«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

« On pourrait appeler ça des « Justineries » »

Une belle gang d’hypocrites (2)

Pour faire suite à ma chronique d’hier, une autre liste de platitudes politiquement correctes que les gens répètent sans y croire.

On pourrait appeler ça des « Justineries ».

Des lieux communs qu’on enfile pour paraître cool.

Indiens et pornos

1) « On devrait s’inspirer de la sagesse des premières nations. »

De quoi parlez-vous ? Les casinos ? Les cigarettes à plumes ? Le trafic d’armes sur les réserves ? Les chefs qui s’en mettent plein les poches ?

La violence conjugale ? L’alcoolisme ? Les jeunes qui sniffent du gaz ? Les enfants de la Côte-Nord qui préfèrent coucher dehors dans la neige plutôt que dans leur maison, pour échapper aux agressions sexuelles ?

Les autochtones ne sont pas plus sages que nous, ils ont des problèmes de dépendance, de criminalité et de corruption comme l’ensemble de la population.

Si Justin Trudeau veut vraiment leur venir en aide, au lieu de les inviter à danser et à chanter au Parlement ou de se déguiser comme l’Indien de Village People, il devrait plutôt adopter une loi obligeant les chefs à faire preuve de transparence dans leur gestion des fonds publics.

2) « Moi, je respecte les femmes, je refuse de les voir comme des objets sexuels... »

L’industrie de la porno est l’une des plus lucratives sur la planète, elle génère des gonzilliards de dollars par année, Montréal est la plaque tournante des sites de sex cams, la plupart des avancées technologiques (comme la création de bandes passantes à haut débit) ont été réalisées pour répondre aux demandes des consommateurs de porno... mais aucun homme ne consomme de la porno et aucune femme n’accepterait de baiser devant des caméras pour de l’argent.

Nous sommes tous purs, innocents et blancs comme neige (oups, une expression raciste, écrivez vite au Journal pour vous plaindre).

Transgenres et patriarcat

3) « La question des toilettes pour transgenres est une priorité au Canada. »

Vraiment ? C’est une priorité pour l’ensemble des Canadiens ?

Pourtant, la solution est simple : tu étais un homme et tu es maintenant une femme ? Va à la toilette des femmes. Tu étais une femme et tu es maintenant un homme ? Va à la toilette des hommes.

Tu es un modèle hybride ? Vas à la toilette des handicapés qui accueille les deux sexes, tu vas être seul et personne ne va savoir si tu pisses assis ou debout. Dossier clos.

4) « Nous vivons dans une société patriarcale. »

Regardez la télé pendant quelques heures et vous verrez des hommes bêtes, imbéciles, ignares, impuissants, colons, niais, couillons, demeurés et mous. Tout un patriarcat, en effet.

Heureusement qu’il y a les immigrants pour flirter avec les femmes québécoises, sinon, elles porteraient des décolletés pour rien et resteraient seules à siroter leur Cosmo.

VOIR ROUGE

5) « L’appropriation culturelle est un vol, un réflexe colonialiste... »

99,9 % des Canadiens trouvent que le concept d’appropriation culturelle est une farce monumentale créée pour occuper une poignée d’étudiants qui s’ennuient entre deux grèves.

Personnellement, je vais continuer à faire la file indienne pour aller à des pow-wow où de grands manitous situés tout en haut du totem vont me montrer comment vivre de ma plume.


Suggérer cet article par courriel
Les dérives de notre temps

 

À l’heure des remises en question

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités