de leur peuple et accèdent au pouvoir pour au final ne servir que leurs intérêts personnels après avoir promis mer et monde pour ce faire élire. Lisée est de la même lignée d’imposteur en continuant à nous faire croire qu’il est indépendantiste quand tout ce qu’il veut c’est d’accédé au trône. L’étapisme ont l’a eu avec Morin et on ne veut pas la revivre avec Lisée. C’est un frileux ambigüe qui souffle le chaud et le froid pour déstabiliser les séparatistes. Même chose avec les solidaires qui sont aussi séparatistes que les séparatistes de Lisée.

    L’Assemble Nationale est investi d’imposteur et au Québec nous n’avons aucun vrai parti qui va faire du Québec un pays et même vraiment prendre soin de notre peuple qui se meurs tranquillement dans l’indifférence de ses citoyens qui sont trop absorber par leurs petites personnes. Sinon pourquoi, tout ce qu’il se passe dans le démentelement de l’état peut-il continuer sans que les gens sortent dans la rue pour crier haut et fort, assez ça ne peut plus continuer.

    Maintenant et pour les prochains 18 mois, le bon petit peuple aura droit à ses petits cadeaux libéraux et l’identitaire va en prendre un autre coup comme il en prends un ailleurs au Canada des français. Après toute ces années on deviendra des bons canadian qui parlent français et ça fera chic dans les soirées mondaines canadienne.

    Les imposteurs sont partout dans notre société et si il y avait quelqu’un qui se tient debout dans l’opposition, il se mettrait en grève a l’assemblé jusqu’à ce que le bouffon Fournier soit dégommé de son poste. Mais non, au lieu de cela ils continuent à s’invectiver comme une bande de morons indignes de siéger dans cette institution qui n’en est plus une et nous, les imbéciles heureux ont tolère.

    Voilà, pas rapport avec la question identitaire, on a plus d’identité.

  • Thérèse-Isabelle Saulnier, 14 avril 11h00

    @ Pierre Desfossés :

    Merci Pierre, j’avais l’intention de lui poser la même question mais finalement, je ne l’ai pas fait... Je suis d’ailleurs surprise de voir beaucoup de commentaires qui sont sans lien avec le sujet, ou qui en sont si éloignés ! Dommage...

  • Pierre Bourassa, 13 avril 18h53

    Un exposé sur l’identité québécoise par Jean-Marc Fournier,surement dédié à George Orwell avant de commencer.
    Le fédéralisme canadien aurait permis de forger notre identité nationale,rien de moins.
    http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/activites-presse/AudioVideo-72207.html

    JPEG - 310.2 ko
  • Pierre Desfossés, 13 avril 12h17

    @ Yves Corbeil

    monsieur,

    excusez la faiblesse de ma lanterne, mais je n’arrive pas à vous suivre. Pourriez-vous m’expliquer brièvement ce qui, dans le texte de madame Saulnier vous amène à faire le lien avec le livre de monsieur Roland Gori, La fabrique des imposteurs. Quel rapport avec son souhait que le PQ et JF Lisée particulièrement s’emparent du thème de l’identité nationale et en fassent un thème porteur de notre lutte politique actuelle ? Elle semble penser que le PQ n’en fait pas assez, qu’il est trop sur la défensive, qu’il hésite à promouvoir fièrement notre identité nationale. Cela vous laisse-t-il indifférent ?

  • yves corbeil, 13 avril 11h44

    http://lautjournal.info/20170413/partis-souverainistes-vs-petrole-albertain

    Quel excellente suggestion pour la prochaine élection au Québec. Au lieu de la sempiternelle chasse aux sorcières séparatistes, racistes et autres folies systématiques.

    Tous les partis qui veulent le bien, le vrai pour les québécois devraient en faire le cheval de bataille premier. Notre environnement est en jeux et ça prends des garanties avant qu’on devienne un pays.

  • RenéP., 13 avril 11h33

    Mme Thérèse-Isabelle Saulnier,

    en effet, il semble bien que ces traîtres à la nation québécoise en ont que pour les nationalités secondaires (non pas en valeurs morales mais en nombre) et semblent avoir pour objectif de détruire leur propre nationalité probablement parce qu’ils se détestent eux-mêmes. Si on prend soin de regarder qui ils sont, il est facile de déduire de leur comportement, qu’ils attribuent à leurs concitoyens les valeurs négatives qui les habitent et, se voyant si médiocres, si détestables, jugent qu’ils ne sont pas dignes d’exister et, par conséquent, lâchement, tente de faire disparaître leur groupe d’appartenance auquel (inconsciemment) ils se sentent indignes d’appartenir. Cela s’appelle une tentative génocidaire. Vite, un psychiatre, ça presse !

    RenéP.

  • yves corbeil, 12 avril 18h57

    La fabrique des imposteurs, paru en janvier 2013 Roland Gori

    Comment, selon lui, notre organisation sociale est parvenue à transgresser notre principe républicain d’élaboration des Lois en « confisquant » le pouvoir démocratique et les débats citoyens au profit de l’adoption de normes édictées par les impératifs de la « religion du marché »[2]. Autrement dit : comment notre système institutionnel a pu « glisser », en à peine quelques décennies, d’un ancien régime centré sur la Loi adoptée démocratiquement à une société gestionnaire centrée sur des normes édictées par des « experts » à la solde de la propagande capitaliste (d’où l’importance de mieux connaître le domaine de l’expertise : cf. Peut-on faire confiance à notre jugement ? La fiabilité des experts en cause). Ce détail est essentiel pour mieux comprendre pourquoi les conflits d’intérêts, les détournements de fonds publics, les escroqueries financières, la délinquance en « col blanc », etc. se généralisent aujourd’hui en toute impunité (jamais précédemment dans l’histoire, les membres d’un gouvernement venant de finir leur mandat avaient été impliqués dans autant d’affaires et de procédures judiciaires).

    Mais au-delà de ce constat posé par de nombreux auteurs et critiques de notre société de consommation auxquels Roland GORI fait largement appel pour étayer son analyse, il met remarquablement en évidence la façon dont le système en place encourage désormais les impostures à grande échelle. Et c’est en cela que réside tout l’intérêt de son essai.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités