«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Nicolas Marceau, du neuf référendaire…

Va pour une Coalition anti-statu quo

Créer le « fédéralisme-rénovateur » ? Non merci

Tribune libre de Vigile
mardi 31 mai 2016
585 visites 12 messages

La Presse | 2016 05 30 | Tommy Chouinard
PQ : trois députés veulent donner une chance à un « Canada renouvelé »

« Le mandat anti statu quo stipulerait qu’un gouvernement du Parti québécois s’engagerait à tenir, trois ans après l’élection, une consultation populaire dans le cadre de laquelle les Québécois auraient à choisir entre l’indépendance et une nouvelle offre constitutionnelle du Canada. »

Le groupe veut forcer Ottawa à présenter une telle offre. Il nommerait un « négociateur crédible et croyant au fédéralisme renouvelé », choisi par les fédéralistes selon un processus qui reste à déterminer, pour entreprendre les pourparlers avec Ottawa. Ce dernier aurait trois ans pour soumettre une offre. S’il devait ne pas en présenter une, le statu quo serait l’option offerte aux Québécois aux côtés de l’indépendance.

FIN du conformisme référendaire !

Le conformisme référendaire vient d’en prendre un coup et c’est tant mieux… on ne peut plus continuer à mettre aux voix l’État abstrait à venir du Québec souverain sans que ne soit mis aux voix l’État concret actuel du Canada qui n’a jamais ni sollicité ni obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es.

Sauf que…

Nicolas Marceau soutient que la bataille serait à armes égales. Un gouvernement péquiste créerait deux secrétariats, l’un à l’indépendance et l’autre au fédéralisme renouvelé dirigé par le négociateur fédéraliste, dotés des mêmes moyens, « adéquats ». Il faut « donner une vraie chance aux deux options » pour rassembler les camps indépendantiste et nationaliste, selon M. Marceau. Un gouvernement péquiste agirait « de bonne foi », a-t-il insisté.

Le groupe se dit néanmoins convaincu que la position qui serait défendue par le gouvernement péquiste, l’indépendance, l’emporterait. Mais si la nouvelle offre constitutionnelle ou le statu quo devait obtenir la faveur populaire, un premier ministre péquiste devrait « reconnaître la légitimité » du résultat. Il devrait donc concrétiser le « Canada renouvelé ».

Faudrait savoir… !?

Il est question de « choisir entre l’indépendance et une nouvelle offre constitutionnelle du Canada » ou question que « la nouvelle offre constitutionnelle ou le statu quo  » puisse aussi l’emporter… !?

En ce cas, il y a trois options… non pas 2…

  • statu quo  ; un État du Canada sans OUI ;
  • fédéralisme-renouvelé ; un projet qui n’est pas accepté par le Cda ;
  • indépendance d’un État du Québec Souverain !

Admettons !

Le statu quo est défendu très efficacement par l’ensemble de la classe politique canadian, des néo-autocrates de la gauche soi-disant progressiste du NPIDI qui valident l’État illégitime du Canada qui s’impose sans OUI au Québec jusqu’à la droite libertarienne Conservatrice, en passant par les Libéraux de la lignée post-monarchique Trudeau/Chrétien.

L’indépendance de l’État du Québec est mise de l’avant sans succès par les forces citoyennes et politiques souverainistes…

Mais par qui donc est défendu le fédéralisme-renouvelé ? Qui donc a formulé une proposition acceptée par le Canada qui serait agréable aux Québécois,es ?

Et, les souverainistes devrait être ceux qui mettent en place ex nihilo ( à partir de rien, ou presque )… tout ce qu’il faut pour structurer l’option du fédéralisme-renouvelé ? C’est ça !?

Sérieux !?

D’où vient l’idée absurde qui consiste à ni plus ni moins que fabriquer ce qu’il faut pour donner corps et substance à une option contre laquelle on se bat depuis la fondation du PQ… à savoir, renouveler l’État du Canada… qui lui, ne veut pas en entendre parler… !?

Selon eux, pour remporter les prochaines élections, le PQ doit absolument faire « la jonction entre les indépendantistes et les nationalistes ».

Il est donc question d’électoralisme péquiste. Le PQ pour gouverner une province, doit mettre de côté l’indépendance pour mettre de l’avant un nationalisme néo-féréraliste.

Il devrait solliciter un mandat « anti statu quo », une option qui rejoint selon eux une majorité de la population. « Le prochain chef doit écarter l’approche du référendum classique », a dit Nicolas Marceau en conférence de presse.

Pour ça… OUI… nous sommes entièrement d’accord… le statu quo canadian NE PASSE PAS au Québec. L’État actuel du Canada qui s’impose sans OUI référendaire au Québec, ne passe pas… normal, cet État de clair déni démocratique ne l’est juste pas DÉMOCRATIQUE… Les Québécois,es le sont, démocrates…

Sauf que… AUCUNE espèce de consultation populaire n’a été tenue pour en convenir… et, il n’est toujours pas question de tenir une telle consultation dans ce que présente Nicolas Marceau… Or, s’il est question de mettre à plat les différentes options, ne faudrait-il pas commencer par là… ? @savoir, mettre aux voix le statu quo… il est ou pas endossé !

Il est endossé ou pas… ? Nul ne peut en décider, sinon Le Peuple… or, personne ne l’a consulté et personne ne prévoit encore le consulter… On peut comprendre que les canadianisateurs se soient abstenus, ils savaient que si la question était posée, ce serait NON… Il s’en sont bien gardés depuis la Conquête jusqu’à aujourd’hui en passant par 1982 ( Cf Histoire des États s’étant succédé ici depuis la Conquête, sans jamais avoir été soumis à référendum ) et s’abstiennent toujours parce qu’ils savent que si la question était posée ce serait toujours NON… ce qui ferait s’effondrer le Canada. Il ne pourrait plus s’applique en l’état… lui faudrait soit accepter l’indépendance du Québec ou proposer une autre constitution qui serait susceptible d’emporter un clair OUI référendaire des Québécois,es…

Or, si c’est NON à un État du Canada qui s’impose sans OUI référendaire… pourquoi diable s’abstient-on de mettre aux voix l’État présent dans les rangs souverainistes ? Parce que nous ne pouvons pas appeler à voter pour, nous sommes contre… c’est comme si Le Canada organisait un référendum pour mettre aux voix l’indépendance du Québec…

Mais il n’y a pas que cette manière de faire pour faire s’effondrer le statu quo canadian. On peut demander aux Québécois,es de Proclamer INVALIDE au Québec tout État qui tel l’État illégitime du Canada, n’a pas obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es. OUI / NON…

Ce n’est qu’ensuite que peuvent se poser les autres questions… ce n’est qu’après avoir INVALIDÉ le statu quo canadian qu’on peut poser les autres questions utiles. Car enfin, soyons sérieux, si le statu quo est endossé… si la Constitution de 1982 sans OUI référendaire est indirectement endossée par un NON à la Proclamation de l’invalidité de l’État illégitime canadian actuel … à quoi sert de parler de fédéralisme-renouvelé voire aussi d’indépendance de l’État du Québec ? Strictement à rien…

« Le mandat anti statu quo stipulerait qu’un gouvernement du Parti québécois s’engagerait à tenir, trois ans après l’élection, une consultation populaire dans le cadre de laquelle les Québécois auraient à choisir entre l’indépendance et une nouvelle offre constitutionnelle du Canada. »

Le mandat électoral anti statu quo qui fait l’UNION des démocrates québécois,es, non pas seulement celle des « nationalistes », est en mesure rallier les indépendantistes seulement s’il n’est pas question de mettre de côté le projet indépendantiste sous prétexte de fédéralisme-renouvelé qui n’a aucune espèce de réalité politique tangible.

Un Programme COMMUN d’État ANTI-statu quo

Dans le cas où une Coalition multipartite démocrate met de l’avant un tel Programme COMMUN d’Étathttp://democratie101.unblog.fr/union/ anti statu quo canadian qui met aux voix dans la première année d’un mandat gouvernemental radicalement démocratique, nul besoin de structurer pour les canadians une option de fédéralisme-rénové qui permettrait de sauver le Canada… À eux de le faire et d’appeler à voter OUI à la proclamation de l’invalidité de l’État actuel du Canada… afin de faire s’effondrer le statu quo canadian dont les fédéraliste-rénovateurs ne veulent pas... non sans appeler à voter NON à la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec, partie d’un référendum à double proclamation constituante à tenir dès après que l’ANQ eut adopté deux Actes constituants fondamentaux qui prennent effet dès après l’obtention d’un clair OUI référendaire des Québécois,es ( 50% + 1 voix ), référendum tenu dès après l’élection d’une députation majoritaire rassemblée dans une Coalition démocrate multipartite qui rompt avec la « gouvernance collabo » qui a cours ici depuis la Conquête.

1ier Acte constituant | proclame INVALIDE au Qc tout État qui n’a pas le OUI référendaire des Qcois,es

Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons INVALIDE au Québec, tout État qui, tel l’État illégitime du Canada, n’a pas tenu de référendum pour obtenir pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire majoritaire des Québécois,es ( 50% + une voix ).

OUI / NON

2e Acte constituant | proclame seule VALIDE au Qc la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec

Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons seule VALIDE au Québec, la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec adoptée par sa députation siégeant à l’ANQ | Assemblée nationale du Québec et qui prendra effet dès après la tenu d’un référendum ayant dit OUI à ces Actes constituants.

OUI /NON

UNION des démocrates !

M. Marceau parle d’unir les « nationalistes », qu’ils soient ou pas indépendantistes... C’est impossible avec sa proposition qui force les indépendantistes à renoncer à leur projet. C’est une vue de l’esprit que de ne serait-ce que souhaiter une telle chose qui ne peut advenir. La division ne pourra que sévir encore et encore.

Par contre, il est possible d’unir les DÉMOCRATES... autour d’un Programme COMMUN d’État démocratique républicain ANTI-statu quo qui s’engage à donner aux Québécois,es l’occasion de se prononcer sur l’État présent de clair déni démocratique canadian pour le faire s’effondrer ce statu quo dont les Québécois,es ne veulent pas.

Le grand mérite de Nicolas Marceau aura été d’enfoncer la doxa référendaire coulé dans le béton du OUI à l’État abstrait à venir du Québec Souverain, perpétuellement à venir, parce qu’on ne s’est jamais occupé de disqualifier l’État présent, parce qu’on ne s’est jamais occupé d’appeler les Québécois,es à se prononcer pour disqualifier le statu quo qui bloque tout, y compris le « fédéralisme-rénovateur ».

Mais de là à tenter de leur forcer la main, c’est proprement contre-productif... et contradictoire.

Comme si, toutes choses égales par ailleurs, de Gaulle avait en juin 1940 « donné une chance » à la collaboration... non sans participer à la formation d’un gouvernement collabo qui acceptait d’être gouverné par une loi Constituante qui n’était pas approuvée par Le Peuple Souverain de France ! Absurde à sa face même !

Commentaires

  • Luc Archambault, 3 juin 2016 18h07

    « Mon commentaire qui se veut constructif. Sur la formulation du 1er acte constituant, si vous dites : l’État illégitime du Canada, est-ce que vous n’obligez pas à répondre OUI à la Proclamation que cet État est invalide ? Qui voudrait approuver un État illégitime ? La réponse est donc dans la formulation de la question. Il me semble que ça pose un problème. »

    Robert Barberis-Gervais, 3 juin 16h17

    « Qui voudrait appuyer un État illégitime ? » N’importe qui qui n’est pas d’accord avec cet énoncé, et qui prétend que la légitimité démocratique ne fait pas foi... ce qui fait foi c’est la légalité ( usurpatrice ) canadian...

    J’y ai bien pensé en utilisant cette formulation. C’est un choix...

    Il faut comprendre qu’un libellé soi-disant neutre, biffant l’épithète « illégitime » qualifiant l’État du Canada, ne change pas la donne...

    Libellé « neutre »

    « Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons INVALIDE au Québec, tout État qui, tel l’État actuel du Canada ayant cours légal au Québec, n’a pas tenu de référendum pour obtenir pour ses Actes constituants le clair et légitime OUI démocratique référendaire majoritaire des Québécois,es ( 50% + une voix ).

    OUI / NON

    -  Le gras marquant la différence entre les deux libellés )

    Il faut comprendre que la députation du Peuple siégeant à l’ANQ se sera prononcée pour déclarer ILLÉGITIME au Québec tout État qui, tel l’État ( illégitime ) du Canada, n’a pas obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es. Il est question de Proclamer INVALIDE au Québec le statu quo canadian, celui qui s’impose au Québec sans OUI démocratique légitime...

    Les personnes qui sont en faveur du statu quo canadian AUTOCRATE n’auront qu’à voter NON...

    Pareillement je voterais NON à la question suivante

    NOUS, Le Peuple Souverain du Québec Proclamons seule VALIDE au Québec la Constitution de 1982, légitimement adoptée par le Parlement du Canada. OUI / NON

    Le Canada se prétend LÉGITIME... il n’a aucune honte à le prétendre, à invoquer la légitimité de la Cour suprême du Royaume de la Couronne canado-britannique qui a statué que le rapatriement de 1982 était légal, légitime... Pourquoi devrions-nous de notre côté, passer sous silence le fait que nous considérons cette légalité canadian comme étant démocratiquement illégitime ?

    Pas question... on l’a fait trop longtemps, non sans ce faisant fouler aux pieds la souveraineté démocratique constituante du Peuple... Basta ! ( selon moi... ;-), mais bon... le libellé neutre... me va aussi...

    Si le Canada ne veut pas être qualifié de démocratiquement illégitime, ses partisans n’avaient qu’à se gouverner en conséquence après la Conquête, en 1840, en 1867, en 1982, ils ont eu 257 ans pour le faire... afin de se soumettre à la suprématie démocratique du Peuple Souverain du Québec sur SON territoire national du Québec...

    Cf : Liste des États s’étant succédé sans OUI au Qc depuis la Conquête

    Et ils n’ont qu’à tenir un référendum pour faire approuver par les Québécois,es la Constitution canadian ayant cours légal ILLÉGITIME actuellement au Québec... On ne pourrait alors plus valablement qualifié tel État d’illégitime... sauf que pour l’heure, aucun référendum n’a été tenu pour rendre légitime l’État actuellement illégitime du Canada.

    Ainsi, cet État du Canada actuel est démocratiquement ILLÉGITIME... y compris sa légalité autocrate usurpatrice, ne reste qu’à donner l’occasion au Peuple de statuer sur la question... pour l’INVALIDER au Québec faute d’avoir obtenu le clair OUI démocratique légitime du Peuple.

    Du particulier au collectif | du JE au NOUS !

    Il faut comprendre que tout part d’une interprétation du réel... Je qualifie d’illégitime l’État actuel du Canada, non sans suivre l’exemple de Louis-Joseph Papineau dans ses déclarations constituantes de 1837 et 1867 et de Charles de Gaulle dans pareille déclaration constituante appelant à LIBÉRER le Québec... VIVE le Québec LIBRE !

    Ces JE, forme un NOUS...

    Il y a gradation... NOUS disons que l’État actuel est ILLÉGITIME, mais nous ne faisons que le dire, sans conséquence... Il faut maintenant que Le Peuple le dise, pour qu’il y ait conséquence... à savoir, INVALIDER au Québec l’État illégitime du Royaume de la Couronne canado-britannique...

    Une Coalition DÉMOCRATE multipartite endosse un tel point de vue, autour d’un Programme COMMUN d’État démocratique républicain. La députation de cette Coalition est élue majoritaire. Un Gouvernement est élu majoritaire, et l’ANQ adopte 2 Actes constituants qui sont soumis à référendum.

    Nous nous prononçons.

    La députation se prononce.

    Le Peuple se prononce...

    L’État du Canada ne peut plus s’appliquer à bons droits démocratiques au Québec... Nous sommes passé d’une parole sans conséquence, à une Parole collective incarnée dans un Acte... un écrit... l’écrit référendaire...

    Logique radicalement démocratique

    Comme l’étaient les Proclamations royales du Souverain, sous Régime autocrate monarchique, ce qui prime ( doit primer ) en démocratie, c’est la Proclamation référendaire du Peuple Souverain. Simple logique...

  • Robert Barberis-Gervais, 3 juin 2016 16h17

    Dans son texte principal Luc Archambault écrit :
    Le statu quo est défendu très efficacement par l’ensemble de la classe politique canadian, des néo-autocrates de la gauche soi-disant progressiste du NPIDI qui valident l’État illégitime du Canada qui s’impose sans OUI au Québec jusqu’à la droite libertarienne Conservatrice, en passant par les Libéraux de la lignée post-monarchique Trudeau/Chrétien.

    J’ajouterais une précision sur la lignée Trudeau-Chrétien : et les Libéraux Couillard-Coderre.

    Dans son commentaire du 1er juin à 17h25, Luc Archambault écrit :

    Par contre, ce qui peut être fait, (…) c’est d’appeler Le Peuple à INVALIDER tout État qui refuse de se soumettre à la même règle que celle à laquelle se soumettent les souverainistes. Ce qui oblige le Canada et ses partisans à respecter la même règle, la même exigence radicalement démocratique, à savoir, solliciter et obtenir le clair OUI référendaire des Québécois,es ( 50% + 1 voix ).

    Le Canada doit se soumettre à la même règle que celle à laquelle se soumettent les souverainistes. Cela est capital. En 1995, le Oui a perdu de peu : l’indépendance ne s’est pas faite. En 2019-20, après la victoire de forces démocratiques anti-statu quo, le peuple, la nation québécoise, aura à se prononcer sur le statu quo du Canada réel fondé sur Constitution trudeauesque de 1982 qui lui a été imposée de force, non démocratiquement, par une autre nation.

    A 17h25, en commentaire, Luc Archambault ajoute :
    Bonjour, c’est pourtant clair, je parle d’un référendum à double proclamation constituante.
    La formulation des proclamations ( questions ) est pourtant claire dans mon texte...
    1ier Acte constituant | proclame INVALIDE au Qc tout État qui n’a pas le OUI référendaire des Qcois,es
    Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons INVALIDE au Québec, tout État qui, tel l’État illégitime du Canada, n’a pas tenu de référendum pour obtenir pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire majoritaire des Québécois,es ( 50% + une voix ).
    OUI / NON
    2e Acte constituant | proclame seule VALIDE au Qc la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec
    Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons seule VALIDE au Québec, la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec adoptée par sa députation siégeant à l’ANQ | Assemblée nationale du Québec et qui prendra effet dès après la tenu d’un référendum ayant dit OUI à ces Actes constituants.
    OUI /NON

    Mon commentaire qui se veut constructif. Sur la formulation du 1er acte constituant, si vous dites : l’Etat illégitime du Canada, est-ce que vous n’obligez pas à répondre OUI à la Proclamation que cet Etat est invalide ? Qui voudrait approuver un Etat illégitime ? La réponse est donc dans la formulation de la question. Il me semble que ça pose un problème.

    p.s. J’admire la qualité des échanges entre Luc Archambault, Normand Paiement, James A. Wilkins et Gaston Carmichael.

    Robert Barberis-Gervais, 3 juin 2016

  • Luc Archambault, 2 juin 2016 20h59

    Gaston Carmichael, 2 juin 11h05

    Bien vu, théoriquement, toutes les réponses, ou abstentions sont possibles. Je n’y vois aucun problème, si bien sûr il s’agit de la LIBRE expression de la VOLONTÉ LIBRE du Peuple Souverain du Québec ( en tout respect donc de l’esprit et de la lettre des lois référendaires du Québec ).

    Voyons voir !

    OUI OUI - La démocratie gagne
    Le Peuple affirme à la face du Monde libre :

    OUI Un État sans OUI = 0 démocratie
    - qu’il est un Peuple Souverain sur SON territoire national du Québec ;
    - qu’il décide de Proclamer INVALIDE au Québec l’État de clair déni démocratique canadian sans OUI ;
    - qu’il rend ce faisant effective la primauté démocratique de Sa Souveraineté démocratique constituante et politique sur l’ensemble de Son territoire national du Québec ;

    OUI à la 1ière République du Québec

    - proclame seule VALIDE au Québec la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec ;
    - un Acte constituant qui contient l’obligation d’ouvrir un large processus constituant populaire citoyen pour disposer de ce qui aura été hérité de 257 ans de dictature d’occupation britanno-canadian en terme d’institutions, de coutumes, d’usages, de lois, de règles, de dispositions constituantes, représentatives et politiques autant dans l’ordre législatif qu’exécutif et judiciaire ;

    OUI NON - Le statu quo est INVALIDE.


    Le Canada ne peut plus s’appliquer au Québec tel qu’il est... La Constitution de 1982 ne peut plus s’appliquer à bons droits démocratiques au Québec. Doit succéder à son effondrement, un État Souverain du Québec ou un État du Canada dont les Actes constituants obtiennent le clair OUI référendaire des Québécois,es.

    Le vide d’État démocratique au Québec est confirmé par Le Peuple. Un tel vide d’État démocratique est insoutenable. Le gouvernement de la Coalition démocratique multipartite, donne 18 mois aux partisans d’un Canada renouvelé pour mettre au point et soumettre à référendum des Actes constituants d’une Fédération canado-québécoise à soumettre aux voix référendaire des Québécois,es, préalablement approuvés par le Parlement d’Ottawa et les Parlements des autres provinces du Canada, voire aussi par un référendum tenu au Canada.

    Telle proposition sera partie d’un référendum à double proclamation constituante, la deuxième proclamation présentera une version améliorée ( ou pas ) de la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec, approuvée par la députation du Québec siégeant à l’ANQ.

    Ce référendum se tiendra avant le terme du mandat électoral du Gouvernement de Coalition DÉMOCRATE multipartite, au plus tard en octobre 2022.

    NON NON - On passe à un autre appel...

    Les autocrates avaient raison, et les démocrates avaient tort.

    Le Peuple Souverain du Québec est trop idiot pour se gouverner lui-même, puisqu’il REFUSE de Proclamer INVALIDE un État autocrate qui s’impose à lui sur Son territoire nationale du Québec par-dessus sa tête démocratique constituante, ce qui NIE le principe premier de tout État démocratique, de toute logique démocratique.

    Ça n’arrivera pas... Le Peuple Souverain du Québec est démocrate, et va voter OUI à la démocratique expression de Sa Souveraineté constituante sur SON sol national du Québec.

    NON OUI ! - ABSURDISTAN ! ( Ça n’arrivera pas )...

    He quand bien même... !?

    Le Canada n’est pas proclamé INVALIDE, mais la République démocratique du Peuple Souverain du Québec est proclamée seule VALIDE au Québec... C’est ce qui compte pour les souverainistes et les démocrates... c’est elle qui s’applique désormais !

  • Luc Archambault, 2 juin 2016 14h26

    Normand Paiement, 2 juin 07h28

    Désolé, mais votre nouvelle formulation n’est pas meilleure... ;-)

    « Voulez-vous que le Québec reste membre à part entière du Canada en signant la Constitution canadienne de 1982 ? »

    « ... reste membre à part entière du Canada... »

    C’est admettre que le Québec est actuellement « membre à part entière du Canada »... ce qui bien sûr ne saurait être le cas... puisque la députation du Québec unanime a refusé d’y adhérer, puisque JAMAIS aucun référendum n’a été tenu pour que Le Peuple VALIDE les Actes constituants de cet État du Canada partant, illégitime.

    La question Bernard Drainville est de la même eau que la vôtre...


    Voulez-vous que le Québec :
    – demeure une province du Canada ?
    – devienne un pays indépendant ?

    Le Québec ne saurait être considéré comme étant valablement une Province du Canada pour les mêmes raisons : refus d’adhérer de la députation, absence de validation référendaire.

    De plus, on peut souhaiter que le Québec devienne une Province du Canada, mais pas à n’importe quelle condition, pas sous la Constitution de 1982...

    Alors pourquoi diable ne pas mettre aux voix le fait que s’applique SANS OUI du Québec au Québec la Constitution de 1982 qui a cours légal illégitime au Québec ?

    La question qui doit être posée et qui ne l’a jamais été et qui ne l’est toujours pas c’est : approuvez-vous le fait que l’État du Canada s’applique au Québec sans l’accord des Québécois,es ; sans avoir ni sollicité ni obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es et le clair OUI de la députation des Québécois,es ?

    Ce n’est pas moi qui en demande beaucoup à nos élites citoyennes et politiques, c’est la situation singulière et unique qui est la nôtre ; c’est le cours de l’Histoire ; ce sont les circonstances... Nos élu,es, nos élites, doivent se hisser à la hauteur de ce Peuple, ce n’est pas simple, nous sommes d’accord... mais qui a dit qu’il fallait que ce soit simple...

    On n’a pas le choix... il faut mettre de l’avant la DÉMOCRATIE, et donc la primauté démocratique de la souveraineté du Peuple... du moins quand on est démocrate !

    On n’a pas le choix en tant que DÉMOCRATE... il faut appeler Le Peuple à se prononcer sur l’État présent sans OUI du Canada, pour l’INVALIDER...

    C’est le b a ba de la DÉMOCRATIE... l’État est démocratique s’il émane du Peuple, à tout le moins si ses Actes constituants sont validés par Le Peuple... Ceux du Canada ne le sont pas... L’État du Canada est donc une AUTOCRATIE non pas une DÉMOCRATIE. Ce n’est pas acceptable... On donne l’occasion au Peuple de statuer. Il accepte, consent, VALIDE ou il INVALIDE tel État de clair déni démocratique...

    Si Le Peuple VALIDE l’État illégitime actuel du Canada...
    tout le reste est superfétatoire... inutile et vain.

    Si Le Peuple INVALIDE au Québec tel État de dictature d’occupation canadian... il s’EFFONDRE au Québec, il ne peut plus s’appliquer, c’est la fin du statu quo. Ce qui fait en sorte que le Canada doit bouger, doit cesser de compter sur l’inertie de sa masse... Les fédéralistes-rénovateurs ont une chance d’obtenir du Canada, des Actes constituants en mesure d’obtenir l’aval référendaire des Québécois,es...

    Le Peuple gagne la bataille

    Les Souverainistes, ont gagné, la DÉMOCRATIE a gagné, Le Peuple Souverain du Québec, si peu nombreux soit-il, soi-disant si peu avisé soit-il, A GAGNÉ ; il a su ET pu faire mettre genoux à terre l’Empire le plus puissant de toute l’Histoire de l’Humanité... ; il a obligé l’Empire à se soumettre à la suprématie démocratique du Peuple...

    Que voudra Le Peuple sur son territoire national après telle victoire ? S’embarrasser à nouveau d’un État qui l’a toujours méprisé, honni, bafoué, nié, ravalé à portion congrue ? PANTOUTE ! Il ne voudra rien d’autre que fonder SON État, SA République démocratique ! Quitte à ce qu’un jour elle devienne partie d’une VRAIE et DÉMOCRATIQUE fédération canado-québécoise... MIEUX... tout simplement l’un des Pays indépendant d’une Europe d’Amérique, avec le Canada, les États-Unis, le Mexique et les pays des Caraïbes... voire aussi d’Amérique centrale...

    Voilà ce qu’engage le fait de se gouverner en conséquence de l’implacable et irréductible logique démocratique... comme l’a si bien observé de Gaulle en juin 1940 et en juillet 1967

    VIVE le Québec LIBRE !

  • Gaston Carmichael, 2 juin 2016 11h05

    @M. Archambault,

    Vous proposez deux questions indépendantes et non reliés. Donc, toutes les combinaisons de réponses sont possibles : OUI/OUI, OUI/NON, NON/OUI, NON/NON. Il y aussi la possibilité de répondre à l’une, mais pas à l’autre.

    Parfois, les électeurs québécois peuvent avoir un comportement schizophrénique. Il y risque d’aboutir avec des résultats plutôt embarrassants !

  • Normand Paiement, 2 juin 2016 07h28

    Monsieur Archambault,

    Peut-être ai-je mal formulé ici la question qui pourrait être posée lors d’un éventuel référendum. Voici la formulation que j’ai utilisée dans le message que j’ai fait parvenir à Nicolas Marceau :

    Voulez-vous que le Québec devienne un pays indépendant et souverain en adoptant sa propre Constitution ?
    ou
    Voulez-vous que le Québec reste membre à part entière du Canada en signant la Constitution canadienne de 1982 ?

    Ou, comme le député de Marie-Victorin Bernard Drainville le suggérait déjà en août 2014 (http://bernarddrainville.org/.../08/13/province-ou-pays/), la question posée aux Québécois(es) pourrait se lire comme suit dans sa version simplifiée :

    Voulez-vous que le Québec :
    – demeure une province du Canada ?
    – devienne un pays indépendant ?

    Quoi qu’il en soit, je crois avoir (enfin !) compris le sens de votre démarche. Je reste toutefois sceptique quant aux chances que le PQ (quel autre parti !?) fasse un jour sienne votre idée d’inviter la population québécoise (« d’appeler Le Peuple »), dans un même référendum, à remettre en cause la légitimité de l’État canadien sur le territoire du Québec (« à INVALIDER [...] l’État illégitime du Canada ») et à valider parallèlement l’existence de la République du Québec (« à fonder la République démocratique du Peuple Souverain du Québec »).

    Selon moi, vous en demandez beaucoup à nos élus !

    Cordialement,
    Normand Paiement

  • Luc Archambault, 1er juin 2016 17h25

    Normand Paiement, 1er juin 06h24

    Bonjour, c’est pourtant clair, je parle d’un référendum à double proclamation constituante.

    La formulation des proclamations ( questions ) est pourtant claire dans mon texte...

    1ier Acte constituant | proclame INVALIDE au Qc tout État qui n’a pas le OUI référendaire des Qcois,es

    Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons INVALIDE au Québec, tout État qui, tel l’État illégitime du Canada, n’a pas tenu de référendum pour obtenir pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire majoritaire des Québécois,es ( 50% + une voix ).

    OUI / NON

    2e Acte constituant | proclame seule VALIDE au Qc la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec

    Nous, Le Peuple Souverain du Québec, Proclamons seule VALIDE au Québec, la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec adoptée par sa députation siégeant à l’ANQ | Assemblée nationale du Québec et qui prendra effet dès après la tenu d’un référendum ayant dit OUI à ces Actes constituants.

    OUI /NON

    La différence entre ce modus operandi et la proposition de James A. Wilkins c’est que ici, la question n’est pas de choisir entre deux options comme le propose M. Wilkins... mais question de voter sur l’une puis l’autre... dans un même référendum, ce qui peut se résumer à cette présentation simple...

    - Proclamer INVALIDE le statu quo OUI / NON

    - Proclamer seule VALIDE la Constitution de la République du Qc OUI / NON

    Pourquoi rejeter la présentation ceci OU cela... c’est que c’est enfermer le choix à deux seules options alors qu’il y peut y en avoir des dizaines... ce qui fait en sorte que la personne qui vote pourrait être tentée de ne pas se reconnaître dans telle présentation puisqu’elle ne veut voter ni l’une ni l’autre option, ce qui serait facteur de confusion, vecteur d’annulation de son vote... ce qui est tout sauf utile, fertile.

    Or, ma proposition permet tout autant de renverser le fardeau de la preuve quant à l’État illégitime actuel du Canada qui s’impose au Québec par défaut et qui continu à s’imposer parce qu’il n’est jamais mis aux voix... il échappe aux mailles du filet et espère bien y échapper longtemps, un jour à la fois. Ce modus operandi oblige tout autant les canadianisateurs à se commettre quant à une éventuel Canada renouvelé.

    D’autant que votre formulation est tout sauf admissible...

    On demande à la population québécoise si elle veut continuer de faire partie du Canada tel que défini par la Constitution de 1982

    On ne peut admettre que le Québec ait fait, fasse, valablement et démocratiquement partie du Canada, puisque sa députation a refusé unanimement d’abonder en 1982, et parce que jamais un référendum n’a été tenu pour valider telle soi-disant appartenance au Canada.

    « ... tel que défini  »

    Ce qui « a été défini » ne l’a jamais été démocratiquement par Le Peuple... Or, présenter la chose comme vous le faites se trouve à VALIDER l’État de clair déni démocratique canadian... ce n’est juste pas ni approprié, juste, ni admissible pour un,e démocrate.

    Par contre, ce qui peut être fait, sans admettre quoi que ce soit d’indicible, c’est d’appeler Le Peuple à INVALIDER tout État qui refuse de se soumettre à la même règle que celle à laquelle se soumettent les souverainistes. Ce qui oblige le Canada et ses partisans à respecter la même règle, la même exigence radicalement démocratique, à savoir, solliciter et obtenir le clair OUI référendaire des Québécois,es ( 50% + 1 voix ).

    Dictature canadian VS démocratie !

    Dès lors, le choix à faire n’est plus entre Canada et Québec, entre appartenance identitaire au Canada et/ou au Québec ( comment renier son Histoire, aussi obscure soit-elle ), mais bien entre dictature canadian et démocratie ; entre État canadian qui s’IMPOSE sans OUI au Qc et un État du Canada qui accepte enfin de se soumettre à la suprématie démocratique du Peuple Souverain du Québec sur SON territoire national du Québec, territoire qui n’appartient qu’à lui seul et surtout pas à la Couronne canado-britannique.

    La formulation que nous mettons de l’avant permet aussi au Québécois,es dire OUI à ce NOUS SOMMES en tant que Peuple Souverain du Québec, au Québec. Ce serait la première fois que nous serions invité,es à proclamer à la face du monde libre, inscrit dans un Acte constituant fondateur ( la proclamation référendaire ), que nous existons en tant que Peuple démocrate et Souverain, distinct de tout autre... Personne ne pourrait plus nier que ce Peuple existe.

    C’est un Acte primordial fondateur majeur ; l’Acte de naissance officiel d’un Peuple ; un Acte, « un Écrit produisant des effets de droit », signé de sa main référendaire du fait de cocher OUI sur l’Écrit en question. Je parle bien sûr de l’Acte, de l’Écrit, non pas de la naissance elle-même, car nous sommes né,es en tant que Peuple Souverain ( sans Souverain ) distinct du Peuple Souverain de France, dès la fin de la bataille du 13 septembre 1759, au moment où Notre Souverain abdiquait de facto de son devoir premier de protéger son Peuple contre l’envahisseur de par la défaite de son Général Montcalm par trop pressé d’en découdre en rangée avec l’armée ennemie. Ajoutant l’insulte à l’injure, ce Souverain indigne a abdiqué de jure en 1763 de par un Acte dit de Cession qui n’a jamais eu lieu d’être... Comme si un Peuple pouvait être un objet de Cession ? Absurde à sa face même.

    C’est ce que nous nous trouverions à déclarer à la face du Monde libre ce faisant.

    À défaut, nous dirions NON à ce que nous sommes, nous dirions NON à la démocratie elle-même... ça n’arrivera pas...

    Ce Peuple n’attend que ça, exprimer sa Parole exprimant sa volonté libre d’exister, quoiqu’il advienne...

  • Normand Paiement, 1er juin 2016 06h24

    Monsieur Archambault,

    Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris le sens de votre démarche. Honnêtement, j’ai du mal à vous suivre et je vois mal comment vos idées pourraient s’incarner dans la réalité.

    Suggérez-vous la tenue d’un premier référendum visant à invalider la Constitution de 1982 sur le territoire québécois ? Lequel serait éventuellement suivi d’un deuxième portant sur l’indépendance du Québec ? À quoi ressemblerait la formulation des questions posées ? Quel parti serait disposé, selon vous, à se lancer dans une telle démarche ?...

    La démarche proposée par M. Wilkins me paraît tellement plus simple et plus susceptible d’aboutir rapidement au résultat souhaité ! On demande à la population québécoise si elle veut continuer de faire partie du Canada tel que défini par la Constitution de 1982 ou si elle préfère que le Québec devienne une république indépendante et souveraine. Et on vit avec le résultat obtenu, point à la ligne !

    Ce faisant, on oblige enfin les fédéralistes à défendre leur option. On coupe ainsi l’herbe sous les pieds des libéraux et des caquistes, qui ne pourront plus faire du référendum un épouvantail à moineaux au moment des élections de 2018.

    Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

    Cordialement,
    Normand Paiement

  • Luc Archambault, 31 mai 2016 21h45

    James A. Wilkins, 31 mai 16h52

    Nous sommes d’accord... il faut voter sur des Actes constituants ayant cours légal, ayant été adopté par une députation... non pas sur du vent... des promesses.

    Ce pourquoi, il faut d’abord mettre aux voix l’État illégitime actuel du Canada, et dans la foulée d’un référendum à double proclamation constituante, appeler à dire OUI à la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec.

  • Luc Archambault, 31 mai 2016 21h41

    @ Normand Paiement, 31 mai 11h27

    Merci pour le signalement quant aux propositions de James A. Wilkins.

    Ce qu’il faut saluer, c’est le fait qu’on peut maintenant envisager plusieurs avenues, non pas seulement le référendum sur la Souveraineté de l’État d’un Québec abstrait à venir. On peut envisager faire porter le référendum sur d’autres questions, voire, sur plusieurs questions.

    Je refuse de retenir le référendum à choix multiple... soit l’un soit l’autre. Il faut prendre dans l’ordre chaque proposition.

    Procéder dans l’ordre logique

    De un, il faut que les Québécois,es se prononcent d’abord et avant tout sur le statu quo ( l’État autocrate autoproclamé du Royaume de la Couronne canado-britannique ayant cours légal illégitime au Québec puisque n’ayant jamais été soumis à référendum ) et ce, pour le Proclamer par référendum, INVALIDE au Québec, et ce, pour l’INVALIDER, comme tout État qui n’a pas obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es pour ses Actes constituants ( 50% + 1 voix ).

    Logique... Le Québec Souverain n’a pas obtenu de clair OUI référendaire, il ne peut s’appliquer ; de fait, il ne s’applique pas... Le Canada n’a pas obtenu de OUI, il ne peut s’appliquer... or, de fait, il s’applique ! Il s’applique par défaut... parce que ses partisans se sont bien gardés de poser la question, puisqu’ils savaient que s’ils l’avaient fait, c’eut été NON...

    INVALIDER le statu quo

    Faut corriger le défaut, il faut cesser de s’occuper exclusivement de l’@ venir, il faut aussi et d’abord s’occuper du présent, du concret, de l’État concret présent du Canada sans OUI, pour l’INVALIDER, et pas seulement par le fait de le dire, vous et moi, mais en faisant en sorte que Le Peuple ait l’occasion de se prononcer, lui qui a pleins pouvoirs démocratiques de DÉCIDER, de TRANCHER.

    On ne peut plus continuer à priver les Québécois,es de leur droit démocratique de se prononcer sur l’État concret du Canada qui s’impose au Québec de force et d’autorité impériale par-dessus la tête démocratique constituante et politique des Québécois,es, ce qui se trouve à fouler aux pieds la Souveraineté constituante et politique du Peuple Souverain du Québec, comme l’a déjà si heureusement observé Louis-Joseph Papineau dans ses déclarations constituantes de 1837 et 1867.

    Et on n’a pas le choix de commencer par là, car enfin, si le statu quo n’est pas invalidé par Le Peuple, c’est donc que peut s’appliquer au Québec un État autocrate du Canada sans OUI... c’est que Le Peuple renonce à sa Souveraineté démocratique ; renonce à la démocratie elle-même... tout le reste devient superfétatoire, superflu, inutile et vain. On passe à un autre appel...

    C’est soit l’un, soit l’autre. Ça ne peut pas être les deux... c’est soit Le Peuple rend effective sa Souveraineté démocratique constituante en l’incarnant concrètement dans un Acte constituant référendaire primordiale et fondateur qui Proclame INVALIDE au Québec tout État qui impose sa suprématie fourbe en NIANT la primauté démocratique de la Souveraineté constituante et politique du Peuple ; c’est soit le contraire... la victoire autocrate canadian.

    Si c’est OUI à l’INVALIDITÉ de l’État actuel du Canada... il ne peut plus s’appliquer en l’état, lui faut proposer des Actes constituants en mesure d’obtenir le clair OUI référendaire des Québécois,es. Du coup, le fardeau de la preuve n’est plus à la seule charge des souverainiste, il est partagé...

    Facile de fédérer les NON, suffit d’une objection ; difficile de fédérer les OUI, faut avoir écarté toutes les objections, tous les NON...

    Désormais le Canada doit obtenir un OUI... pas le choix...

    Fonder la République démocratique du Peuple Souverain du Québec

    Dans un Référendum à double proclamation constituante, on appelle à INVALIDER le statu quo et, dans la foulée, on appelle à fonder la République démocratique du Peuple Souverain du Québec.

    Les partisans d’un Canada renouvelé appelleront à INVALIDER le statu quo, mais à dire NON à la République, si le OUI l’emporte, la République est fondé et le Canada pourra toujours proposer qu’elle soit partie d’une fédération canado-québécoise... si tant est que Le Peuple est disposer à dire OUI à ses Actes constituants.

    Si c’est NON à la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec... Les partisans d’un Canada rénové peuvent avoir une dernière chance de secouer le Canada pour qu’il mette de l’avant des Actes constituants en mesure d’obtenir le clair OUI référendaire des Québécois,es.

    Et si c’est NON, la République pourra être à nouveau d’actualité...

    Question à choix multiples !?

    NON... Choisir entre Canada actuel et Canada ( abstrait ) rénové ce n’est pas admissible, parce que d’autres choix sont possibles... et je n’ai pas la possibilité de cocher pour un choix qui n’est pas offert... ce n’est pas vivable...

    Pareil pour le choix entre Canada actuel et Souveraineté du Qc.

    De plus, un tel modus operandi brise les règles de la partie en cours...

    Référendum à double question OUI-NON

    OUI.

    Voulez vous le Canada de Charlottetown ? OUI - NON... le reste est ouvert...

    Un NON à Charlottetown n’était ni un OUI au statu quo, ni un OUI au Québec Souverain...

    Ma proposition consiste à poser 2 Actes constituants primordiaux dans un même référendum, INVALIDER le statu quo, VALIDER la République démocratique pour remplir le vide l’État démocratique créé par la confirmation de l’INVALIDITÉ de l’État illégitime actuel canadian.

    Cf :
    Du nouveau dans la logique souverainiste !
    Faire s’effondrer le statu quo canadian !

    JPEG - 1.3 Mo
  • James A. Wilkins, 31 mai 2016 16h52

    Ce n’est pas à nous de créer le fédéralisme -rénovateur. C’est aux fédéralistes à faire leurs devoirs. Nous ont a les nôtres à faire.
    Il n’y aura pas 3 choix mais bien 2. C’est aux fédéralistes d’offrir soit un fédéralisme renouvellé ou se contenter d’offir le statu-quo en finale. Rien d’un fédéralisme renouvellé qui n’est pas prêt à être ratifiié au moment du vote ne serait offert aux Québécois. Les promesses ne sont plus acceptables.

  • Normand Paiement, 31 mai 2016 11h27

    Monsieur Archambault,

    Que pensez-vous de la « stratégie du choix » suggérée il y a quelques mois par M. James A. Wilkins (http://vigile.quebec/Nouvel-article-No-73649) ? (Celle-ci a le mérite d’être nettement moins tarabiscotée - pour ne pas dire moins « absurde », comme vous le soulignez ! - que la proposition de Nicolas Marceau !)

    En résumé, il s’agirait d’amener le camp « Oui Québec » et le camp « Oui Canada » à s’affronter dans le cadre d’un éventuel référendum qui comporterait une question double du genre :

    Voulez-vous que le Québec devienne un pays indépendant et souverain en adoptant sa propre Constitution ?
    ou
    Voulez-vous que le Québec reste membre à part entière du Canada en signant la Constitution canadienne de 1982 ?

    Ou, comme le député de Marie-Victorin Bernard Drainville le suggérait déjà en août 2014 (http://bernarddrainville.org/drainville/2014/08/13/province-ou-pays/), la question posée aux Québécois(es) pourrait se lire comme suit dans sa version simplifiée :

    Voulez-vous que le Québec :
    – demeure une province du Canada ?
    – devienne un pays indépendant ?

    En offrant pareil choix aux électeurs, les stratèges indépendantistes mettraient inévitablement les fédéralistes (libéraux en tête) sur la défensive en obligeant ces derniers à défendre ouvertement leur option – eux qui, en se contentant de brandir le mot « référendum » comme un épouvantail à moineaux, ont su jusqu’à maintenant éviter comme la peste toute discussion sur les « avantages » qu’il y a à rester dans le Canada !

    De la sorte, chacun des deux camps serait (enfin !) contraint de mettre cartes sur table.

    Une telle question, si elle était proposée dès à présent à la population par les candidats à la direction du Parti québécois, aurait en outre l’avantage de dédramatiser la situation actuelle. En effet, cela permettrait non seulement de briser enfin le tabou que représente encore et toujours le terme « référendum », mais aussi et surtout de trancher définitivement la question de savoir si les Québécois veulent continuer de faire partie du Canada ou s’ils veulent voler désormais de leurs propres ailes sur la scène internationale…

    À n’en pas douter, cette question double aurait pour effet de mobiliser la population québécoise tout entière en vue des élections de 2018 et en vue de la consultation populaire qui s’ensuivrait peu après. Il serait d’ailleurs intéressant de voir comment les dirigeants du PLQ et de la CAQ s’y prendraient pour défendre leur position constitutionnelle respective. Après tout, comme ne cesse de le répéter l’ingénieur Jean-Jacques Nantel dans sa série de vidéos (dont celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=zLjKgaRgB0U), ce ne sont pas les arguments économiques qui manquent en faveur de l’indépendance du Québec !

    La meilleure offensive étant encore l’attaque, comme chacun sait, une initiative de ce genre constituerait encore le meilleur moyen pour le PQ de déstabiliser ses adversaires et de lutter efficacement contre la politique d’austérité du gouvernement Couillard et la corruption qui est devenue la marque de commerce du PLQ. En mettant d’abord résolument le cap sur l’indépendance au moyen de la stratégie évoquée ici, le PQ ferait d’une pierre deux coups : il couperait l’herbe sous les pieds des caquistes de François Legault et améliorerait par la même occasion ses chances de convaincre la société civile de la nécessité de se libérer définitivement des libéraux… et du Canada, tout en faisant du Québec un pays riche et prospère !

    Qu’en dites-vous ?

    Cordialement,
    Normand Paiement

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
1 215$  2%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/02 Monique Chapdelaine: 100$
  • 18/02 Mario Fortin: 5$
  • 18/02 Germain Gauvin: 100$
  • 14/02 André Bouchard: 50$
  • 13/02 JRM Sauvé : 175$
  • 13/02 Robert Lecompte: 5$
  • 13/02 Laurent Chabot: 10$
  • 13/02 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités